Cours d'exercices cliniques à EGOC Traralgon

Cours d’exercices cliniques à EGOC Traralgon – East Gippsland Osteopathic Clinic | Thierry Payet

Cours d'exercices cliniques à EGOC Traralgon

Cours d’exercices cliniques à EGOC Traralgon

EGOC est ravi d’ajouter à ses services à Traralgon avec l’inclusion de cours d’exercices cliniques dispensés par le Dr Michelle Derrick.

Ce cours est une combinaison d’exercices de force, de mobilité et de pilates sur tapis avec une variété d’équipements fournis. Ce sera la première série de cours proposés, avec d’autres en préparation !

Ces cours en petits groupes auront un maximum de 4 personnes par classe, donc si vous et un groupe de vos amis souhaitez passer du temps ensemble et travailler sur votre santé, veuillez nous contacter. Nous proposons également des cours particuliers.

Studio d'exercices cliniques à la clinique ostéopathique traralgon east gippsland

Quels sont les avantages des cours d’exercices cliniques ?

  • Des exercices adaptés à vos besoins
  • Capacité accrue à effectuer vos activités quotidiennes
  • Améliorer la résistance du noyau et l’intégrité des tissus
  • Augmenter la mobilité articulaire

Quand les cours d’exercices cliniques ont-ils lieu ?

Actuellement, nous organisons des cours :

  • Lundi : 17h30-18h30
  • Mercredi : 12h-13h

Nous cherchons à ouvrir plus de fois dans un proche avenir, donc si vous êtes intéressé et avez un moment précis en tête, veuillez en informer votre ostéopathe ou l’un de nos sympathiques réceptionnistes !

Quel est le coût?

Le coût par classe individuelle est de 25 $ par patient.

Nous offrons également un ensemble de lève-tôt de 6 cours pour 130 $ pour les patients qui paient d’avance pour les six semaines.

Qu’en est-il des cours de spécialité?

Nous nous efforçons de vous proposer une gamme de cours adaptés à tous les besoins et de vous mettre sur la voie d’une meilleure santé. Cela inclut la possibilité future de cours Mums & Bubs, de cours de grossesse et de nombreuses autres options sur mesure. Si vous êtes intéressé par l’un de ces éléments ou si vous avez d’autres demandes spécifiques, faites-le nous savoir !

Si vous avez des questions ou souhaitez enregistrer votre intérêt pour rejoindre nos cours d’exercices cliniques avec le Dr Michelle Derrick, n’hésitez pas à nous contacter par e-mail à info@egosteo.com.au, ou appelez-nous au (03) 5144 7750.

journée mondiale de lutte contre la poliomyélite

Journée mondiale de lutte contre la poliomyélite | Thierry Payet

Au début des années 1990, encore 350 000 personnes étaient touchées chaque année par la poliomyélite à travers le monde. Une maladie pourtant presque oubliée en France grâce à la vaccination obligatoire depuis de nombreuses années. A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la poliomyélite le 24 octobre 2022, plus de 3 000 scientifiques de plus de 100 pays ont réaffirmé auprès des Etats la nécessité de la stratégie d’éradication de la maladie à l’horizon 2030.

journée mondiale de lutte contre la poliomyélite

Poliomyélite, une maladie qui reste d’actualité

En France, la poliomyélite a totalement disparu, hormis quelques cas exceptionnels d’importation. Pourtant, elle était auparavant une maladie redoutable, à l’origine de multiples paralysies et de décès chez les enfants. Grâce à la vaccination, devenue obligatoire en France dès 1964, la population a presque oublié cette maladie. Mais qui persiste dans plusieurs pays du monde.

De nos jours, trois zones géographiques constituent encore des foyers de persistance de la poliomyélite dans le monde : le Nigéria, le Pakistan, l’Afghanistan.

Ailleurs dans le monde, la maladie a quasiment disparu dans nombre de pays en seulement une trentaine d’années. En effet, dans les années 1990, encore 125 pays connaissaient des cas de poliomyélite chez l’enfant, avec des décès chaque année.

La vaccination, l’espoir d’une éradication possible

Aujourd’hui, la vaccination contre la poliomyélite en France est intégrée à la vaccination DTP, pour Diphtérie – Tétanos – Poliomyélite. L’importante couverture vaccinale en Europe et dans de nombreux pays dans le monde a permis un fort recul de la maladie. L’espoir de l’OMS est d’atteindre une éradication possible de la maladie à l’horizon 2030. Pour atteindre un tel objectif, il faut impérativement mettre en œuvre l’Initiative mondiale de l’éradication de la poliomyélite. Un engagement fort des Etats du monde entier, dont l’importance a récemment été réaffirmée par plus de 3 000 scientifiques issus de 115 pays réunis au sommet mondial de la santé à Berlin.

L’initiative d’éradication prévoit notamment la vaccination de 370 millions d’enfants dans les cinq années à venir. Ainsi que la surveillance de la maladie dans cinquante pays, où une résurgence de la poliomyélite est observée depuis peu. Tant que la maladie n’est pas éradiquée, elle peut ressurgir partout où la couverture vaccinale n’est pas suffisante. Une situation qui explique pourquoi la vaccination contre la poliomyélite reste obligatoire en France pour tous les nourrissons.

Journée mondiale de lutte contre la poliomyélite : une résurgence ces derniers mois

Récemment, des flambées de cas de poliomyélite ont été recensées aux USA, en Israël ou au Royaume-Uni. La vaccination à l’échelle mondiale constitue donc un enjeu majeur de santé publique pour tous les pays du monde. Et la stratégie d’éradication nécessite des financements importants, avec la contribution de tous les pays qui le peuvent. L’Europe et la France se sont notamment engagés pour soutenir les actions visant à permettre l’éradication de la maladie.

Cet engagement fort des Etats pour l’éradication de la poliomyélite intervient à quelques jours de la journée mondiale de lutte contre la maladie, une journée organisée par le Rotary International et ses nombreux partenaires, dont l’OMS et l’UNICEF. L’occasion de sensibiliser les Français sur une maladie qu’ils ont souvent oubliée, mais qui pourrait se rappeler à leur mémoire, si les efforts de vaccination venaient à se relâcher.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Les dirigeants mondiaux s’engagent à hauteur de 2,54 milliards de dollars des États-unis pour mettre fin à la poliomyélite lors du Sommet mondial de la santé. qui.int. Consulté le 20 octobre 2022.
Forfait annuel d’aide à la modernisation et à l'informatisation du cabinet infirmier (FAMI)

Forfait annuel d’aide à la modernisation et à l’informatisation du cabinet infirmier (FAMI) | Thierry Payet

Prévu par les avenants 6 et 7 de la convention nationale des infirmiersle forfait d’aide à la modernisation et à l’informatisation (FAMI) du cabinet professionnel a été mis en place par l’Assurance Maladie.

Cette aide forfaitaire offre aux professionnels de santé libéraux conventionnés la possibilité de mieux s’équiper afin de mieux pouvoir accompagner leurs patients (prise en charge coordonnée…).

Quelles sont les conditions à remplir ? Comment bénéficier de ce forfait ?

Médicalib vous en dit plus à ce sujet.

Développez votre patientèle grâce à Medicalib. Recevez directement sur votre téléphone des demandes de soins, de patients situés dans votre zone de tournée.



Cet article, destiné au grand public, s’appuie sur les données disponibles sur le sujet traité, à sa date de mise à jour.


JE – Avenants 6 et 7 à la convention nationale des infirmiers : rappel

UNAvenant 6 : valorisation des nouveaux modes d’organisation et usage des nouveaux outils numériques

Destiné à « soutenir les investissements faits par les infirmiers pour moderniser et informatiser leur cabinet, [le] forfait d’aide à la modernisation et à l’informatisation […] regroupe les aides à la télétransmission […]valorise l’exercice coordonné des infirmiers, les investissements en matériel réalisés par l’infirmier au titre de la participation aux actes de téléconsultation ainsi que leur implication dans le déploiement du Dossier Médical Partagé (DPM). » [1]


BAvenant 7

« Cet accord a pour objet de déterminer, pour les infirmiers en pratique avancée (IPA) exerçant à titre libéral sous le régime conventionnelles modalités de leur exercice professionnel ainsi que les modalités de valorisation associées.

Les mesures arrêtées par cet accord portent sur les thèmes suivants :

  • adaptation du dispositif démographique (article 2 de l’avenant 7),
  • valorisation de la prise en charge des patients (article 3 de l’avenant 7),
  • valorisation de l’activité dans le cadre du forfait d’aide à la modernisation et à l’informatisation (article 4 de l’avenant 7). » [2]


II- Indicateurs nécessaires pour l’octroi du forfait annuel [3]

En juillet 2022, une évolution du forfait a été actée. Le montant de l’aide est ainsi passé de 490€ à 590€. L’octroi de cette aide est conditionné au remplissage de certains prérequis, à savoir :

MONTANT CONDITIONS D’OCTROI ET JUSTIFICATIFS DEMANDÉS
6 INDICATEURS OBLIGATOIRES 590€ 1️⃣ Disposer d’un logiciel métier compatible avec le  Dossier Médical Partagé (DMP)
Justificatif : Facture ou attestation de l’éditeur

2️⃣ Posséder une version du cahier des charges SESAM -Vitale (doit d’être conforme à la dernière version du cahier des charges publié par le GIE  SESAM-Vitale au 31/12 de l’année N-1 par rapport à l’année de référence).
– Équipement permettant la télétransmission de vos feuilles de soins.
Outil de facturation efficace
Pas de justificatif nécessaire

3️⃣ Utiliser la solution SCOR (scannérisation des ordonnances) pour la transmission électronique à l’Assurance Maladie des pièces justificatives numérisées.
Pas de justificatif nécessaire

4️⃣ Atteindre un taux de feuilles de soins électroniques (FSE) supérieur ou égal à 70 %
Pas de justificatif nécessaire

5️⃣ Détenir une messagerie sécurisée de santé
Justificatif : Attestation sur l’honneur ou pré-alimentation avec annuaire MSS.

6️⃣ S’engager à une prise en charge coordonnée des patients : participation à une équipe de soins primaires (ESP) ou à une communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) ou à une maison de santé pluriprofessionnelle (MSP)
Justificatif :

2 INDICATEURS OPTIONNELS 525 € *350 € pour l’équipement en vidéotransmission
*175 € pour l’équipement en appareils médicaux connectés (cf la liste des 12 équipements pris en compte par l’Assurance Maladie).


Bon à savoir Afin de pouvoir bénéficier de la rémunération de 590 euros, les infirmiers doivent atteindre tous les indicateurs obligatoires et réaliser une déclaration annuelle sur le portail amelipro.
Les indicateurs optionnels sont indépendants du socle d’indicateurs obligatoires.

III- Majoration exercice coordonné

Une majoration de l’aide forfaitaire est possible pour les infirmiers en pratique avancée libéraux (IPAL) si et seulement si les 6 indicateurs obligatoires précédemment cités sont remplis.

Le montant de l’aide dépendra alors de votre zone d’activité :

  • 1020€ si vous exercez dans un zone sous dense en médecins
  • 300 € si vous exercez hors zone sous dense en médecins


Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.


Sources :

  • [1] Les avenants à la convention nationale des infirmières et infirmiers libéraux – Ameli – MAI 5 octobre
  • [2] Les avenants à la convention nationale des infirmières et infirmiers libéraux – Ameli – MAI 5 octobre
  • [3] Le forfait d’aide à la modernisation et informatisation du cabinet professionnel – Amélia – MAJ 26 juillet 2022
épidémie de bronchiolite de l'hiver

Épidémie de bronchiolite de grande ampleur cet hiver | Thierry Payet

Chaque année en France, près d’un tiers des nourrissons de moins de deux ans sont touchés par la bronchiolite, une infection respiratoire d’origine virale. La maladie se développe sous la forme d’épidémies hivernales. Et l’épidémie de bronchiolite de l’hiver 2022/2023 s’annonce d’ores et déjà précoce, avec déjà quatre régions de France passées en phase épidémique. Explications.

épidémie de bronchiolite de l'hiver

Épidémie de bronchiolite de grande ampleur cet hiver

La bronchiolite touche majoritairement les enfants de moins de deux ans. Provoquée par un virus, le plus souvent le VRS (Virus Respiratoire Syncitial), la maladie reste généralement bénigne et guérit spontanément en quelques jours. Cependant, pour 1 à 3 % des enfants touchés, une hospitalisation devient nécessaire, en cas de forme sévère de la maladie. Exceptionnellement, une admission en réanimation pédiatrique peut s’avérer nécessaire. Les décès restent exceptionnels.

Compte-tenu de la contagiosité et de la saisonnalité de l’infection virale, la bronchiolite donne lieu chaque année à des épidémies hivernales, qui régulièrement provoquent une saturation des consultations pédiatriques et des services d’urgence pédiatrique. Habituellement, l’épidémie se manifeste plus tardivement. ais depuis la pandémie de la Covid-19, l’évolution de la bronchiolite semble modifiée, notamment avec des épidémies plus précoces.

Quatre régions en phase épidémique au 12 octobre 2022

La précocité de l’épidémie de bronchiolite se vérifie pour cette saison 2022/2023, avec déjà quatre régions de France passées au-dessus du seuil épidémiqueselon le dernier bulletin hebdomadaire de Santé Publique France : L’Ile-de-France, Les Hauts-de-France, La Nouvelle-Aquitaine, L’Occitanie.

Parallèlement, 10 régions de France métropolitaine ou des DOM-TOM sont actuellement en phase pré-épidémique, témoignant de l’essor de l’épidémie en France. Au cours de la semaine 40, 2 058 enfants de moins de deux ans ont été reçus aux urgences pour une bronchiolite sur le territoire métropolitain, parmi lesquels 92 % étaient âgés de moins d’un an. Près d’un tiers de ces enfants ont du être hospitalisés pour une forme sévère de bronchiolite, majoritairement des nourrissons de moins d’un an.

Six mesures d’hygiène pour prévenir la bronchiolite

Pour les parents et les professionnels de la petite enfance, quelques règles d’hygiène sont nécessaires au quotidien pour limiter la propagation de la bronchiolite :

  • Se laver les mains avec de l’eau ou du savon, ou en cas d’impossibilité avec du gel hydroalcoolique ;
  • Eviter les lieux publics confinés, comme les transports en commun, les centres commerciaux ou les salles de spectacle ;
  • Ne pas partager les biberons, les sucettes ou les couverts ;
  • Nettoyer aussi souvent que possible les objets en contact avec l’enfant, comme les jouets, les doudous ou les tétines ;
  • Aérer la chambre et les lieux de vie au moins 10 minutes par jour ;
  • Ne pas fumer à proximité des enfants.

Actuellement, un candidat vaccin contre le VRS est à l’étude. Un vaccin qui pourrait protéger les nourrissons de moins de deux ans contre les formes sévères de bronchiolite. En attendant l’arrivée d’un tel vaccin, les mesures d’hygiène restent la meilleure prévention contre la bronchiolite et l’essor de l’épidémie hivernale.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

Thérapie par manipulation ostéopathique (OMT) en soins palliatifs• Liem Health Blog

Thérapie par manipulation ostéopathique (OMT) en soins palliatifs• Liem Health Blog | Thierry Payet

Une étude en cours de 2022 portait sur la perception des patients de la thérapie par manipulation ostéopathique (OMT) et de son effet en tant qu’intervention supplémentaire sur le traitement standard palliatif, qui tente de maintenir la qualité de vie des patients touchés aussi élevée que possible en améliorant la gestion des symptômes. OMT offre une approche non pharmacologique du soulagement des symptômes.

Le critère de jugement principal était l’identification des perceptions des patients sur l’efficacité de la TMO en tant que complément complémentaire aux soins palliatifs standard. L’évolution des résultats de l’OMT par rapport au symptôme d’Edmonton était secondaire

système d’évaluation considéré.

Qui est intéressé par les dates exactes :

Les résultats du traitement palliatif standard (= groupe témoin) ont été comparés à ceux qui ont également reçu la TMO (= groupe d’intervention). L’évaluation des sondages avant et après les traitements respectifs a été effectuée à l’aide du système d’évaluation des symptômes d’Edmonton (ESAS).

En outre, les perceptions des patients sur l’efficacité de l’OMT supplémentaire ont été examinées.

Résultats:

Au total, 38 patients ont reçu une intervention palliative standard et 9 patients ont également reçu une OMT. Dans le groupe témoin, le fardeau des symptômes, en particulier la fatigue et la dépression, a diminué de manière significative. En raison de la petite taille de l’échantillon dans le groupe d’intervention, aucun résultat statistiquement significatif n’a été obtenu. Cependant, il y avait une tendance claire dans tous les symptômes décrits, à l’exception de l’anxiété, après le traitement par OMT. En ce qui concerne les perceptions des patients sur la TMO, 71 % ont estimé que la TMO avait un impact positif sur les soins globaux, 57 % estimaient que la TMO améliorait la douleur et 71 % ont signalé une amélioration des symptômes non douloureux.

conclusion:

Bien que la signification statistique n’ait pas été atteinte, les résultats suggèrent fortement le potentiel de la TMO en soins palliatifs. Cela pourrait être confirmé par d’autres études plus importantes dans ce domaine (Terra et al. 2022).

une fille avec sa mère et sa grand-mère en train de jouer du piano

Apprendre à jouer du piano, un bon moyen de préserver sa mémoire | Thierry Payet

La musique adoucit les mœurs… mais pas seulement ! En effet, apprendre à jouer du piano protègerait de la perte de mémoire liée à l’âge. C’est ce que démontre une étude publiée dans la revue Frontières Vieillissement Neurosciences. Après un entrainement de 6 mois, les participants qui ont appris à jouer du piano présentent une stabilisation d’une structure cérébrale impliquée dans la mémoire et ainsi une préservation de leur mémoire. Explications.

une fille avec sa mère et sa grand-mère en train de jouer du piano

La musique comme thérapie

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la prochaine décennie doit être dédiée au mieux vieillir. Avec une population vieillissante, un enjeu de plus en plus important réside dans l’accompagnement au vieillissement. Dans ce cadre, la musique a sa partition à jouer. En se basant sur des études antérieures montrant que la pratique musicale pouvait induire des modifications cérébrales, des chercheurs se sont demandé comment la pratique musicale pouvait modifier la structure du cerveau de personnes âgées.

Pour cela, les scientifiques ont recruté 155 personnes, âgées de 60 à 70 ans, sans maladie et n’ayant jamais joué de la musique. Ils leur ont proposé deux types de musicothérapie, pendant 6 mois :

  • Une reposant sur de la pratique musicale. Les participants ont appris à jouer du piano. Concrètement, les sujets apprenaient à jouer du piano avec les deux mains, à lire des partitions et à jouer différents styles musicaux. Ils pouvaient également chanter en même temps. Les cours duraient 1h par semaine. De plus, les participants devaient s’entraîner 30 minutes par jour ;
  • Une se basant sur l’écoute et l’apprentissage de la culture musicale. Les séances duraient également 1h par semaine. Elles étaient organisées en groupe de 4 ou 6 personnes. Pendant les séances, les participants écoutaient de la musique et apprenaient des informations sur différents instruments et sur les différents styles musicaux. Aucun mouvement lié à la musique était initié.

En parallèle, les chercheurs ont observé les modifications de la matière blanche composant une structure particulière du cerveau, appelée fornix. La matière blanche, aussi appelée substance blanche, est composée des fibres nerveuses. Elle assure la transmission des messages nerveux entre les différentes régions du cerveau. Ainsi, elle occupe un rôle primordial dans le bon fonctionnement du cerveau. Parmi les structures de matière blanche composant le cerveau, le fornix occupe un rôle particulier. Situé en profondeur, il assure la liaison entre l’hippocampe et d’autre régions cérébrales. Ainsi, le fornix contribue au bon fonctionnement de la mémoire, entre autres. A savoir que la densité du fornix décline naturellement avec l’âge, entraînant un déclin cognitif.

Apprendre à jouer du piano préserverait la mémoire des personnes âgées

Ainsi, pour étudier les modifications du fornix en lien avec les entraînements, les participants ont bénéficié de deux IRM : une avant les séances, une après 6 mois d’entrainement. Les personnes entraînées effectuaient également des tests visant à évaluer leurs capacités en mémoire épisodique.

A savoir : Il existe différents types de mémoire. Parmi eux, la mémoire épisodique correspond à la mémoire des moments personnellement vécus. Elle nous permet de nous repérer dans le temps et l’espace et de nous projeter dans le futur. La plupart des souvenirs épisodiques se transforment, avec le temps, en connaissances générales.

Les résultats de l’étude montrent une diminution significative de la densité des fibres nerveuses du fornix dans le groupe qui a suivi la thérapie d’écoute et de culture musicale. Cette réduction n’était pas retrouvée chez les participants qui ont joué du piano pendant 6 mois. Les chercheurs ont également établi une corrélation entre les changements de densité du fornix et les performances dans les tâches de mémoire des participants. En effet, les participants qui ont préservé la densité en matière blanche du fornix présentaient de meilleurs résultats dans les tests de mémoire. De plus, l’intensité de l’entraînement au piano est corrélée à la taille des effets observés. En clair, plus il y a de séances, plus les performances sont préservées.

Ainsi, apprendre à jouer du piano a stabilisé la matière blanche du fornix et préservé les capacités mnésiques des participants. Il s’agit d’une piste intéressante à mettre en place auprès de nos aînés. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, apprendre à jouer d’un instrument, même à 60 ans, peut présenter un réel avantage pour notre cerveau.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources

– Six mois d’entraînement au piano chez des personnes âgées en bonne santé stabilisent la microstructure de la substance blanche dans le fornix, par rapport à un groupe témoin actif. frontiersin.org. Consulté le 11 avril 2022.
dame âgée qui a mal à l'épaule

un lien avec le syndrome de Parsonage-Turner ? | Thierry Payet

Les vaccins contre la Covid-19 font l’objet d’une surveillance très rapprochée de leurs effets secondaires. Parmi les effets néfastes les plus étudiés ces derniers mois, figure le syndrome de Parsonage-Turner, une névralgie amyotrophiante de l’épaule. Un récent rapport publié par plusieurs centres régionaux de pharmacovigilance conclut que les données actuelles ne permettent pas d’exclure un lien entre un vaccin contre la Covid-19 et la survenue de le syndrome de Parsonage-Turner.

dame âgée qui a mal à l'épaule

Qu’est-ce que le syndrome de Parsonage-Turner ?

Le syndrome de Parsonage-Turner, également appelé la névralgie amyotrophiante de l’épaulese manifeste par des signes cliniques caractéristiques :

  • Douleur violente et brutale à l’épaule ;
  • Une paralysie de l’épaule ;
  • Une perte musculaire au niveau de l’épaule et du bras.

Les symptômes peuvent persister pendant plusieurs mois, malgré la prise en charge médicale basée sur un traitement antalgique et une rééducation adaptée. Chez certains patients, des séquelles motrices peuvent persister ou le syndrome récidiver. La cause de ce syndrome reste encore imprécise. Un trouble immun semble impliqué, parfois après l’injection d’un vaccin. Il existe également des formes familiales, liées à une mutation génétique.

Syndrome de Parsonage-Turner et vaccination Covid

Depuis leur mise sur le marché, les vaccins contre la Covid-19, parmi lesquels le vaccin produit par le laboratoire Pfizer, font l’objet d’une surveillance renforcée de leurs éventuels effets indésirables. Les rapports de pharmacovigilance se multiplient depuis le début de la campagne de vaccination. La plus récente publication est le vingtième rapport concernant le vaccin distribué par Pfizer. Les données épidémiologiques prises en compte concernent la période du 27 décembre 2020 au 10 février 2022. Durant cette période, les centres régionaux de pharmacovigilance ont recensé 89 176 effets indésirables potentiellement liés au vaccin.

Au total, 43 cas de syndrome de Parsonage-Turner ont été identifiéssachant que l’infection par le SARS-CoV2 peut également provoquer ce syndrome. Parmi ces 43 cas, 18 n’ont pas été reliés à la vaccination contre la Covid-19. Ce nombre de cas, bien que faible, attire l’attention des épidémiologistes. Il fait ainsi l’objet d’un suivi spécifique.

Un lien qui reste à démontrer

D’après les dernières données de pharmacovigilance, le lien entre le syndrome de Parsonage-Turner et le vaccin contre la Covid-19 est possible. Trois arguments plaident en faveur d’un lien potentiel :

  • Le syndrome de Parsonage-Turner a déjà été décrit à la suite de schémas vaccinaux contre d’autres maladies. En effet, entre 10 et 15 % des cas seraient liés à une vaccination ;
  • Le nombre de cas observé dans les enquêtes de pharmacovigilance constitue un signal potentiel. La fréquence des cas est supérieure à celle observée dans la population générale, car le syndrome de Parsonage-Turner est une pathologie rare ;
  • Des cas similaires ont été observés avec les autres vaccins contre la Covid-19.

La vaccination contre la Covid-19 pourrait avoir pour effet secondaire la survenue de syndrome de Parsonage-Turner. Néanmoins, le lien de causalité reste à démontrer formellement. Ce risque, une fois démontré, serait faible, mais nécessiterait une vigilance particulière de la part des professionnels de santé, dans les jours suivants la vaccination.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Syndrome de Parsonage et Turner (névralgie amyotrophiante). em-consulte.com. Consulté le 11 avril 2022.
barrière hémato-encéphalique et science

Traverser la barrière hémato-encéphalique pour délivrer des médicaments | Thierry Payet

L’intégrité de la barrière hémato-encéphalique est critique pour le bon fonctionnement du cerveau. Cependant, son rôle de protection empêche le passage de médicaments qui pourraient contribuer à soigner un grand nombre de pathologies neurologiques. Publiée dans Communication Natureune étude, menée chez la souris, démontre qu’il est possible d’ouvrir temporairement la barrière hémato-encéphalique et de délivrer directement des traitements médicamenteux dans le cerveau. Explications.

barrière hémato-encéphalique et science

Le rôle de la barrière hémato-encéphalique

La barrière hémato-encéphalique (BHE) joue un rôle primordial dans la protection du système nerveux central. Elle isole et sépare le système nerveux central de la circulation sanguine générale. Elle forme une barrière chimique et physique très sélective. En effet, la BHE contrôle strictement les échanges entre la circulation sanguine et le cerveau. Elle bloque ainsi le passage de molécules potentiellement toxiques pour le cerveau tels que des agents pathogènes, par exemple. La BHE se compose essentiellement des cellules endothéliales qui tapissent les vaisseaux sanguins se situant du côté de la circulation sanguine générale.

À savoir ! Les cellules endothéliales jouent un rôle actif dans le contrôle du tonus des vaisseaux sanguins. Ainsi, elles influencent la vitesse du débit sanguin. En effet, elles sécrètent certaines substances qui vont avoir un effet dit « vasoconstricteur ». En réduisant le diamètre du vaisseau sanguin, elles diminuent aussi le débit sanguin. Les cellules endothéliales sécrètent également des molécules « vasodilatatrices » qui vont augmenter le volume des vaisseaux et le débit sanguin.

Cependant, la fonction protectrice de la BHE empêche le passage d’un très grand nombre de molécules actives de médicaments. Cela complique le traitement médicamenteux de nombreuses pathologies neurologiques.

Ouvrir temporairement la BHE pour faire passer des médicaments

Des chercheurs américains et français ont voulu déterminer s’il était possible d’ouvrir, temporairement, la BHE. Pour cela, ils ont travaillé avec des modèles murins adultes. Le développement et le maintien de la BHE dépend de la voie de signalisation nommée Wnt, qui régule de nombreux processus cellulaires cruciaux. Ainsi, les scientifiques se sont focalisés sur le contrôle de cette voie de signalisation.

Dans la voie Wnt, un acteur joue un rôle important. Il s’agit de la molécule Unc5B, récepteur positionné à la surface des cellules endothéliales des vaisseaux sanguins. Tous les récepteurs fonctionnent grâce à la présence d’un ligand spécifique. C’est le même principe qu’une clef et une serrure. Une clef est spécifique d’une serrure. Elle peut l’ouvrir ou la fermer. Ainsi, si le ligand, nommé nétrine-1, est absent, le récepteur Unc5B ne peut pas s’activer.

Dans leur étude, les chercheurs ont développé un anticorps empêchant nétrine-1 de se fixer sur son récepteur. Cela a pour effet d’affaiblir la barrière sanguine. Ainsi, en injectant cet anticorps aux souris, les scientifiques ont observé que la BHE laissait passer des molécules jusqu’à ce que l’anticorps soit éliminé par l’organisme. Il a donc une fonction d’ouverture transitoire de la BHE. Pendant ce laps de temps, les chercheurs ont pu délivrer des médicaments qui ont atteint directement le cerveau.

Ces résultats encore très préliminaires offrent des perspectives intéressantes. En effet, ils pourraient marquer le départ de nouvelles stratégies thérapeutiques pour des maladies neurologiques incurables telles que la maladie d’Alzheimer, de Parkinson ou certains cancers cérébraux.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources

– Endothélial Unc5B contrôle l’intégrité de la barrière hémato-encéphalique. nature.com. Consulté le 5 avril 2022.
Blog de la clinique Yarram par le Dr Kylie Sergentanis

Blog de la clinique Yarram par le Dr Kylie Sergentanis – East Gippsland Osteopathic Clinic | Thierry Payet

Blog de la clinique Yarram par le Dr Kylie Sergentanis

Blog de la clinique Yarram par le Dr Kylie Sergentanis

Le bureau de Yarram de la clinique d’ostéopathie East Gippsland se découvre en suivant le chemin sinueux et sinueux du jardin bordé de fleurs jusqu’à l’arrière des studios au toit rouge. Quelle façon de commencer une journée de travail – le trajet (qui comprend également un trajet de 2 minutes en voiture depuis la garderie) est un contraste si net avec la vie urbaine précédente que j’ai vécue à peu près depuis que j’ai quitté le collège secondaire de Yarram tous ceux il y a des années.

Mon histoire n’est pas unique – au début de la pandémie en 2020, au lieu de déménager à l’étranger comme notre plan initial l’avait été pour mars 2020, nous sommes retournés au Gippsland. Quel cadeau cela a été à bien des égards et nous nous sentons si chanceux d’avoir été accueillis à nouveau dans une merveilleuse communauté. Il y a tellement de raisons pour moi d’être reconnaissant de travailler à Yarram, cependant, je pense que la raison numéro un serait les gens incroyables que je rencontre quotidiennement.

Les studios au toit rouge ont fourni l’espace tranquille parfait. Étant à l’arrière du bâtiment, la bande sonore pendant les traitements est le chant des oiseaux et la brise dans les arbres, la rampe de mobilité est ornée d’une vigne feuillue et la perspective de la salle est des arbres fruitiers et des fleurs.

En plus d’une maîtrise en ostéopathie, j’ai des qualifications supplémentaires en Pilates clinique, en aiguilletage sec, en santé des femmes, y compris après le soutien du cancer du sein et en biodynamie.

Actuellement, j’ai une disponibilité de rendez-vous les mardis (y compris en fin d’après-midi) et les mercredis de la clinique Yarram.

Parallèlement au traitement d’ostéopathie (dont vous pouvez en savoir plus sur ce qu’est l’ostéopathie ici), nous vendons également des oreillers thérapeutiques, une gamme de suppléments, des aides topiques telles que la fisiocream et l’huile de magnésium et des outils d’exercice, notamment des boules à pointes, des theraband et des rouleaux en mousse.

grossesse et allaitement

De nouveaux repères alimentaires pour les femmes enceintes et allaitantes | Thierry Payet

La grossesse représente une période particulière durant laquelle la future mère doit veiller à sa santé et à son alimentation. Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a récemment actualisé les repères alimentaires du Programme national nutrition santé pour les femmes enceintes et allaitantes. Zoom sur ces nouvelles recommandations.

grossesse et allaitement

De l’importance d’une alimentation saine pendant la grossesse

La grossesse représente une période de la vie où la « prise de conscience nutritionnelle » de nombreuses femmes s’accroît. Souhaitant le meilleur pour leur bébé, les futures mères vont veiller à leur alimentation. Cette attention est portée pendant près de neuf mois, et au-delà, si elles choisissent d’allaiter. Ainsi, la grossesse est propice à l’adoption d’un mode de vie sain et pérenne. Elle induit une modification des habitudes alimentaires et plus globalement du mode de vie.

C’est dire combien la qualité de l’alimentation s’avère importante durant cette tranche de vie courte et longue à la fois. Le HCSP vient d’actualiser les repères alimentaires du Programme national nutrition santé destinés aux femmes enceintes et allaitantes.

À savoir ! Ces nouveaux repères alimentaires s’adressent aux femmes enceintes en l’absence de régime alimentaire particulier (régimes pour raisons de santé ou régimes d’exclusion), de pathologies préexistantes (obésitéchirurgie bariatrique) ou de pathologies propres à la grossesse (comme le diabète gestationnel).

Des repères alimentaires actualisés pour les femmes enceintes et allaitantes

Dans ce nouvel avis de l’HCSP, les conseils nutritionnels généraux et spécifiques ont été mis à jour. Les repères nutritionnels généraux pour la femme enceinte et allaitante sont très similaires à ceux de la population générale adulte. Ils comptent la consommation de 5 fruits et légumes par jour, réduction de la consommation de viande rouge, de produits sucrés et salés etc. Le HSCP délivre également des recommandations nutritionnelles spécifiques.

C’est ainsi que la femme enceinte devra particulièrement surveiller sa prise de poids afin d’éviter d’éventuelles complications ultérieures. Mais attention, les régimes amaigrissants sont à proscrire durant la grossesse ! Il faut également stopper la consommation d’alcool en raison de son caractère tératogène. En effet, elle est susceptible de provoquer des malformations chez les enfants exposés in utero. Quant à l’information sur la contamination par certains agents microbiens durant la grossesse, elle devra être renforcée auprès de toute femme en âge de procréer. Par ailleurs, la grossesse s’accompagne d’une hausse des besoins en nutriments. Ainsi, la femme enceinte se trouve parfois exposée à des carences en vitamines et minéraux. Ces éléments devront faire l’objet d’un suivi médical spécifique voire de prescriptions individualisées.

Si les repères nutritionnels présentés dans cet avis s’adressent spécifiquement aux femmes enceintes et allaitantes, le HSCP tient néanmoins à souligner l’importance de la continuité entre la période pré-conceptionnelle, la grossesse et l’allaitement. Dès lors, il délivre un message fondamental en préconisant «une alimentation équilibrée dès avant la grossesse pour prévenir un certain nombre de pathologies fœtales et maternelles, dont certaines peuvent se développer en début de grossesse, et avant même la connaissance de la grossesse ». L’instance recommande ainsi de débuter une supplémentation en folates avant même la conception de l’enfant et de la prolonger pendant 3 mois après la conception (à raison de 0,4 mg/jour et jusqu’à 5 mg/jour en cas d’antécédent de déficit en vitamine B9 et B12).

Des informations dosées et vérifiées

Ces nouveaux repères alimentaires du HSCP serviront de support à l’élaboration de messages de communication destinés au grand public. L’objectif étant de délivrer aux femmes une information claire et lisible.

Mais dans le contexte épidémique actuel, il faut doser les informations et recommandations délivrées aux femmes enceintes et allaitantes. Le but étant de ne pas les angoisser outre mesure.  De même, la fiabilité et la cohérence de ces messages s’avèrent essentielles. Pour avoir accès à des informations vérifiées, les femmes enceintes et allaitantes pourront s’adresser aux différents professionnels de santé qui les accompagnent ou consulter des sites de référence officiels mis en place par Santé publique France tels que https://www.1000-premiers-jours.fr/fr et https://www.mangerbouger.fr/.

Déborah L., Docteur en Pharmacie