Blog : Exercices de traction pour s'asseoir pour aider les bébés à faible tonicité à améliorer leur contrôle postural

Blog : Exercices de traction pour s’asseoir pour aider les bébés à faible tonicité à améliorer leur contrôle postural | Thierry Payet

Certains bébés ont un faible tonus et ils ont beaucoup plus de difficulté à contrôler leur tête et leur cou que d’autres.

Les bébés avec un faible tonus ne sont pas aussi facilement capables de changer de position lorsqu’ils sont mal à l’aise et peuvent également signifier qu’ils ont du mal à bien s’asseoir ou à déplacer leur tête vers une meilleure position pendant qu’ils tètent.

Comment identifier un faible tonus chez les bébés

La plupart des nouveaux parents me diront que leur bébé a un excellent contrôle du cou, mais en fait, ce n’est pas le cas de tous. Ce n’est qu’en comparant leur nouveau-né avec d’autres bébés qu’ils peuvent comprendre à quel point leur bébé est vraiment fort ou faible.

La vidéo ci-dessus est une excellente ressource pour les parents afin de comparer la force d’un bébé avec un tonus normal par rapport à un bébé avec un tonus bas. Lorsque j’évalue les bébés qui viennent à moi, je regarde un certain nombre de choses, mais tirer pour s’asseoir est une partie importante de cette évaluation.

Je travaille également avec eux pour voir à quel point ils peuvent s’asseoir et à quel point ils passent le temps sur le ventre et debout. Cette gamme d’exercices donne un excellent aperçu du tonus musculaire pour le dos et les côtés de votre bébé.

Que faire si votre bébé a un tonus bas ?

Si vous pensez que votre bébé a un faible tonus, il vaut la peine de commencer à l’aider à faire des exercices pour améliorer son tonus. Cela peut se produire très tôt dans la vie à condition qu’il n’y ait pas de conditions médicales affectant votre bébé. Il existe une gamme d’exercices, y compris une position assise moins assistée, le temps passé sur le ventre et la préparation pour ramper, et tirer pour s’asseoir qui sont vraiment utiles pour réveiller les muscles de votre bébé.

Les exercices de traction pour s’asseoir les aident à augmenter leur force par l’avant de leur corps – par la gorge et l’abdomen. Les autres exercices font travailler d’autres parties du corps. Le temps passé sur le ventre renforce les muscles le long de la colonne vertébrale, la position debout aide leurs muscles fessiers, ischio-jambiers et quadriceps, et la position assise les aide à coordonner l’avant, l’arrière et les côtés de leur corps.

L’avantage de commencer ces exercices tôt pour les bébés avec un faible tonus est qu’ils sont très excités de travailler de manière répétitive et vous pouvez les faire utiliser leurs muscles avant qu’ils n’essaient de s’asseoir et de ramper, et surtout avant qu’ils ne commencent à avoir besoin de s’asseoir à l’école (à quel âge ils ne sont pas très intéressés à faire des exercices de force « ennuyeux »).

Si vous souhaitez en savoir plus sur moi, consultez ma page de profil de praticienne – Rebecca Baxter

Pour plus d’informations sur ce que les ostéopathes peuvent traiter d’autre, cliquez ICI

cancer pancréas, facteurs de risque, traitement et pronostic

facteurs de risque, diagnostic et traitement | Thierry Payet

En France, En France, le cancer du pancréas reste assez rare (seulement 3% des cancers) mais redouté. En effet, son diagnostic est souvent tardif (80 à 90% des cas) , son traitement difficile et son pronostic, grave.

Quels sont les facteurs de risque liés au cancer du pancréas ? Comment diagnostiquer ce cancer ? Quels sont les traitements possibles ?

Medicalib vous en dit plus à ce sujet. 

Cet article, destiné au grand public, s’appuie sur les données scientifiques disponibles sur le sujet traité, à sa date de mise à jour.
Il n’a pas vocation à se substituer aux recommandations et préconisations de votre médecin.

I – Cancer du pancréas : de quoi parle-t-on ?

Le pancréas est un organe situé dans la cavité abdominale, derrière l’estomac. Cette glande de forme allongée et triangulaire se décompose en plusieurs parties :

  • la tête :  située sous le foie et, bordée par le duodénum 
  • l’isthme ou col : partie étroite du pancréas qui sépare la tête du corps
  • le corps  situé en avant du rein gauche
  • la queue : extrémité gauche du pancréas à proximité de la rate

LE PANCRÉAS A DEUX FONCTIONS :

  • ENDOCRINE : son rôle est de produire des hormones destinées à réguler la glycémie sanguine (l’insuline chargée de diminuer le taux de glucose dans le sang, et le glucagon en charge de l’augmenter).
  • EXOCRINE: son rôle est de fabriquer des enzymes pancréatiques. Ces dernières interviennent dans la décomposition (en sucres, protéines et graisses) et la transformation des aliments en vue de leur digestion.

DÉVELOPPEMENT DU CANCER DU PANCRÉAS :

Le cancer du pancréas se développe lorsque des cellules de cet organe dysfonctionnent et favorisent l’apparition d’une tumeur.

La forme la plus fréquente de cancer du pancréas est l’adénocarcinome canalaire (90% des cas). Dans 70 à 80% des cas, ce cancer apparaît au niveau de la tête du pancréas, soit à proximité de l’intestin grêle (duodénum).

Il existe également d’autres formes du cancer du pancréas, bien plus rares : carcinomes mucineux, adénocarcinome acinaire ou tumeurs endocrines.

II – Cancer du pancréas : facteurs de risque

PARMI LES PRINCIPAUX FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU PANCRÉAS, ON RECENSE :

SEXE Touche touche un peu plus les hommes que les femmes.
ÂGE L’âge moyen du diagnostic est de 75 ans chez les hommes et de 80 ans chez les femmes.
TABAC Multiplication par 2,7 du risque pour les fumeurs réguliers.
ALCOOL Consommation excessive et prolongée d’alcool
HOMME : plus de 3 verres par jour
FEMMES : plus de 2 verres par jour

Risque majoré notamment en cas de pancréatite chronique

PRÉDISPOSITIONS FAMILIALES Dans 5 à 10% des cas.
Le risque est plus élevé chez les personnes qui ont un antécédent personnel ou familial de : 
*cancer colorectal ou cancer du sein (forme héréditaire) 
*syndrome de Peutz-Jeghers 
syndrome du nævus dysplasique (risque de mélanome)
DIABÈTE Risque de développer un cancer du pancréas : 
*DIABÈTE DE TYPE 1 : 53% pour les hommes, 25% pour les femmes.
*DIABÈTE DE TYPE 2 : “ces patients ont un risque 1,8 fois plus élevé de développer un cancer du pancréas.” [1]
OBÉSITÉ “Risque de cancer du pancréas multiplié par 3,67 chez les hommes et par 4,07 chez les femmes”. [2] L’obésité pendant l’adolescence multiplie par 4 le risque de cancer du pancréas à l’âge adulte

Cliquez ici pour organiser vos soins à domicile

III – Cancer du pancréas : symptômes

Les symptômes n’étant pas marqués au début de la maladie, le cancer du pancréas peut rester longtemps silencieux. Ses symptômes seront ensuite variables en fonction de la localisation de la tumeur.

PARMI LES PRINCIPAUX SYMPTÔMES DU CANCER DU PANCRÉAS, ON RECENSE :

  • une fatigue intense
  • une perte d’appétit
  • des nausées et vomissements
  • un amaigrissement important : perte de poids massive et rapide
  • une sensation permanente d’estomac plein
  • des douleurs abdominales (souvent la nuit en position allongée et plus fréquentes lorsque le cancer touche la queue du pancréas)
  • des douleurs dorsales
  • une jaunisse (atteinte tête du pancréas)
  • des démangeaisons (atteinte tête du pancréas)
  • une aggravation subite du diabète chez les personnes atteinte de cette pathologie
Bon à savoir Tout signe inhabituel persistant doit vous amener à consulter un médecin afin de déterminer la cause et la nature de cette anomalie.

III – Cancer du pancréas : diagnostic

Le diagnostic du cancer du pancréas est souvent tardif.

Comme pour tout autre cancer, la détection précoce améliore considérablement les probabilités de guérison.

Plusieurs éléments permettent d’établir le diagnostic, à savoir :

EXAMEN CLINIQUE *Palpation de l’abdomen
*Antécédents personnels et familiaux du patient
.
PRISE DE SANG Informe  sur l’état de santé général du patient et permet dans certains cas de vérifier le dosage de la protéine CA 19-9 (sécrétée par certaines cellules cancéreuses du pancréas).Contrôle du taux d’alpha-fœtoprotéine (AFP).
ÉCHOGRAPHIE Permet de détecter la présence d’ une masse suspecte au niveau de l’abdomen, de guider la biopsie…
Généralement prescrite si la réalisation d’un scanner n’est pas possible rapidement.
TESTS D’IMAGERIE *SCANNER THORACO ABDOMINO PELVIEN ou TOMODENSITOMÉTRIE : permet d’évaluer si la tumeur peut être retirée complètement par chirurgie
L’injection d’un produit de contraste (contenant de l’iode) permet également de visualiser les vaisseaux sanguins et de distinguer d’éventuelles anomalies, métastases…

*TEP SCAN ou TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS : si nécessaire, réalisation d »un scanner avec injection d’un traceur légèrement radioactif qui va se fixer sur les cellules cancéreuses. 
Permet de repérer d’éventuelles extensions de la tumeur sur d’autres organes (foie, poumons…) si le scanner ou l’IRM n’ont pas permis de bien les détecter ou identifier.

*IRM : En complément ou en remplacement du scanner. 
Permet notamment de  préciser la taille, sa localisation dans le pancréas et la présence de métastases.

BIOPSIE Examen notamment pratiqué  si une chimiothérapie ou une radiothérapie est décidée chez un patient dont la tumeur n’est pas opérable.

Prélèvement d’un échantillon de tissu pour un examen au microscope (histologie) réalisé généralement lors de l’écho-endoscopie

.

ECHO-ENDOSCOPIE Introduction d’une sonde fine par la bouche, jusqu’au duodénum qui permet d’explorer l’intérieur de l’abdomen
Réalisée généralement sous anesthésie générale.

Cliquez ici pour demander l’intervention d’un professionnel de santé à votre domicile

IV – Cancer du pancréas : traitement

Le cancer du pancréas est souvent diagnostiqué à un stade avancé, ce qui rend difficile son traitement. Les principaux traitements du cancer du pancréas reposent sur une chirurgie et une chimiothérapie, parfois couplées à une radiothérapie. Le traitement variera cependant en fonction de la taille, de la localisation de la tumeur, de son degré d’extension ainsi que de l’état général du patient.

TRAITEMENT :

CHIRURGIE Ablation totale de la partie du pancréas dans laquelle la tumeur s’est développée. 
Uniquement envisageable si la tumeur reste localisée au pancréas, si elle n’est pas trop volumineuse et, que le patient n’est pas trop âgé ni atteint d’une autre pathologie (soit près de 20% des patients).
CHIMIOTHÉRAPIE *Systématiquement proposée après une chirurgie dès que les organes ont cicatrisé soit 4 à 6 semaines après la résection. 
*Également proposée en cas de tumeur non résécable
RADIOTHÉRAPIE Proposée principalement en association avec une chimiothérapie.
ENDOPROTHÈSE La pose d’une endoprothèse permet de réduire les symptômes de la maladie (ictère, vomissement…)
Réalisée sous anesthésie générale
TRAITEMENT DE LA DOULEUR Médicaments administrés par voie orale ou par voie transdermique (patchs) pour soulager la douleur.
Bon à savoir SURVEILLANCE : Après le traitement, des examens d’imagerie médicale (scanner, IRM) sont réalisés tous les trois à six mois.

Sachez que vous pouvez prendre rendez-vous en ligne avec un professionnel de santé libéral pour pour vos soins à domicile. Pour cela, n’hésitez pas à nous contacter via notre plateforme. Nous vous mettrons en relation avec un professionnel de santé à proximité de votre domicile en moins d’une heure !

Sources :

  • [1]  Cancer du pancréas – Cancer environnement, comprendre informer prévenir – MAJ 14 avril 2021
  • [2] L’obésité pendant l’adolescence, un facteur de risque de cancer du pancréas – Le quotidien du médecin – 12 novembre 2018
  • Cancer du pancréas – Vidal – MAJ 2 mars 2020
  • Cancers du pancréas – Hôpitaux universitaires Est parisien / Saint Antoine
  • Cancer du pancréas – Institut National du Cancer – MAJ 22 juin 2021
  • Cancer du pancréas : les traitements Fondation pour la recherche sur le cancer – MAJ 18 novembre 2020
Femme allant chez l

Ballonnements, endométriose, traitement de l’ostéopathe – Ostéopathe Paris | Thierry Payet

Les ballonnements, souvent associés à des gargouillis, des tensions douloureuses au niveau du ventre, des gaz, des gonflements. L’ostéopathe agit sur les tensions fonctionnelles dues à l’endométriose et ainsi aide à la prise en charge des ballonnements.

Femme allant chez l'ostéopathe, les deux mains sur le ventre, souffrant de ballonnements dans le cadre de son endométriose.

Ballonnements dans le cadre de l’endométriose

Les femmes présentant de l’endométriose se plaignent fréquemment de ballonnements.

En effet, l’endométriose est souvent accompagnée de troubles digestifs : diarrhée, constipation, douleurs abdominales, ballonnements…

Les ballonnements peuvent être présents pendant la période de règles, avant et/ou après les règles, pendant l’ovulation, et parfois tout le long du cycle.

L’alimentation pour diminuer les ballonnements

Dans le cadre de la prise en charge des ballonnements, le nutritionniste ou le naturopathe a son rôle à jouer. Il donne des conseils alimentaires adaptés et personnalisés afin de diminuer les symptômes.

Pour information, les choux, les choux fleurs et brocolis, les légumes secs et les féculents, le pain complet et les céréales provoquent fréquemment des ballonnements.

Le traitement de l’ostéopathe dans le cadre de l’endométriose et des ballonnements

L’action de l’ostéopathe dans la prise en charge des ballonnements vise à travailler sur la mobilité du bassin et des viscères abdominaux et uro-gynécologiques.

Le traitement est adapté à chacune des patientes, en fonction de l’intensité des symptômes, de ses plaintes et de ses attentes.

l'ostéopathe à paris travaillant avec une femme ayant de l'endométriose pour diminuer ses ballonnements

Par un examen clinique précis, l’ostéopathe repère les zones dont la mobilité est altérée par l’endométriose et fait le lien avec les ballonnements. Puis par des manipulations douces, l’ostéopathe débute son traitement.

Les axes de traitement de l’ostéopathe sont la prise en charge :
1) des troubles musculo-squelettiques des zones en rapport avec les ballonnements et l’endométriose : bassin, lombaires, cervicales, cage thoracique (diaphragme ++)…
2) du système viscéral pour travailler la mobilité des organes : colon, intestin grêle, utérus et ovaires…
3) du système nerveux pour lever les potentiels points de conflits des nerfs qui permettent la digestion
4) du système circulatoire pour améliorer l’apport sanguin au niveau des viscères permettant la digestion

Enfin, la fréquence des séances ostéopathiques dépend de la demande de la patiente, de l’intensité et de la fréquence des ballonnements.
A titre indicatif, votre ostéopathe préconise au départ 1 à 2 séances à deux semaines d’intervalle pour apporter un soulagement et un mieux-être. Puis des séances plus espacées jusqu’à obtention d’une amélioration stable.

Vous pouvez contacter votre ostéopathe à Paris, Mathilde Locqueville, pour toutes questions concernant la prise en charge ostéopathique des ballonnements et de l’endométriose ou pour prendre rendez-vous au 07.69.03.41.41.

L'ostéopathie cranio-sacrée est efficace dans le traitement des migraines

L’ostéopathie cranio-sacrée est efficace dans le traitement des migraines | Thierry Payet

La migraine représente un tableau clinique complexe dont la pathogenèse n’est pas encore connue avec précision. Une théorie de la cause du trouble de la céphalée débilitante est qu’il existe un trouble dans le cerveau impliquant à la fois des impulsions nerveuses et des produits chimiques.Des recherches récentes de 2013 ont examiné l’efficacité de la thérapie craniosacrée sur les symptômes de la migraine. […]

l

Névralgie d’Arnold, le traitement de l’ostéopathe – Ostéopathe Paris | Thierry Payet

La névralgie d’Arnold est une pathologie fonctionnelle traitée par l’ostéopathe. Elle entraine des douleurs de cou et cervicale, de tête, et du cuir chevelu.

plusieurs patients souffrant de névralgie d'arnold et allant voir l'ostéopathe

Un peu d’anatomie avec l’ostéopathe, le nerf d’Arnold

Le nerf d’Arnold est un petit rameau qui véhicule une information motrice (motricité de plusieurs muscles cervicaux) et une information sensitive : il donne la sensibilité du vertex.

La névralgie d’Arnold est la conséquence de la compression du nerf d’Arnold entre la première cervicale (C1) et la deuxième cervicale (C2). Cette compression fait suite à des hypertonies (contractures) des muscles cervicaux.

Les causes peuvent être multiples, traumatismes (accident de la voie publique, chute), arthrose cervicale, stress, acte chirurgical…)

La douleur de la névralgie d’Arnold

La compression du nerf d’Arnold entraîne des maux de tête et une sensibilité du cuir chevelu. La douleur est unilatérale et majoritaire en arrière de tête par rapport à l’avant. La névralgie d’Arnold s’accompagne d’allodynie ou de paresthésies.

La douleur survient par crise de plusieurs jours et est quotidienne. Aussi, elle est instable, avec des horaires d’apparition variable.

Quels exercices pour soulager les douleurs ?

Major Mouvement donne des exercices pour soulager les douleurs.

Le but étant de soulager les contraintes exercées sur la base du crâne, il est conseillé d’augmenter la souplesse, par des étirements et des exercices de mobilité, au niveau de la zone cervicale.

Névralgie d’Arnold : comment l’ostéopathe soulage t-il les douleurs ?

L’action de l’ostéopathe face à une névralgie d’Arnold vise à diminuer les contractures musculaires au moyen d’un traitement adapté à chaque patient.

l'ostéopathe à paris en train de traiter la névralgie d'arnold de sa patiente brune

A la suite d’un examen clinique où l’ostéopathe repère les zones en restriction de mobilité, il pose un diagnostic précis et cible les zones causales de la névralgie d’Arnold. Enfin, par le biais de manipulations douces, l’ostéopathe débute son traitement et travaille sur différentes parties du corps.

L’ostéopathe a deux axes de traitement. En effet, il travaille sur les troubles musculo-squelettiques, musculaires, ligamentaires et articulaires en rapport avec la tension et l’hypomobilité de la base du crâne. Parallèlement, il agit sur le système fascial qui garde en mémoire les tensions et ainsi qui peut être à l’origine des affections chroniques.

En fonction de la chronologie et des caractéristiques de la douleurs le nombre de séances peut varier. En effet, à titre indicatif, elle peut varier d’une à trois séances.
Toutefois, le patient doit ressentir les bienfaits dès la première séance de l’ostéopathe : bien-être, soulagement et un meilleure mobilité cervicale.

Prendre RDV avec l’ostéopathe à Paris :

Pour prendre RDV ou pour toutes questions vous pouvez joindre Mathilde Locqueville, Ostéopathe à Paris, au 07.69.03.41.41. Aussi, vous pouvez la contacter par mail à mathildelocqueville.osteo@gmail.com.

Anxiété et Ostéopathie

Anxiété et Ostéopathie | Thierry Payet

L’ostéopathie… c’est pour les maux de dos n’est-ce pas ?

Eh bien, oui, ça l’est. Mais ce n’est qu’effleurer la surface…

Mal au dos…? Ostéopathie

La douleur du cou…? Ostéopathie

Coude de tennis…? Ostéopathie

Arthrite…? Ostéopathie

Douleur à la hanche…? Ostéopathie

Orteil douloureux…? Ostéopathie… ou chaussures neuves !

je pourrais continuer ! Ce ne sont là que quelques-unes des affections articulaires et musculaires les plus courantes que les ostéopathes traitent.

Qu’en est-il de l’anxiété? Qu’en est-il de ce qui se passe dans notre cerveau et notre système nerveux ? Ostéopathie.

L’ostéopathie peut aider à réduire l’anxiété et son impact sur le corps.

Qu’est-ce que l’anxiété ?

Se sentir nerveux, stressé ou inquiet est une réaction tout à fait normale à une situation où nous nous sentons sous pression, comme cet entretien d’embauche ou cette présentation de travail ou un rendez-vous à l’aveugle, un vol que vous devez prendre. Ces sentiments de nervosité disparaissent généralement après la fin de la situation particulière.

Mais pour ceux qui souffrent de troubles anxieux, les sentiments d’anxiété, de peur, de peur et d’inquiétude demeurent, ne s’éteignent jamais. Ceux qui souffrent d’anxiété vivent constamment en « mode combat ou fuite ». Cela commence à affecter votre vie de tous les jours.

C’est essentiellement de l’anxiété dans une très petite coquille de noix!

Alors, comment un ostéopathe peut-il aider avec l’effet de l’anxiété ? L’ostéopathie est là pour vous aider à gérer les effets de l’anxiété sur le corps, en espérant réduire le stress et vous mettre sur la bonne voie pour vous libérer de son emprise.

1) Maux de tête

L’augmentation des niveaux d’hormones de stress provoque une tension musculaire, affectant le haut des épaules et les muscles du cou et de l’arrière du crâne. Cela provoque des « nœuds » qui vous font vous sentir raide, limitant la mobilité des articulations du haut du dos et du cou.

L’ostéopathie se concentre sur l’amélioration du flux sanguin vers les muscles en utilisant des techniques de tissus profonds pour desserrer ces «nœuds» qui, avec la manipulation, réalignent la colonne vertébrale et, boum… améliorent la mobilité. Génie!

2) Oppression thoracique

Les crises d’anxiété augmentent les rythmes cardiaque et respiratoire. Toute la respiration dans cet état proviendra de votre poitrine, ce qui peut provoquer des douleurs et une oppression thoracique. Un ostéopathe peut travailler avec vous sur des exercices de respiration profonde et vous aider à étirer et détendre les muscles tendus autour du cou, de la poitrine et du diaphragme.

3) Insomnie

Le stress et l’inquiétude constants peuvent rendre impossible de «s’éteindre», ce qui peut en fait augmenter les sentiments d’anxiété… exactement ce dont vous avez besoin! Une partie vitale de notre système nerveux sympathique, également connu sous le nom de système nerveux de fuite ou de combat, est située de chaque côté de notre colonne vertébrale, entre les omoplates jusqu’au bas du dos. Ainsi, un ostéopathe peut rechercher tout problème dans cette zone, qui peut se présenter comme une zone de spasmes musculaires, et il s’efforcera de rééquilibrer le problème. Avoir un massage doux dans cette zone du système nerveux de combat ou de fuite peut être profondément relaxant.

Les ostéopathes utilisent également une technique pour encourager l’activation de cette partie du cerveau et du bas du dos appelée système nerveux parasympathique, ou notre système nerveux de repos et de digestion. Ces techniques sont utilisées pour aider à provoquer un sentiment de relaxation permettant à votre respiration et à votre rythme cardiaque de ralentir.

L’anxiété peut être traitée, c’est juste une question d’explorer la meilleure approche pour vous.

Les changements de mode de vie peuvent être un bon point de départ, de petits pas valent mieux que de rester immobile.

Essayez d’éliminer certains choix malsains tels que :

  • De l’alcool
  • Fumeur
  • Caféine
  • Les aliments gras

Introduisez des remèdes naturels comme :

  • Ostéopathie
  • Parler Thérapie
  • Dormir suffisamment
  • Méditation
  • Rester actif et faire de l’exercice
  • Manger des aliments sains

L’anxiété est plus qu’une simple « sensation de nervosité », elle affecte votre corps dans son ensemble. Considérez l’ostéopathie comme l’un de vos outils disponibles pour vous aider à gérer votre anxiété. Les ostéopathes considèrent et traitent votre corps et votre esprit comme un tout connecté.

Bien que l’anxiété ne disparaisse pas complètement, en particulier dans les cas graves, vous pouvez apprendre à mieux la gérer et à vivre une vie heureuse et saine. Reste positif!!

.

SOS mon enfant est constipé ! – Osteo Possession

SOS mon enfant est constipé ! – Osteo Possession | Thierry Payet

L’ostéopathie fait partie de ces médecines naturelles qui permettent la prise en charge globale de la constipation.

Il est important de garder en tête qu’un enfant n’est pas un adulte en miniature. Ainsi, l’ostéopathe prendra en compte dans son analyse et son traitement, les différentes étapes du développement et de la croissance de l’enfant.

La prise en charge de la constipation par l’ostéopathie aura pour but de relancer le transit et l’évacuation des selles de votre enfant.

L’ostéopathe aura une attention particulière sur le côlon et les organes environnants avec des techniques ayant pour but de redonner de la mobilité et de décongestionner le côlon, d’équilibrer le côlon par rapport aux autres organes présents dans la cavité abdominale et de favoriser la vascularisation de l’abdomen.

L’ostéopathe veillera également à ré équilibrer tout le système ostéo-articulaire (bassin, rachis) et le système crânien (nerf vague).