Staying healthy this Christmas — Full Circle Osteopathy

Staying healthy this Christmas — Full Circle Osteopathy | Thierry Payet

Be a hydration station: As the sun and your social calendar begin to heat up, there’ll be plenty of occasions where you might find it tempting to have that extra beer or glass of wine with your friends. It’s always good to have nice drink and a catch up, but everything is healthier in moderation. Combine alcohol with lots of sunshine and you are destined for heatstroke. Make sure you stay hydrated this holiday period to avoid any unwanted illness. Try breaking the alcoholic beverages up with a refreshing glass of water or fruit juice when you are at your Christmas party this year.

 

Don’t overload on sugar: With Christmas comes an exorbitant amount of lollies, cakes, chocolate and other sugary treats hitting the supermarket shelves. We like a gummy bear and a mince pie as much as the next, but to avoid getting hit with endless sugar highs (and the lows that follow), make sure you get plenty of nutritious food into your diet every day. Fruit and vegetables will provide you with heaps of essential vitamins, minerals and fibre needed to keep you functioning well. Why not try some antioxidant-rich dark chocolate rather than the milk or white alternatives? Yum!

 

Don’t burn the candle at both ends: It’s easy to get carried away over Christmas with social events and work parties. There are so many people to see and catch up with, that sometimes we sacrifice some of our sleeping hours for party hours. This is okay occasionally, but try to keep it to a minimum. Our bodies won’t make allowances just because it is Christmas. In order to steer clear of illness, keep yourself working and able to attend those social events, you’ll need to pamper yourself with plenty of sleep. Get those Zzz’s in!

 

Take time away from the hustle and bustle: In between all the craziness of Santa coming, make sure you give yourself time to breathe, relax and recuperate from what has probably been a very busy year. Read a book, try some meditation or attend a local yoga or aqua-aerobics class. Your body and mind will thank you for it, and come New Year, you’ll be ready for the year ahead.

 

Do a good deed for those less fortunate: This is by no means a must, but Christmastime is a very lonely time for many people. Think about those without family, a roof over their head, or little money to enjoy the festive period like some may be able to. There are many ways to help out… You could donate to a food bank or charity or volunteer your time at a shelter. It all helps. Remember to smile and be kind when out in the community. You never know when someone is having a bad day. Your smiling face may be just what they need to turn their day around. Good deeds don’t have to cost anything, and they will make you feel awesome. Win-win for the world!

 

Give these a go and we’re sure you will have the healthiest, happiest Christmas of all. Come January you’ll be feeling refreshed and ready to take on the world (and continue to spread joy of course) for another year! Have a great Christmas and we’ll see you in 2020. Tis the season to be jolly, tra-la-la-la laaa, la-la la la!

Robin Kiashek, Osteopath, but not lone wolf!

Robin Kiashek, Osteopath, but not lone wolf! | Thierry Payet

You could be forgiven for thinking that working as a sole practitioner in Osteopathy is a lonely job. And for much of his day, experienced Osteopath, Robin Kiashek, is in individual patient consultations.  But that doesn’t make him a lone wolf!  In fact, during his 25+ years in practice he has built a network of valuable contacts and relationships with other medical professionals.

Part of a pack!

Which is particularly useful if he needs to refer a patient for further diagnostic tests.  Or get a valuable second opinion.

Equally, this wider network can (and does) also call on Robin’s skills.  Particularly around referred pain, the impact of stress and lifestyle on the body and understanding the root cause of an issue.  And this collaborative approach has certainly been in evidence in the past week.  As Robin explains:

“A Neurologist contacted me to see if I could be part of a multi-disciplinary team to review a very complex high-profile case.  Of course, I was delighted to be involved.”

The team comprised experts from several fields,  These included Neurology, Pain Management, Orthopaedics and Rheumatology.  This breadth of involvement and expertise was incredibly helpful.  It was immediately possible to see what had already been ruled out.

A new perspective

Luckily, Robin’s experience of working with complex cases – specifically those slow to respond to treatment  – enabled him to bring a new perspective to the process.  And he was delighted to subsequently receive an acknowledgement for his contribution from the Medical Director responsible for coordinating care.

Robin added: “It was so nice to be part of a wider collaborative team.  Also to have my contribution heard and valued by my peers.  I’m confident that our combined efforts will help towards a reduction in pain for this poor patient.”

Ask your Osteopath

When you choose an Osteopath, do ask about how and when they work with other professionals.  An open and collaborative approach can really enhance the care they provide.

As Robin says: “I am great fan of seeking out new opinions and working with others where necessary to provide the best outcome for my patients.

“Plus, whilst we professionals might like to pigeonhole issues under titles like Orthopaedics or Neurology, unfortunately humans are complex.  So, sometimes our issues need to sit across several disciplines if they are to be resolved effectively.”

If you’ve been struggling with an issue for a while, why not speak to Robin?  He can be contacted here. Or you can call 020 8815 0979.

 

 

L'ostéopathie au secours de la Névralgie Pudendale

L’ostéopathie au secours de la Névralgie Pudendale | Thierry Payet

Les symptômes de la névralgie pudendale

Les douleurs dont souffrent les patients atteints de pudendalgie apparaissent de manière répétée et sont d’une intensité particulièrement élevée.

Les principaux signes de cette affection sont :

  • Des douleurs s’apparentant à des brûlures ou des décharges électriques au niveau de l’aine et des organes sexuels
  • La sensation d’avoir un corps étranger dans le rectum ou le vagin
  • Des troubles de l’érection ou de l’éjaculation
  • Des rapports sexuels douloureux
  • Une augmentation des douleurs en position assise
  • Une grande fatigue, du stress, un état dépressif

Le type de douleurs et leur localisation explique que les personnes touchées n’osent pas en parler, ou qu’on les associe presque systématiquement à une affection gynécologique ou urologique.

Mais il ne faut pas désespérer que le bon diagnostic soit posé et ne pas se résigner à vivre avec ces douleurs tellement handicapantes au quotidien.

N’hésitez pas à vous confier à votre ostéopathe sur ses souffrances qui perturbent votre vie et votre intimité. Grâce à la description de vos symptômes il pourra identifier le problème et en trouver les causes probables afin d’établir le meilleur traitement et vous soulager efficacement.

Les causes possibles de la névralgie pudendale

La pudendalgie est une pathologie complexe qui n’est généralement pas provoquée par une cause précise, mais par l’association de plusieurs facteurs.

En interrogeant les patients sur leur mode de vie, leur passé, on a pu observer un certain nombre d’origines communes comme par exemple :

  • Un traumatisme plus ou moins ancien comme une violente chute ou un accident
  • Une intervention chirurgicale
  • Des infections répétées
  • Un accouchement difficile
  • Une mauvaise posture, des problèmes de mobilité
  • Des abus sexuels
  • La pratique régulière du cyclisme

La névralgie pudendale peut résulter d’origines bien diverses, il est donc important de ne négliger aucune piste.

N’hésitez pas à confier à votre médecin et votre ostéopathe tout incident ou élément que vous jugez anormal, même s’il ne vous semble pas être en rapport avec la pudendalgie. Tout ce qui a pu arriver avant l’apparition des douleurs est potentiellement intéressant et favorisera la rapidité du diagnostic.

Votre ostéopathe est à votre écoute, et d’une oreille particulièrement attentive en ce qui concerne les troubles liés à la sphère intime. Plus il aura d’éléments en sa possession en plus de l’examen physique, et plus le traitement sera adapté à votre situation et efficace.

osteopathie-consultation-deroulement

l’ostéopathie et la COVID-19 – Blog Santé Ostéodispo | Thierry Payet

Cela fait bientôt 3 ans que le monde est chamboulé par la pandémie de la COVID-19. Les études avancent et nous en savons plus sur cette affection nouvelle.

L’efficacité de l’ostéopathie sur les douleurs d’origine fonctionnelles ne sont plus à démonter. Mais, peu d’entre nous connaissent l’utilité de l’ostéopathie en cas de COVID-19.

En effet, nos experts en ostéopathie au sain d’OsteoDispo ont établi un lien direct entre l’utilité de l’ostéopathie et la COVID-19. Comment ? concrètement, l’ostéopathie intervient avant la contamination, en cas de COVID long et prend en charge certains effets indésirables liés au vaccin anti-COVID.

Dans cet article, nous allons vous exposer les différents axes d’intervention de l’ostéopathie, et vous démontrer que ces points d’intervention vont au-delà des affections d’origine fonctionnelle et structurelle.

 

 

osteopathie-consultation-deroulement

 

Ici, le rôle de l’ostéopathe à domicile est de permettre le renforcement du système immunitaire. En effet, votre organisme doit être dans un état de fonctionnement optimal pour se défendre efficacement contre les agressions extérieures.

L’ostéopathe en urgence va intervenir en vérifiant que vous n’avez pas de douleurs ou de tensions qui perturberaient le bon fonctionnement de votre organisme et va réveiller votre système lymphatique.

Celui-ci est composé d’un réseau de vaisseaux lymphatiques qui circulent en parallèle au réseau veineux, mais aussi de tous les organes ou tissus qui produisent ou stockent les globules blancs : la moelle osseuse, la rate, le thymus, les tissus lymphoïdes associés aux muqueuses et les ganglions lymphatiques.

Comme le système lymphatique n’a pas de mécanisme de pompe (comme le cœur pour la circulation sanguine), il lui faut 48h pour faire un tour complet du corps, drainer les toxines et activer les globules blancs responsables de nos défenses immunitaires.

 

la Covid-19 provoque un déficit en lymphocytes « T » :

 

 

La majorité des cas graves de la Covid-19 ont un déficit de lymphocytes T, causé par un suicide en masse de ces cellules suite à l’infection. Mais cette apoptose peut être évitée, ouvrant la voie à un traitement pour les cas sévères.

Une des caractéristiques communes à la plupart des patients avec une forme sévère du Covid-19 est une diminution considérable des lymphocytes T (lymphopénie), des cellules immunitaires chargées de détruire les cellules infectées par le virus.

Un mécanisme déjà observé chez les patients infectés avec le VIH, virus responsable du Sida. Comme le rétrovirus, le coronavirus entraine le suicide cellulaire (processus nommé apoptose) de ces cellules, qu’elles soient infectées ou pas.

Laissant le corps sans défense et s’ouvrant ainsi une voie pour une attaque frontale, entrainant ces formes graves de la maladie de la Covid.

Cette découverte a été publiée dans la revue Cell Death and Differentiation le 22 janvier 2022 par une équipe internationale impliquant des chercheurs de l’Inserm, l’Université de Paris, le CHU de Nîmes, l’Université Laval au Canada et l’Université de Minho au Portugal, qui non seulement mettent en lumière ce modus operandi du coronavirus, mais en plus montrent comment on peut leur empêcher de causer ce suicide en masse dans nos systèmes immunitaires.

 

Covid-19 : l’ostéopathie pour stimuler le système lymphatique :

 

 

La séance avec notre ostéopathe en urgence va donc stimuler le système lymphatique en chassant les déchets et en activant la circulation de la lymphe dans les tissus. Votre sera donc boosté, plus fortifié, et prêt à résister à la fatigue et aux virus.

Comme beaucoup d’autres médecines et approches complémentaires, l’ostéopathie peut jouer un rôle important dans le renforcement de votre système immunitaire. Mais pas de fausse promesse ici, la question de l’immunité ne peut pas reposer sur l’ostéopathie seule.

Voyons cela plus en détails :

Organes de l’immunité

 

Les organes de l’immunité, comme la rate, les ganglions, et les tissus lymphoïdes sont très régulièrement travaillés en consultation, notamment afin de s’assurer qu’aucun blocage ou tension empêche leur bon fonctionnement. Pour cela, l’ostéopathe travaille notamment sur votre colonne et votre cage thoracique.

Une circulation plus fluide

 

La circulation artério-veineuse et la circulation lymphatique interviennent toutes deux dans le transport des anticorps vers les zones cibles. Il s’agit donc d’un élément auquel votre ostéopathe sera attentif.

La chasse aux obstacles

 

Ces circulations peuvent facilement être perturbées, et ce, à différents endroits du corps. Il peut en effet arriver que des blocages vertébraux ou des tensions musculaires entravent cette circulation, créant perturbant l’homéostasie de l’organisme. Notre ostéopathe à domicile va donc identifier ces tensions et effectuer un travail de relâchement. Les zones qui l’intéressent particulièrement ici sont votre bassin, vos organes digestifs, votre cage thoracique et vos épaules. Son travail contribue alors à stimuler le système lymphatique, en l’aidant à drainer les déchets par l’activation de la circulation de la lymphe dans les tissus.

Travail sur le système digestif

 

Lorsqu’il s’agit de booster le système immunitaire naturellement, cela passe aussi par un travail sur la sphère digestive. Votre système digestif doit fonctionner de manière optimale pour assurer son rôle de barrière contre les agressions extérieures.

Empêcher les agents pathogènes

 

Si vous souffrez de troubles digestifs, les barrières de l’intestin sont moins efficaces. Ce qui peut constituer une voie d’entrée pour les agents pathogènes. Ici, l’ostéopathe en cabinet va travailler sur les différents organes qui interviennent dans la digestion. Il peut aussi bien s’agir de l’estomac, que du foie, des intestins, du côlon, etc.

Gérer le stress

 

S’il y a bien un ennemi de l’immunité, c’est le stress. Le stress déclenche tout un tas de choses dans votre organisme, et notamment la sécrétion d’hormones (le cortisol). La sécrétion en grande quantité du cortisol n’est pas mauvaise pour vous. Au contraire, il vous permet de réagir vite face à une situation qui le demande. Mais à la longue, il vient impacter le fonctionnement des cellules garantes de votre immunité. Une prise en charge par un ostéopathe à Paris, à Marseille, à Lyon ou à Bordeaux vous aidera à mieux gérer votre stress. Mais aussi à faire face aux conséquences néfastes de celui-ci. Comme les tensions musculaires. C’est pourquoi notre osteopathe en urgence est amené à travailler sur l’ensemble de votre corps.

Equilibrer le système hormonal 

 

Saviez vous que votre système hormonal fonctionnait en étroite relation avec votre système immunitaire ? En effet, vos hormones ont un impact direct sur les cellules de ce dernier. Ce qui peut alors augmenter, mais aussi ralentir la réponse immunitaire. C’est ainsi qu’un trouble du système hormonal ou un dérèglement hormonal peut conduire à une altération de votre immunité. C’est la raison pour laquelle notre osteopathe à domicile vérifie le bon fonctionnement de ce système. Et l’intérêt de ce travail sur le système hormonal est double.

Il permet en effet de booster le système immunitaire naturellement, et présente également une action préventive. Le système hormonal a des impacts sur bien d’autres aspects. D’abord, votre système hormonal intervient dans la régulation du sommeil. Et un sommeil de meilleure qualité sera bénéfique à votre immunité, ainsi qu’à l’ensemble de votre organisme. Mais le système hormonal joue aussi bien d’autres rôles. Il intervient également dans la respiration, la digestion, la sphère gynécologique, le système urinaire, etc.

Vous l’aurez compris, confier votre système hormonal à notre ostéopathe en cabinet, c’est donc bon pour renforcer le système immunitaire, mais également pour l’ensemble de votre organisme !

 

 

 

Comment évoquer au début de cet article, les recherches scientifiques ont un recul tel que l’on peut définir l’impact de la COVID-19 sur l’organisme.

Cet impact se traduit, en autres, par ce que l’on appelle « le COVID long ». Ces situations sont celles qu’on peut observer parmi certains patients ayant connu un épisode de Covid-19, même chez ceux ayant eu des formes peu sévères.

Il s’agit de personnes confrontées à des symptômes et signes cliniques plus ou moins invalidants qui s’étendent au-delà de 4 semaines après le début de la maladie. Ces symptômes, nombreux et très divers d’une personne à l’autre, peuvent concerner tous les organes.

Il peut s’agir de : signes et symptômes « généraux » : fatigue durable, douleurs, maux de têtes, faiblesse musculaire, essoufflement à l’effort, tachycardie, douleurs thoraciques, problèmes cutanés, anxiété, troubles du sommeil, troubles de la mémoire et de la concentration, dénutrition … ; signes neurosensoriels : perte du goût et/ou de l’odorat persistante ; complications rénales, digestives, pulmonaires ou neurologiques, nutritionnelles, notamment à l’issue d’une hospitalisation en réanimation.

 

L’ostéopathie est très efficace pour accompagner les personnes atteints de COVID long !

 

En effet, cette médecine douce a fait ses preuves dans le traitement de ces symptômes. Notre ostéopathe à Paris est intervenu dans la prise en charge de ces patients dans le bus de leur permettre de faire face à ces symptômes voire les éradiquer complètement.

grâce notamment à l’ostéopathie crânienne qui s’intéresse plus particulièrement à une zone comprenant le crâne, la colonne vertébrale et le sacrum. L’ostéopathie crânienne se base sur le principe de la mobilité des pièces osseuses du crâne. Elle va aussi s’appuyer sur la dure-mère spinale qui relie la base du crâne au sacrum.

 

grâce à l’ostéopathie structurelle ou ostéopathie musculo-squelettique qui concerne les restrictions de mobilité chez le patient. Le diagnostic a alors décelé les tensions et les déséquilibres qui sont à l’origine des douleurs. C’est pourquoi, cette approche va s’attarder aux différents segments osseux, articulaires et musculaires du corps que sont les os, tendons, ligaments, articulations et membranes qui sont sollicités dans le mouvement du corps. 

 

  • Complications digestifs et rénale

Il faut rappeler que les troubles fonctionnels s’accompagnent de troubles du comportement du muscle digestif, quand celui-ci se contracte trop ou pas assez. Pour notre ostéopathe à Marseille, il s’agira alors d’améliorer le comportement de ce muscle par des vibrations, des mobilisations de l’organe. Par ailleurs, il va s’assurer de la bonne mobilité des organes. Au même titre qu’une articulation, un organe a une mobilité qui lui est propre. A savoir, qu’il peut bouger dans toutes les directions. 

 

  • Complications neurologiques

L’ostéopathie apporte un soulagement dans les névralgies d’origine périphérique : migraines, névralgie d’Arnold, névralgie faciale, névralgie cervico-brachiale, névralgie intercostale, sciatique et sciatalgie, cruralgie, névralgie pudendale,… Il existe d’autres troubles neurologiques d’origine périphérique faisant intervenir un organe, la/les vertèbres correspondante(s) et son territoire nerveux. Par exemple, une dysfonction de la 3ème vertèbre cervicale (C3) engendrera un influx nerveux différent. Ce qui pourra perturber le fonctionnement du muscle diaphragme thoracique. Car ses nerfs (nerfs phréniques) émergent en partie de ce niveau vertébral (C3, C4 et C5) : c’est ce qu’on appelle un réflexe somato-viscéral. Le chemin inverse est possible (réflexe viscéro-somatique).

 

On le sait, les troubles du sommeil sont en général liés à un dysfonctionnement du système nerveux autonome végétatif. C’est pourquoi, la fonction de l’ostéopathe va être de libérer toutes les structures en lien avec ce système.

Naturellement en portant une attention particulière aux zones en lien avec le système nerveux du crâne et de l’ensemble de l’axe crânio-sacré.

Alors si vous souffrez de symptôme persistants liés à la COVID-19 pensez à l’ostéopathie !

 

 

 

 

Nous recevons des demandes de consultations de la part des patients ayant ressenti des complications après s’être vaccinés. Les symptômes ressentis sont différents d’une personnes à une autre. Par exemple, certains patients ressentent des douleurs musculaires, des perturbations menstruelles chez certaines femmes… Comme nous l’avons démontré plus haut dans cet article, l’ostéopathie est très efficace contre les douleurs musculaires et articulaires.

Aussi, l’ostéopathe à Lyon, ou à Bordeaux peut intervenir en cas de douleurs menstruelles (dysménorrhées) et/ou de règles abondantes (ménorragie) cela se traduit par un travail sur la sphère gynécologique :

Dans un premier temps, notre ostéopathe vérifie la position de l’utérus et s’il n’est pas rétroversé. L’ostéopathe en urgence n’ayant recours qu’à des techniques externes, il orientera la patiente vers un gynécologue.

En dehors de ce cas, le praticien s’attachera à vérifier l’ensemble des structures ligamentaires et faciales, en contact avec l’utérus. En effet, les organes abdominaux sont situés dans un espace clos dont les extrémités sont mobiles. Il s’agit du diaphragme et du périnée. Ces deux structures jouent un rôle prépondérant dans l’équilibre des pressions intra-abdominales. Ces dernières doivent être libres pour amortir les contraintes.

 

COVID-19 : faites confiance à l’ostéopathie !

 

 

En conclusion, l’ostéopathie par son approche holistique, intervient dans différentes affections et gênes.

Elle peut être utile pour vous aider à renforcer votre système immunitaire, vous évitant ainsi de contracter des virus, y compris la COVID19. Aussi, cette thérapie douce au large bienfaits, accompagnera les patients souffrant des symptômes lié au COVID long.  Enfin, l’ostéopathie soulage en cas d’effets indigérables liés au vaccin anti-COVID.

Nos ostéopathes partout en France sont formés pour vous accompagner et pour vous rendre votre mobilité et votre bienêtre. N’hésitez pas à nous contacter en réservant votre prochaine consultation.

 

Différences Kiné et Ostéopathe

Comprendre (enfin !) la différence entre Kiné et Ostéopathe » Clinic Osteo | Thierry Payet

Parmi les questions les plus fréquentes qu’on nous pose chez Clinic Ostéo : Quelles différences entre Kiné et Ostéopathe ? Ces deux métiers étant des spécialités de contacts manuels, ils sont très souvent confondus. On fait le point !

 

Quel est le rôle d’un Kiné ?

Pour faire la différence entre Kiné et Ostéopathe, il est important de savoir ce que fait le Kiné.

Il est toujours difficile de devoir résumer un métier en quelques lignes. Souvent, les séances de Kiné sont prescrites par votre médecin traitant pour rééduquer une zone précise (le coude, le genou, le dos…). Votre médecin peut aussi vous prescrire des séances de kiné suite à un accident ou un choc.

 

Le Kinésitérapeuthe va lors agir sur cette zone pour lui donner un maximum d

e mobilité et de souplesse.

 

Notamment par des techniques de massages, de musculation ou grâce à des appareils (électro-stimulation, ultra-sons..) il va donner une souplesse maximum de la zone à traiter, localement.

Une fois la zone douloureuse traitée, le kiné réintègre la zone dans le schéma corporel global (musculation, conseils en hygiène de vie, alimentation, hydratation…).

 

Quel est le rôle d’un Ostéo ?

Pour faire la différence entre Kiné et Ostéopathe, il est important de savoir ce que fait l’Ostéo.

 

L’ostéopathe cherche à harmoniser le corps dans son ensemble.

 

Vous avez certainement entendu dire quelqu’un que son mal de dent avait provoqué des maux de dos ou que sa cheville était responsable d’une lombalgie !

Dans cet exemple, que va faire votre Ostéopathe ? Il va intégrer le système “cheville” et le système “lombaire” afin que l’information neurologique et mécanique traverse les deux systèmes ensemble et qu’ils interagissent. On ne va pas travailler la cheville d’un côté, puis les lombaires dans une autre séance.

 

Différences Kiné et Ostéopathe

On ne travaille pas les systèmes chacun de leur côté, ni l’un après l’autre mais bien ensemble, pour qu’ils apprennent à (re) communiquer ensemble.

Aujourd’hui, de nombreux métiers liés à la santé ont la possibilité de suivre une formation d’ostéopathie liée à leur métier (sage-femme, médecin généraliste…). L’ostéopathe exclusif, comme nous le sommes chez Clinic Ostéo, ne fait “que” de l’ostéopathie. C’est à dire qu’on ne relie pas nos connaissances à une spécificité du corps mais bien à la globalité de notre santé.

 

Différences Kiné et Ostéopathe
Questions de début d’entretien, écoute et échanges

 

Lorsque vous vivez un évènement traumatisant pour le corps : accident, grossesse, accouchement, choc émotionnel, choc physique (…), votre ostéopathe prend en compte l’ensemble du corps pour le rééquilibrer. Ainsi, toutes les zones du corps seront en équilibre les unes par rapport aux autres.

Prenons un autre exemple !

Pour une femme ayant accouché par césarienne. Votre ostéo ne masse pas ou très peu la cicatrice. Le kiné ou la patiente sait parfaitement le faire. Par contre, la cicatrice perturbe la transmission des forces lors des mouvements. Quand un tissu a été raccommodé, il a tendance à transmettre les forces de tension différemment (on parle de la “tenségrité” venant du terme “tension”). Votre ostéopathe va donc travailler la neurologie afin que l’information qui va d’une structure à l’autre y aille bien correctement. Cette information passe par les nerfs mais aussi par des structures physiques.

Une cicatrice de césarienne va perturber la transmission des forces en rotation du tronc par rapport au bassin. Dans un mouvement comme un coup de raquette la force qui part du pied pour terminer dans la main (puis raquette et balle) ne peut être transmise correctement car la cicatrice perturbe la transmission de la force.

Différences Kiné et Ostéopathe

 

Votre ostéo agit pour que l’information retrouve son chemin originel et soit moins perturbé par la cicatrice. Celle-ci devient donc une partie intégrante et intégrée de la personne. La force de l’ostéopathie est donc de recréer un chemin qualitatif, une transmission profonde entre le corps et le cerveau pour intégrer cette nouvelle cicatrice et favoriser alors un mouvement facilité en profondeur.

 

L’ostéopathe comprend votre corps et votre être (votre histoire, vos douleurs, les marques du temps et des évènements de la vie…) pour traiter les systèmes corporels les uns avec les autres.

 

 

Souvenez-vous !

Chaque être humain naît avec des réflexes archaïques de protection et de survie. La douleur fait partie de ces réflexes. Notre corps nous alerte quand un rééquilibrage est nécessaire. Votre ostéopathe exclusif, chez Clinic Osteo, travaille avec vos réflexes de protection, notamment via la douleur afin de trouver le chemin de guérison qui sera le plus adapté à ce que vous êtes, à ce que vous vivez.

 

Et une dernière chose !

 

L’objectif de l’ostéopathe est de revenir à la source du problème. On ne traite donc pas uniquement la conséquence (la douleur par exemple) mais bien sa source pour avoir des résultats de long terme.

 

Kiné et Ostéopathe : Deux métiers complémentaires

Ainsi, en plus de la zone traitée par le kiné, votre ostéo va pouvoir prendre de la distance pour comprendre ce qui a pu bouger et se modifier. Ce qui a créé des déséquilibres dans tout le corps.

Voilà pourquoi les médecins conseillent facilement aux jeunes mamans d’aller consulter un ostéo. La jeune maman ne ressent pas forcément tous les déséquilibres causés par l’accouchement. C’est bien à l’ostéopathe de réaliser ce travail avec sa patiente.

 

Ces deux pratiques sont donc tout à fait complémentaires. La kiné pour rééduquer une zone précise et l’ostéo pour une vision globale du corps et du rééquilibrage.

 

 

Pourquoi traiter avec des séances de Kiné et Ostéopathe ?

Pour avoir une complémentarité des approches. Votre ostéo va permettre de comprendre la cause de la douleur pour la traiter en profondeur, le kiné soulagera localement la zone à traiter. Vous souhaitez connaitre les ostéopathes de Clinic Ostéo, suivez-nous par ici

 

Différences Kiné et Ostéopathe Clinic Ostéo

Dans quels cas consulter mon Ostéo ?

  • le schéma orthopédique : entorse, dorsalgie, cervicalgies, douleurs articulaires au genou, à l’épaule, au coude, coccyx, maxillaires, tendinites, lombalgies…
  • le système digestif : flatulences, coliques, constipations, digestion difficile, gastrites, acidité, ballonnements, hernie…
  • le système cardio vasculaire : troubles dans la circulation du sang des membres inférieurs, hémorroïdes, palpitations, oppressions …
  • le système O.R.L et pulmonaires : rhinites, sinusites, migraines, bronchites, asthme, bronchiolites, bourdonnements, vertiges…
  • états dépressifs, nervosité, stress, spasmophilie, burn-out, anxiété, angoisses…
  • le système neurologique : sciatiques, névralgies, cruralgies…
  • le suites d’un accident (sports, accident de la route…)
  • pour les futures et jeunes mamans : grossesse, accouchement, allaitement…
  • pour les bébés : syndrôme de la tête plate, coliques, reflux, naissance longue…

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Don de lait maternel

Une exigence de qualité et de sécurité | Thierry Payet

Le lait maternel pasteurisé provenant des lactariums est vital pour la santé des bébés prématurés. Pour les femmes qui le peuvent, faire don de leur surplus de lait se révèle donc aussi altruiste qu’essentiel. Mais comment faire un don de lait maternel ? Dans quelles conditions ? Quelle réglementation s’applique à ce produit particulier ? Santé sur le Net fait le point sur ce sujet qui reste encore assez méconnu des jeunes mamans.

Don de lait maternel

Don de lait maternel : vital pour les bébés prématurés

Les bienfaits du lait maternel pour le nourrisson ne sont aujourd’hui plus à prouver. Procurant un équilibre à la fois affectif et alimentaire, il permet de couvrir les besoins nutritionnels des enfants nés à terme ou proches du terme. Le lait maternel se révèle également essentiel chez les bébés qui naissent prématurément. Les facteurs de croissance qu’il contient soutiennent en effet le développement de leur tube digestif et la défense de leur organisme contre les infections, ce qui aide à prévenir certaines complications potentiellement graves liées à la prématurité. En France, on estime que les nourrissons prématurés représentent environ 60 000 naissances par an. Et en Ile-de-France, 3300 bébés de moins de 32 semaines et pesant moins d’1,5 kg ont un besoin vital de ce lait maternel.

Des lactariums ont ainsi vu le jour en France pour venir en aide aux enfants prématurés. Le principe de ces établissements ? Recueillir le lait maternel auprès de mamans allaitantes qui souhaitent faire don de leur surplus de lait. C’est ainsi qu’en 2018, les lactariums français ont recueilli 44 600 litres de lait provenant de dons anonymes. Mais vu la fragilité de la population à laquelle il est destiné, ce produit nécessite une attention et une vigilance toutes particulières.

À savoir ! Intégrés au sein d’un Centre Hospitalier Universitaire ou indépendants reconnus d’utilité publique, les lactariums désignent des centres de consultation et d’information en matière d’allaitement maternel. Ils accompagnent également les mamans dont le bébé est hospitalisé. La liste des lactariums français est à retrouver ici.

Les modalités de recueil et du don de lait maternel

En pratique, toute femme allaitante qui souhaite donner son lait peut le faire. Un dossier médical est alors ouvert pour chaque candidate au don dans le but d’assurer la qualité du lait maternel qui sera ensuite distribué. Car il faut savoir que certains facteurs de risque comme le tabagisme ou la prise régulière de certains médicaments toxiques sont incompatibles avec le don de lait. Un entretien avec la maman allaitante ainsi qu’un questionnaire médical adressé au médecin ayant suivi la maman pendant sa grossesse permettent ainsi de vérifier l’absence de ces facteurs de risque. Un dépistage sérologique est pratiqué à l’occasion du 1er don à partir d’une prise de sang, et renouvelé tous les 3 mois pendant la durée du don. Le but est de vérifier que la maman donneuse n’est pas atteinte de certaines pathologies comme le sida, l’hépatite B ou l’hépatite C.

À savoir ! Les prélèvements entrent dans le cadre de contrôles stricts et sont immédiatement abandonnés si la lactation baisse de façon anormale.

S’agissant de l’équipement, les lactariums fournissent aux mamans donneuses tout le matériel nécessaire (tire lait manuel, tire lait électrique et biberons de collecte déjà stérilisés). Mais attention, dans un souci de sécurité pour les nourrissons qui recevront le lait, des mesures d’hygiène simples doivent être scrupuleusement respectées ! C’est ainsi qu’avant chaque recueil, la mère doit se laver les mains et les seins avec un savon sans parfum par exemple. Quant au matériel utilisé pour le recueil du lait, il doit être systématiquement dégraissé avec du liquide vaisselle puis stérilisé. Une fois que le lait a été recueilli, la maman doit le transvaser dans un biberon qui pourra être conservé pendant 24h au réfrigérateur avant d’être stocké au congélateur à -18°C.

À savoir ! Le lait doit être refroidi sous un robinet d’eau froide, puis placé dans la zone la plus froide du réfrigérateur à +4°C. Il est possible de cumuler le lait de plusieurs recueils dans un même biberon tout au long de la journée. Mais attention ! Le lait décongelé ne doit jamais être recongelé et il ne faut pas ajouter de lait fraîchement recueilli à un biberon de lait congelé.

Un collecteur se rend ensuite au domicile de la maman donneuse pour récupérer les flacons de lait congelé avant de les emmener au lactarium où ils seront analysés et contrôlés. Ils feront ainsi l’objet de tests sérologiques et d’examens bactériologiques pour évincer les laits contenant trop de germes et qui se révéleraient donc nocifs pour les prématurés. Puis les laits sont mélangés dans une cuve afin d’obtenir un mélange de composition homogène, puis conditionnés en biberons de 200 ml et enfin pasteurisés, en fonction du résultat des analyses bactériologiques.

À savoir ! Le lait maternel pasteurisé est soumis à un traitement par la chaleur visant à réduire le nombre de bactéries, champignons et virus.

Un nouveau contrôle bactériologique est effectué sur chaque lot de lait maternel pasteurisé. Seuls les lots dont le contrôle bactériologique se révèle négatif sont délivrés par le lactarium qui se charge enfin de les redistribuer sur prescription médicale aux services où sont hospitalisés les enfants prématurés. Depuis la collecte du lait jusqu’à sa délivrance, l’encadrement est donc strict pour assurer à la fois la sécurité et la qualité du produit.

De nouvelles exigences règlementaires de qualité et de sécurité

Car le lait maternel pasteurisé représente un véritable produit de santé comme le précise la directrice générale de l’ANSM, Christelle Ratignier-Carbonneil : « Le lait maternel est un produit de santé singulier destiné à une population fragile, il nécessite en cela une attention particulière. En outre, les besoins vont croissant comme en témoigne l’augmentation du nombre de lactariums en Europe depuis une dizaine d’années ». L’exigence de qualité et de sécurité du lait maternel pasteurisé est donc bien réelle pour prévenir au maximum certaines complications spécifiques à la population fragile des nourrissons prématurés.

Dans ce contexte, l’ANSM, en concertation avec les parties prenantes (DGS, professionnels de santé représentés par l’Association des lactariums de France, sociétés françaises de néonatalogie et de pédiatrie et représentants de patients), a souhaité faire évoluer la réglementation relative au lait maternel pasteurisé à travers la mise en place d’un nouveau référentiel de bonnes pratiques. Ce nouveau référentiel s’appuie principalement sur deux grandes évolutions :

  • Le renforcement de la gestion du risque au sein des lactariums
  • L’encadrement des activités essentielles des lactariums (contrôle microbiologique, sélection des donneuses, informatisation des activités, etc.).

Le respect de ce nouveau référentiel implique la mise en place d’une réorganisation des lactariums qui devront dès lors être intégrés à la politique globale de gestion de la qualité et du risque des centres hospitaliers qui les hébergent. La mise en application de ce nouveau référentiel étant entré en vigueur depuis le 1er mars 2022, les 34 lactariums français bénéficieront d’une période transitoire de 6 mois pour se mettre en conformité.

Prochaine étape pour l’ANSM ? Faire adopter à l’échelle européenne ce référentiel de bonnes pratiques renforcé afin de bénéficier d’une règlementation commune et d’harmoniser les pratiques entre pays.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources

– L’ANSM publie le nouveau référentiel des bonnes pratiques en matière de lait maternel pasteurisé issu des lactariums. ansm.sante.fr. Consulté le 1er mars 2022.
– Circuit du lait maternel pasteurisé issus des lactariums. ansm.sante.fr. Consulté le 1er mars 2022.
– Principaux risques liés à la gestion du lait maternel issu des lactariums et synthèse des bonnes pratiques. ansm.sante.fr. Consulté le 1er mars 2022.
Blog: Amplified MRI showing your brain moves to the rhythm of your heart.

Blog: Amplified MRI showing your brain moves to the rhythm of your heart. | Thierry Payet

Below is an awesome video that our practitioners found interesting.

Osteopaths, especially cranial osteopaths have been told for years there is no scientific proof there was any movement in the brain. Now there is scientific proof that the human brain beats just like the heart.

Every second or so, your heartbeat sends blood surging through the vessels of your body. The impact of this can be felt throughout the body—in the wrists, the neck and the ankles. What you probably won’t detect is the subtle pulsing of your brain as blood and spinal fluid ebb and flow inside your skull.

Now, scientists have captured and magnified the effect of the heartbeat on the brain in real time. Using a new imaging technique the researchers can watch the brain bounce and warp as blood moves around the body.

Over the last few years this medical opinion has been changing with more studies and now through amplified MRI there is a video showing that your brain moves to the rhythm of your heart. The tiny movements – which are smaller than the width of a human hair – have been caught on film in a remarkable scientific breakthrough. The brain moves minutely with each heartbeat – on the order of ten to 150 micrometres which is less than the width of a single human hair. 

Osteopaths have been discussing and learning about this since the early 1900’s.

 

 

 

Les 7 règles pour atteindre ses objectifs

Les 7 règles pour atteindre ses objectifs | Thierry Payet

 Comment réussir ce que vous entreprenez dans la vie ?

Il faut déjà savoir ce que vous voulez obtenir dans la vie, vous fixez des buts et il suffit ensuite de tout mettre en œuvre pour les atteindre  en mettant en place vos objectifs.

Alors comment atteindre ses objectifs (qu’ils soient sportifs, personnels, professionnels ou autres) ?

Pour vous y aider, voici une méthode simple et efficace en 7 règles à suivre :

1 –  Déterminer avec précisions ses objectifs  !

 2 –  Les mettre par écrit  : planifier (calendrier, dates limites)

3 –  Se mettre en accord avec ses désirs et envies  : vos désirs seront sources d’énergie et vous donneront la force et l’enthousiasme nécessaire pour agir.

4 –  Se concentrer sur son but : les décisions prises dépendront de ce but , se poser la question   » est-ce que ce que je fais me permet de me rapprocher de mon but ?  » Si oui, continuer d’agir ; si non, s’arrêter.

5 –  Se diriger progressivement vers ses objectifs  : tout progrès est fait d’une multitude de petits progrès.

6  –  Se fixer des objectifs mensuels : Un effort quotidien est payant.

7 –  Accepter de faire des «  détours  » : Un détour n’est qu’un chemin différent mais il ne faut par renoncer pour autant à votre objectif.

«  Un objectif est bien plus qu’un rêve  : c’est un rêve mis en œuvre  »

.

Comment bien monter à vélo ?

Comment bien monter à vélo ? | Thierry Payet

Technique simple et efficace pour apprendre à monter à vélo … by Trail Kréol 😉

Dès que possible nous remettrons en place d’autres vidéos … le temps nous manque cruellement ces TEMPS ci !

A bientôt pour d’autres aventures …

 

monter à vélotrailvélo

.

Déglutition atypique, la prise en charge de l'ostéopathe

Déglutition atypique, la prise en charge de l’ostéopathe | Thierry Payet

Le développement des mâchoires et le fonctionnement de la cavité buccale (mobilité de l’articulation temporo-mandibulaire et occlusion) dépendent de l’acquisition de la déglutition mature à l’âge de 2-3 ans et de la bonne position de la langue dans la bouche. Quel est le rôle de l’ostéopathe dans l’accompagnement des troubles de la déglutition chez l’enfant ou chez l’adulte ?

Acquisition de la déglutition mature à l’âge de 2-3 ans

Quand un nourrisson ou un jeune enfant déglutit, sa langue s’interpose entre ses dents en avant, ses dents ne se touchent pas et ses muscles des lèvres et des joues se contractent.
C’est la déglutition primaire / atypique / infantile.

Dès que l’alimentation de l’enfant se compose d’aliments plus durs ses incisives et canines fonctionnent et entrainent une modification de la déglutition et de la position de la langue.

Ainsi, l’enfant de plus de 6 ans et l’adulte, déglutissent les lèvres jointes, les dents en contact, la langue au palais et sans aucune contraction des lèvres et des joues.
C’est la déglutition secondaire / mature.

Position de la langue : toujours au palais !!

La langue doit toujours être positionnée au palais, la pointe en
arrière des incisives supérieures.

Cette position permet le bon développement transversal des maxillaires et la respiration par le nez.

Conséquences d’une déglutition atypique chez l’enfant de plus de 6 ans et l’adulte

Si la déglutition atypique perdure, elle entraine des
conséquences sur le développement de la cavité buccale :

  • les maxillaires ne se développent pas et la
    respiration se fait par la bouche
  • le développement de la bouche s’accompagne d’une
    malposition des dents et d’une béance antérieure (la langue continue à se
    positionner entre les 2 arcades dentaires lors de la déglutition)
  • la mastication est perturbée

Comment identifier une déglutition atypique ?

Il existe deux tests pour  identifier une mauvaise acquisition de la déglutition mature : en écartant les joues vers l’extérieur, ou en pinçant les lèvres.

Ces tests révèlent une déglutition atypique chez l’enfant ou
l’adulte testé si les muscles des lèvres et des joues se contractent lors de la
déglutition, ou si la déglutition est impossible.

Exercice pour stimuler
la déglutition secondaire mature :

La rééducation de la fonction de la langue doit être faite très tôt (dès l’âge de 3ans).
Elle facilite la bonne mise en place des dents, évite les malformations et permet d’obtenir rapidement une déglutition secondaire mature.

Musculature de la langue :

  • Inspecter le palais, les joues et les lèvres avec la langue
  • Pour les enfants : mettre la nourriture dans les joues et les lèvres pour qu’ils aillent la chercher
  • Mettre un morceau de pain au palais et essayer de le décolle
  • Claquements de la langue CLA / CLO (cheval au pas, puis au trop)

Apprentissage de la déglutition secondaire mature

  • Avaler la salive dents serrées avec un élastique entre le palais et la pointe de la langue

Stimulation de la mastication : voir article sur la mastication

Appareils pour stimuler la déglutition secondaire mature :

Il existe également des appareils
qui permettent de basculer sur une déglutition mature

  • Le Froggymouth préconisé à partir de 3 ans et 15 minutes/j : pour apprendre à l’enfant à déglutir sans se servir de ses lèvres.
  • L’enveloppe linguale nocturne (appareil d’orthodontie fonctionnelle) : pour éduquer la langue à rester au palais

L’arrêt du pouce et la tétine qui
favorisent la déglutition primaire est vivement conseillé dès l’âge de 3 ans.

La prise en charge d’une déglutition atypique par l’ostéopathe

L’ostéopathe prend en charge les troubles de déglutition en parallèle de l’orthodontie fonctionnelle, de l’orthophonie et de la kinésithérapie maxillo-faciale.

L'ostéopathe à Paris lors d'un traitement de trouble de la déglutition

Il accompagne le jeune enfant, l’adolescent en parallèle du traitement
orthodontique et l’adulte.

L’ostéopathe vérifie la mobilité globale du corps puis la
mobilité de la cavité buccale et de la langue afin de détecter les zones qui
peuvent empêcher le passage vers la déglutition mature.

Par des manipulations douces l’ostéopathe travaille sur l’articulation de la mâchoire, la mandibule, les maxillaires et les palatins… pour favoriser leur bon développement.
L’ostéopathe travaille aussi sur les zones qui jouent un rôle sur la mobilité de la mâchoire et de la langue comme les cervicales, l’axe crânio-sacré, la loge du cou et le diaphragme…

En cas de troubles de la déglutition le but de l’ostéopathe est d’améliorer la mobilité des zones en rapport avec la langue et la mâchoire, afin que le patient évolue vers une déglutition mature (déglutition les lèvres jointes, les dents en contact, la langue au palais, et sans contraction musculaire des lèvres et des joues).

Contacter l’ostéopathe en cas de trouble de déglutition :

N’hésitez pas à contacter votre ostéopathe à Paris au 07.69.03.41.41 pour prendre rdv ou pour tout renseignement sur les troubles de la déglutition.