Micro plastique-risque-cardiovasculaire

Un risque de maladies cardiovasculaires | Thierry Payet

A l’heure où la pollution plastique devient de plus en plus préoccupante pour la santé de notre planète, qu’en est-il de son impact sur la santé humaine ? Une équipe de scientifiques italiens a mené une étude démontrant que la présence de micro et nanoplastiques dans les plaques d’athérome artérielles était associée à un risque cardiovasculaire accru. On fait le point.

Micro plastique-risque-cardiovasculaire

Plastiques et pollution environnementale

Le plastique et tous ses dérivés (polyéthylène, polypropylène, polystyrène, polychlorure de vinyle) sont omniprésents dans nos sociétés modernes et leur production ne cesse d’augmenter. On les retrouve ainsi dans les emballages alimentaires, dans les fibres des vêtements, dans les jouets etc. Ils représentent pourtant un ennemi redoutable pour la préservation de notre planète. Contribuant largement au phénomène de pollution, ce sont chaque année 8 millions de tonnes de plastiques qui terminent dans l’océan.

Par ailleurs, au cours de leur transport, les plastiques se désagrègent en microplastiques (particules de moins de 5 millimètres) et en nanoplastiques (particules de moins de 1 000 nanomètres). Ces petites particules se retrouvent alors dans les sols, dans l’air, dans l’eau et sont capables de pénétrer dans les organismes humains et animaux par ingestion, inhalation ou contact cutané. Elles interagissent ensuite de façon toxique avec ces organismes. Leur présence a d’ailleurs été décelée dans des tissus du corps humain tels que le placenta, les poumons, le foie, mais aussi dans le sang, les urines et également le lait maternel. Or, le polyéthylène est connu pour être un perturbateur endocrinien. Quant au polychlorure de vinyle, il est connu pour être cancérogène de classe I pour deux formes de cancers du foie.

Selon des études précliniques récemment menées, les micro et nanoparticules de plastique constitueraient un nouveau facteur de risque de maladies cardiovasculaires. Des études in vitro ont en effet démontré les effets toxiques de ces particules de plastique qui favorisent par exemple le stress oxydatif et l’inflammation. Des études sur animaux ont quant à elles suggéré des effets néfastes sur le système cardiovasculaire comme une altération du rythme cardiaque et de la fonction cardiaque ou une fibrose myocardique.

Mais jusqu’à présent, aucune donnée clinique n’était disponible quant au lien éventuel entre micro/nanoparticules de plastique et le développement de maladies cardiovasculaires.

Micro et nanoplastiques dans les artères : quel impact sur la santé ?

Forts de ce constat, des scientifiques italiens ont mis en place une étude prospective observationnelle. L’objectif affiché ?  Vérifier si la présence de micro et nanoplastiques dans l’athérome de patients devant subir une intervention est associée ou non à un risque cardiovasculaire accru par rapport à des patients ayant un athérome exempt de ces particules de plastique.

Pour mener à bien leurs travaux, les chercheurs ont ainsi analysé l’athérome carotidien de 257 personnes, âgées de 18 à 75 ans, sur une période de 34 mois. Et ce sont 11 types de micro et nanoplastiques qui ont été recherchés par spectrométrie de masse et microscopie électronique.

En fin de suivi, les chercheurs ont pu faire les constats suivants :

  • Présence de polyéthylène dans l’athérome carotidien de 58,4 % des patients.
  • Présence de polychlorure de vinyle dans l’athérome carotidien de 12,1 % des patients.
  • Survenue d’un événement cardiovasculaire (de type infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux non létaux ou décès toutes causes) chez 20 % des patients présentant un athérome avec micro et nanoplastiques contre 7,5 % des patients présentant un athérome sans micro et nanoplastiques.
  • Quantités accrues de marqueurs inflammatoires chez les patients présentant un athérome avec microplastiques.

Un risque accru de maladies cardiovasculaires

Publiés dans le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterreces résultats démontrent pour la première fois l’impact des micro et nanoplastiques sur la santé humaine. Ces micro et nanoparticules étrangères contribueraient ainsi au déclenchement d’une inflammation.  Cette inflammation augmenterait elle-même le risque de rupture d’une plaque d’athérome, susceptible d’obstruer les vaisseaux sanguins. La présence de micro et nanoplastiques dans les plaques d’athérome carotidiennes serait ainsi associée à une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires et de la mortalité.

Les auteurs de cette étude conviennent néanmoins que ces travaux comportent des limites comme le risque de contamination plastique en laboratoire ou le panel non représentatif de la population générale. De plus amples recherches seront donc à mener pour faire toute la lumière sur ce sujet.

Déborah L., Dr en Pharmacie

Sources

– Les micro et nanoplastiques dans les plaques d’athérome sont associés à un risque cardiovasculaire augmenté. www.lequotidiendumedecin.fr. Consulté le 12 mars 2024.
– Microplastiques et nanomatériaux. www.anses.fr. Consulté le 12 mars 2024.
Ein Mann führt unter Einbeziehung einer Armbewegung eine Yoga-Übung in einem Wohnzimmer durch.

Des mouvements de bras pour plus d’énergie • Blogue santé • 14 mars 2024 | Thierry Payet

2 février 2024

22h47

Dans notre dernier article de blog, découvrez des exercices d’équilibre simples mais efficaces, spécialement conçus pour la vie quotidienne au bureau. Découvrez comment vous pouvez prévenir les problèmes de dos, stimuler votre métabolisme et améliorer votre concentration grâce à de courtes pauses sportives, sans avoir à quitter votre lieu de travail. Ces conseils pratiques vous aideront à rester actif et en bonne santé malgré un travail sédentaire.

Comment les sages-femmes interviennent-elles lors du Baby Blues?

Comment les sages-femmes interviennent-elles lors du Baby Blues? | Thierry Payet

Mise à jour: 11 mars 2024

Le parcours vers la maternité est une aventure riche en émotions : dégoût,  tristesse, baisse de moral, pleurs, angoisses, dépression mais il peut aussi être accompagné d’une période de défis et de bouleversements émotionnelsqu’on appelle le « baby blues ».

Dans ce contexte complexe, les sages-femmes émergent comme des figures essentielles. Elles offrent ainsi un soutien inestimable pour les nouvelles mamans confrontées à ces défis postnataux.

I- Qu’est-ce que le Baby Blues ?

Le baby blues est un phénomène fréquent et normal qui survient chez de nombreuses femmes après l’accouchement. Caractérisé par des sautes d’humeur, de l’anxiété, de la tristesse et des pleurs.

Il survient quelques jours après la naissance, entre le deuxième et le cinquième jour, avec un pic au troisième jour. Il disparaît totalement en deux semaines. Ce n’est pas une pathologie en soi, mais plutôt une réponse émotionnelle aux changements hormonaux, physiques et psychologiques associés à l’accouchement et à la maternité.


II- Qu’est ce que la dépression post natale ?

La dépression postnatale se manifeste généralement dans l’année suivant la naissance d’un ou plusieurs enfants. Une période plus à risque se situe entre le deuxième et le sixième mois. Elle peut se manifester chez une jeune femme qui était psychologiquement bien. Elle peut également être la conséquence d’un baby blues persistant ou aggraver, ou survenir chez une femme ayant déjà présenté un épisode dépressif pendant la grossesse.

Une prise en charge précoce permet d’éviter des conséquences parfois importantes pour la santé de la mère. Cela concerne également celle de l’enfant, notamment au niveau de son développement affectif et émotionnel. En effet, il existe de réels risques d’apparition de troubles psychopathologiques, lorsque le lien mère-enfant ne se fait pas.
Il est crucial d’aborder ouvertement cette question avec son entourage et de solliciter l’aide d’un professionnel de santé. La mère peut se tourner vers sa sage-femme, son médecin généraliste ou encore contacter la Protection Maternelle et Infantile (PMI).

Bon à savoir Selon les résultats de l’enquête nationale périnatale menée en 2021, la dépression post-partum touche 16,7 % des femmes deux mois après leur accouchement.


III- Baby blues Vs dépression post natale

Caractéristiques Baby blues Dépression post-partum
Prévalence Fréquent, touchant jusqu’à 80% des femmes Moins fréquente, affecte environ 10-15% des femmes
Moment d’apparition Quelques jours à deux semaines après l’accouchement Peut se développer dans les premières semaines à un an après l’accouchement
Symptômes principaux Sautes d’humeur, larmoiement, anxiété, fatigue, troubles du sommeil Sentiments persistants de tristesse, désespoir, culpabilité, perte d’intérêt pour le bébé, troubles du sommeil et de l’appétit
Durée des symptômes Temporaires, durent généralement quelques jours à deux semaines Persistants, peuvent durer des semaines à des mois sans traitement
Relation avec le bébé Affecte généralement positivement la relation mère-enfant, les symptômes n’interfèrent pas avec les soins du bébé Peut entraîner des difficultés dans la relation mère-enfant, notamment un manque d’attachement émotionnel ou des sentiments d’indifférence envers le bébé
Besoin de prise en charge Souvent auto-limitant, ne nécessite pas de traitement médical spécifique Nécessite une prise en charge médicale, un soutien psychologique et parfois des médicaments antidépresseurs
Impact sur la famille Généralement limité et temporaire, peut être géré avec le soutien de l’entourage Peut avoir des répercussions importantes sur la dynamique familiale, la santé du bébé et le bien-être de l’ensemble de la famille

IV- Comment les sages-femmes interviennent-elles ?

V- Quel accompagnement une sage-femme propose-t-elle lors du retour à domicile ?

La période de la grossesse et l’arrivée de votre bébé entraînent de nombreux changements, accompagnés de nombreuses questions et doutes. Une fois de retour à la maison, il est naturel de ressentir le besoin d’un soutien personnalisé.

Pour faciliter votre transition vers le domicile familial, un suivi assuré par une sage-femme est disponible. Il est vivement recommandé d’entrer en contact avec elle avant même de quitter la maternité.

Lors de chaque visite de la sage-femme, n’hésitez pas à partager vos défis logistiques ainsi que vos émotionstelles que la fatigue ou le sentiment de débordement face aux responsabilités quotidiennes.

Pour répondre à ce besoin, vous avez la possibilité de bénéficier de deux séances de suivi postnatal. Ces séances sont dispensées par une sage-femme, si nécessaire.

Ces rencontres offrent une occasion précieuse d’exprimer vos difficultés. Il peut s’agir du baby blues, de la tristesse ou d’autres préoccupations. Par exemple : l’allaitement, l’alimentation, les soins à apporter à votre bébé ou les troubles urinaires

Ces deux séances peuvent être programmées entre le huitième jour suivant la naissance et la quatorzième  semaine après l’accouchement. Elles peuvent avoir lieu soit au cabinet de la sage-femme, soit dans le confort de votre domicile.


Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.

rétine démence

Repérer la démence grâce à un examen de la rétine ? | Thierry Payet

La démence touche plus de 55 millions de personnes dans le monde et entraîne des conséquences physiques, psychologiques et sociales non négligeables. D’où l’importance de pouvoir repérer cette affection le plus tôt possible afin de proposer une prise en charge adaptée. Une étude menée par des scientifiques bordelais de l’Inserm suggère qu’il serait possible de dépister la démence au moyen d’un simple examen de la rétine. Zoom sur les conclusions de leurs travaux.

rétine démence

De l’importance de repérer précocement la démence

La démence englobe plusieurs maladies affectant la mémoire, la pensée et la capacité à réaliser des tâches quotidiennes. Ses conséquences physiques, psychologiques et sociales sont loin d’être négligeables et s’aggravent avec le temps. Elle touche plus de 55 millions de personnes à travers le monde, principalement des personnes âgées.

Ce constat est d’autant plus inquiétant qu’il n’existe à ce jour aucun traitement de la démence. En parallèle, l’espérance de vie des populations augmente. D’où l’importance de pouvoir repérer cette affection le plus tôt possible afin de prévenir et d’atténuer au maximum les risques liés à la démence.

Aujourd’hui, la communauté scientifique sait que les personnes atteintes de démence présentent des lésions des vaisseaux sanguins de petit calibre associées à des altérations de la rétine. Mais jusqu’à présent, aucune étude n’a été menée à long terme sur les liens éventuels entre le réseau de vaisseaux sanguins de la rétine et la survenue d’une démence ultérieure. Forts de ce constat, des chercheurs bordelais se sont penchés sur le sujet.

À savoir ! Les vaisseaux sanguins, particulièrement ceux de petit calibre, peuvent s’altérer avec le vieillissement. Au niveau du cerveau, des lésions vasculaires sont ainsi associées à la plupart des démences du sujet âgé.

Repérer la démence grâce à un examen de la rétine ?

Sur l’hypothèse que certaines pathologies liées à l’âge présenteraient des mécanismes communs, les scientifiques se sont ainsi intéressés aux liens épidémiologiques et cliniques entre les maladies neurologiques et les maladies de l’œil.

Pour mener à bien leurs travaux, les chercheurs ont étudié les données de 500 personnes âgées d’au moins 72 ans et suivies pendant 10 ans dans le cadre de l’étude des « Trois Cités ». Lors du recrutement, ces personnes ne présentaient pas de troubles cognitifs. Lors du suivi, elles ont été soumises à des tests cognitifs et neurologiques ainsi qu’à différents examens, parmi lesquels un fond d’œil.

Après analyse des données, les scientifiques ont pu observer que des modifications de la vascularisation de la rétine observées lors d’un fond d’œil étaient associées à l’apparition d’une démence avec :

  • Un risque plus élevé de développer une démence dans les dix années suivantes pour les participants avec une tortuosité artérielle accrue au niveau de la rétine.
  • Un risque plus élevé de développer une démence mixte ou vasculaire selon le diamètre veineux.

Pour l’équipe de chercheurs bordelais, la présence d’anomalies de la micro vascularisation de la rétine pourrait potentiellement aider à identifier les personnes à risque de démence.

Vers un dépistage plus précoce et une meilleure prise en charge de la démence ?

Bien que cette association doivent être confirmée par de plus amples études, les auteurs sont convaincus que des anomalies vasculaires au niveau oculaire sont le reflet d’anomalies vasculaires dans le cerveau. Dès lors, ils soutiennent le bien-fondé de l’utilisation d’un examen de la rétine pour repérer précocement les personnes les plus à risque de démence. D’autant que cet examen ophtalmologique serait beaucoup plus facile d’accès, beaucoup plus rapide et moins onéreux qu’un examen d’imagerie cérébrale.

Prochaine étape pour les chercheurs ? Mener une étude similaire auprès d’un public plus jeune. Le but étant de proposer une prise en charge la plus précoce possible aux personnes à risque pour réduire les risques d’altération cognitive liés à la démence.

Rédiger et publié par Déborah L., le 16 Février 2024, Dr en Pharmacie

Sources

-Examiner la rétine permettrait de repérer la démence. www.inserm.fr. Consulté le 16 Février 2024.
Santé des femmes au travail : enjeux et solutions

Santé des femmes au travail : enjeux et solutions | Thierry Payet

Mise à jour: 8 février 2024

Dans le monde professionnel actuel, près de la moitié des «travailleurs» sont des femmes. Leur santé au travail mérite donc une attention particulière.

En effet, entre usure physique et psychique, troubles musculosquelettiques, risques de cancers, et violences sexuelles et sexistes, les enjeux sont majeurs et les défis, nombreux.

Comment donc améliorer le bien-être des femmes au travail ?

Médicalib vous en dit plus à ce sujet.



JE – Santé des femmes au travail : usure physique et psychique

Dans le monde professionnel d’aujourd’hui, les femmes sont exposées à de nombreux risques pouvant impacter leur santé et leur bien-être. Le dernier baromètre Santé au travail de Malakoff Humanis (septembre 2023), confirme d’ailleurs que la santé des femmes a tendance à se détériorer.

Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à travailler en horaires décalés, au contact du public, ainsi qu’à effectuer des gestes répétitifs.
De nombreux métiers occupés par les femmes (métiers de la santé, métiers du secteur hygiène et propreté…) les exposent à une charge physique et émotionnelle importante, ainsi qu’aux incivilités et aux violences.1

L’usure physique et psychique des femmes au travail mérite donc une attention particulière et le déploiement d’actions concrètes.

Source : Agir sur la santé au travail des femmes – plaquette d’information – CROCT Bretagne – mai 2019

UN – Charge de travail et manque de soutien

De nombreuses femmes jonglent entre leurs responsabilités professionnelles et familiales, ce qui peut entraîner une surcharge de travail et un stress chronique.

Un rapport parlementaire datant de juillet 2023 dresse d’ailleurs un constat alarmant : les femmes sont « 2 fois plus touchées par la dépression et 3 fois plus par les troubles anxieux ». Par ailleurs, l’absence de politiques de soutien, comme des horaires flexibles ou des possibilités de télétravail, exacerbe les défis rencontrés par les femmes, augmentant leur usure physique et mentale.

B- Manifestations possibles de l’usure

Parmi les manifestations de l’épuisement, on peut retrouver :

  • une fatigue persistante,
  • des douleurs musculosquelettiques,
  • tu stresses
  • de l’anxiété,
  • un équilibre précaire entre responsabilités professionnelles et personnelles
  • une dépression.

II – Santé des femmes au travail : troubles musculosquelettiques (TMS)

« 60% des personnes atteintes de TMS sont des femmes. »2 Il convient donc de considérer ce risque avéré, qui impacte non seulement la santé et le bien-être des individus mais également la productivité des organisations.

Les femmes soumises à des postures contraignantes, des mouvements répétitifs, et à la manipulation de charges lourdes sont susceptibles de développer certains types de TMS, tels que le syndrome du canal carpien, la tendinite, ou l’épicondylite, en raison de facteurs biomécaniques, hormonaux et psychosociaux.

Il convient donc de prévenir ces troubles avant leur installation en adaptant les postes de travail, en éduquant aux bonnes postures…

La prise de conscience et l’action proactive sont en effet essentielles pour réduire l’incidence des TMS chez les femmes au travail. En identifiant les facteurs de risque, en mettant en œuvre des stratégies de prévention efficaces, et en assurant une gestion adéquate, il est possible de minimiser l’impact de ces troubles sur la vie professionnelle et personnelle.


III – Santé des femmes en entreprise : risques de cancers liés au travail

Dans le cadre de leur exercice professionnel, les femmes peuvent être exposées à des substances cancérigènes. En effet, certains secteurs comme l’industrie chimique, la santé, ou la beauté, présentent un risque accru d’exposition à des agents cancérigènesincluant les solvants organiques, les radiations, ou certaines poussières fines.

La protection des femmes passe donc par une sensibilisation aux dangers spécifiquement liés à leur métier et par le déploiement d’actions de prévention (port d’équipements de protection individuelledéploiement par l’employeur d’une surveillance médicale adaptée incluant des dépistages réguliers en vue de détecter précocement tout type de cancer…)

Bon à savoir : Le travail de nuit augmente d’un quart le risque de cancer du sein. 3

IV – Santé des femmes en entreprise : lutter contre les violences

On ne peut parler de santé des femmes en entreprise sans évoquer les violences sexuelles et sexistes (harcèlement, agressions, et comportements discriminatoires) auxquelles elles peuvent être confrontées. En effet, ces violences peuvent avoir d’importantes répercussions sur leur santé mentale, leur carrière et leur bien-être.

Afin de pouvoir bien et mieux accompagner ce fléau, le déploiement de politiques claires et de procédures de signalement accessibles s’impose. Cela est indispensable pour faire évoluer les mentalités et encourager une culture de respect et d’égalité au sein des entreprises. Par ailleurs, proposer un soutien et un accompagnement des victimes offre une certaine sécurité aux salariées.

V- Santé des femmes en entreprise : des actions concrètes avec Medicalib

La santé des femmes au travail est un enjeu crucial qui nécessite une prise de conscience collective et des actions concrètes. En adoptant des mesures préventivesen soutenant les victimes de violences, et en promouvant un environnement de travail sain et sûr, il est possible de faire une différence significative dans la vie des femmes professionnelles.

Medicalib Prévention vous accompagne dans le déploiement d’actions de prévention au sein de votre entreprise : sensibilisation aux cancers gynécologiques, dépistages et vaccination, information sur l’endométriose et la ménopause…


En-tête 1 insomnie

Insomnie chronique : une nouvelle spécialité remboursée | Thierry Payet

Touchant 13% de la population française, l’insomnie chronique se caractérise par des symptômes présents depuis au moins 3 mois avec un impact significatif sur le fonctionnement de l’individu pendant la journée. La prise en charge repose avant tout sur mesures correctives non médicamenteuses. Mais quand cela ne suffit pas, une spécialité peut néanmoins être prescrite en seconde intention. Il s’agit du Quviviq (daridorexant) dont le remboursement vient d’être publié au Journal Officiel.

En-tête 1 insomnie

Qu’est-ce que l’insomnie chronique ?

Touchant 13 % de la population française, l’insomnie chronique concerne davantage les femmes que les hommes et voit sa prévalence augmenter avec l’âge. D’après les classifications internationales, l’insomnie chronique désigne :

  • Un trouble de l’endormissement
  • Ou un trouble du maintien du sommeil
  • Ou un trouble par réveil précoce

qui se manifeste au moins 3 fois par semaine pendant plus de 3 mois, avec des conséquences sur le fonctionnement en journée, et ce malgré un environnement favorable au sommeil. Qu’elle soit légère, modérée ou sévère, l’insomnie chronique a un retentissement sur la journée de la personne qui en souffre. Les symptômes sont fatigue et altération des performances psychomotrices avec le risque de survenue ou d’aggravation de pathologies somatiques ou psychiques.

À savoir ! L’insomnie chronique est à distinguer de l’insomnie à court terme caractérisée par des troubles du sommeil durant moins de 3 mois.

On estime que l’insomnie chronique serait liée à trois facteurs : un facteur prédisposant (comme un facteur génétique, biologique ou psychosocial), un facteur précipitant (comme un événement familial, médical, personnel ou professionnel) et un facteur d’entretien (comme des habitudes inadaptées ou des croyances erronées sur le sommeil).

Aucun traitement médicamenteux hypnotique n’est recommandé en première intention pour lutter contre l’insomnie chronique. Elle est alors prise en charge au moyen de mesures correctives non médicamenteuses comme une bonne hygiène du sommeil et des thérapies cognitivo-comportementales. A l’heure actuelle, le besoin médical est donc partiellement couvert.

À savoir ! Les thérapies cognitivo-comportementales associent différentes approches : éducative (hygiène de vie pour un meilleur sommeil), comportementale (organiser le temps passé à dormir), et cognitive. Ces méthodes sont couplées à des techniques de relaxation si besoin.

Le daridorexant en seconde intention contre l’insomnie chronique

Dans le cas où les thérapies cognitivo-comportementales ont échoué, une approche pharmacologique au moyen d’un traitement médicamenteux peut être proposée en seconde intention. Dans ce cas, la spécialité pouvant être prescrite est un hypnotique de dernière génération : le Quviviq (daridorexant), qui se distingue des autres hypnotiques par son mécanisme d’action.

À savoir ! Les hypnotiques, couramment surnommés « somnifères », sont des médicaments qui favorisent le sommeil. Ils aident à s’endormir et peuvent également contribuer au maintien du sommeil. Les somnifères les plus prescrits aujourd’hui appartiennent à la famille des benzodiazépines et molécules apparentés. Mais les benzodiazépines hypnotiques et molécules apparentées, comme tout autre traitement médicamenteux hypnotique, ne sont pas recommandés dans le traitement de l’insomnie chronique.

Le daridorexant agit en bloquant l’orexine, une substance fabriquée par le cerveau qui favorise l’éveil. Antagoniste des récepteurs de l’orexine 1 (ORX1) et de l’orexine 2 (ORX2), le daridorexant réduit ainsi l’état d’éveil et favorise le sommeil sans impacter les différents stades de sommeil.

Une nouvelle spécialité désormais remboursée

En pratique, la spécialité Quviviq se présente sous la forme de comprimés de 25 et 50 mg avec une posologie maximale quotidienne de 50 mg. La durée du traitement doit être la plus courte possible. La poursuite du traitement doit être évaluée dans les 3 mois suivant son démarrage puis de façon périodique par la suite. Quant à l’interruption du traitement, elle est possible sans nécessiter une diminution progressive de la dose.

Après avoir reçu un avis favorable de la part de la commission de la transparence de la Haute Autorité de santé et une autorisation de mise sur le marché en 2022, la spécialité Quviviq fait désormais l’objet d’un remboursement. Récemment publié au Journal Officiel, le taux de ce remboursement s’élève à 30 %.

Déborah L., Dr en Pharmacie

Sources

– Insomnie chronique : le daridorexant remboursé. www.lequotidiendumedecin.fr. Consulté le 24 janvier 2024.
– Avis sur le daridorexant. www.has-sante.fr. Consulté le 24 janvier 2024.
– Les traitements de l’insomnie. www.vidal.fr. Consulté le 24 janvier 2024.
– Le traitement de l’insomnie. www.ameli.fr. Consulté le 24 janvier 2024.
femme portant un symbole nous faisant comprendre qu'elle soufre de dyspareunie

Dyspareunie de la femme : L’aide de l’ostéopathe – Ostéopathe Paris | Thierry Payet

La dyspareunie, bien que souvent méconnue, est une réalité qui affecte de nombreuses femmes, impactant leur vie intime et émotionnelle.
Nous analyserons ses causes et symptômes. Puis, nous mettrons en lumière le rôle de l’ostéopathe dans la prise en charge de la dyspareunie. L’ostéopathie est une thérapeutique holistique, personnalisée et naturelle pour restaurer le bien-être sexuel des femmes.

femme portant un symbole nous faisant comprendre qu'elle soufre de dyspareunie

Définition de la dyspareunie

La dyspareunie est définie par le Dictionnaire médical de l’Académie de Médecinecomme une sensation douloureuse vulvo-vaginale gênant/empêchant tout rapport sexuel. En d’autres termes, la dyspareunie correspond à des douleurs pendant et/ou après le rapport sexuel (pénétration sexuelle).

Causes possibles de la dyspareunie :

Elle peut être expliquée par une cause somatique (vaginite, maladie dermatologique, rétroversion utérine, endométriose, malformation…).

Une dyspareunie est retrouvée dans 44,9% des endométrioses, elle est souvent due à une lésion au niveau des ligaments utéro-sacrés. D’ailleurs, il est décrit qu’une endométriose profonde peut être prédite sur la base de deux symptômes douloureux. C’est deux symptômes sont la dyspareunie profonde sévère et la douleur à la défécation.

Une cause affective peut également expliquée la dyspareunie. En effet, elle peut faire suite à un traumatisme psychologique (deuil, accouchement, crainte d’une autre grossesse, viol…). C’est le cas du vaginisme. Ou aussi à un état dépressif, etc.

Anomalies aux examens cliniques :

En général aucune anomalie n’est retrouvée dans les examens cliniques (échographie pelvienne, IRM…).

Clinique de la dyspareunie

La dyspareunie peut être superficielle (douleur lors des préliminaires ou au début de la pénétration), ou profonde (lors de la pénétration profonde). La douleur peut également être présente après le rapport sexuel.

Rapports sexuels possibles ?

D’autre part, le retentissement de la dyspareunie lors du rapport sexuel est propre à chaque femme. Les douleurs peuvent ne pas trop gêner les rapports, les gêner sans nécessité leur interruption, nécessités parfois leur interruption, et enfin les rendre impossibles.

Répercussion de la dyspareunie :

La dyspareunie peut entrainer une baisse du désir sexuel et une absence de plaisir pendant le rapport. Enfin, dans les cas où la douleur est intense, la femme peut préférer ne peut avoir de rapport (abstinence sexuelle).

Prise en charge de la dyspareunie par une équipe pluridisciplinaire dont l’ostéopathe fait partie :

Rendez-vous avec un gynécologue indispensable :

En cas de dyspareunie, il est important de consulter votre gynécologue afin d’effectuer un examen pelvien et des examens complémentaires si nécessaire.

Prise en charge auprès d’une équipe pluridisciplinaire :

Ensuite, en fonction de la cause de votre dyspareunie, une prise en charge auprès d’une équipe pluridisciplinaire est conseillée, pouvant être composée de :

  • Sexologue
  • Kinésithérapeute (rééducation périnéale)
  • Psychologue, sophrologue
  • Entraîneur de yoga
  • Ostéopathe

Il est important de prendre en charge et de traiter la dyspareunie afin qu’elle ne se transforme pas en vaginisme. Le vaginisme est caractérisé par une contraction involontaire des muscles du plancher pelvien. Cette contraction involontaire est en effet plus complexe et plus longue à traiter.

Travail tissulaire et ligamentaire de l’ostéopathe pour soulager la dyspareunie

L’ostéopathie est une solution thérapeutique, manuelle et naturelle. Le travail de l’ostéopathe permet un soulagement non-invasif de la dyspareunie.
Elle s’inscrit dans une prise en charge globale et pluridisciplinaire du bien-être de la femme.

mains de l'ostéopathe sur le dos de la patiente souffrant de dyspareunie

Déroulement de la séance de l’ostéopathe en cas de dyspareunie :

Comme pour tout motif de consultation, la consultation de l’ostéopathe pour une dyspareunie est adaptée à chaque patiente.

La consultation débute par une anamnèse qui permet à la femme d’expliquer sa dyspareunie. Ainsi, l’ostéopathe s’intéresse aux douleurs, leur chronologie, leur intensité, les examens et traitements déjà effectués…
Ensuite, l’ostéopathe, par une série de tests, vérifie la mobilité globale du corps de la femme, puis spécifiquement celle du bassin. L’ostéopathe repère les différentes zones à travailler, l’intensité des tensions, et propose alors à la femme un plan de traitement sur une ou plusieurs séances.
Puis par des techniques douces et précises l’ostéopathe effectue son traitement.

Objectifs de l’ostéopathe lors du traitement de la dyspareunie :

Le traitement de l’ostéopathe vise à travailler sur les troubles :
1) musculo-squelettiques du bassin et des zones en rapport avec la dyspareunie (viscères et organes uro-gynécologiques, bassin, lombaires, abdomen, diaphragme, dos, axe crânio-sacré, zones cicatricielles…)
2) du système viscéral pour travailler sur les adhérences et la mobilité des organes
3) des systèmes circulatoires et nerveux pour potentialiser l’apport sanguin au niveau du vagin et améliorer les échanges

Nombres de séances nécessaires :

À titre informatif, plusieurs séances d’ostéopathie peuvent être nécessaires pour soulager les douleurs intimes de la femme.

Prendre rdv avec l’ostéopathe à Paris pour soulager la dyspareunie

Contacter Mathilde Locqueville, Ostéopathe à Paris, pour prendre RDV ou pour toutes questions au 07.69.03.41.41. Vous pouvez également la contacter par mail : mathildelocqueville.osteo@gmail.com.

kiné parkinson

une consultation de prévention par les kinés ? | Thierry Payet

Une fois leur maladie de Parkinson diagnostiquée, beaucoup de patients se retrouvent seuls et mal informés sur cette pathologie. De plus, la prise en charge kinésithérapique, nécessaire pour ralentir l’évolution de la maladie, est loin d’être proposée de façon systématique. C’est pourquoi l’association France Parkinson et la Fédération française des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs plaident pour la mise en place pour tous les patients d’une consultation post-diagnostic de prévention, assurée par un kinésithérapeute.  On fait le point.

kiné parkinson

Maladie de Parkinson et symptômes moteurs

Touchant plus de 10 millions de personnes à travers le monde, la maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative. Elle se caractérise par la destruction progressive de certains neurones du cerveau chargés de produire la dopamine. En l’absence de dopamine, le patient ressent alors des symptômes moteurs comme une lenteur à initier les mouvements, une raideur musculaire ou encore des tremblements au repos.

À savoir ! La dopamine est un neurotransmetteur indispensable au contrôle des mouvements du corps.

Même si la maladie de Parkinson est répandue, cette pathologie neurodégénérative reste encore difficile à déceler et son diagnostic est plutôt tardif. A cela s’ajoute le fait que cette pathologie ne fait l’objet d’aucun traitement curatif à ce jour.

Des patients parkinsoniens en manque d’informations

Dans ce contexte, et une fois leur maladie de Parkinson diagnostiquée, beaucoup de patients se retrouvent alors seuls et mal renseignés sur cette pathologie. S’ensuivent de longs mois de vide informatif avant le rendez-vous suivant avec le neurologue.

De plus, en cabinet libéral, les patients se voient rarement proposer une consultation d’accompagnement post-diagnostic. Ils n’ont pas non plus accès à l’éducation thérapeutique du patient s’ils ne sont pas suivis par les centres hospitaliers.

Quant à la prise en charge kinésithérapique de la maladie de Parkinson, elle est loin d’être proposée de façon systématique. Elle est pourtant essentielle pour ralentir l’évolution de la maladie. Et lorsqu’elle est mise en place, elle ne répond pas aux recommandations de la Haute Autorité de Santé. En effet, elle débute souvent longtemps après que le diagnostic ait été posé et la nature et la fréquence des soins dispensés ne correspondent pas aux véritables besoins des patients.

Vers une consultation de prévention assurée par les kinésithérapeutes ?

Dans ce contexte, l’association France Parkinson et la Fédération française des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs plaident pour la mise en place d’une consultation post-diagnostic de prévention assurée par un kinésithérapeute. Cette consultation serait réalisée de manière systématique pour tout patient ayant reçu un diagnostic de maladie Parkinson. Elle ne nécessiterait pas de prescription médicale. L’idée est d’assurer l’éducation thérapeutique du patient dès l’annonce du diagnostic de la maladie de Parkinson.

Cette consultation poursuit deux objectifs :

  • Evaluer les capacités physiques du patient ainsi que ses troubles moteurs.
  • Expliquer en quoi l’activité physique et la rééducation sont essentielles dans la prise en charge de la maladie de Parkinson.

Au-delà de l’analyse des capacités physiques, cette consultation serait également l’occasion pour le kinésithérapeute de proposer un accompagnement plus global du patient  avec :

  • Délivrance d’informations fiables pour une meilleure compréhension de sa maladie.
  • Orientation vers d’autres professionnels.
  • Encouragements à l’autonomie.

Bien entendu, en fin de consultation (d’une durée estimée à 45 minutes), le kinésithérapeute rédigerait obligatoirement un compte-rendu à adresser au neurologue et au médecin traitant. L’objectif étant d’assurer une prise en charge optimale du patient parkinsonien.

En assurant la promotion de l’activité physique et de sa pratique régulière, nul doute que ce nouvel acte de soin pourrait jouer un rôle essentiel dans la prévention de l’évolution de la maladie de Parkinson !

Déborah L., Dr en Pharmacie

Sources

– Accès direct : les kinés à la manœuvre pour une nouvelle consultation de préventionwww.lequotidiendumedecin.fr. Consulté le 9 janvier 2024.