.

"GAFFER, I THINK I'VE PULLED MY HAMMY"

“GAFFER, I THINK I’VE PULLED MY HAMMY” | Thierry Payet

Here at Health First Osteopathy we are proud to be working along side football clubs here in Wales with Llanelli Town and Swansea University women’s football team. In this role we encounter many injuries from Ankle sprains to hamstring pulls, to even a dislocated patella and a displaced AC joint in the shoulder (Not the nicest). But, one thing I have seen many times is a pulled hamstring, so this blog is going to explain what happens and how we go about helping those players get back to health.

HOW IT HAPPENS

How the injury happens may be different depending on when you hurt your hamstring. An acute strain can occur in training or a match with sudden acceleration, sprinting, sharp change in direction or hard breaking and sliding into a tackle (overstretching the hamstring muscle). The hamstring muscle works over the hip and knee, and as such is a two-joint muscle. It contracts to extend the hip, straightening the leg or pulling it back behind you; and it flexes or bends the knee. The hamstring is therefore constantly working throughout all stages of walking or running and jumping allowing little time for rest or recovery. It is susceptible to fatigue, which makes it vulnerable to injury. A common consequence of this is straining the hamstring in the latter half of a game as it starts to tire, especially if you are not well conditioned! A previous hamstring strain is the biggest risk factor for a future hamstring injury. A chronic overuse hamstring muscle strain can develop over time through training with a feeling of stiffness in the muscle and a deep ache at the back of the thigh or into the buttock. This is often a hamstring tendinopathy. This will be due to a cumulative effect of training, increasing load and intensity but also associated with a number of underlying factors, such as muscle imbalance including eccentric strength, pelvic and core muscle weakness, hard or wet training surface, poor flexibility, lower back pathology, poor warm-up and improper running mechanics, fitness/ fatigue. In these tendinopathy cases research has shown there are degenerative changes in the tendon rather than an inflammatory response as previously thought. Tendons have a poor blood supply and are therefore slow and stubborn to heal.

WHAT’S GOING ON INSIDE?

There are four muscles that make up the hamstring: semimembranosus and semitendinosus (medially – ‘inner half’ of the back of your thigh) and biceps femoris – short and long heads (laterally – ‘outer half’ of the back of your thigh). Injury could be to any one or more of them, with a tear or cumulative strain to the muscle fibres. A hamstring strain can range from mild to very severe involving a complete tear of the hamstring muscle. See the table at the bottom of this blog for details of the injuries and the symptoms.

WHAT CAN I DO?

As mentioned earlier a history of previous hamstring injury is the biggest risk factor for a future hamstring injury. If you have not had a hamstring injury previously and wish to prevent one (which is the best plan yet!) being proactive and consulting a physical therapy specialist to assess any underlying muscle weakness, or biomechanical issues would be hugely beneficial in the long run. Ensuring your hamstring is working cohesively with your glutes, lower back and buttock/pelvic muscles will ensure they are not overloaded or taking extra strain. Improving their condition and fitness will also help ward off fatigue and injury risk. A thorough warm-up has been proven to reduce hamstring injury risk, so ensure you participate in a warm-up, even if you have arrived late or are rushing to get started, take the time to adequately prepare your muscles for activity. If you have been sitting through periods of the match, warm up on the sideline again before running onto the field. Otherwise, being a disciplined, compliant patient would be key to optimal recovery. It is essential to follow hands-on treatment with a full rehabilitation programme. It may be hard to stay motivated once the pain disappears, but in order to prevent a recurrence and return to full function it is essential you work through a progressive exercise routine with your physical therapy specialist.

HOW OSTEOPATHY & PHYSICAL THERAPY CAN HELP

As seen in the table at the end, physical therapy is an integral part of treating a hamstring injury, both acute and overuse injuries. The sooner you start treatment following an injury the better the outcome. The early stages of treatment are not only aimed at reducing pain and swelling, but are also crucial to minimise scar tissue formation and ensure good muscle fibre alignment – which in the long term will ensure a stronger muscle, more resistant to injury.

your arches?) or a difference in leg-length

#Sport #Football #Hamstring #BackPain #Running #SportsInjury

How to look after your body whilst working at your desk....

How to look after your body whilst working at your desk…. | Thierry Payet

Do your shoulders, neck or back ever hurt after a day in the office? People in the UK took 30 million + days off work last year because of muscle and bone problems. It can easily happen when we sit down for long periods, and on average many of us spend 7 hours plus a day sitting at desks on computers or laptops. This significant amount of time at a desk can lead to a host of problems with your health, but don’t fear you don’t need to quit your job!! With a few changes and addition of good habits you can keep productive at work and keep healthy.

Sit – Well

Its really important when working at your desk that you are mindful of your posture and your equipment is correctly set. Things to look out for include:

  • Is your screen level? – If your monitor does not have height adjustment try elevating it with a raiser, or even some old books.

  • Keep your mouse close. – Its easy for your mouse to drift away from you when working, make sure you are not over-stretching to reach it.

  • Keep your keyboard close. – You should be able to sit up in your chair, have your elbows in an L-shape and still be able to reach your keyboard. If you are overstretching to reach it, you will need to make adjustments.

  • Adjust your Chair – You should be able to sit right back into your chair, so your lower back is supported while still comfortably accessing your equipment.

  • Feet to the Floor – The height of your chair should allow your feet to easily reach flat to the floor. Use some form of raiser if needed.

  • Avoid crossing your legs – It can cause circulation problems and puts unnecessary strain through your lower back.

If you are unsure your desk or workstation set-up, ask your employers to provide a workstation assessment.

Take Regular Breaks

It is recommended that you should take a break from your desk every 30 minutes for at least one or two minutes. Try building in some of these good habits into your working day:

  • Stand and move around for a few moments around your desk,

  • Use a break to get a drink of water, which also helps you keep hydrated.

  • Rather than phoning an office colleague, can you walk over to talk to them?

  • When taking a call, you can take the opportunity to stand up rather than sit?

On The Phone

If your work involves making lots of calls, avoid tucking handsets between your neck and shoulder. Consider getting a headset so you are not battling with the handset, keeping your hands free and able to maintain a healthy posture.

Laptop Working

Increasingly we are working directly off laptops, particularly if you are mobile or remote worker or hot-desking across offices. However, the same rules apply and even more so if you don’t have the luxury of an adjustable chair or monitor.

  • If you are mainly working off a laptop you may want to consider getting a wireless keyboard and/or raisers so you can optimise your work posture.

  • Also consider where you work – your dining room table may be convenient but if of an incorrect height, extended working may cause shoulder, neck or back pain.

Stretches And Exercises At Your Desk

Try these exercises which have been designed for you to do at your desk, to help ease the strain:

1. Seated Spinal Rotation

  • While seated, cross your arms over your chest.

  • Grab your shoulders.

  • Rotate your upper body from the waist, turning gently from left to right as far as you can.

  • You should feel a tension on both side of your lower back as it stretches out.

2. Posterior Shoulder Stretch

  • Hold one arm across your body.

  • Pull your elbow into your chest.

  • You should feel your shoulder gently stretching.

3. Shoulder Shrugs

4. Sitting Back Extensions

  • Sit straight with your feet together.

  • Put the palms of your hands into the small of your back.

  • Lean back over your hands, feeling your lower back stretch out.

5. Neck Rotations

  • Keep your head upright.

  • Gently turn your head from side to side.

  • As you turn your head, try to move it past your shoulder.

  • You should feel the muscles on the outside of your neck gradually stretching.

6. Upper Shoulder and Neck Stretch

  • Sit on one hand

  • Tilt your head away from the hand you’re sitting on.

  • Tilt your head slightly forward, towards your shoulder.

  • You should feel the muscles in your neck and shoulder being stretched.

  • Change sides and repeat.

7. Shoulder Extension – One

  • Stand up and stretch your arms out behind you.

  • Clasp your hands together and gently lift your arms.

  • You should feel the pressure in your shoulders ease off.

8. Shoulder Extension – Two

  • Hold both arms above your head.

  • Link your hands with your palms facing upwards.

  • Reach as high as possible.

  • You should feel your shoulders stretching.

How Can Your Osteopath Help

Hopefully you can keep healthy at work by introducing the above advice but if you do find yourself suffering from aches and pains such as back and neck ache, elbow or wrist pain, come speak to an Osteopath so we can give you further advice on healthy working habits and treatment if necessary to get you back to work.

#SelfManagement #PainManagement #LowBackPain #Osteopathy #Posture #DeskWork #Work

Nevralgie - Urgence Ostéopathes

Étirement des ischio-jambiers – Urgence Osteopathes | Thierry Payet

Étirement des ischio-jambiers – Urgence Osteopathes

Départ :

Debout, une jambe tendue en appui sur un tabouret. Les deux mains saisissent la cheville ou le pied de la jambe en appui. Inspirer.

Mouvement :

Se pencher en avant (dos plus ou moins rond) jusqu’à la tension de la cuisse (la tension arrive plus vite dos plat). Tenir l’étirement jusqu’à ce que la tension musculaire de la cuisse diminue. Sur l’expiration, gagner en flexion antérieure du tronc jusqu’à la nouvelle tension de la cuisse. Maintenir le pied en flexion.

Arrivée :

Relâcher lentement la tension.

L'ostéopathe, le mécanicien du syndrôme de l'essui glace

L’ostéopathe, le mécanicien du syndrôme de l’essui glace | Thierry Payet

Quels sont les symptômes du syndrome de l’essuie-glace ?

Le syndrome de l’essuie-glace touche aussi bien les hommes que les femmes et peut se déclarer à n’importe quel âge. Ce sont donc essentiellement les sportifs qui souffrent de cette affection, que ce soit au niveau professionnel ou amateur.

C’est la régularité de l’activité physique et la répétition des flexions-extensions du genou qui va être à l’origine de l’inflammation ; il n’y a donc pas que les grands sportifs qui s’entraînent quotidiennement qui peuvent être touchés.

Il s’agit alors très probablement d’une tendinite du tenseur du fascia lata si :

  • Vous sentez des raideurs et des blocages au niveau de la hanche, de la cuisse et du genou
  • Vous ne pouvez plus courir, forcer sur vos jambes ou simplement monter les escaliers
  • Vous avez régulièrement mal au genou avec des douleurs qui varient en intensité selon vos efforts
  • Vous n’êtes plus totalement libre dans vos mouvements et ne pouvez plus bouger comme vous le souhaitez

La plupart du temps c’est vraiment au cours de l’effort physique, pendant un entraînement par exemple, que de vives douleurs vont envahir la face latérale externe du genou.

Il est alors recommandé de voir votre ostéopathe dès que vous observez ce genre de trouble afin d’être correctement pris en charge et soulagé.

L’arrêt d’une activité peut vraiment être difficile à vivre pour certains passionnés, c’est pourquoi il vaut mieux de consulter sans attendre que la pathologie ne s’installe, pour un résultat efficace et aussi rapide que possible.

Quelles sont les causes ?

Comme nous l’avons souligné précédemment, les cyclistes sont faiblement touchés par le syndrome de l’essuie-glace, alors que les coureurs de fond sont les plus concernés. Ceux qui pratiquent un sport collectif comme le football ou le rugby sont également visés par cette pathologie malheureusement assez courante.

Parmi les principales causes à l’origine de ce syndrome, on trouve notamment :

  • Le surentraînement, avec des temps de repos et des étirements trop rares
  • Le fait de courir sur route bombée ou avec des obstacles
  • Un mauvais équipement, des chaussures usées ou inadaptées
  • Des courses en côte ou en descente
  • Un trouble postural ou des antécédents traumatiques comme une entorse ou une fracture

Tous ces points peuvent être à l’origine du syndrome de l’essuie-glace, mais également en aggraver les douleurs si vous continuez à faire du sport dans ces conditions.

C’est pourquoi il est vraiment important de cesser toute activité physique dès que vous commencez à avoir mal au genou, et consulter votre ostéopathe sans attendre que le trouble n’évolue.

 

l'ostéopathie pour soulager les douleurs

l’ostéopathie pour soulager les douleurs | Thierry Payet

 

 

La névralgie d’Arnold est une céphalée qui doit son nom à l’anatomiste allemand Friedrich Arnold, qui, en 1834, a décrit le grand nerf occipital qui porte son nom. Cette névralgie est une céphalée, autrement dit umal de tête, unilatérale qui irradie depuis le haut de la nuque et du cou jusqu’au sommet du crâne, plus rarement au-dessus de l’orbite.

 

Chacun de nous peut être victime d’un mal appelé névralgie d’Arnold ou Arnoldalgie, ou encore névralgie du grand occipital, qui est l’irritation d’un nerf appelé nerf d’Arnold ou grand nerf occipital situé au niveau du cou. Cette névralgie provoque une importante douleur le long du nerf en question, c’est-à-dire allant de la base du crâne au niveau de la nuque jusqu’au niveau du front, au-dessus de l’œil.

L’origine de cette pathologie peut être spontanée ou provoquée, par exemple par un coup brutal ou même le stress. Cette douleur se localise soit du côté gauche ou soit du côté droit de la boite crânienne, ce qui fait parler d’un « casque » qui occupe une moitié de la boite crânienne. Les personnes atteintes de cette névralgie se disent généralement qu’il s’agit d’un banal mal de tête, c’est pourquoi vous devez aller vous faire consulter même à l’occasion d’un simple soupçon.

Il serait alors mieux de consulter un SOS osteopathe disponible à domicile ou en cabinet, étant donné la difficulté de son diagnostic qui est plus importante chez les médecins qu’en ostéopathie.

 

 

Cette douleur névralgique qui peut toucher de l’arrière du cou jusqu’à l’avant du crâne, se manifeste par des symptômes sous forme de douleur intense, ou de décharges électriques très sévères survenant de manière spontanée ou suite à un mouvement brusque, comme un éternuement par exemple. Mais, il n’est pas rare que la névralgie d’Arnold soit confondue avec ce mal de tête unilatéral beaucoup plus fréquent, en particulier à la cinquantaine, âge auquel les crises de migraine peuvent débuter par des contractures du cou.

 

 

 

 

 

La névralgie d’Arnold peut faire suite à une sollicitation excessive de la zone cervicale haute (C0-C1-C2), responsable des mouvements cervicaux. A savoir, la rotation ou la flexion. Ceci va mettre en tension les muscles de la région cervicale haute où passe le nerf d’Arnold et donc l’irriter. Cette irritation peut aussi intervenir après un traumatisme, un coup, un accident et de certains rhumatismes comme l’arthrose. 

 

 

 

maux-de-tete-osteopathie-solution-naturelle

 

Tout d’abord, l’osteopathe disponible à Paris, à Bordeaux, à Lyon ou à Marseille, procédera  par un diagnostic au moyen d’un entretien poussé. Ceci afin de s’assurer qu’il s’agit bien de cette pathologie. Après le diagnostic, notre SOS ostéopathe va se concentrer sur la région où se trouve le nerf d’Arnold ainsi que sur le reste du rachis pour soulager la douleur par des manipulations douces. C’est ainsi qu’il va rechercher les points de tension qui compriment le nerf en question. Il va travailler sur la mobilité du cou et de la nuque, et peut voir ce qu’il en est de la situation de la mâchoire et de la mandibule. Étant donné le rapport qu’il existe entre ces membre et le haut du cou.

Notre ostéopathe à domicile ou en cabinet fait en quelque sorte une rééducation au niveau de la zone où se trouve le nerf. Il vérifie et rétablit le bon fonctionnement des chaînes musculaires, nerveuses et ligamentaires.

Pour ce qui est du nombre de séances ostéopathiques pour soulager cette pathologie, deux à trois séances seront suffisantes. Mais, il faudrait une autre séance après guérison. Ceci, afin d’éviter une récidive.

 

 

Si vous souffrez de névralgie d’Arnoldcontactez notre ostéopathe en urgence à domicile ou en cabinet. Dispo 24h/24 et 7j/7.

 

 

Femme avec une pyopie. Le myopie boom en plein développement

Le « myopie boom » inquiète les ophtalmologues | Thierry Payet

La myopie devrait toucher près de 5 milliards de personnes à travers le monde d’ici 2050. Il est estimé que 10 à 20% des personnes affectées pourraient souffrir d’une forme grave pouvant mener à la cécité. Ainsi, ce « myopie boom » représente un défi majeur pour les années à venir, en termes de prévention et de traitement. La fondation Rothschild appelle à la création de campagnes de prévention et annonce l’ouverture d’un Institut de la myopie pathologique en 2023.

Femme avec une pyopie. Le myopie boom en plein développement

Myopie boom : quand la vue se trouble

La myopie est un trouble affectant la vision de loin. Elle est liée à un allongement excessif de l’œil. La myopie apparaît généralement durant l’enfance ou l’adolescence, mais elle est principalement dépistée à 7 ans, au début de l’apprentissage de la lecture.

Les patients présentent généralement :

  • Une vision floue au-delà d’une certaine distance, variable entre les individus car dépendante du degré de myopie ;
  • Une bonne acuité visuelle en vision de près ;
  • à la myopie peut entraîner diverses complications : des glaucomes, un décollement de la rétine, des maladies de la macula et une cataracte précoce. L’ensemble de ces complications peut mener à la cécité ;
  • Plus la myopie apparaît précocement, plus elle est importante à l’âge adulte.

La myopie est une maladie causée par une association de facteurs héréditaires et environnementaux. Le caractère héréditaire de la myopie est fort puisque si les parents sont myopes, les enfants ont 6 fois plus de risques que les autres de le devenir. Par ailleurs, des gènes de prédisposition ont été identifiés ainsi qu’une variation ethnique favorisante (la population asiatique est particulièrement touchée). A ces facteurs génétiques s’ajoutent des facteurs environnementaux qui expliquent, en partie, l’explosion des cas de myopie dans les prochaines années. En effet, des études ont prouvé que notre mode de vie citadin, sollicitant de plus en plus la vision de près à cause de l’augmentation du temps passé en intérieur, et ce dès le plus jeune âge, accentue l’apparition de myopies. L’exposition de plus en plus fréquente et précoce à la lumière artificielle au détriment de la lumière naturelle est aussi un facteur favorisant la myopie. Enfin, l’apprentissage de plus en plus jeune de la lecture induit également une sollicitation excessive de la vision de près.

Améliorer la prévention et la prise en charge de la myopie

Les ophtalmologues déplorent la méconnaissance du grand public sur la myopie, de ses facteurs de risques, à ses complications, en passant par les méthodes de dépistage et les modalités de prise en charge médicale. Pourtant, actuellement, 40% de la population mondiale est myope, ce qui représente 2,6 milliards de personnes dans le monde dont 26,8 millions en France. Parmi eux, 5 à 10% présentent des myopies fortes pouvant entraîner des complications et mener à la cécité. Les ophtalmologues s’inquiètent de l‘augmentation du nombre de cas de myopies au fil des années associée à un âge d’apparition de plus en plus précoce. En Europe, la prévalence de la myopie pourrait passer de 33% en 2020 à 50% en 2050. Un travail d’éducation médicale est donc à engager.

D’autant plus que des traitements et des moyens de prévention existent afin de ralentir la progression de la myopie. Les collyres à base d’atropine et les lunettes de vues avec verres freinateurs (ou leur équivalent en lentilles) sont des stratégies qui pourraient être efficaces. Des études cliniques complémentaires sur le long terme sont à envisager. Une solution chirurgicale peut être proposée en vue d’améliorer le confort des patients en corrigeant la myopie mais n’élimine pas les risques associés aux myopies fortes. La fondation Rothschild a annoncé la création d’un Institut de la myopie pathologique d’ici 2023. Il servira de centre de référence en termes de recherche, de prise en charge médicale et de formation.

Des solutions préventives simples permettent de limiter l’apparition de la myopie chez l’enfant. Privilégier les activités en extérieur, réduire les activités prolongées sollicitant la vision de près et réaliser des dépistages réguliers permettront de réduire les risques de myopie et, le cas échéant, de les prendre en charge le plus tôt possible.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources

– Bientôt tous myopes ? Que faire face au « MYOPIE BOOM » ? fo-rothschild.fr. Consulté le 8 février 2022.
– Dossier de pressse. Bientôt tous myopes ? Que faire face au « myopie boom » ?. o-rothschild.fr. Consulté le 8 février 2022.

L’ostéopathie, pour s’adapter au changement d’heure - Blog Santé Ostéodispo

L’ostéopathie, pour s’adapter au changement d’heure – Blog Santé Ostéodispo | Thierry Payet

changement d’heure: L’ostéopathie, une thérapie de régulation pour bien le vivre :

Si le changement d’heure d’hiver nous fait gagner une heure de sommeil, pour d’autres plus sensibles, il est synonyme de désagrément. En effet, le passage à l’heure d’hiver implique un dérèglement de l’horloge biologique des personnes, ce qui peut agir sur le moral. Comment le changement d’heure peut influer sur notre organisme ? Comment l’ostéopathie intervient elle pour y remédier ?  On fait le point !

 

Qu’est- ce que le changement d’heure et à quoi cela sert-il ? 

 

changement d'heure et ostéopathie

Le saviez-vous ? Les heures d’été-hiver qui consistent à avancer ou reculer l’horloge d’une heure à chaque équinoxe, sont apparues en France en 1975 à la suite du choc pétrolier de 1974.

Ce procédé permet de réaliser des économies d’énergie en réduisant au maximum l’éclairage électrique et en coordonnant nos activités aux heures d’ensoleillement.

Ce changement n’est pas sans conséquence sur notre organisme. Selon les spécialistes du sommeil, il faut compter une vingtaine de jours pour retrouver nos rythmes veille sommeil après un changement d’heure, que cela soit dans le cadre du passage à l’heure d’hiver ou à l’heure d’été.

 

Quels sont les effets du changement d’heure ? 

 

changement d'heure et ostéopathie

Le changement d’heure perturbe notre mode de fonctionnement interne. Le corps subit des perturbations liées au retard pris par l’horloge interne sur l’heure locale. :

  • De la fatigue avec des bâillements fréquents : Il est courant de ressentir une forte fatigue, voire une sensation de malaise après un changement d’heure qui entraîne une diminution des performances physiques, ce qui peut grandement perturber les activités quotidiennes.
  • Une perte d’appétit (fréquent chez les enfants) : le changement horaire perturbe le métabolisme. On constate un manque de sérotonine, une substance qui permet de transmettre l’influx nerveux entre les neurones. Elle a notamment une action sur les anomalies du comportement alimentaire comme la perte d’appétit.
  • Des difficultés à la concentration : Selon certaines études, le nombre d’accidents de la circulation est en hausse les premiers jours du passage de l’heure d’hiver à l’heure d’été, affectant surtout les piétons et les cyclistes. Ceci n’est pas lié au changement d’heure proprement dit, mais au fait que l’obscurité survient de plus en plus tôt au fil des jours, compliquant ainsi la visibilité dans la rue ou sur la route.
  • Des sauts d’humeur avec irritation : L’équilibre émotionnel se trouve très fragilisé durant la saison hivernale en raison de la baisse de l’ensoleillement. Entre changement d’humeur et baisse de moral, les déséquilibres provoqués par le contexte extérieur influent négativement sur le bien-être quotidien. 

 

Quel est l’impact du changement d’heure sur  le rythme circadien

 

changement d'heure et ostéopathie Des chrono biologistes estiment que le changement d’heure serait plus négatif encore sur la santé que le décalage horaire lié aux changements de fuseaux pendant les voyages. Le rythme circadien humain est minutieusement régulé par une petite glande qui se trouve au sommet du cerveau, soit la glande pinéale ou l’épiphyse, qui est sensible à la lumière. En fait, c’est la mélatonine, l’hormone produite par la glande pinéale, qui est chargée de régler la chronicité. Le sommeil prend sa place quand cette hormone est sécrétée en fonction de l’intensité de la lumière.

Tout ceci se fait en fonction du parcours du soleil et rythme les phases éveil-sommeil.

Mais, la mélatonine ou autrement appelée « hormone du sommeil »  fait beaucoup plus que d’assurer les rythmes circadiens. Elle régule le rythme éveil/sommeil qui est directement affectée par la longueur de la nuit, différente en été et en hiver.

 

Quels sont les risques et pour qui ? 

 

 changement d'heure et ostéopathieAu-delà de la perturbation du sommeil, il y a des conséquences et des risques plus sérieux. La perturbation du rythme circadien augmenterait le nombre d’infarctus du myocarde pendant cette période.

 

Les populations à risque se divisent en 3 groupes :

les personnes âgées, plus habituées à des horaires fixes et à un sommeil court.

les enfants et en particulier les bébés : qui peuvent être perturbés par le changement des horaires.

les personnes malades ou hospitalisées, déjà fragilisées par leur situation médicale sont moins à même de supporter le changement des horaires.

 

Comment l’ostéopathie peut aider à l’adaptation au changement d’heure ?

 changement d'heure et ostéopathie

 

L’approche ostéopathique globale permet d’avoir une action durable sur le corps.

Rappelons que les troubles du sommeil sont dus aux tensions corporelles qui troublent le système neuro-végétatif. L’ostéopathie permet d’agir sur la colonne vertébrale, le crâne, les systèmes viscéraux thoraciques et abdominaux qui sont en rapport avec le système neuro-végétatif.

Par ailleurs, il est important de souligner qu’une bonne hygiène de vie et un bon environnement sont nécessaires pour lutter contre les troubles du sommeil.

Notre osteo disponible à domicile ou en cabinet va restaurer les tensions articulaires et nerveuses de votre corps par la technique de l’ostéopathie crânienne. Les manipulations douces de l’ensemble du MRP au niveau crânien et sur l’axe crânio-sacré tout entier fait retrouver un équilibre dans le sommeil.

En outre, les personnes anxieuses peuvent être affectées par les effets du changement d’heure.

Dans ce cas, notre osteopathe en urgence à Paris, à Bordeaux, à Lyon ou à Marseille va libérer le stress musculaire autour du cerveau et de la moelle épinière.

Les manipulations du crâne ont une influence bénéfique sur les hormones et réduisent l’anxiété.

L’équilibre d’une personne repose à la fois sur un côté psychique et sur un autre physique. En effet, Il a été démontré qu’un choc émotionnel peut faire baisser les défenses immunitaires d’une personne ce qui la rendra plus vulnérable aux maladies. C’est ici qu’intervient la technique de l’ostéopathie somato-émotionnelle, grâce à laquelle notre ostéo dispo éliminera les nœuds énergétiques, en libérant la tension tissulaire via le plexus et les zones critiques émotionnelles (foie, rein, sternum).

Faites appel à nos ostéopathes d’urgence à Paris

Si votre organisme a du mal à s’adapter avec le changement d’heure, en particulier des troubles du sommeil.

Contactez directement nos ostéopathes d’urgence à domicile ou en cabinet au . Ils apporteront une solution à votre problème du au changement d’heure.

Enfin, Vous pourrez aussi bénéficier de conseils pratiques pour rendre meilleur votre quotidien.

Réservez en ligne dès maintenant votre consultation via notre plateforme innovante.

Santé sur le net

Cancer du poumon chez les femmes en forte augmentation | Thierry Payet

Le cancer du poumon est le troisième cancer le plus fréquent en France, à l’origine de plus de 30 000 décès chaque année. Si les hommes étaient auparavant les plus touchés, les dernières données épidémiologiques révèlent que le cancer du poumon chez les femmes augmente de manière exponentielle sur les vingt dernières années. Détails.

Cancer du poumon chez les femmes

Cancer du poumon chez les femmes

Le cancer du poumon est un cancer fréquent, dont l’incidence depuis des années tend à stagner chez les hommes, mais à augmenter chez les femmes. Diagnostiqué en moyenne vers l’âge de 68-69 ans, le taux de survie à 5 ans reste médiocre, malgré de récents progrès dans le dépistage et la prise en charge des patients.

Depuis 1990, les données collectées par l’Institut National du Cancer (INCA) mettent en évidence que l’incidence comme la mortalité stagnent voire diminuent chez l’homme. Chez la femme au contraire, l’incidence augmente de même que la mortalité. Tous les dix ans depuis 2000, le Collège des Pneumologues des Hôpitaux Généraux mène une étude épidémiologique observationnelle multicentrique, afin d’évaluer l’évolution des nouveaux cas de cancer bronchique primitif.

Un suivi épidémiologique tous les dix ans

Récemment, les pneumologues ont publié les résultats du troisième volet de cette étude, menée sur 8998 patients inclus tout au long de l’année 2020 et ayant été suivis pour un cancer bronchique primitif dans l’un des 82 centres hospitaliers ayant participé à l’étude. Des résultats qu’ils ont pu comparer avec les données collectées lors des études de 2000 et 2010. En 2000 et 2010, respectivement 5667 et 7051 patients de 137 et 104 centres avaient été inclus.

Premier constat des chercheurs entre les trois volets de l’étude, l’âge des patients diagnostiqués pour un cancer du poumon tend à augmenter entre 2000 et 2020, avec un âge moyen au diagnostic de 67,8 ans en 2020 contre 64,3 ans en 2000. Majoritairement, les cancers étaient diagnostiqués au stade IV (cancer du poumon avec métastases, de pronostic souvent sombre) et étaient sur le plan histologique des adénocarcinomes. Entre 2000 et 2020, les progrès dans le dépistage ont permis la recherche des mutations génétiques associées au cancer du poumon, une recherche effectuée pour plus de la moitié des patients en 2020, contre seulement 30 % des patients en 2010.

Cibler les femmes dans les messages de santé publique

Mais l’information capitale à retenir de ces trois volets d’étude est l’augmentation importante de l’incidence du cancer du poumon chez les femmes. En 2000, elles ne représentaient que 16 % des nouveaux cas de cancer bronchique primitif, un chiffre qui est passé en 2020 à presque 35 %. Les femmes sont donc aujourd’hui deux fois plus touchées qu’en 2000 par un cancer du poumon. Et chez les patients de moins de 50 ans, la proportion de femmes atteint 41 %.

Comme chez les hommes, le tabagisme reste l’une des principales causes de cancer bronchique, même si la proportion de non-fumeurs tend à augmenter au fil des années (7,2 % en 2000, 10,9 % en 2010 et 12,6 % en 2020). Cette tendance à l’augmentation de l’incidence du cancer du poumon chez les femmes serait donc liée à l’augmentation du tabagisme au sein de la population féminine. Certains médecins craignent une véritable explosion des cancers pulmonaires féminins dans les prochaines années. Ces données ont été présentées dans le cadre du Congrès de Pneumologie de Langue Française, qui se déroulait du 21 au 23 janvier 2022, et pourraient être à l’origine de messages de santé publique spécifiquement destinés aux femmes.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Vingt ans d’épidémiologie des cancers broncho-pulmonaires diagnostiqués dans les hôpitaux non-universitaires français, l’étude KBP-2020-CPHG comparée aux éditions 2000 et 2010. sciencedirect.com. Consulté le 22 janvier 2022.
– Le cancer du poumon. e-cancer.fr. Consulté le 22 janvier 2022.
Estelle B.

Pharmacienne
Spécialiste de l’information médicale et de l’éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l’environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Shopping Basket