Santé sur le Net, l’information médicale au cœur de votre santé

L’ARNm, source de vaccins… et de médicaments ! | Thierry Payet

La technologie de l’ARNm s’est brutalement retrouvée sous la lumière des projecteurs lors de la pandémie de la Covid-19, avec le développement rapide de plusieurs vaccins utilisant cette technique. Quels sont les atouts de cette nouvelle technologie ? Quels autres vaccins sont à l’étude ? Peut-elle être utilisée pour développer d’autres thérapies ? Santé Sur le Net vous dévoile les secrets de la technologie de l’ARNm.

L’article L’ARNm, source de vaccins… et de médicaments ! est apparu en premier sur Santé sur le Net, l’information médicale au cœur de votre santé.

Anniversaire du décès du Dr.  Viola Frymann • Ostéosanté • 23 janvier 2024

Anniversaire du décès du Dr. Viola Frymann • Ostéosanté • 23 janvier 2024 | Thierry Payet

Voici une photo d’un atelier sur l’ostéopathie pour enfants à Riga, en Lettonie, en 1990, auquel Viola Frymann m’a invitée. Elle avait la compétence de réunir des experts interdisciplinaires. L’atelier était génial, Dr. Frank Willard, Dr. Peter Springall (neurologue), Dr. Claude Valenti (ophtalmologiste) et le Dr. Yuri Moskalenko a complété le contenu pédagogique pratique de Viola Frymann.

Elle était pleine d’inspiration et d’énergie. Je me souviens encore comment, en marchant avec elle, je devais m’efforcer de la suivre et en même temps de suivre sa conversation.

Aujourd’hui, à l’occasion de l’anniversaire du décès de mon professeur Viola M. Frymann DO, je vous propose un avant-propos inspirant qu’elle a écrit en 2008 comme avant-propos d’un livre sur l’ostéopathie infantile de Christoph Plothe et moi-même.

Vous pouvez également regarder gratuitement une conférence très inspirante à partir d’ici. Viola Frymann de 2007 à l’OSD de Berlin lors d’un congrès : https://osteopathie-liem.de/viola-frymann/ voir.

Préface de Viola Frymann DO

L’art et la science de l’ostéopathie trouvent leur origine dans une époque de grande souffrance pour le Dr. Andrew Taylor Still, le fondateur de cette méthode de guérison. Il a servi pendant la guerre civile américaine et a découvert qu’il n’était pas suffisamment préparé pour soigner les soldats qui mouraient sous ses yeux d’infections aiguës.

Et à son retour à la maison, il a dû voir trois de ses enfants mourir des suites d’une méningite, malgré les meilleurs soins médicaux possibles à l’époque. Il commence alors ses études intensives sur le corps humain. Il a examiné les moindres détails de sa structure, ainsi que son lien avec sa fonction, et est finalement parvenu aux conclusions suivantes :

Premièrement, le patient est une unité dont la structure et la fonction sont interdépendantes. Deuxièmement, cela s’exprime dans le corps à travers la capacité inhérente à s’auto-guérir. Par exemple, pensez à une plaie qui a été recousue puis bandée. Une semaine plus tard, le bandage est retiré et les points de suture sont retirés. La blessure est guérie. Mais qui l’a guérie ? C’est le corps du patient lui-même qui l’a fait. La même chose se produit en cas de fracture, d’infection ou d’un autre problème. Troisièmement, le corps dispose d’un système immunitaire capable de vaincre les infections.

En 1894, le Dr. J’enseigne toujours ces principes à Kirksville, Missouri. Et il a développé des techniques ostéopathiques qui restaurent la structure optimale du corps et ses fonctions. Les patients se sont rapidement sentis nettement mieux. Sa bonne réputation se répandit rapidement et il fut bientôt connu dans tout le pays. Au fil des années, l’ostéopathie a intégré de nombreux autres développements de la médecine, mais ces trois principes restent encore aujourd’hui la base de la thérapie. Et déjà en 1899 un des Dr. Les étudiants de Still ont trouvé une inspiration stimulante qui n’a rien perdu de sa pertinence, à savoir que ces principes s’appliquent également au domaine du crâne : au fil des années, William Garner Sutherland a développé l’ostéopathie crânienne, le mécanisme respiratoire principal.

Mais vous vous demandez probablement : pourquoi devrais-je emmener mon enfant chez un ostéopathe ? Eh bien, votre enfant a-t-il eu un accouchement long ou problématique ? A-t-il été difficile de démarrer l’allaitement ? Était-ce juste une approche hésitante du mamelon ? Est-ce qu’il a « craché » après avoir mangé ? Votre bébé a pleuré et vous avez dû le porter pour le calmer ? Si votre réponse à ces questions est oui, il est très probable que votre enfant subisse un stress structurel au sein du système musculo-squelettique qui interfère avec le fonctionnement normal des tissus. Il peut donc être particulièrement important qu’un tel enfant soit présenté à un ostéopathe spécialisé en ostéopathie pédiatrique dans la région crânienne. Il doit procéder dans les plus brefs délais à une évaluation structurelle de l’enfant afin de rétablir sa santé et son bien-être.

Peut-être que votre enfant a bien géré ces problèmes liés à la naissance et qu’il se développe normalement. Mais maintenant, des problèmes surviennent soudainement dans la classe. L’enfant est inattentif, parle alors qu’il devrait écouter, met trop de temps à faire ses devoirs et se blesse car il ne voit pas le ballon s’approcher de lui pour l’attraper ou l’esquiver. L’ostéopathe va maintenant poser un diagnostic précis. Cela inclut la grossesse, le travail, les événements post-partum précoces ; et il se peut que certains des problèmes que nous venons de décrire trouvent leur origine dans cette période. Mais il est également possible qu’il existe des connexions neurologiques dans l’histoire développementale de votre enfant : une incapacité persistante à ramper ou à sauter, des problèmes visuels comme l’incapacité de suivre un objet avec les yeux (ce qui est essentiel pour lire par exemple), œil pour se concentrer sur un objet proche ou suivre un objet en mouvement rapide. Ces dysfonctionnements peuvent également résulter d’un traumatisme lors d’un accouchement long ou difficile. Ils doivent être soigneusement évalués par un ostéopathe et traités en conséquence. Même si votre enfant a reçu un diagnostic de maladie congénitale ou d’anomalie structurelle du cerveau et que la guérison ou le rétablissement ne relève pas uniquement du spectre des pouvoirs d’auto-guérison du corps, dans de nombreux cas, une évaluation ostéopathique minutieuse peut révéler que ces enfants il existe néanmoins un potentiel remarquable de changement positif. L’objectif est qu’ils développent pleinement leur potentiel et l’expérience a démontré que le résultat dépasse souvent nos plus grandes attentes. L’ostéopathie peut y apporter beaucoup.

Avec ce livre, Torsten Liem et Christof Plothe transmettent la confiance là où auparavant il y avait peut-être du découragement. Et bien que la foi soit la substance de nos espoirs, l’essence des choses invisibles, elles s’appuient sur la propre compétence thérapeutique du corps et sur le potentiel de changement positif, dont l’expérience a montré qu’elle profite toujours, même aux personnes sceptiques. En ce sens, le livre vous offrira de précieuses suggestions et sera un compagnon fiable dans le processus de guérison de votre enfant.

Viola Frymann

EPS gratuit pour tous

L’Examen Prévention Santé remboursé à 100% | Thierry Payet

L’Examen Prévention Santé (EPS)remboursé à 100%, est instauré depuis janvier 2024. Il joue un rôle crucial à tout âge. Cette démarche offre un bilan de santé rapide et ciblé, axé sur la prévention et le dépistage, destiné à tous les assurés sociaux et personnes en situations de précarité. Chaque tranche d’âge détermine des priorités de préventionsoulignant la pertinence de cette initiative pour la santé publique.

EPS gratuit pour tous

En quoi consiste l’examen de prévention santé ?

Qu’est-ce que l’EPS ?

L’examen de prévention santé (EPS) appelé aussi bilan préventifpermet de réaliser un bilan de santé de façon rapide et simple. Cette méthode préventive est mise en place depuis le 1 janvier 2024.

Elle permet à toutes les personnes sous couverture de l’Assurance Maladie de faire un bilan de santé. Cet examen permet d’assurer un dépistage, la prévention et l’éducation en matière de santé, pour les personnes de plus de 16 ans. La mesure vise principalement les personnes éloignées du système de santé et en situation de précarité.

Il existe 85 centres d’examen de santé en France. Ils permettent d’obtenir rapidement une consultation avec un acteur de santé. Lors de l’examen, le bénéficiaire ne pourra pas recevoir de soins ni établir une ordonnance. Ce bilan sert uniquement à faire le lien et établir un suivi médical. Si l’état de santé requiert une expertise approfondie, l’individu sera alors orienté vers le bon service de santé ou un médecin généraliste.

Quels sont les examens et les contrôles réalisés au cours de l’EPS ?

À la suite d’un questionnaire préalablement rempli sur place, le bénéficiaire va pouvoir être orienté par un professionnel de santé. Il reçoit des conseils médicaux en fonction de ses besoins et obtient des réponses à ses questions. Le professionnel de santé pourra alors l’orienter vers différentes options comme :

  • un examen bucco-dentaire,
  • un atelier d’addiction au tabac,
  • un suivi nutritionnel,
  • un accompagnement pour l’activité physique,
  • aussi un encadrement pour les séniors isolés.

Ce n’est pas tout, le bilan de prévention permet aussi de faire un checking complet :

  • Des examens de contrôle (tests de la vision, capacité respiratoire et l’audition) ;
  • Des analyses biologiques (analyse d’urine, analyse de sang…) ;
  • Un examen clinique réalisé par un médecin (contrôle des paramètres vitaux) ;

La consultation de prévention est également le moment d’informer les gens sur les différentes aides de l’Assurance Maladie et d’autres services comme la complémentaire santé solidaire.

Qui peut bénéficier du bilan prévention santé ?

Cet examen préventif vise les individus âgés de plus de 16 ans en situation de précarité ou éloignés du système de santé habituel. Il s’adresse également à ceux qui ne peuvent bénéficier d’un suivi médical régulier, que ce soit en raison de déserts médicaux ou de l’absence de médecins traitants. Les dispositifs de prévention tels que les dépistages de cancers et la vaccination s’appliquent à chaque tranche d’âge. L’objectif de cette démarche est de réintégrer le parcours de soins coordonné par un médecin traitant. Les jeunes de 16 à 17 ans peuvent assister à un EPS accompagnés d’un représentant légal ou seuls, munis d’une autorisation préalable signée.

Quelles sont les différentes tranches d’âge pour l’EPS ?

15-25 ans :

  • Établissement d’un suivi médical préventif.
  • Initiation aux bonnes pratiques de santé et d’hygiène de vie.
  • Mise à jour des vaccins. Le VPH (virus du papillome) peut être proposé aux filles et garçons de 11 à 14 ans.
  • Prévention des risques sexuels.
  • Établissement d’une contraception.
  • Dépistage des maladies sexuellement transmissibles.

25-35 ans :

  • Rappels des vaccins contre la coqueluche, diphtérie, tétanos, polio.
  • Prévention des maladies sexuellement transmissibles.
  • Dépistage du cancer du col de l’utérus et frottis tous les 2 à 3 ans.
  • Examen annuel mammaire pour les femmes à partir de 30 ans.
  • Bilan ophtalmologique tous les 2 ans.
  • Bilan cardiaque.

40-50 ans :

  • Bilan ophtalmologique de dépistage du glaucome et de la DMLA tous les 2 ans.
  • Bilan cardiaque à partir de 45 ans, chaque année, en cas de facteurs de risques (antécédents familiaux, hypertension artérielle, alcool, tabagisme…)
  • Dépistage du cancer colorectal tous les 2 ans pour les hommes et les femmes de plus de 50 ans.
  • Mammographie tous les 2 ans pour les femmes.
  • Contrôle du cancer de la prostate chez l’homme de plus de 50 ans.

60 ans et plus

  • Bilan de santé senior tous les 3 ans après 65 ans.
  • Examens divers : physique, dépistage sensoriel, évaluation cognitive, détection de la dépression.
  • Surveillance des facteurs de risque cardiovasculaire.
  • Mise à jour des vaccins, notamment contre la grippe, le pneumocoque, le zona et le COVID-19 en période épidémique.

Rédigé par Camille V.

Sources

– Le point sur sa santé avec l’examen de prévention en santé sante-pratique-paris.fr. Consulté le 11 janvier 2024.
– Mon bilan Prévention : en quoi ça consiste ? sante.gouv.fr. Consulté le 11 janvier 2024.
Allergènes animaux

Qu’est-ce qui nous rend allergiques chez les animaux ? | Thierry Payet

Selon un sondage IPSOS, près de 60 % des Français possèdent un chien ou un chat. Des animaux domestiques qui peuvent occasionner des allergies. Les poils si souvent mis en cause sont-ils les seuls allergènes des animaux ? Santé Sur le Net a enquêté sur la question.

Allergènes animaux

L’allergie aux poils, une idée reçue tenace

Nombreux sont ceux qui pensent que l’allergie au chat ou au chien résulte de ses poils. Pourtant, tout animal domestique, à poils, à plumes ou à écailles, peut entraîner des réactions allergiques :

Tous les animaux de compagnie ou d’élevage peuvent ainsi être à l’origine d’allergiesles chats, les chiens, les lapins et autres NAC (nouveaux animaux de compagnie), mais aussi les poissons et les oiseaux. Parfois l’allergie n’est pas provoquée par l’animal lui-même, mais par les produits utilisés pour son alimentation ou ses soins.

Les animaux, sources de multiples allergènes

L’allergie peut donc faire suite à un contact direct avec l’animal (griffure, morsure, caresse, soins, …) ou à un contact indirectpar exemple avec une couverture ou une serviette utilisée pour l’animal. Les sujets atopiques présentent généralement un risque majoré de développer une allergie aux animaux. En cas d’allergie, il est souvent très difficile d’identifier l’allergène ou les allergènes en cause. Et pour cause, ces allergènes peuvent être multiples :

    • Les poils et autres phanères (écailles, …) ;
    • Les squames ;
    • Les sécrétions de l’animal : des allergènes peuvent être présents dans l’urine, la sueur, la salive, les larmes ou encore le sébum de l’animal ;
    • Les parasites de l’animal ;
  • Les produits utilisés pour l’animal (aliments, fourrage, herbes, produits d’hygiène et de soins, …).

Contrairement aux idées reçues, l’allergie aux animaux ne dépend pas uniquement des poils. D’ailleurs, aucun lien n’a pu être établi entre la nature et la longueur des poils d’un animal et le risque d’allergie. De même, certains se disent allergiques aux plumes contenues dans certains oreillers, couettes et édredons. Il n’en est rien, l’allergie est ici due aux acariens présents dans la literie.

Une recherche minutieuse pour identifier l’allergène en cause

De multiples allergènes ont ainsi pu être identifiés chez les animaux, les poils n’étant qu’un exemple parmi tant d’autres. Ainsi, des allergènes respiratoires ont été décrits dans la salive des lapins. Chez les rongeurs, l’urine est la principale source d’allergènes, mais elle n’est pas la seule. Une allergie croisée entre la viande de cheval et la peau du hamster a même été identifiée.

En cas d’allergie à un animal domestique, la recherche du ou des allergènes en cause peut être longue et complexe. Une consultation spécialisée chez un allergologue est recommandée. Ce qu’il faut retenir, c’est que tous les animaux peuvent provoquer des allergies, du chien au serpent, en passant par tous les NAC ! Que les allergies peuvent prendre de multiples formes, de l’éruption cutanée à l’allergie respiratoire. Et enfin, que les animaux sont sources de nombreux allergènes, soit par eux-mêmes soit par leur environnement. Les sujets atopiques, plus sensibles aux allergies, doivent être particulièrement vigilants !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Les allergènes des animaux domestiques. www.atmo-bfc.org. Consulté le 22 décembre 2023.
– Nouveaux animaux de compagnie, allergènes et dermatoses allergiques. www.sfdermato.org. Consulté le 22 décembre 2023.
Origine nausées grossesse

L’origine des nausées de la grossesse enfin expliquée ! | Thierry Payet

Les nausées sont fréquemment associées aux premiers mois de la grossesse et sont même parfois capables de gâcher le début de la grossesse. Jusque-là, les causes précises de ces nausées restaient mystérieuses. Des chercheurs viennent de publier dans la célèbre revue scientifique Nature leur découverte sur l’origine des nausées de la grossesse. Explications.

Origine nausées grossesse

Nausées de la grossesse et hyperémèse gravidique

Les nausées et les vomissements sont chez de nombreuses femmes l’un des premiers signes du début de la grossesse. Ces nausées particulières débutent souvent à partir du premier mois de la grossesse et ont tendance à s’atténuer à partir du deuxième trimestre de la grossesse. Le plus souvent, ces nausées, certes désagréables, restent bénignes et sont sans danger pour la mère et la fœtus.

Néanmoins, chez environ 4 % des femmes enceintes, ces nausées se présentent sous une forme sévère, appelée l’hyperémèse gravidique. Les nausées sont alors associées à des vomissements importants et répétés, qui peuvent nuire à la santé de la mère et de l’enfant. En effet, la femme enceinte ne parvient plus à s’alimenter et à s’hydrater normalement, voire commence à perdre du poids et à se déshydrater. Une prise en charge médicale est nécessaire, parfois avec une hospitalisation. Dans tous les cas, si les nausées ou les vomissements deviennent difficiles à gérer, il faut consulter un professionnel de santé. Les médicaments contre les nausées (antiémétiques) ne doivent pas être utilisés sans l’avis d’un professionnel de santé.

Quelles sont les causes des nausées de la grossesse ?

D’où viennent ces nausées de la grossesse, le plus souvent bénignes, mais très désagréables au quotidien ? Jusque-là, les causes restaient inconnues. Les spécialistes évoquaient plusieurs facteurs de risque :

  • Des antécédents familiaux de nausées pendant les grossesses ;
  • Des antécédents de nausées, voire d’hyperémèse gravidique, lors d’une précédente grossesse ;
  • La présence dans l’estomac d’une bactérie, Helicobacter pyloriresponsable d’ulcère gastro-duodénal ;
  • Un Indice de Masse Corporelle (IMC) faible en début de grossesse ;
  • Des variations hormonales.

Pour autant, les études n’ont montré aucun lien entre ces différents facteurs et la fréquence ou l’intensité des nausées et des vomissements. Les spécialistes optaient pour une origine multifactorielle des nausées de la grossesse.

Une hormone du fœtus déclencherait les nausées

Mais une récente étude vient bouleverser cette vision. Des chercheurs viennent en effet de découvrir le rôle d’une hormone produite par le fœtus, l’hormone GDF-15. Cette hormone agit au niveau du cerveau maternel et serait directement impliquée dans le développement des nausées et des vomissements de la grossesse. La production de cette hormone et la sensibilité de la mère à l’hormone pourraient expliquer la survenue d’une hyperémèse gravidique. Plus le taux de l’hormone augmente dans le sang, plus les vomissements sont présents.

Même si les mécanismes précis de l’action de l’hormone restent à éclaircir, il semble que la sensibilité de la mère à l’hormone GDF-15 varie selon les femmes en fonction de l’exposition à l’hormone avant la grossesse. Selon les femmes, des taux variables de cette hormone seraient présents dans la circulation sanguine en dehors de la grossesse. Les femmes ayant un taux faible seraient plus sensibles au GDF-15 produit par le fœtus que les femmes ayant des taux élevés. Cette découverte pourrait permettre de développer de nouveaux traitements ciblés contre les nausées de la grossesse et en particulier contre l’hyperémèse gravidique.

En attendant, face aux nausées de la grossesse, quelques mesures simples peuvent aider les femmes enceintes :

  • Fractionner les repas ;
  • Limiter les aliments gras, salés ou épicés ;
  • Bien s’hydrater en buvant régulièrement de petites quantités d’eau ;
  • Dormir avec la tête surélevée (rajouter un oreiller) ;
  • Prévoir un biscuit sur la table de chevet pour manger quelque chose avant de se lever.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– GDF15 lié au risque maternel de nausées et vomissements pendant la grossesse. www.nature.com. Consulté le 2 janvier 2024.
– Nausées et vomissements pendant la grossesse. www.ameli.fr. Consulté le 2 janvier 2024.
Kinésithérapie et l’activité physique adaptée dans les EHPAD

un pilier de la santé familiale | Thierry Payet

Nombre de vues sur l’article : 1

Mise à jour: 29 décembre 2023

Dans la société actuelle, l’enfant est au cœur des préoccupations des familles et des professionnels de l’enfance. Dans ce contexte, l’Intervention de Prévention Précoce à Domicile (IPPAD) se présente alors comme une stratégie essentielle. Destinée à soutenir les jeunes enfants et leurs familles, l’IPPAD est une approche innovante, centrée sur la famille visant à promouvoir un développement sain et à prévenir d’éventuelles difficultés.

On vous en dit plus dans cet article.


I- « IPPAD » : de quoi parle-t-on ?

L’Intervention de Prévention Précoce à Domicile (IPPAD) est une démarche individuelle et personnalisée. Son but est de soutenir le développement des jeunes enfants au sein de leur environnement familial. Les premières années de vie sont cruciales pour le développement global de l’enfant. Ainsi, cette approche vise à optimiser leur potentiel de développement au sein de leur famille et de la société.

L’IPPAD est une approche qui nécessite une collaboration étroite entre les différents acteurs intervenant au domicile : les professionnels (éducateurs, thérapeutes, travailleurs sociaux, …), et les familles. En effet, chacun devra s’impliquer afin de bien pouvoir identifier puis répondre aux besoins spécifiques de l’enfant. Ceci, pour lui offrir un environnement sécurisé et stimulantclé de son bien-être et de son épanouissement.

Cette intervention précoce est particulièrement bénéfique pour les enfants présentant des retards de développement, des troubles du spectre autistique, ou d’autres troubles. Elle permet d’apporter à l’enfant en difficulté ainsi qu’à sa famille un soutien adapté dès les premiers signes de retards.


II- Contexte du déploiement de l’IPPAD : les « 1000 jours de l’enfant«

Le déploiement de l’Intervention de Prévention Précoce A Domicile (IPPAD) a été envisagé dans le cadre de la politique des 1000 premiers jours de l’enfant.

Pour rappel, la période des « 1000 jours », est un moment clé qui englobe la grossesse ainsi que les deux premières années de vie d’un enfant. C’est en effet au cours de cette phase de vie que l’enfant a besoin d’être stimulé physiquement et intellectuellement. Ceci afin de lui permettre d’avoir un développement harmonieux tant sur le plan cognitif, psychique que moteur.

Effectivement, investir dans une nutrition adéquate, des soins de santé préventifs et un environnement stimulant durant cette période peut avoir des implications profondes sur la croissance, la résilience et la santé globale de l’enfant.


III- « IPPAD » : comment fonctionne l’intervention précoce à domicile ?

L’intervention précoce à domicile est une méthode clé destinée à favoriser le développement optimal des enfants dès leur plus jeune âge. Cet accompagnement passe par :

  • une évaluation complète des besoins de l’enfant, réalisée par des professionnels qualifiés.
  • je‘élaboration d’un plan d’intervention personnalisé conçu pour répondre spécifiquement aux besoins de chaque enfant et s’appuyant sur les ressources propres à sa famille.
  • une intervention au sein de l’environnement de l’enfant. Ceci permet en effet de proposer un cadre sécurisé et d’optimiser l’efficacité de l’accompagnement. Les activités proposées par les professionnels dépendent des besoins spécifiques à chaque enfant. Ainsi, différentes propositions d’accompagnement peuvent être faites : exercices de développement moteur, stimulation langagière, jeux éducatifs, ou conseils parentaux.

IV- « IPPAD » : quels avantages ?

L’Intervention de Prévention Précoce à Domicile (IPPAD) offre de nombreux avantages en faveur du développement et du bien-être des jeunes enfants. En effet, cette intervention personnalisée, à domicile, permet d’apporter un accompagnement sur mesure de l’enfant au sein de son environnement. Cette approche motrice, cognitive, émotionnelle ou sociale, favorise un apprentissage et une adaptation plus efficaces.

Parmi les effets positifs on recense :

  • un meilleur développement psychoaffectif de l’enfant : problématique d’attachement réduite; troubles du comportement limités; développement cognitif, langagier et moteur renforcé.
  • l’implication active des parents et familles : préconisation d’outils et de stratégies personnalisées pour mieux accompagner l’enfant.
  • une parentalité plus paisible : meilleur repérage et meilleure réponse apportée aux besoins du bébé.

Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.

hausse pneumopathie

Hausse des pneumonies bactériennes en France | Thierry Payet

Dans le Nord de la Chine, les experts ont observé une augmentation inhabituelle des pneumopathies chez les enfants. En France aussi, certaines pneumopathies semblent en hausse depuis quelques semaines. Cette fois, le germe en cause ne serait pas un virus, mais une bactérie, Mycoplasma pneumoniae. Explications.

hausse pneumopathie

Mycoplasma pneumoniaeresponsable chaque année de différentes infections

Quatre ans après le début de la pandémie de Covid-19, l’annonce d’une hausse des cas de pneumonie en Chine alerte aussitôt les autorités de santé publique dans le monde entier. Pourtant, cette fois, le germe en cause est une bactérie atypique, Mycoplasma pneumoniae. En France aussi, le nombre de cas est en hausse et atteint des chiffres inhabituels. Santé Publique France suit donc de près l’évolution de ces maladies en France.

Mycoplasma pneumoniae est loin d’être une bactérie inconnue, puisqu’elle est responsable chaque année d’angine, de pharyngites, des bronchites, mais aussi de pneumonies. Elle est même retrouvée dans 30 à 50 % des pneumonies aiguës communautaires de l’enfant. Dans la majorité des cas, les infections provoquées par cette bactérie sont bénignes et guérissent rapidement avec un traitement antibiotique adapté. Cependant, quelques complications sont décrites :

  • Une aggravation d’un asthme préexistant ;
  • Des éruptions cutanées ;
  • Des douleurs musculaires et articulaires ;
  • Des troubles neurologiques (encéphalite, coma, troubles oculaires, confusion mentale, …) ;
  • Des complications cardiaques, gastro-intestinales, rénales et auriculaires.

Dans ces situations, une hospitalisation peut être nécessaire.

Une hausse inhabituelle liée à la levée des mesures sanitaires

Habituellement, les infections à Mycoplasma pneumoniae se rencontrent tout au long de l’année, même si elles sont plus fréquentes en été et à l’automne. Les épidémiologistes observent des foyers épidémiques cycliques, en moyenne tous les 3 à 7 ans. En Europe, plusieurs foyers ont ainsi été identifiés entre 2015 et 2017. Depuis la mi-novembre 2023, des cas semblent se multiplier en milieu scolaire, mais aussi au sein des services de réanimation dans plusieurs régions de France.

D’après les données recueillies par Santé Publique Francela hausse inhabituelle de cas en France aurait débuté à la fin de l’été 2023, avec une accélération du nombre de cas depuis le mois d’octobre 2023. Les classes d’âge les plus touchées seraient les enfants (6-15 ans) et les jeunes adultes (16-49 ans). Entre les semaines 40 et 46, le nombre de diagnostic a triplé et la tendance se poursuit actuellement. Plusieurs autres pays européens sont confrontés à la même situation, notamment la Suède, la Norvège, l’Irlande ou les Pays-Bas. Pour les experts, cette hausse inhabituelle pourrait être liée à la fin des meures et gestes barrière mises en place face à la Covid-19.

Les gestes barrière permettent de limiter la transmission interhumaine

En cas de pneumopathie à Mycoplasma pneumoniaele traitement repose sur une antibiothérapie adaptée efficace. Mais il est aussi possible de prévenir la transmission de cette bactérie, en respectant quelques conseils simples d’hygiène :

  • Porter un masque en cas de symptômes ORL ou respiratoires (toux, rhume, fièvre, …) ;
  • Porter un masque dans les lieux fréquentés et/ou en présence de personnes fragiles ;
  • Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ;
  • Se frictionner les mains avec une solution hydroalcoolique quand le lavage à l’eau et au savon est impossible ;
  • Aérer son logement au moins 10 minutes par jour ;
  • Eternuer ou tousser dans son coude ;
  • Utiliser un mouchoir à usage unique.

Les enfants de 5 à 15 ans sont les plus exposés, de même que les sujets âgés ou immunodéprimés. Respecter ces conseils permet de les protéger contre cette pneumonie bactérienne et ses risques de complications.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Augmentation des infections à Mycoplasma pneumoniae en France. www.santepubliquefrance.fr. Consulté le 4 décembre 2023.
– Alerte de la DGS sur une hausse des infections respiratoires à Mycoplasma pneumoniae. www.vidal.fr. Consulté le 4 décembre 2023.
Amnésie souvenirs d'enfance

Amnésie infantile – santé sur le Net | Thierry Payet

On a coutume de dire qu’on oublie tout ce qui se passe avant l’âge de 4 à 5 ans. Ce phénomène est appelé par les spécialistes l’amnésie infantile. Pour l’Observatoire B2V des mémoiresla neuropsychologue Bérengère Guillery revient sur ce phénomène qui a récemment fait l’objet d’une étude en lien avec l’autisme. Eclairage.

Amnésie souvenirs d'enfance

Qu’est-ce que l’amnésie infantile ?

Les enfants ne conservent généralement pas de souvenirs de ce qu’ils vivent avant l’âge de 4 ou 5 ans. Par ce phénomène appelé l’amnésie infantilel’histoire de nos premières années de vie ne se retrace que dans les albums photos ou les récits de nos parents. Comment expliquer ce phénomène ? Pourquoi la mémoire ne conserve les souvenirs qu’à partir d’un certain âge ? Si les enfants sont capables de se souvenir de certains détails du passé, une odeur, une chanson, ils oublient rapidement le contexte et le déroulé des événements du passé.

Biologiquement et physiologiquement, cette amnésie infantile s’explique par plusieurs phénomènes :

  • Le développement structurel et fonctionnel du cerveau et donc de la mémoire qui se poursuit après la naissance et jusqu’à l’âge adulte
  • Le développement des capacités cognitivesdes compétences essentielles pour forger et conserver les souvenirs
  • Les différences de perception sensorielle entre l’enfant et l’adulte, ce qui est important pour un adulte ne l’est pas forcément pour un enfant et vice versa.

La lumière pour retrouver ses souvenirs d’enfance

Au cours des premières années de vie, les enfants acquièrent ainsi progressivement l’ensemble des compétences qui leur permettront de créer et de conserver des souvenirs jusqu’à l’âge adulte. Parmi les compétences nécessaires, l’enfant doit pouvoir se situer précisément dans l’espace et dans le temps et se reconnaître comme une identité propre. Dans la petite enfance, l’enfant perço

it mal la frontière entre lui et les autres, entre lui et son environnement. Avoir des souvenirs, c’est aussi avoir la capacité de se projeter dans le futur et de regarder le souvenir comme un élément du passé.

Au final, l’amnésie infantile apparait être le témoin du développement progressif des capacités cérébrales et cognitives de l’enfant. Pour autant, différentes études ont examiné s’il était possible d’éviter cette étape et de se souvenir de tous les événements survenus depuis la naissance. Il y a quelques années, des chercheurs s’étaient notamment intéressés à l’effet de la lumière sur l’amnésie infantile. Plus récemment, une étude s’est penchée les liens entre l’amnésie infantile et le développement cérébral des enfants atteints d’autisme ou de troubles du spectre autistique.

L’amnésie infantile influencée par l’immunité et l’autisme ?

Dans cette étude, des chercheurs irlandais ont travaillé sur un modèle de souris. Ils ont montré que l’activation du système immunitaire de la mère au cours de la grossesse pouvait modifier le développement cérébral des enfants et agir comme une protection par rapport à la perte de mémoire. Ils ont également montré que les souvenirs d’enfance oubliés pouvaient être remis à jour chez l’adulte, en utilisant la lumière pour activer des voies neuronales spécifiques. Ainsi, les souvenirs d’enfance ne seraient pas totalement oubliés, mais seulement enfouis quelque part au fond de notre mémoire.

Pour les chercheurs, l’amnésie infantile serait due à un défaut de récupération des souvenirsles voies neuronales pour y accéder n’étant pas naturellement stimulées. De plus, les premières étapes de développement du cerveau au cours de l’enfance pourraient déterminer cette amnésie infantile, d’une manière différente chez les enfants autistes et chez les enfants sans troubles autistiques. Ces étapes seraient conditionnées – au moins en partie – par l’environnement immunitaire maternel pendant la grossesse, et donc potentiellement par la survenue d’infections.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Pourquoi n’arrivons-nous pas à nous souvenir de notre enfance ? 4 Questions à Bérengère Guillery. presse.signesetsens.com. Consulté le 20 novembre 2023.
– Les états cérébraux autistiques détiennent la clé pour déverrouiller les souvenirs d’enfance. www.tcd.ie. Consulté le 20 novembre 2023.
Mesurer la force de préhension • Blog santé Liem • 8 novembre 2023

Mesurer la force de préhension • Blog santé Liem • 8 novembre 2023 | Thierry Payet

10h30

En tant qu’ostéopathe expérimenté à Hambourg, j’ai souvent observé des athlètes et des passionnés de fitness venir dans mon cabinet avec différents types de blessures. Les blessures sportives sont malheureusement un problème courant, mais la bonne nouvelle est que l’ostéopathie est une méthode extrêmement efficace pour traiter les blessures sportives et peut aider à prévenir de futures blessures.

Ostéopathie et problèmes digestifs • Blog santé • 9 novembre 2023

Ostéopathie et problèmes digestifs • Blog santé • 9 novembre 2023 | Thierry Payet

Notre système digestif est une interaction fascinante d’organes, de muscles et de nerfs, responsable de l’absorption des nutriments et de l’élimination des déchets. Mais beaucoup de gens connaissent la réalité désagréable des problèmes digestifs comme les brûlures d’estomac, les flatulences ou le syndrome du côlon irritable. Alors que les médicaments peuvent souvent apporter un soulagement à court terme, l’ostéopathie apporte une solution holistique qui traite non seulement les symptômes mais aussi les causes sous-jacentes des problèmes digestifs.

Le lien entre l’ostéopathie et un système digestif sain

L’ostéopathie, une approche holistique des soins de santé, se concentre sur l’examen du corps dans son ensemble plutôt que sur le traitement de symptômes isolés. Le lien entre l’ostéopathie et les problèmes digestifs n’est peut-être pas évident à première vue, mais un examen plus approfondi révèle un lien étroit.

Des problèmes digestifs tels que des brûlures d’estomac, des flatulences ou le syndrome du côlon irritable peuvent indiquer des dysfonctionnements du système digestif lui-même. Mais ils peuvent aussi être provoqués ou aggravés par des tensions, des blocages ou des déséquilibres dans d’autres zones du corps. Un ostéopathe expérimenté examinera le corps dans son ensemble pour déterminer les causes sous-jacentes des problèmes digestifs. Cela peut inclure des tensions dans la région abdominale, des changements dans les mouvements de la colonne vertébrale ou même du stress et des facteurs émotionnels affectant la digestion.

Comment l’ostéopathie peut soutenir le système digestif :

1. Soulager les tensions : L’ostéopathie s’appuie sur des techniques manuelles telles que des manipulations douces qui peuvent aider à réduire les tensions au niveau de la région abdominale. Ces tensions peuvent gêner le fonctionnement normal du tube digestif et provoquer des inconforts.

2. Améliorer la mobilité : Grâce à des manipulations et mobilisations ciblées, un ostéopathe peut libérer les blocages du système digestif qui pourraient affecter la mobilité et la fluidité.

3. Favoriser la circulation sanguine : Une circulation sanguine optimale dans la zone abdominale est cruciale pour une digestion efficace. Les techniques ostéopathiques peuvent améliorer la circulation sanguine, favorisant ainsi la santé digestive.

Conseils pour promouvoir une digestion saine :

En plus du soutien de l’ostéopathie, divers changements de style de vie peuvent également contribuer à favoriser une digestion saine :

1. Alimentation consciente : Dans notre monde trépidant, nous oublions souvent de prendre nos repas en toute tranquillité. Cependant, manger lentement et consciemment aide à faciliter la digestion et à réduire les ballonnements.

2. Régime riche en fibres : Les fibres sont essentielles pour favoriser une digestion saine. Ils augmentent le volume des selles et soutiennent le mouvement intestinal. Les grains entiers, les fruits et les légumes sont d’excellentes sources de fibres.

3. Buvez suffisamment d’eau : Un apport hydrique adéquat est nécessaire pour assurer une digestion fluide. L’eau aide à transporter les nutriments et à éliminer les déchets.

4. Gestion du stress : Le stress a un impact avéré sur la digestion. Les techniques de relaxation telles que la méditation, le yoga et les exercices de respiration peuvent aider à réduire le stress et à calmer le système digestif.

5. Exercice régulier : Une activité physique modérée favorise le transit intestinal et aide ainsi à réguler la digestion.

Conclusion : un accompagnement holistique par l’ostéopathie pour un système digestif sain

Les problèmes digestifs peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de vie. L’ostéopathie offre une solution globale en traitant non seulement les symptômes mais également les causes sous-jacentes. En soulageant les tensions, en améliorant la mobilité et en favorisant la circulation sanguine, l’ostéopathie peut soutenir efficacement le système digestif. En combinaison avec une alimentation consciente, une hydratation adéquate, une gestion du stress et une activité physique régulière, les personnes souffrant de problèmes digestifs peuvent adopter une approche holistique pour améliorer leur santé digestive et vivre une vie plus confortable. Et pensez à toujours consulter un ostéopathe qualifié pour un traitement personnalisé.

Liens connexes:

1. [Osteopathie und Verdauungsprobleme: Ein ganzheitlicher Ansatz]2. [Gesunde Verdauung durch Ernährung]3. [Stress und Verdauung: Wie sie sich beeinflussen]