Entretien avec Swami Vijayananda • Torsten Liem • 2023

Entretien avec Swami Vijayananda • Torsten Liem • 2023 | Thierry Payet

L’interview a eu lieu le 14 février 2010, peu avant sa mort.

Fin 1950, il prend un bateau de Marseille vers le Sri Lanka et l’Inde pour retrouver son maître. Son idée était de lui demander conseil puis de retourner dans le sud de la France, où il travaillait comme médecin. Finalement, il est resté en Inde pour le reste de sa vie – les 59 années suivantes, dont il a passé plus de 10 ans dans une solitude totale dans l’Himalaya.

courte biographie

Swami Vijayananda (26.11.1914- 5.4.2010)

Le 26 novembre 1914, au début de la Première Guerre mondiale dans l’est de la France, Vijayananda est né dans une famille juive et devait succéder à son père, le grand rabbin de Metz. Enfant, il était très pieux, mais dans sa jeunesse, il a étudié la philosophie et a commencé à s’éloigner des dogmes religieux monothéistes. Il a ensuite étudié la médecine, suivant d’abord un maître spirituel à Paris, un psychiatre français influencé par le bouddhisme. Fin 1950, il prend un bateau de Marseille vers le Sri Lanka et l’Inde pour retrouver son maître. Son idée était de lui demander conseil puis de retourner dans le sud de la France, où il travaillait comme médecin. Il avait espéré rencontrer Shri Ramana Maharshi et Shri Aurobindo mais quand il arriva à Chennai en janvier 1951, tous deux venaient de mourir. Il a plutôt rencontré Ma Anandamayi le 2 février 1951 à Varanasi et lui a demandé si elle pouvait rester dans sa retraite pendant deux ou trois jours, ce qui s’est finalement transformé en 59 ans. Il a passé une longue période de plus de 10 ans dans une solitude totale dans un ashram de l’Himalaya car Ma Anandamayi, son maître spirituel, l’y a envoyé. En 1985, après la mort de Ma Anandamayi, elle lui a demandé de s’occuper des visiteurs de l’ashram, ce qu’il a fait jusqu’à la fin de sa vie.

  • Vous étiez médecin en France et vivez maintenant en Inde depuis près de 60 ans, pourquoi n’êtes-vous jamais retourné en France ?

J’ai vécu en Inde pendant 58 ans ; Je suis venu ici pour trouver le vrai professeur. J’ai trouvé Ma Anandamayi. Si j’ai trouvé ce que je cherchais, pourquoi devrais-je revenir en arrière ? J’ai miraculeusement trouvé exactement ce que je cherchais. Il n’y a donc aucune raison de revenir en arrière. Miraculeusement, j’ai trouvé ce que je cherchais.

  • Vous avez vécu seul dans l’Himalaya pendant quelques années.

Oui, depuis de nombreuses années. Ma Anandamayi m’y a envoyé. C’était un nouvel ashram et personne ne voulait y rester. Ma m’a dit Vijayananda que tu iras là-bas. Elle voulait que j’y aille. Il n’y avait pas d’eau là-bas. J’ai dû marcher 1,5 miles pour avoir de l’eau potable. Il n’y avait ni nourriture, ni lumière, ni électricité. J’ai dû marcher dans la jungle la nuit avec une sorte de torche.

  • Votre état de paix est-il un état constant ?

La paix est presque constante. Lorsque vous êtes seul dans la jungle, il y a de nombreuses raisons d’avoir peur de beaucoup de choses. Donc mon but était de ne plus avoir peur, de ne plus avoir peur du tout, d’être complètement libéré de la peur – tout le temps.

  • Votre état de paix, est-il le même que le bonheur – Ananda ?

Non, la béatitude est un état bien supérieur. J’éprouve le bonheur de temps en temps. La paix est un sentiment fondamental.

  • Qu’est-ce qui peut nous apporter la tranquillité d’esprit alors que nous vivons dans le monde ?

Lorsque vous êtes en méditation et que vous expérimentez la conscience de l’unité et que vous sentez que vous êtes la conscience divine et que vous ne pouvez pas mourir, vous êtes immortel.

  • Que pouvons-nous faire pour réduire nos sentiments destructeurs comme la haine, le désir, le chagrin ?

Peur, colère, désir sexuel. Méditation, regarder à l’intérieur, prendre conscience du fonctionnement de l’esprit. Si vous remarquez/comprenez comment le mental fonctionne, vous pouvez le contrôler.

  • Quelle est la différence entre méditer avec un mantra ou observer la respiration

Regarder la respiration n’est pas un bon pranayama. Le bon pranayama contrôle le nadi. Regarder le souffle n’est pas la vraie chose. Juste une aide.

Un mantra peut être utilisé comme support pour l’esprit.

  • Quelle est la différence entre une vie spirituelle et une vie mondaine ?

Plaisir, frustration, repli sur soi, loin du plaisir. Le « Soi » est la source. Le moi intérieur est la vraie cause de la joie. Les gens vont partout dans le monde pour trouver le bonheur et la joie. Si vous le trouvez en vous, vous n’avez pas à le chercher à l’extérieur. Ce que vous cherchez à l’extérieur, dans le monde, vous le trouverez à l’intérieur. Ce que vous cherchez dans le monde extérieur, vous le trouverez en vous, la paix intérieure. Lorsque vous vous rendez compte que tout est en vous, alors vous n’avez pas besoin de regarder à l’extérieur, de courir dehors.

  • Quel est le problème de le chercher à l’extérieur ?

Si vous le ressentez à l’intérieur, vous vous rendez compte que la joie ne dépend pas de quelque chose d’extérieur. Si vous êtes tourné vers l’extérieur, que vous avez une petite amie ou un petit ami et que vous en dépendez… Votre joie intérieure ne dépend de rien, elle est en vous, l’essence est en vous.

  • Est-il essentiel à une vie spirituelle de se retirer du monde ?

Non, il existe de nombreuses voies, par exemple le Karma Yoga. Cela change aussi l’attitude de l’esprit. Vous restez où vous vivez et vous changez l’attitude de l’esprit.

Explication Torsten Liem : Le Karma Yoga se caractérise par le service et l’action désintéressés.

  • Si vous vivez avec un partenaire dans une famille. Quel est le chemin d’une vie spirituelle?

Vous voyez la femme comme une mère divine, comme un dieu féminin et vous vous dites que vous servez Dieu. Et montrez du respect à la mère féminine. C’est la voie pour vous en tant qu’homme.

  • Existe-t-il un lien entre spiritualité et santé ?

Vous avez besoin d’un corps fort et sain si vous voulez bien méditer. Si vous êtes faible, vous ne pouvez pas réaliser une bonne vie spirituelle.

Lorsque vous mangez des aliments sains, vous êtes fort et vous vous détoxifiez, vous nettoyez de l’intérieur. Ne mangez pas trop ou vous tomberez malade. Mais assez pour avoir un corps sain et fort.

fièvre enfant défense naturel

La fièvre de l’enfant, un mécanisme de défense naturel | Thierry Payet

La fièvre au-delà de 38°C est fréquente chez l’enfant. Les tensions d’approvisionnement en paracétamol, premier médicament antipyrétique destiné à l’enfant, permettent de rappeler que la fièvre est avant tout un mécanisme de défense naturel de l’organisme. Santé sur le net vous donne des explications.

fièvre enfant défense naturel

La fièvre de l’enfant, un mécanisme de défense naturel

La survenue d’une fièvre chez l’enfant provoque souvent de l’inquiétude chez les parents, qui administrent rapidement du paracétamol. Mais faut-il systématiquement administrer du paracétamol dès que le thermomètre dépasse les 38°C ? Les pédiatres rappellent que la fièvre est avant tout un mécanisme naturel de défense de l’organisme. La fièvre traduit en effet l’activation du système immunitaire suite à une infection.

L’activation du système immunitaire est associée à la libération de cytokines, des substances qui interviennent dans l’inflammation, mais aussi dans la régulation de la température corporelle. Pour les pédiatres, il n’est pas nécessaire d’administrer du paracétamol de manière systématique, si l’enfant tolère bien la fièvre. Le médicament antipyrétique est surtout conseillé lorsque l’enfant développe d’autres signes que la fièvre :

  • Une irritabilité ;
  • Un inconfort ;
  • Une perte d’appétit ;
  • Une fatigue.

Le paracétamol seulement en cas d’inconfort

Un argument souvent avancé par les parents de jeunes enfants, le risque de convulsions fébriles. Pour les pédiatres, il faut bien distinguer la fièvre, même élevée, et les convulsions. Ces deux phénomènes peuvent survenir de manière concomitante, mais ne sont pas directement liés. Les convulsions sont généralement liées à la réaction immunitaire en elle-même et notamment à la libération parfois forte de cytokines. Les pédiatres rappellent que la fièvre est utile pour résoudre une infection, elle traduit la capacité du système immunitaire à lutter contre un agent pathogène.

L’administration de paracétamol est indiquée lorsque l’enfant présente par ailleurs des symptômes qui le gênent, et ce quel que soit le niveau de fièvre. De même, il n’est pas systématiquement recommandé de consulter un médecin dès qu’un enfant a de la fièvre. Toutefois, certaines situations nécessitent un avis médical rapide en cas de fièvre :

  • Un nourrisson âgé de moins de trois mois ;
  • Une éruption cutanée ;
  • Une toux importante et inhabituelle ;
  • Des diarrhées ;
  • Des vomissements ;
  • Un état général ou un comportement très altéré.

Consulter rapidement en cas de signes de gravité

De la même manière, une fièvre élevée, qui dure plus de trois jours, ou qui s’accompagne de nouveaux symptômes après 48 heures, nécessite d’aller consulter rapidement un médecin pour rechercher la cause des symptômes. L’administration de paracétamol est indiquée pour améliorer le confort de l’enfant et il faut veiller parallèlement à l’hydratation de l’enfant, car la fièvre peut favoriser la déshydratation.

En résumé, faire baisser la fièvre à tout prix n’est pas un objectif chez l’enfant, car cette fièvre est un mécanisme naturel de défense de l’organisme. Il faut en revanche améliorer le confort de l’enfant, en veillant à son hydratation et en administrant du paracétamol en cas d’inconfort. Les parents doivent surveiller l’apparition de signes de graviténécessitant une consultation médicale. Enfin, il faut dans la mesure du possible préférer le paracétamol à l’ibuprofène, un médicament à utiliser avec précautions dans le cas de certaines infections.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Prise en charge de la fièvre chez l’enfant. has-sante.fr. Consulté le 9 décembre 2022.
– Mon enfant a de la fièvre, que faire ? mpedia.fr. Consulté le 9 décembre 2022.
schéma illustrant les explications de l'ostéopathe sur le rapport entre le système lymphatique et les systèmes artériel et veineux

Ostéopathe et drainage lymphatique par la méthode Renata França | Thierry Payet

Votre ostéopathe Paris collabore avec Nora Alouat, ostéopathe également, et formée à la Méthode Renata Françaafin de vous proposer des séances de drainage lymphatique.

Méthode Renata Francapour qui ?

La méthode Renata França provient du Brésil.

L’ostéopathe aide aussi bien les sportifs que les sédentaires et personnes présentant un surpoids, des troubles hormonaux, de la fatigue chronique, une faiblesse immunitaire. Il agit également sur les problèmes de circulation et/ou de rétention d’eau, à l’aide de la méthode Renata França.

Un peu d’anatomie… Qu’est ce que le système lymphatique ?

Le système lymphatique travaille en parallèle des réseaux vasculaires et veineux.

schéma illustrant les explications de l'ostéopathe sur le rapport entre le système lymphatique et les systèmes artériel et veineux

Le système lymphatique présente trois rôles principaux :

  • le drainage de l’interstitium : 3L/24h
  • la défense immunitaire
  • le transport des graisses alimentaires

Les vaisseaux lymphatiques sont localisés dans toutes les régions du corps sauf le cerveau, la moelle osseuse et les tissus non-vascularisés.

schéma illustrant les explications de l'ostéopathe à paris sur la localisation généralisée du système lymphatique. On comprend donc que le drainage lymphatique par la méthode Renata França doit toucher tout le corps.

Les principaux noeuds vasculaires se situent au niveau du cou, de l’aisselle, de l’aine et de la région fémorale.
Ces noeuds sont des filtres et contiennent des éléments du système immunitaire.

C’est sur tout ce réseau que l’ostéopathe travaille lors du drainage lymphatique.

Objectifs de l’ostéopathe lors de son travail de drainage lymphatique (méthode Renata França) :

Le travail de drainage du système lymphatique, par la méthode Renata França, permet donc de :

  • stimuler les circulations sanguines et lymphatique, et ainsi drainer les excès de liquides
  • drainer les toxines, et ainsi stimuler la détoxification du corps
  • stimuler la circulation d’hormones et nutriments
  • stimuler le système immunitaire, et ainsi réduire le risque d’infection
  • accélérer la régénération des tissus
  • raffermir la peau

Résultats après une séance de Renata França par l’ostéopathe :

Dès la première séance de drainage lymphatique on retrouve :

  • un corps moins gonflé
  • une sensation de bien-être

Selon les métabolismes, le résultat est différent sur chaque personne.

A savoir : le drainage lymphatique aura un effet seulement sur la cellulite aqueuse. En revanche, pour la cellulite adipeuse et la cellulite fibrose il n’y a pas d’effet.

Comment travaille l’ostéopathe lors d’une séance de drainage lymphatique (méthode Renata França) ?

En suivant la méthode Renata França, l’ostéopathe travaille avec des mouvements fermes et rapides. Il utilise également des pompages qui donnent une information au corps et donc stimule la circulation sanguine.

Combien dure la séance de Renata França ? Et quel est le tarif ?

Le drainage lymphatique méthode Renata Franca propose un protocole corps entier.

Durée : 1h20
Tarif : 190€

Combien de séances sont nécessaires ?

L’ostéopathe adapte son protocole à vos besoins et vos objectifs.
Il est possible de faire une seule séanceou bien une cure de plusieurs séances de drainage lymphatique méthode Renata França.

Après une séance de drainage lymphatique par l’ostéopathe (méthode Renata França), le corps élimine encore les toxines pendant quelques jours. Ainsi, il n’y a pas d’intérêts à répéter les séances sur plusieurs jours de suite.

Dans le cadre d’une cure (5 séances)l’ostéopathe vous propose d’espace d’une semaine minimum les trois premières séances.
Elles sont suivies d’un bilan sur les résultats obtenus et objectifs réalisés. Ainsi, le bilan guide pour la suite du protocole. L’ostéopathe vous conseille d’espacer les quatrième et cinquième séances de trois semaines.

Afin d’entretenir le drainage tout au long de la cure, et ensuite, votre ostéopathe peut donner des conseils hygiéno-diététiques.

Quelles sont les contre-indications de la méthode Renata França ?

Voici une liste non-exhaustive des contre-indications de ce traitement :

  • Maladies malignes et auto-immunes
  • Insuffisance cardiaque
  • Insuffisance rénale
  • Thrombose et phlébite de moins de 3 mois
  • Tuberculose active et toxoplasmose
  • Inflammation aigüe (fièvre, allergie, éruption cutanée)
  • Premier trimestre de la femme enceinte

La femme enceinte peut-elle faire des séances de drainage lymphatique (méthode Renata França) avec l’ostéopathe ?

A partir du quatrième mois oui ! Le drainage lymphatique est même recommandé !

En effet, durant la grossesse les systèmes circulatoires (artériels et veineux) et lymphatiques sont très sollicités. Ainsi, le drainage lymphatique peut par exemple avoir une action sur les jambes lourdes de la femme enceinte.

L’ostéopathe prend toute les précautions nécessaires au niveau du ventre (pas de pression sur l’abdomen).

Et en post-accouchement ?

Le drainage lymphatique est également conseillé après l’accouchement. Le protocole est adapté au type d’accouchement réalisé.

A savoir, le drainage lymphatique permet de booster la sécrétion de prolactine dans le cadre d’un allaitement.

Prendre RDV à Paris avec l’ostéopathe pour une séance de drainage lymphatique (méthode Renata França) ?

N’hésitez pas à contacter votre ostéopathe à Paris pour en savoir plus sur le drainage lymphatique au 07.69.03.41.41 ou par mail mathildelocqueville.osteo@gmail.com.

Homme malvoyant atteint de DMLA. Lisant les recommandations de la HAS

DMLA recommandations en 2022 | Thierry Payet

Principale cause de malvoyance après 50 ans dans les pays industrialisés, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie particulièrement invalidante. Elle peut mener à la cécité (perte de la vue). D’où la nécessité d’un suivi régulier sur le long terme comme le stipule la Haute Autorité de Santé dans ses nouvelles recommandations. On fait le point sur les recommandations de la DMLA en 2022.

Homme malvoyant atteint de DMLA. Lisant les recommandations de la HAS

Recommandation DMLA et handicap visuel

Principale cause de handicap visuel chez les personnes de plus de 50 ans, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) se caractérise par une dégradation progressive de la zone centrale de la rétine. Constituée de cellules sensibles à la lumière, la rétine a pour rôle de transformer les signaux lumineux reçus par l’œil en signaux électriques destinés au cerveau. Au stade initial, la DMLA ne provoque pas de déficience visuelle. Malheureusement, son évolution peut conduire à une altération sévère de la vue voire à une perte de la vision.

À savoir ! Touchant près de 8% de la population française, la DMLA voit sa fréquence augmenter avec l’âge pour toucher 25 à 30 % des personnes de plus de 75 ans.

La Haute Autorité de Santé (HAS) rappelle pourtant qu’un repérage précoce de la DMLA  peut limiter le handicap visuel et les conséquences sur le quotidien du patient. D’où la nécessité d’un suivi régulier sur le long terme comme le stipule l’instance à travers ses nouvelles recommandations.

Vision : une surveillance régulière nécessaire

Pour pouvoir repérer précocement une DMLA, encore faut-il en connaître les facteurs de risque. Obésité, tabagisme, antécédents familiaux ou régime alimentaire (pauvre en oméga 3 ou riche en graisses saturées) constituent ainsi autant de paramètres à prendre en compte dans le repérage de la maladie. La HAS conseille donc aux personnes de plus de 50 ans et présentant un ou plusieurs de ces facteurs de risque de procéder à une surveillance régulière de leur vision.

En pratique, chacun peut procéder à une auto-surveillance régulière de sa vision à l’aide d’un outil appelé « la grille d’Amsler ». Disponible sur internet, ce système d’auto-évaluation permet au patient de détecter une éventuelle déformation des lignes ou une tache sombre au centre de la vision. Qui dit auto-surveillance implique également une vigilance quotidienne de la part du patient face à la survenue d’éventuels troubles de la vision comme :

  • Une déformation des objets observés
  • Une modification de la vision des couleurs
  • Une moindre perception des contrastes
  • Des difficultés à lire malgré une correction adaptée
  • Une gêne en vision nocturne

À savoir ! Si l’un de ces signes apparaît, il est recommandé de consulter rapidement un ophtalmologiste.

Cette auto-surveillance de la vision doit être complétée par une visite chez un ophtalmologiste. A réaliser tous les ans ou tous les deux ans.

Une stratégie thérapeutique adaptée au type de DMLA

Les nouvelles recommandations pour la DMLA de la HAS sont également l’occasion de faire le point sur les méthodes diagnostiques et des traitements existants. Face à des symptômes évoquant une DMLA, l’ophtalmologiste devra procéder à un examen clinique complet.

Des examens complémentaires sont également essentiels comme :

  • Un examen approfondi du fond d’œil
  • Une tomographie par cohérence optique (OCT)
  • Voire une angiographie

L’objectif de ces examens ? Confirmer le diagnostic de DMLA et identifier sa forme (sèche ou humide). Car la stratégie thérapeutique adoptée différera en fonction de la forme de DMLA du patient.

À savoir ! Il existe deux types de DMLA : la DMLA sèche (ou atrophique) et la DMLA humide (ou exsudative). La DMLA sèche correspond à un amincissement anormal de la zone centrale de la rétine. Entrainant une disparition progressive des cellules spécialisée équipées de photorécepteurs. Elle provoque une altération lente et progressive de la vision centrale (en 5 à 10 ans). Quant à la DMLA humide (ou exsudative), elle se caractérise par le développement anormal de vaisseaux sanguins dans la zone centrale de la rétine. D’évolution rapide, elle peut conduire à une perte de la vision centrale en quelques semaines ou même quelques jours.

Pour une DMLA humide par exemple, le traitement de première intention consistera en l’injection dans l’œil d’un inhibiteur du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire. Quant aux formes sèches de DMLA, elles devront faire l’objet d’une rééducation personnalisée afin de favoriser l’autonomie du patient et l’aider à développer des stratégies compensatrices de la perte de vision. Dans tous les cas, le patient se verra conseiller d’arrêter de fumer.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources

– Dégénérescence maculaire liée à l’âge.Haute Autorité de Santé. . Consulté le 15 novembre 2022.
– Comprendre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Amélie. . Consulté le 16 novembre 2022.
Tips to Improve Your Whole Health

Conseils pour améliorer votre santé globale – East Gippsland Osteopathic Clinic | Thierry Payet

Avec le coût de la vie qui ne cesse d’augmenter, il peut être difficile de gérer ces habitudes saines avec un budget serré. Voici donc cinq conseils rapides que vous pouvez appliquer pour améliorer votre santé globale.

1 à 30 minutes de mouvement quotidien

Qu’il s’agisse de se promener autour du pâté de maisons, dans un parc ou le long du sentier ferroviaire; un cours d’exercices, du pilates, du yoga et de nombreuses autres options, le simple fait de bouger votre corps pendant 30 minutes peut faire des merveilles pour votre santé et votre forme cardiovasculaire.

2 – Buvez 2L d’eau par jour

Garder notre corps hydraté avec de l’eau est extrêmement important car nous sommes composés à 80% d’eau et notre corps a besoin d’eau pour remplir les fonctions vitales dont nous avons besoin pour vivre.

3 – Routine de sommeil cohérente

Fixer une heure de coucher et de réveil spécifique nous permet de maximiser les hormones et les produits chimiques naturels de notre corps pour nous aider à avoir un sommeil réparateur et réparateur. Si nous pouvons obtenir ce type de sommeil pendant 7 à 9 heures par nuit, notre corps a alors le temps de se reposer et de se réparer.

4 – Plus de repas faits maison que de plats à emporter + une alimentation équilibrée

Lorsque nous cuisinons à la maison, cela inclut généralement une consommation régulière de fruits et de légumes, ce qui signifie que nous mangeons des aliments nutritifs avec beaucoup de vitamines et de minéraux permettant à notre corps de récupérer, de maintenir et d’améliorer notre santé. Alors que les plats à emporter ont tendance à être souvent riches en sucre, en graisses saturées et en autres aliments transformés, ce qui peut avoir un impact important sur notre santé, en raison de notre tour de taille, de notre santé intestinale et, surtout, de notre santé cardiaque.

5 – Limiter la consommation de sucre, d’alcool, de caféine (en particulier de café) et de boissons gazeuses

Aussi savoureux que puissent être les aliments contenant ces ingrédients, ils ne sont pas bons pour notre santé et peuvent avoir un impact considérable sur notre intestin, notre foie, notre cœur et de nombreux autres organes. Vous pouvez commencer par tester 1 ou 2 jours sans alcool, par exemple, sans alcool deux jours par semaine, et commencer lentement à réduire la quantité que vous consommez chaque jour. Bien qu’il soit acceptable de consommer ces aliments avec modération, limiter votre consommation peut améliorer le fonctionnement de nos intestins, de notre foie, de notre cœur et d’autres organes.

Je recommande de se concentrer sur un conseil à la fois, afin que cela devienne une habitude et succinct dans votre routine quotidienne. Trop de changements à la fois peuvent être un gros choc pour votre système et il est plus difficile de s’y tenir !

Si vous rencontrez des difficultés avec l’un de ces conseils pour améliorer votre santé globale, veuillez en parler à l’un de nos professionnels de la santé ou à votre médecin généraliste.

Veuillez parler à l’un de nos ostéopathes ou physiothérapeutes lors de votre prochaine visite si vous avez des questions sur ces conseils simples pour vous aider à améliorer votre santé globale.

How Long Will It Take for Me to Get Better? Healing Times Explained

Combien de temps me faudra-t-il pour aller mieux ? Les temps de guérison expliqués – East Gippsland Osteopathic Clinic | Thierry Payet

L’une des questions les plus fréquemment posées par nos patients est “Combien de temps cela prendra-t-il jusqu’à ce que ça aille mieux?” et la réponse est que les temps de guérison varient considérablement selon le type de blessure, les structures qui ont été endommagées, le temps qui s’est écoulé depuis le début de la blessure ainsi que votre âge, votre état de santé général et d’autres facteurs liés au mode de vie.

Souvent, nous constatons que plus vous avez eu une blessure longtemps, plus il faut de temps pour qu’elle se résorbe complètement, c’est parce qu’il y a généralement quelque chose qui empêche la guérison, par exemple – une nouvelle blessure ou des déséquilibres musculaires et une mauvaise posture, ce qui signifie que le reste de votre corps a essayé de le compenser d’une manière ou d’une autre.

Les ostéopathes traitent tout le corps et pas seulement le site de la blessure, nous essaierons donc de nous assurer que la blessure ne se reproduira pas et qu’elle ne se transformera pas en d’autres problèmes en conséquence.

Dans le cas de blessures aiguës, les temps de guérison des différents tissus (muscle, os, tendon, ligament, etc.) sont expliqués en plusieurs étapes, chaque phase se déroulant sur une durée différente.

1 – Hémostase (Des secondes à des heures)

C’est la première étape qui se produit immédiatement après la blessure. Les vaisseaux sanguins sont endommagés lorsque les tissus sont blessés et que des fluides tels que le sang et le plasma pénètrent dans le site de la plaie. Des caillots sanguins se forment pour prévenir d’autres saignements autour de la blessure et des signaux vont au cerveau pour stimuler l’envoi de cellules inflammatoires dans la région.

2 – Inflammation (Heures à Jours)

Les cellules inflammatoires arrivent au site de la blessure et commencent à agir sur les tissus endommagés et le sang coagulé. Ce processus commence à se décomposer et à éliminer tout tissu endommagé, à nettoyer la zone et à protéger contre d’autres blessures. Cette étape est ce qui rend la blessure agrandie, rouge ou enflée et peut être douloureuse pour bouger les articulations.

3 – Réparation (jours à semaines)

Les cellules s’accumulent autour du site de la blessure et commencent à produire du collagène, qui est un type de protéine. Ces protéines sont les éléments constitutifs de la croissance de nouveaux tissus. Au cours de la phase de réparation, le collagène est disposé de manière aléatoire et désorganisée, ce qui signifie qu’il n’a pas beaucoup d’intégrité structurelle et qu’il est plus faible que lorsque le tissu est complètement guéri et peut encore être endommagé ou blessé à nouveau facilement.

4 – Remodelage (semaines à mois à années)

Au cours de la phase de remodelage, les fibres de collagène commencent à s’aligner et à se contracter, permettant au tissu précédemment endommagé de devenir plus stable et d’établir plus de force. Cela peut prendre plus de 12 mois selon le type de blessure, car votre corps continue de se réparer et de se renforcer même après que la blessure ait l’air et se sente mieux.

Le tableau ci-dessous donne une idée du temps que chaque type de blessure peut prendre pour guérir complètement, notez que les os prennent généralement moins de temps à guérir que les blessures aux tendons ou aux ligaments !

N’oubliez pas que ce n’est pas parce que vous ne souffrez plus que votre corps est complètement guéri !

Il est important de suivre votre plan de traitement pour assurer la récupération la plus rapide possible et pour éviter une nouvelle blessure ou une compensation dans d’autres parties du corps.

Nos ostéopathes et physiothérapeutes sont formés pour diagnostiquer avec précision le problème et décider quels tissus sont blessés, élaborer un plan individuel pour vous qui facilitera la récupération et aidera votre corps à guérir.

Consultez le blog PEACE & LOVE du Dr Mitchell Evans pour en savoir plus sur la façon de gérer votre blessure aiguë ➞

References
Elnaggar, S. (2020). What You Need To Know About Tissue Healing. [P]REHAB. https://theprehabguys.com/tissue-healing-timelines/
Stroncek, J. D., & Reichert, W. M. (2008). Overview of Wound Healing in Different Tissue Types. In W. M. Reichert (Ed.), Indwelling Neural Implants: Strategies for Contending with the In Vivo Environment. Taylor & Francis. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK3938/
Wallace, H. A., Basehore, B. M., & Zito, P. M. (2021). Wound Healing Phases. StatPearls. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK470443/ 
Cancer du sein et pollution

cancer du sein et pollution : un lien accru ? | Thierry Payet

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes en France. De plus en plus d’études s’interrogent sur les facteurs environnementaux, qui pourraient expliquer l’augmentation de l’incidence de ce cancer d’année en année. Le projet XENAIR s’intéresse justement à ce sujet, en évaluant le lien potentiel entre le risque du cancer du sein et l’exposition chronique aux polluants atmosphériques. Explications du lien entre le cancer du sein et la pollution.

Cancer du sein et pollution

Cancer du sein et pollution

La qualité de l’air, intérieur comme extérieur, se détériore, et parallèlement, le risque de cancer du sein augmente. Faut-il y voir un lien ? C’est la question que se sont posées plusieurs équipes de recherche dans le cadre du projet XENAIR (XENœstrogènes présents dans l’AIR). L’objectif de ce projet était d’évaluer le lien possible entre le risque de cancer du sein et l’exposition chronique à différents polluants de l’atmosphèreen particulier :

  • Les dioxines ;
  • Le benzopyrène ;
  • Les PCB (polychlorobiphényles) ;
  • Le cadmium ;
  • Les particules fines ;
  • Le dioxyde d’azote ;
  • L’ozone.

A savoir ! Les xénœstrogènes, plus communément appelés des perturbateurs endocriniens, sont des substances environnementales, naturelles (phytoœstrogènes) ou synthétisées par l’homme, qui possèdent des activités biologiques proches de celles des hormones œstrogènes. Dans la liste ci-dessus les dioxines, le benzopyrène, le cadmium et les PCB sont reconnus comme des xénœstrogènes.

Au total, 5 222 femmes, de la cohorte E3N, suivies depuis 1990 jusqu’en 2011, et ayant été diagnostiquées d’un cancer du sein ont été suivies et leurs données comparées avec celles de 5 222 femmes de la même cohorte (même classe d’âge et même statut ménopausique), mais n’ayant pas développé de cancer du sein au cours du suivi.

Cinq polluants associés à une augmentation du risque de cancer du sein

Pour chaque polluant atmosphérique pris en compte, des expositions moyennes et cumulées ont été déterminées pour chaque femme de l’étude, à partir des données suivantes :

  • Son lieu de résidence ;
  • Des modèles spécifiques pour chaque polluant ;
  • Le moment du diagnostic du cancer du sein.

Les données obtenues révèlent que les femmes de l’étude, entre 1990 et 2011, sont de moins en moins exposées aux polluants considérés, hormis l’ozone. Néanmoins, les niveaux d’exposition estimés restaient supérieurs aux recommandations sanitaires en vigueur pour le dioxyde d’azote et les particules fines. Par ailleurs, le projet XENAIR met en évidence que plus l’exposition à cinq polluants est importante, plus le risque de cancer du sein augmente.

Améliorer la qualité de l’air

Ces cinq polluants sont :

  • Le dioxyde d’azote : une augmentation de l’exposition de 17,8 µg/m3 est associée à une augmentation significative d’environ 9 % du risque de cancer du sein ;
  • Les particules fines PM10 (diamètre inférieur à 10 µm) : une augmentation de l’exposition de 10 µg/m3 serait liée à une hausse peu significative du risque de cancer du sein d’environ 8 %, un chiffre qui s’élève à 13 % pour les particules fines de type PM2.5 (diamètre inférieur à 2.5 µm) ;
  • Le benzopyrène: une hausse de l’exposition de 1,42 ng/m3 est associée à une hausse significative du risque de cancer du sein d’environ 15 % ;
  • Les PCB: une augmentation de 55 pg/m3 de l’exposition élèverait significativement le risque de cancer du sein d’environ 19 %

En revanche, aucune association n’a été montrée pour le cadmium et les dioxines, pourtant deux xénœstrogènes. Les chercheurs attendent encore le résultat des données recueillies pour l’ozone. En allant plus loin dans l’analyse des données, les chercheurs ont observé que le risque de cancer du sein était supérieur, lorsque les femmes avaient été exposées au benzopyrène et aux PCB au moment de la ménopause. Un tel projet suggère un rôle possible de la qualité de l’air sur l’épidémiologie du cancer du sein. L’amélioration de la qualité de l’air et la lutte contre la pollution atmosphérique pourraient donc permettre de réduire l’incidence du cancer du sein.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– XENAIR : des liens mis en évidence entre cancer du sein et exposition à des polluants atmosphériques. centreleonberard.fr. Consulté le 10 octobre 2022.
Respirez correctement • Torsten Liem • 7 avril 2022

Respirez correctement • Torsten Liem • 7 avril 2022 | Thierry Payet

Mobil Krankenkasse : Monsieur Liem, la respiration est vitale – mais que se passe-t-il réellement dans le corps ?

Torsten Liem : La fonction principale de la respiration est l’échange de gaz dans les poumons. Cela signifie que lorsque vous inspirez, l’oxygène de l’air passe dans le sang, tandis que lorsque vous expirez, le dioxyde de carbone est libéré du sang dans l’air que vous respirez et dans l’environnement. Ce processus est vital car de nombreuses réactions chimiques dans le corps humain nécessitent de l’oxygène. S’il n’y a pas assez d’oxygène disponible, le cerveau et d’autres organes sont endommagés. D’un point de vue ostéopathique, la respiration sert à distribuer l’oxygène vital à travers le système cardiovasculaire dans tout l’organisme. Ensemble, les systèmes respiratoire et cardiovasculaire sont le moteur qui nous maintient en vie. Un bon mouvement respiratoire a de nombreuses autres fonctions importantes – il soutient également le flux lymphatique dans le corps et constitue un bon drainage des organes. Il y a aussi la respiration interne, que les cellules utilisent pour produire de l’énergie. Il dépend de centrales électriques internes, les mitochondries. Ce sont de minuscules structures à l’intérieur d’une cellule. Ils peuvent être détruits par le stress, entre autres.

Assurance maladie mobile : Quels groupes musculaires travaillent lors de la respiration ?

Torsten Liem : Ici, vous devez distinguer les deux phases de respiration. Lorsque vous inspirez, l’air que vous respirez est distribué dans les différentes parties de vos poumons. Cette soi-disant ventilation ne se fait pas par les poumons eux-mêmes, mais par les muscles respiratoires. Le diaphragme et les muscles intercostaux sont principalement impliqués. Le diaphragme descend en raison de la tension et pousse tous les organes sous-jacents de la poitrine dans l’abdomen, de sorte que notre paroi abdominale se soulève lorsque nous respirons. On parle alors de respiration abdominale. La contraction des muscles intercostaux, à son tour, provoque l’expansion latérale de la poitrine lors de l’inspiration, de sorte qu’ils sont responsables de la respiration thoracique. Lorsque vous expirez, les muscles mentionnés ci-dessus se détendent, compressant passivement les poumons et dégonflant les sacs aériens dans les poumons. Les muscles abdominaux soutiennent ce processus. Lorsque nous nous entraînons physiquement et avec certaines maladies pulmonaires, les muscles respiratoires du cou, de la poitrine et de l’abdomen deviennent également actifs.

Assurance maladie mobile : y a-t-il une bonne et une mauvaise respiration ?

Torsten Liem : La bonne façon de respirer calmement est par le nez et dans l’estomac, de sorte que la paroi abdominale se soulève. Une respiration thoracique courte et superficielle est défavorable au repos car trop peu d’oxygène pénètre dans le sang et donc dans les organes. Cela peut entraîner toute une série de problèmes tels qu’un manque de concentration, des maux de tête, de l’épuisement et de la fatigue. De plus, si les organes internes ne sont pas suffisamment drainés et déplacés par la respiration, d’autres symptômes tels que des troubles gastro-intestinaux peuvent survenir. Une mauvaise posture, comme un dos arrondi affaissé et des épaules voûtées, affecte également la respiration. Au lieu d’un demi-litre d’air, moins d’air pénètre alors dans les poumons par respiration.

Assurance santé mobile : Peut-on apprendre à respirer correctement tout le temps ?

Torsten Liem : Oui, et comme nous respirons 10 à 15 fois par minute, soit environ 23 000 fois par jour, un tel entraînement respiratoire vaut vraiment la peine. Au début, des exercices de respiration ciblés sont utiles. Finalement, la “nouvelle” respiration deviendra une habitude. Le mouvement et la posture conscients du corps ainsi que les sentiments positifs améliorent également la respiration, ce qui profite à son tour au corps, à l’esprit et à l’âme. Il est également important de respirer le bon air. Je recommande des promenades rapides régulières dans les bois, idéalement trois heures par semaine – cela fonctionne comme une pilule de santé miracle sur le corps. Un dernier conseil : rincez-vous le nez avec une douche nasale une à deux fois par semaine le soir avant de vous coucher pour vous aider à respirer plus librement. Pour ce faire, dissoudre neuf grammes de sel dans un litre d’eau tiède.

Mobil Krankenkasse : Quel exercice de respiration recommanderiez-vous ?

Torsten Liem : Par exemple, un exercice facile à pratiquer consiste à inspirer et expirer profondément et rapidement 10 à 30 fois, puis à retenir votre souffle pendant 30 à 60 secondes, puis à continuer à respirer normalement. Cela devrait être pratiqué régulièrement trois à huit fois par jour. Des études ont montré que les exercices de respiration avec une privation d’oxygène ciblée à court terme peuvent, entre autres, augmenter l’absorption d’oxygène, améliorer la régulation de la glycémie et la fonction du muscle cardiaque, abaisser la tension artérielle et renforcer le système immunitaire.¹ Un rire prolongé approfondit également la respiration. et est aussi bon pour le psychisme.

Mobil Krankenkasse : Dans quelle mesure le psychisme et la respiration s’influencent-ils mutuellement, par exemple en cas de stress ?

Torsten Liem : Notre respiration est généralement contrôlée inconsciemment par le centre respiratoire du tronc cérébral. Le stress chronique entraîne souvent une respiration tendue, superficielle et rapide qui se produit davantage dans la poitrine que dans l’abdomen. Inversement, la respiration peut également influencer les réponses au stress. Divers types d’interventions, telles que le bâillement, la relaxation musculaire ou l’auto-massage, conduisent à une respiration plus profonde et donc à une réduction efficace du stress. L’observation de la respiration et divers exercices de respiration peuvent également avoir un effet positif sur les réactions au stress.