un plan national d’actions contre les risque de chutes

un plan national d’actions mis en place ! | Thierry Payet

Chaque année en France, deux millions de chutes sont recensées chez les personnes âgées, entraînant selon les statistiques environ 10 000 décès. Face à ce facteur de risque évitable, le Gouvernement vient de lancer un plan national d’action contre les chutes. Un plan présenté par les ministres Brigitte Bourguigon et Roxana Maracineanu.

un plan national d’actions contre les risque de chutes

Personne âgée et risque de chute

Le risque de chutes chez la personne âgée ne doit pas être pris à la légère, puisqu’il représente la première cause de mortalité accidentelle chez les adultes de plus de 65 ans. Or il est possible d’agir sur ce risque, pour réduire la survenue des chutes, et le cas échéant en réduire la gravité.

Le risque de chutes entraîne plusieurs conséquences importantes en termes de santé publique :

  • Des conséquences physiques, comme des blessures ou des fractures ;
  • Des séquelles psychologiques et sociales, avec une possible réduction d’autonomie et une augmentation de l’isolement social ;
  • Un impact économique, avec un coût pour la collectivité estimé à deux milliards d’euros.

Un plan national d’actions autour de cinq axes

Avec l’allongement de la durée de la vie, et l’augmentation de la population âgée de plus de 65 ans, le risque de chutes devient un enjeu majeur de santé publique. Dans ce contexte, le Gouvernement a élaboré un plan national d’action contre les chutes.  Son objectif est de réduire de 20 % le nombre de chutes mortelles ou nécessitant une hospitalisation à l’horizon 2024.

Ce plan est organisé autour de cinq axes majeurs :

  • Un meilleur repérage des chutes et un meilleur système d’alerte des chutes, par des actions spécifiques de sensibilisation auprès des professionnels de santé, des personnes âgées, de leurs proches et du grand public ;
  • Un meilleur aménagement du logement pour réduire le risque de chutes à domicile. Grâce à des équipes mobiles pour repérer les risques et des aides techniques et financières pour mieux aménager le logement ;
  • Un accompagnement au bon usage des aides techniques à la mobilité ;
  • La promotion de l’activité physique adaptée, avec des programmes adaptés pour chaque personne âgée, en lien avec trois professionnels clés, l’intervenant en activité physique adaptée, le diététicien et l’ergothérapeute ;
  • La mise à disposition de tous des services de téléassistance.

Le risque de chutes, un risque à ne pas sous-estimer

Si le plan d’action est national, il sera décliné dans chaque région, sous l’égide des Agences Régionales de Santé (ARS) et des Conseils Départementaux. L’objectif est de sensibiliser le plus grand nombre, du professionnel jusqu’au grand public au risque de chute, et à l’enjeu de santé publique qu’il représente.

La chute de la personne âgée ne doit pas être un risque banalisé !  Il doit faire l’objet d’une information adaptée, pour réduire ce risque et sa gravité. Une carte géolocalisée sera par exemple développée pour que chaque Français puisse connaître les services et les actions axés sur la réduction des chutes dans un rayon géographique proche de son domicile.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Prévention des chutes des personnes âgées. Brigitte Bourguignon détaille avec Roxana Maracineanu son plan pour les réduire de 20% d’ici 2024. solidarites-sante.gouv.fr. Consulté le 25 février 2022.
– Plan antichute des personnes âgées. Ministère des Solidarités et de la Santé. solidarites-sante.gouv.fr. Consulté le 25 février 2022.

Leave A Comment

treize + 13 =