Contaminants eau robinet

Comment réduire les contaminants dans l’eau du robinet ? | Thierry Payet

Nos sols sont de plus en plus pollués, il en est de même pour l’eau. L’agence régionale de santé s’occupe du contrôle de nos réseaux hydrauliques, mais il est parfois possible qu’il y ait des résidus. Des méthodes supplémentaires existent pour réduire les contaminants dans l’eau du robinet de façon naturelle.

Contaminants eau robinet

Quels sont les éléments contrôlés dans l’eau du robinet ?

Le réseau d’eau potable s’étend dans toute la France et doit être scrupuleusement contrôlé. Puisque la qualité de l’eau est une garantie de sécurité sanitairel’eau du robinet est l’un des aliments les plus contrôlés. Elle fait l’objet d’un suivi rigoureux au quotidien.

Cependant, l’eau du robinet garde des traces de certains métaux lourds et d’autres particules. Des taux sont déterminés par l’ARS (Agence régionale de santé) sous la directive européenne 98/83/CE du 3 novembre 1998 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine. Le contrôle s’effectue pour les paramètres suivants :

  • La qualité microbiologiquela recherche d’éventuels germes pathogènes est réalisée régulièrement afin d’éviter la présence de bactéries, virus et parasites. Cela peut venir d’une défaillance du traitement dans le réseau.
  • La concentration des nitrates est due principalement à une présence naturelle. Mais elle peut être contaminée à hauteur plus élevée par l’activité humaine comme les rejets urbains ou industriels et la pollution agricole.
  • Les pesticides ou produits phytosanitaires peuvent se retrouver dans l’eau du robinet. Leur présence est accentuée par ruissellement de l’eau et l’infiltration des produits néfastes dans le sol.
  • La radioactivité présente dans l’eau du robinet dépend de la situation géologique des terrains qu’elle traverse. Les régions granitiques peuvent présenter une radioactivité naturellement plus élevée. Le contrôle s’évalue en fonction du taux de radionucléides naturels et artificiels.
  • Le plomb doit respecter un taux de 25 microgrammes par litre pour la consommation humaine.
  • Les substances émergentes sont également contrôlées. Elles correspondent aux nouveaux polluantsdont les résidus de médicaments : hormones, antidépresseurs, bêtabloquants…

Quelles solutions naturelles pour filtrer l’eau du robinet ?

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié un rapport en avril dernier. Il dévoile une importante contamination de pesticides dans l’eau du robinet sur le territoire. Il est possible de vérifier la qualité de l’eau potable selon sa région géographique. Cependant, en cas de doute, il existe des solutions naturelles pour filtrer l’eau du robinet et limiter les risques d’exposition.

Dotée d’un système de filtration avancé, elle permet de retenir des métaux comme le plomb ou le cuivre ainsi que certains pesticides et le chlore. Elle élimine également les mauvaises odeurs ou le goût prononcé de chlore résultant du traitement des eaux. Par ailleurs, elle garantit une eau fraîche et pure.

C’est une technique de filtration qui vient d’Asie. Elles permettent d’assainir l’eau en limitant le chlore, les nitrates et le calcaire. Elles apportent aussi une légère protection antibactérienne et sont antioxydantes. Le goût de l’eau devient neutre. Les perles ont une durée de vie de 10 ans.

Le Binchotan est un charbon végétal traditionnellement employé au Japon. Placé dans une carafe, il filtre efficacement les résidus de chlore et de pesticides. Il favorise la minéralisation de l’eau en libérant des éléments minéraux comme le magnésium, le fer, le potassium et le calcium présents naturellement dans l’eau. Il offre ainsi une source d’eau plus saine et enrichie.

À savoir ! Vous pouvez vous renseigner sur la qualité de l’eau dans votre lieu de résidence sur le site officiel du Ministère des Solidarités et de la santé.

Installer un filtre à eau sur son robinet

Il existe 3 types de filtres qui s’adaptent à votre installation sous l’évier ou sur le robinet directement.

  • Le système installé directement sur robinet possède une durée d’utilisation de 3 mois avant de changer le filtre.
  • Le filtre sous le robinet traite l’eau avant qu’elle arrive dans le système. Cette option permet d’adapter le filtre en fonction de votre zone géographique, selon les contaminants les plus présents. Cette solution sur mesure vous permet aussi de faire un contrôle régulier de l’eau.
  • Pour finir, l’osmoseur est la méthode la plus efficace, car elle retient une plus grande quantité d’éléments indésirables. Les filtres ne changent qu’une fois par an. Il est semblable à une petite station d’épuration à domicile.

Sources

– Qualité de l’eau potable. sante.gouv.fr. Consulté le 23 janvier 2024.
– Eau du robinet. sante.gouv.fr. Consulté le 23 janvier 2024.
Kinésithérapie et l’activité physique adaptée dans les EHPAD

comprendre, prévenir et soutenir les professionnels à risque | Thierry Payet

Nombre de vues sur l’article : 0

Nombre de professionnels de santé sont régulièrement confrontés à des situations complexes. Riches en émotions, ces situations peuvent être à l’origine de cicatrices invisibles. Dans ce contexte, le traumatisme vicariant ou la fatigue compassionnelle émerge donc comme une réalité souvent méconnue mais profondément impactante.

Qu’entend-on par traumatisme vicariant ou fatigue compassionnelle ? Quels sont les signaux d’alerte ? Quels sont les symptômes physiques et psychiques qui peuvent en découler ? Comment prévenir ce traumatisme ?

Medicalib vous en dit plus à ce sujet.

I- Traumatisme vicariant ou fatigue compassionnelle : de quoi parle-t-on?

Le traumatisme vicariant est un traumatisme indirect, un « traumatisme par procuration » subit par des professionnels exposés quotidiennement à des situations émotionnellement chargées. Il est une conséquence de l’écoute et de l’empathie nécessaire au travail de la relation d’aide. Il se distingue du traumatisme direct par le fait qu’il n’est pas vécu directement, mais découle d’une réaction empathique et émotionnelle profonde du professionnel face au traumatisme vécu par un tiers.


II- Traumatisme vicariant : professions à risque

Les professions les plus exposées au traumatisme vicariant sont des professions confrontées à la souffrance humaine. On retrouve donc ce phénomène dans des secteurs comme la santé (premiers secours, aidants et soignants, …) ou dans les services sociaux.

Soignants, travailleurs sociaux, personnes participant à des interventions d’urgence… : tous ces métiers impliquent un contact direct avec des situations traumatisantes, faisant des professionnels des témoins empathiques des expériences difficiles vécues par autrui.

Reconnaître ces facteurs de risque spécifiques à chaque profession est crucial pour anticiper et prévenir les effets du traumatisme vicariant.


III- Traumatisme vicariant : symptômes

Les professionnels exposés au traumatisme vicariant sont susceptibles de développer des symptômes physiques, émotionnels et comportementaux qui peuvent avoir un impact sur leur bien-être, leur quotidien et leur activité professionnelle.


jeV- Fatigue compassionnelle : les 4 phases1

UN – Phase du zèle

« Le soignant ou le professionnel des soins est engagé et totalement investi ; il travaille de longues heures et se porte volontaire pour donner son soutien. »

B- Phase d’irritabilité

« Le soignant ou le professionnel des soins devient moins consciencieux ou évite le contact avec la personne malade. Il peut sembler distrait, préoccupé ou distant. »

C- Phase de retrait

« Le soignant ou le professionnel des soins ressent un manque d’enthousiasme ; il « s’endurcit » et peut se plaindre de stress ou de fatigue. Le soignant et la personne atteinte semblent désormais évoluer en parallèle. »

D – Phase « zombi »

« Le désespoir se transforme en rage et la personne perçoit les autres comme des « incompétents ». Elle manifeste du dédain envers la personne atteinte et les proches. La personne devient distante et impatiente. Elle ne prend plus plaisir aux activités qu’elle appréciait auparavant.


V- Comment préserver la santé mentale des professionnels ?

UN – Sensibiliser les professionnels

Préserver la santé mentale des professionnels pouvant être confrontés à une fatigue compassionnelle passe notamment par des actions de sensibilisation. Il est important d’informer les soignants de ce type de tourment qui nécessite d’être rapidement pris en charge.

Les institutions et les employeurs doivent intégrer des programmes éducatifs sur les risques associés à ces professions afin d’armer les professionnels contre les impacts émotionnels de leur travail. Des ateliers de sensibilisation et des sessions de formation peuvent aider les professionnels à reconnaître et à comprendre les signes du traumatisme vicariant ou de la fatigue compassionnelle.

B- Accompagner les professionnels dans la gestion de leur stress

Et environnement de travail propicedisposant d’espaces de détente contribue à prévenir le traumatisme vicariant. Par ailleurs, proposer une pratique de gestion du stress comme la méditation ou le yoga peut aider les professionnels exposés à des situations traumatiques. Par ailleurs,

C- Proposer un soutien psychologique

Il apparaît important que les professionnels puissent avoir accès à des psychologues, des conseillers ou des thérapeutes spécialisés dans le traumatisme vicariant.

D – Promouvoir un équilibre de vie

Il est fondamental que les professionnels parviennent à trouver un juste équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Les professionnels doivent pouvoir se reposer et se ressourcer pour être à même d’affronter les situations complexes auquel leur activité professionnelle les soumet.

Certaines mesures simples peuvent permettre de soulager la fatigue qui s’installe, comme par exemple :

  • se changer les idées en pratiquant des activités ludiques ou sportives permettant de se détacher des situations complexes vécues dans le cadre professionnel
  • se reposer et prendre soin de soi
  • passer du temps avec ses amis et sa famille
  • veiller à avoir une alimentation équilibrée et une bonne hygiène de vie, …

Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.

OMT chez les nourrissons • Ostéosanté • 30 novembre 2023

OMT chez les nourrissons • Ostéosanté • 30 novembre 2023 | Thierry Payet

L’article est une revue systématique et une méta-analyse évaluant l’efficacité du traitement de manipulation ostéopathique (OMT) pour les troubles gastro-intestinaux chez les nourrissons à terme et prématurés. Neuf études répondaient aux critères d’inclusion, dont cinq traitaient des nourrissons à terme et les autres traitaient des nourrissons prématurés. Les principaux critères de jugement concernaient la fonction gastro-intestinale ainsi que des critères d’évaluation secondaires tels que la durée du séjour à l’hôpital, la satisfaction des parents et les éventuels événements indésirables (EI)..

Le tractus gastro-intestinal joue un rôle essentiel dans le développement du nourrisson, mais des troubles tels que des problèmes de succion et de déglutition, des coliques infantiles, une diarrhée fonctionnelle et un syndrome de vomissements cycliques peuvent affecter la santé du nourrisson. L’OMT est une thérapie complémentaire non invasive qui utilise diverses approches manuelles pour améliorer la réponse physiologique et soutenir l’homéostasie physique. Cette thérapie se concentre particulièrement sur la manipulation et le mouvement du fascia viscéral.

La recherche documentaire a inclus diverses bases de données telles que PubMed, Scopus, Embase, Cochrane, Cinahl et PEDro. Les études incluses ont utilisé diverses techniques ostéopathiques, notamment la thérapie cranio-sacrale (CST), la libération myofasciale, la tension ligamentaire/membraneuse équilibrée, la thérapie fluidique indirecte et la propagation en V, le traitement viscéral, les sutures crâniennes, l’articulation et le traitement musculaire et osseux, en fonction de ceux associés. avec les zones dysfonctionnelles des Structures. Le nombre de séances d’OMT variait entre 1 et 2 par semaine, et une étude a mené trois séances au cours de la première semaine de vie. La durée de chaque séance variait de 20 à 60 minutes.

Les résultats ont montré que l’OMT était efficace dans certains cas, en particulier pour réduire les cris de coliques au fil du temps, et dans une étude, une réduction significative des crachats/vomissements a également été observée après cinq mois. Lors de l’alimentation des nourrissons prématurés, une étude a montré une amélioration statistiquement significative de l’obtention d’une nutrition orale complète dans le groupe OMT. Il n’y a pas eu de résultats statistiquement significatifs concernant la prise de poids et l’allaitement maternel. Les résultats ont été mitigés concernant la durée du séjour à l’hôpital, certaines études montrant une réduction dans le groupe OMT tandis que d’autres n’ont trouvé aucune différence significative. Concernant l’allaitement, une étude a montré une amélioration significative de la capacité des nourrissons à téter le sein et de la perception qu’ont les mères de l’allaitement. Dans l’ensemble, l’OMT était considérée comme généralement sûre, une seule étude rapportant des événements indésirables transitoires..

L’étude conclut que l’OMT est efficace dans certains cas, mais la généralisation n’est pas possible en raison de preuves contradictoires et du manque d’études de réplication de haute qualité. Il est recommandé de mener des essais contrôlés randomisés de haute qualité pour fournir de meilleures preuves.

Les interventions et les principales conclusions décrites dans le tableau 2 de l’article sont résumées comme suit :

Hayden et coll. (2009), Cerritelli et al. (2013, 2015) – Essais contrôlés randomisés (ECR) : Ces études ont mis en œuvre la thérapie manipulatrice ostéopathique (OMT) en utilisant diverses techniques telles que la thérapie cranio-sacrale (CST), la libération myofasciale, la tension ligamentaire/membraneuse équilibrée, la thérapie fluidique indirecte et la propagation en V. Les groupes témoins n’ont reçu aucune intervention ou des soins médicaux standards avec évaluation ostéopathique. Les séances avaient lieu une à deux fois par semaine et duraient entre 20 et 30 minutes.

Résultats sur les cris de coliques et la prise de poids : Certaines études ont montré une augmentation significative du nombre moyen d’heures de pleurs contre les coliques par jour en faveur du groupe OMT. Cependant, il n’y avait pas de différence significative entre les groupes OMT et témoins en termes de gain de poids quotidien moyen..

Herzaft-Le Roy et al. (2017): Cet ECR s’est concentré sur l’OMT combinée à des conseils en matière d’allaitement. L’OMT comprenait une tension membraneuse équilibrée, des sutures crâniennes et une libération myofasciale. Les résultats ont montré des différences statistiquement significatives dans la capacité des nourrissons à saisir le sein et dans les perceptions des mères sur l’allaitement en faveur du groupe OMT..

Castejón-Castejón et al. (2019), Vismara et coll. (2019) – Études randomisées randomisées et rétrospectives : Ces études comprenaient des techniques OMT pour traiter les tissus myofasciaux et conjonctifs et CST pour traiter les symptômes des coliques. Les résultats ont montré des différences significatives en faveur du groupe OMT en termes de gravité des coliques et de délai avant une nutrition orale complète..

Mills et coll. (2021) – Étude cas-témoins : Dans cette étude, l’OMT a été utilisée pour traiter les nourrissons, avec des techniques comprenant des traitements articulaires directs et indirects, une tension membraneuse et ligamentaire équilibrée. Il y avait des différences statistiquement significatives entre les groupes OMT et les groupes témoins en ce qui concerne les symptômes de crachats/vomissements et de coliques, mais elles ne sont pas significatives. Différences de prise de poids ou d’allaitement.

Techniques utilisées

En résumé, les techniques OMT suivantes ont été utilisées dans les études :

  • Thérapie craniosacralthérapie (CST)
  • Relaxation myofasciale
  • Tension ligamentaire/membraneuse équilibrée
  • Thérapie fluidique indirecte et V-Spread
  • Traitement du tissu myofascial et conjonctif
  • Traitement de zones spécifiques du corps (par exemple thorax, clavicule, diaphragme)
  • Auscultation globale et locale de l’abdomen
  • Traitement de la valvule iléo-caecale et du côlon
  • Conseils d’allaitement en association avec l’OMT

Ces techniques ont été utilisées dans diverses combinaisons et fréquences pour traiter divers symptômes et affections chez les nourrissons, en particulier les pleurs provoqués par les coliques et les difficultés d’allaitement.

Lié à Article original

Formation en ostéopathie pédiatrique -> Ecole d’Ostéopathie Allemagne

traitement sarcopénie

Un premier traitement contre la sarcopénie ?! | Thierry Payet

Dès 50 ans, hommes et femmes se retrouvent confrontés aux premières conséquences du vieillissement, parmi lesquelles la sarcopénie. La sarcopénie se définit comme une perte significative de la masse et de la force musculaire. Ce processus est considéré comme irréversible. Mais une entreprise française de biotechnologie développe le tout premier traitement contre la sarcopénie. Découverte.

traitement sarcopénie

Qu’est-ce que la sarcopénie ?

sarcopénie correspond à la baisse significative de la masse et de la force musculaire associé au vieillissement. Elle est associée progressivement à une diminution des capacités physiques, au développement de troubles de la marche et à la fragilité des personnes âgées (chutes, fractures, …). La baisse de la masse et de la force musculaire débute tôt dans la vie, après l’âge de 30 ans, mais elle s’accélère brutalement entre 50 et 60 ans. Entre 60 et 70 ans, entre 5 et 25 % des personnes sont atteintes de sarcopénie. Un chiffre qui passe à 30 à 50 % à partir de 80 ans.

En fonction de la perte de masse et de force musculaire, les spécialistes européens ont défini trois stades de sarcopénie, de la présarcopénie à la sarcopénie sévère. Les chercheurs tentent de comprendre les mécanismes à l’origine de cette fonte musculaire progressive et irréversible. Les études ont notamment montré l’importance de l’exercice physique, qui sollicite les muscles, pour préserver le plus longtemps possible la masse et la force musculaire. Les apports alimentaires en protéines sont également déterminants, et doivent être supérieurs à ceux des adultes en bonne santé, pour prévenir la fonte musculaire.

Le tout premier médicament contre la sarcopénie

La sarcopénie constitue un enjeu important de santé publique à l’heure du vieillissement de la population. Actuellement, il n’existe aucun traitement disponible pour faire face à la sarcopénieconséquence inéluctable du vieillissement. Dans ce contexte, une entreprise française de biotechnologie, Biophytistravaille à développer la première thérapie contre la sarcopénie. Cette entreprise créée en 2006 s’est spécialisée dans le développement de solutions thérapeutiques ciblant les mécanismes dégénératifs liés au vieillissement pour améliorer les capacités fonctionnelles des patients âgés.

Biophytis développe un candidat médicament, Sarconeos (BIO101), qui est la première piste thérapeutique pour traiter la sarcopénie. Ce médicament est une substance administrée par voie orale, pour laquelle des résultats prometteurs ont été obtenus également dans diverses indications :

Une molécule qui agit directement sur les cellules musculaires

Les essais cliniques de phase 2 réalisés sur ce médicament ont montré des résultats intéressants sur la préservation de la mobilité des participants. Biophytis mène actuellement le premier essai clinique de phase 3 sur son candidat médicament contre la sarcopénie. Cet essai (SARA-31) a été validé par les autorités de santé publique américaines et belges. Si les résultats de cette étude sont positifs, Sarconeos (BIO101) pourrait devenir le premier médicament contre la sarcopénie.

D’après les premières études menées sur ce médicament chez l’animal et sur des cultures cellulaires, Sarconeos (BIO101), qui agit directement sur des récepteurs des cellules musculaires, pourrait :

  • améliorer les fonctions musculaires des personnes âgées,
  • préserver leur force musculaire,
  • contribuer à améliorer et à préserver leur mobilité.

En complément d’une alimentation adaptée (suffisamment riche en protéines) et de la pratique d’une activité physique régulièrece candidat médicament pourrait contribuer à lutter contre la sarcopénie.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– SARCONEOS (BIO101), LA PREMIÈRE PISTE THÉRAPEUTIQUE POUR TRAITER LA SARCOPÉNIE. Biophytis. Dossier de Presse. Octobre 2023. drive.google.com. Consulté le 6 novembre 2023.
– SARCOPÉNIE. Pr Dehail. CHU de Bordeaux. www.chu-bordeaux.fr. Consulté le 6 novembre 2023.
Traitement viscéral du mal de dos• Ostéosanté • 15 novembre 2023

Traitement viscéral du mal de dos• Ostéosanté • 15 novembre 2023 | Thierry Payet

10h30

En tant qu’ostéopathe expérimenté à Hambourg, j’ai souvent observé des athlètes et des passionnés de fitness venir dans mon cabinet avec différents types de blessures. Les blessures sportives sont malheureusement un problème courant, mais la bonne nouvelle est que l’ostéopathie est une méthode extrêmement efficace pour traiter les blessures sportives et peut aider à prévenir de futures blessures.

Ostéopathie des blessures sportives : récupération rapide et prévention des blessures

Ostéopathie des blessures sportives : récupération rapide et prévention des blessures | Thierry Payet

En tant qu’ostéopathe expérimenté à Hambourg, j’ai souvent observé des athlètes et des passionnés de fitness venir dans mon cabinet avec différents types de blessures. Les blessures sportives sont malheureusement un problème courant, mais la bonne nouvelle est que l’ostéopathie est une méthode extrêmement efficace pour traiter les blessures sportives et peut aider à prévenir de futures blessures.

Plan de Prévention : dispositif "Mon bilan Prévention"

Diagnostic et Prise en Charge | Thierry Payet

Nombre de vues sur l’article : 1

L’équilibre est essentiel à notre quotidien, et notre oreille interne, notamment les Cristaux de l’Oreille Interne, joue un rôle clé dans cette fonction. Cependant, il arrive parfois que de minuscules cristaux dans cette zone se déplacent, provoquant des vertiges.

Dans cet article, nous allons tout vous expliquer, mais sachez que le diagnostic et le traitement nécessitent l’expertise d’un professionnel de la santé.

I- Comment repérer la présence de cristaux dérivants dans les canaux de l’oreille ?

Pour maintenir notre équilibre, le cerveau s’appuie sur une combinaison d’informations provenant de nos yeux, de nos oreilles et des capteurs proprioceptifs situés dans nos pieds.

Lorsque ces signaux divergent ou se contredisent, le cerveau se trouve dans l’incapacité de les interpréter de manière cohérente. Cette situation peut entraîner des épisodes de vertiges ou d’étourdissements, potentiellement suivis de chutes.

Certains types de vertiges peuvent présenter un risque sérieux pour la santé, tandis que d’autres, tels que les VPPB, bien que désagréables, sont en général bénins, comme l’indique leur nom.

II- Quels sont les symptômes des cristaux d’oreille interne ?

Les vertiges attribuables à la présence de cristaux flottants dans les oreilles se manifestent par des symptômes caractéristiques, notamment :

  • Sensation de vertige intense plutôt que d’étourdissement, avec l’impression que la pièce tourne ou que la personne tourne sur elle-même.
  • Déclenchement du vertige lors de transitions de position, telles que se lever de couché ou passer de couché à assis, ainsi que lors de mouvements brusques de la tête.
  • Intensification progressive du vertige avant qu’il ne disparaisse.
  • Présence de nystagmus, un mouvement involontaire et saccadé des yeux.
  • Absence de douleur ou de perte auditive associée.
  • Répétition des crises sur plusieurs jours, plus fréquemment observées chez les femmes de plus de 50 ans.

Heureusement, le traitement des vertiges liés à la présence de cristaux flottants dans l’oreille interne est généralement simple et efficace. En l’absence de traitement, environ un tiers des patients constatent une résolution spontanée des symptômes après une semaine à dix jours.

III- Qu’est-ce qui provoque la migration des cristaux de l’oreille interne ?

Le vestibule de l’oreille interne est composé de trois canaux semi-circulaires remplis d’un liquide appelé endolymphe. Ces canaux sont revêtus de cristaux de carbonate de calcium, également connus sous le nom d’otoconies ou otolithes. Parfois, ces cristaux se détachent de la substance gélatineuse à laquelle ils sont normalement fixés, et commencent à se déplacer le long des canaux de l’oreille interne.

Bien que les raisons de cette migration demeurent parfois mystérieuses, il existe trois causes principales possibles. Le détachement des cristaux peut résulter d’un traumatisme antérieur, tel qu’un choc, une chute ou un traumatisme crânien. Dans d’autres cas, une inflammation ou une infection peut être à l’origine du problème, nécessitant éventuellement un traitement par des anti-inflammatoires ou des agents anti-infectieux.

Les anomalies ou les déformations du canal, ainsi que la présence de fistules péri-lymphatiques dans le vestibule de l’oreille interne, peuvent également être en cause. Le processus de vieillissement général semble aggraver la situation, en particulier avec l’apparition de la ménopause chez les femmes.

En cas de vertiges graves, il est essentiel de consulter un spécialiste. Seul un examen clinique approfondi peut identifier avec certitude la cause des vertiges liés à la migration des cristaux dans l’oreille interne, permettant ainsi de déterminer le traitement approprié.

IV- Comment détecter la présence de cristaux dans l’oreille interne ?

Pour diagnostiquer la présence de cristaux dans l’oreille interne, le médecin effectue une série de tests pour évaluer si les vertiges sont liés à ces cristaux tout en excluant d’autres causes possibles.

Cela comprend un examen physique évaluant l’équilibre, la mobilité des yeux, et la présence de symptômes associés aux cristaux. Des tests audiométriques mesurent l’audition, comprenant une audiométrie tonale et vocale. Les tests vestibulaires évaluent le système vestibulaire, incluant l’épreuve calorique et la rotation. Des images médicales telles que la tomodensitométrie (CT scan) ou l’imagerie par résonance magnétique (IRM) sont utilisées pour localiser les cristaux.

Un diagnostic précis permet d’instaurer un traitement adapté pour atténuer les symptômes tels que vertiges, étourdissements, et déséquilibre. Il est essentiel de consulter rapidement un professionnel de santé, de préférence votre médecin traitant, pour une prise en charge appropriée en cas de suspicion de cristaux dans l’oreille interne.


Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.

recommandions voyageurs

Recommandations aux voyageurs 2023 – Santé sur le Net | Thierry Payet

Plus d’un Français sur deux part au moins une fois en vacances au cours de l’année, parfois pour de lointaines destinations. Avant de partir à l’autre bout du monde, quelques précautions s’imposent pour profiter pleinement du séjour sans compromettre sa santé. Comme chaque année, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) vient de publier ses recommandations aux voyageurs. Présentation des nouveautés de cette année 2023.

recommandions voyageurs

Voyage et recommandations sanitaires

Les recommandations aux voyageurs publiées par le HCSP regroupent l’ensemble des préconisations maladie par maladie en fonction des pays de destination, de la durée et des conditions de séjour. Ce document contient 171 pages et est destiné à l’ensemble des professionnels de santé, qui conseillent et accompagnement les voyageurs. En cas de projet de voyage, il convient donc d’en parler suffisamment à l’avance (plusieurs semaines ou plusieurs mois selon les cas) avec son médecin pour faire le point sur les vaccinations et définir la trousse d’urgence à emmener pour les vacances ou le séjour. Il est impossible de généraliser et il faut donc adapter les recommandations à chaque situation.

Du côté des vaccinations, des recommandations vaccinales sont définies en fonction des pays de destination, de la durée et des conditions du séjour. Attention, certaines vaccinations comme la fièvre jaune doivent obligatoirement être effectuées dans un centre de vaccination. Certaines vaccinations sont obligatoires pour entrer dans certains pays, tandis que d’autres sont simplement conseillées. Pour la vaccination contre la Covid-19, l’évolution épidémiologique entraîne une évolution parfois rapide des recommandations sanitaires pour les voyageurs internationaux. Pour connaître la situation et les recommandations dans le pays de destination, il faut consulter le site du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères dans la rubrique « conseils aux voyageurs ».

Vaccinations et prophylaxie contre le paludisme

Les dernières recommandations du HCSP donnent une liste actualisée des pays où les recommandations vaccinales évoluent pour la fièvre jaune, la leptospirose, la poliomyélite ou encore la tuberculose. Dans tous les cas, un départ en voyage peut être l’occasion de refaire le point sur ses vaccinations et de se protéger contre certaines maladies infectieuses graves grâce à la vaccination. Il faut juste s’y prendre suffisamment tôt pour être vacciné à temps avant le départ.

L’une des principales maladies dont il faut se protéger en cas de voyage dans certaines régions du monde est sans aucun doute le paludisme. La situation mondiale reste stable depuis 2015, et certains pays progressent vers une élimination de la maladie. Actuellement, 96 % des cas et des décès surviennent dans les pays d’Afrique subsaharienne. La prévention contre le paludisme est indispensable mais elle doit être adaptée (les antipaludéens prescrits ne sont pas les mêmes en fonction du pays de destination et de la durée du séjour) et respectée (il faut souvent commencer le traitement avant le départ et le poursuivre après le retour). Sans oublier la protection contre les moustiques (moustiquaire, vêtements et produits insecticides), car le paludisme n’est pas la seule maladie vectorielle transmise par les moustiques. Il faut également rappeler que le paludisme peut entraîner le décès, surtout en cas de retard de diagnostic.

Turista, pollution atmosphérique, … s’informer pour se protéger

Généralement moins grave, la turista ou diarrhée du voyageur peut néanmoins gâcher une partie du séjour. Les mesures d’hygiène sont essentielles pour la prévenir, notamment en ce qui concerne l’eau. Le traitement de première intention est un antibiotique, l’azithromycine, pour les syndromes dysentériques ou diarrhées graves non dysentériques lors d’un séjour en Asie. Des troubles gastro-intestinaux peuvent également survenir plusieurs jours ou plusieurs semaines après le retour de voyage. Ils peuvent être le signe d’une infestation par un parasite et le contexte du voyage doit être signalé au médecin pour faciliter le diagnostic.

Désormais, les problèmes liés à la pollution atmosphérique sont intégrés aux recommandations du voyageur, la pollution pouvant être majeure dans certaines régions du monde, avec des effets importants sur la santé, notamment des personnes fragiles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées, personnes atteintes de maladies chroniques). Enfin, les recommandations précisent le contenu de la trousse à pharmacie à emmener avec soi, en particulier les modalités de prescription anticipée d’antibiotiques pour certaines situations particulières. Avant tout départ en voyage, surtout s’il est long et loin, pensez à consulter votre médecin pour connaître les recommandations et partir en voyage sans mettre en péril votre santé.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Source

– Recommandations sanitaires 2023 pour les voyageurs. www.hcsp.fr. Consulté le 10 juillet 2023.
Indice protection solaire

Quel indice de protection solaire choisir ? | Thierry Payet

L’heure des grandes vacances a enfin sonné ! Pour partir à la mer, à la campagne ou en montagne, il ne faut pas oublier de prendre sa crème solaire. Mais quel indice de protection solaire choisir : 15, 20, 30 ou 50 ? Santé Sur le Net vous explique l’indice solaire le plus adapté à votre situation.

Indice protection solaire

L’IPS, l’indice de protection solaire des produits solaires

L’exposition au soleil, en été comme en hiver, expose la peau aux dangers des rayonnements UVA et UVB (les deux types de rayonnements sont dangereux pour la santé). Il faut donc prendre les mesures nécessaires pour s’en protéger efficacement, et parmi les solutions les plus fréquemment utilisées figurent évidemment les crèmes solaires (disponibles également en gels, en lait ou en baume). Mais comment bien choisir sa crème solaire et notamment avec quel indice de protection ?

Deux acronymes figurent sur les produits solaires disponibles en France :

  • L’IPS ou Indice de Protection Solaire;
  • Le FPS ou Facteur de Protection Solaire (ou en anglais SFP verser Facteur de protection solaire).

Ces indices indiquent la quantité de soleil qu’il faudrait recevoir pour attraper un coup de soleil après avoir appliqué la crème solaire sur la peau. Ainsi, une crème solaire d’indice de protection 20 indique que la dose de soleil pour attraper un coup de soleil est multipliée par 20 une fois la crème appliquée.

Quatre niveaux de protection solaire

Actuellement, sont disponibles des crèmes et produits solaires avec quatre niveaux de protection solaire :

  • Une faible protection solaire pour les IPS 6 et 10 ;
  • Une protection moyenne pour les IPS 15, 20 et 25 (à noter qu’un certain nombre de crèmes de jour contiennent un filtre d’IPS 20 ou 25) ;
  • Une haute protection pour les IPS 30 et 50 ;
  • Une très haute protection pour l’IPS 50+ (à noter que la mention « écran total » n’est plus autorisée en France, car elle induisait le consommateur en erreur. Aucune crème ne protège à 100 % des effets du soleil !).

Mais quel indice de protection solaire faut-il choisir ? Pour faire le bon choix, il faut prendre en compte deux critères, d’une part le phototypec’est-à-dire son type de peau, et d’autre part les conditions d’exposition au soleil (durée et lieu de l’exposition). Quatre types de peau sont définis :

  • La peau extrêmement sensible au soleil: les personnes avec la peau très blanche, mais aussi les nourrissons, les enfants et les personnes ayant des antécédents de cancers cutanés ;
  • La peau sensible au soleilc’est-à-dire les personnes prenant souvent des coups de soleil en cas d’exposition ;
  • La peau intermédiaireavec les personnes à la peau claire bronzant facilement ;
  • La peau assez résistantepour les personnes à peau mate.

Un indice de protection solaire en fonction de sa peau et de l’exposition au soleil

En parallèle de ce type de peau, il faut tenir compte des conditions de l’exposition au soleil, le risque n’étant pas le même sur la plage que sur un glacier ! A partir de ces deux paramètres, il est possible de choisir le produit solaire avec l’indice de protection adapté :

  • Une très haute protection pour les peaux extrêmement sensibles avec une exposition importante (sur la plage ou lors d’activités extérieures) ou pour les peaux sensibles avec une exposition extrême (sous les tropiques ou sur les glaciers) ;
  • Une haute protection pour les expositions modérées des peaux extrêmement sensibles ou l’exposition extrême des peaux intermédiaires ;
  • Une protection moyenne pour les peaux sensibles avec une exposition modérée ou une exposition extrême des peaux assez résistantes ;
  • Une faible protection pour l’exposition importante des peaux assez résistantes.

Chez les enfants, il faut toujours utiliser une crème solaire avec un indice d’au moins 50. Et pensez à renouveler l’application de la crème toutes les deux heures quel que soit son indice de protection !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Se protéger du soleil. www.ameli.fr. Consulté le 4 juillet 2023.
– Crème solaire : comment bien la choisir ?www.economie.gouv.fr. Consulté le 4 juillet 2023.