Tips to Improve Your Whole Health

Conseils pour améliorer votre santé globale – East Gippsland Osteopathic Clinic | Thierry Payet

Avec le coût de la vie qui ne cesse d’augmenter, il peut être difficile de gérer ces habitudes saines avec un budget serré. Voici donc cinq conseils rapides que vous pouvez appliquer pour améliorer votre santé globale.

1 à 30 minutes de mouvement quotidien

Qu’il s’agisse de se promener autour du pâté de maisons, dans un parc ou le long du sentier ferroviaire; un cours d’exercices, du pilates, du yoga et de nombreuses autres options, le simple fait de bouger votre corps pendant 30 minutes peut faire des merveilles pour votre santé et votre forme cardiovasculaire.

2 – Buvez 2L d’eau par jour

Garder notre corps hydraté avec de l’eau est extrêmement important car nous sommes composés à 80% d’eau et notre corps a besoin d’eau pour remplir les fonctions vitales dont nous avons besoin pour vivre.

3 – Routine de sommeil cohérente

Fixer une heure de coucher et de réveil spécifique nous permet de maximiser les hormones et les produits chimiques naturels de notre corps pour nous aider à avoir un sommeil réparateur et réparateur. Si nous pouvons obtenir ce type de sommeil pendant 7 à 9 heures par nuit, notre corps a alors le temps de se reposer et de se réparer.

4 – Plus de repas faits maison que de plats à emporter + une alimentation équilibrée

Lorsque nous cuisinons à la maison, cela inclut généralement une consommation régulière de fruits et de légumes, ce qui signifie que nous mangeons des aliments nutritifs avec beaucoup de vitamines et de minéraux permettant à notre corps de récupérer, de maintenir et d’améliorer notre santé. Alors que les plats à emporter ont tendance à être souvent riches en sucre, en graisses saturées et en autres aliments transformés, ce qui peut avoir un impact important sur notre santé, en raison de notre tour de taille, de notre santé intestinale et, surtout, de notre santé cardiaque.

5 – Limiter la consommation de sucre, d’alcool, de caféine (en particulier de café) et de boissons gazeuses

Aussi savoureux que puissent être les aliments contenant ces ingrédients, ils ne sont pas bons pour notre santé et peuvent avoir un impact considérable sur notre intestin, notre foie, notre cœur et de nombreux autres organes. Vous pouvez commencer par tester 1 ou 2 jours sans alcool, par exemple, sans alcool deux jours par semaine, et commencer lentement à réduire la quantité que vous consommez chaque jour. Bien qu’il soit acceptable de consommer ces aliments avec modération, limiter votre consommation peut améliorer le fonctionnement de nos intestins, de notre foie, de notre cœur et d’autres organes.

Je recommande de se concentrer sur un conseil à la fois, afin que cela devienne une habitude et succinct dans votre routine quotidienne. Trop de changements à la fois peuvent être un gros choc pour votre système et il est plus difficile de s’y tenir !

Si vous rencontrez des difficultés avec l’un de ces conseils pour améliorer votre santé globale, veuillez en parler à l’un de nos professionnels de la santé ou à votre médecin généraliste.

Veuillez parler à l’un de nos ostéopathes ou physiothérapeutes lors de votre prochaine visite si vous avez des questions sur ces conseils simples pour vous aider à améliorer votre santé globale.

FODMAP, des sucres qui altèrent la barrière intestinale

Des aliments qui altérent la barrière intestinale | Thierry Payet

Les FODMAP, pour Fermentable Oligosaccharides Disaccharides Monosaccharides And Polyols, sont régulièrement pointés du doigt dans le syndrome du côlon irritable, qui touche de nombreux Français. Mais quels sont les mécanismes reliant ces sucres présents dans l’alimentation et la survenue des symptômes du côlon irritable ? Une récente étude publiée par des chercheurs français apporte des éléments de réponse. Explications.

FODMAP, des sucres qui altèrent la barrière intestinale

Que sont les FODMAP ?

Les FODMAP sont présents partout dans l’alimentation, puisqu’ils regroupent les glucides de petite tailletels que :

  • Le lactose (le sucre du lait) ;
  • Le saccharose (le sucre de table) ;
  • Le fructose (le sucre des fruits) ;
  • Les galactanes ;
  • Etc…

Depuis plusieurs années, l’omniprésence de ces sucres dans l’alimentation a été associée à l’augmentation de l’incidence du syndrome du côlon irritable. Certaines personnes auraient des difficultés à absorber ces sucres, qui seraient responsables :

  • D’un inconfort digestif ;
  • De ballonnements ;
  • De douleurs intestinales ;
  • De troubles du transit.

Des sucres à l’origine d’une fermentation inconfortable

L’illustration la plus connue est sans doute l’intolérance au lactosequi conduit chaque année de nombreux Français à supprimer le lait et les produits laitiers ou à se tourner vers des produits laitiers spécifiquement formulés sans lactose. Pour expliquer le lien entre les FODMAP et les troubles digestifs, les scientifiques avancent des problèmes de fermentation de ces sucres par la flore intestinale. Un régime pauvre en FODMAP, c’est-à-dire supprimant ou réduisant les aliments les plus riches, pourrait ainsi améliorer le confort intestinal de ces personnes.

Mais les problèmes de fermentation ne permettent pas d’expliquer totalement l’impact des FODMAP sur le fonctionnement intestinal. Pour aller plus loin dans la compréhension des mécanismes, des chercheurs français ont mené une étude sur des souris, auxquelles ont été administrés deux types de FODMAP, du lactose et des fructo-oligosaccharides. Puis, les chercheurs ont étudié la barrière intestinale des souris, pour la comparer à celle de souris témoins.

La barrière intestinale altérée par les produits de la fermentation des FODMAP

Grâce à ce modèle, ils ont pu mettre en évidence que la fermentation des FODMAP entraînait la production d’AGE (Produit final de glycation avancéec’est-à-dire des produits terminaux de glycation), des produits incriminés dans les symptômes du côlon irritable. La production d’AGE au niveau de l’intestin entraînerait le recrutement d’une catégorie de globules blancs, les mastocytes, qui interagissent avec des cellules intestinales productrices de mucus. Chez les souris exposées aux FODMAP, les chercheurs ont observé une accumulation locale de mastocytes et des irrégularités dans l’épaisseur de la couche de mucus recouvrant la paroi intestinale.

Chez des souris exposées à la fois à des FODMAP et à de fortes doses d’un dérivé de la vitamine B6 (qui bloque la production d’AGE), la couche de mucus se montrait régulière. D’après les chercheurs, ces nouvelles données suggèrent que la production d’AGE suite à la fermentation des FODMAP pourrait altérer la couche de mucus et donc fragiliser la barrière intestinale. Ce phénomène expliquerait la survenue des troubles digestifs chez les sujets atteints du syndrome du côlon irritable. Trouver le moyen de bloquer la production d’AGE pourrait représenter une alternative au régime pauvre en FODMAP auquel doivent s’astreindre de nombreuses personnes.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Les FODMAPs, des sucres qui altèrent la barrière intestinale. inserm.fr. Consulté le 31 octobre 2022.
– Un Comprendre les FODMAP Que sont les FODMAP ? cdhf.ca/fr. Consulté le 31 octobre 2022.
journée mondiale de lutte contre la poliomyélite

Journée mondiale de lutte contre la poliomyélite | Thierry Payet

Au début des années 1990, encore 350 000 personnes étaient touchées chaque année par la poliomyélite à travers le monde. Une maladie pourtant presque oubliée en France grâce à la vaccination obligatoire depuis de nombreuses années. A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la poliomyélite le 24 octobre 2022, plus de 3 000 scientifiques de plus de 100 pays ont réaffirmé auprès des Etats la nécessité de la stratégie d’éradication de la maladie à l’horizon 2030.

journée mondiale de lutte contre la poliomyélite

Poliomyélite, une maladie qui reste d’actualité

En France, la poliomyélite a totalement disparu, hormis quelques cas exceptionnels d’importation. Pourtant, elle était auparavant une maladie redoutable, à l’origine de multiples paralysies et de décès chez les enfants. Grâce à la vaccination, devenue obligatoire en France dès 1964, la population a presque oublié cette maladie. Mais qui persiste dans plusieurs pays du monde.

De nos jours, trois zones géographiques constituent encore des foyers de persistance de la poliomyélite dans le monde : le Nigéria, le Pakistan, l’Afghanistan.

Ailleurs dans le monde, la maladie a quasiment disparu dans nombre de pays en seulement une trentaine d’années. En effet, dans les années 1990, encore 125 pays connaissaient des cas de poliomyélite chez l’enfant, avec des décès chaque année.

La vaccination, l’espoir d’une éradication possible

Aujourd’hui, la vaccination contre la poliomyélite en France est intégrée à la vaccination DTP, pour Diphtérie – Tétanos – Poliomyélite. L’importante couverture vaccinale en Europe et dans de nombreux pays dans le monde a permis un fort recul de la maladie. L’espoir de l’OMS est d’atteindre une éradication possible de la maladie à l’horizon 2030. Pour atteindre un tel objectif, il faut impérativement mettre en œuvre l’Initiative mondiale de l’éradication de la poliomyélite. Un engagement fort des Etats du monde entier, dont l’importance a récemment été réaffirmée par plus de 3 000 scientifiques issus de 115 pays réunis au sommet mondial de la santé à Berlin.

L’initiative d’éradication prévoit notamment la vaccination de 370 millions d’enfants dans les cinq années à venir. Ainsi que la surveillance de la maladie dans cinquante pays, où une résurgence de la poliomyélite est observée depuis peu. Tant que la maladie n’est pas éradiquée, elle peut ressurgir partout où la couverture vaccinale n’est pas suffisante. Une situation qui explique pourquoi la vaccination contre la poliomyélite reste obligatoire en France pour tous les nourrissons.

Journée mondiale de lutte contre la poliomyélite : une résurgence ces derniers mois

Récemment, des flambées de cas de poliomyélite ont été recensées aux USA, en Israël ou au Royaume-Uni. La vaccination à l’échelle mondiale constitue donc un enjeu majeur de santé publique pour tous les pays du monde. Et la stratégie d’éradication nécessite des financements importants, avec la contribution de tous les pays qui le peuvent. L’Europe et la France se sont notamment engagés pour soutenir les actions visant à permettre l’éradication de la maladie.

Cet engagement fort des Etats pour l’éradication de la poliomyélite intervient à quelques jours de la journée mondiale de lutte contre la maladie, une journée organisée par le Rotary International et ses nombreux partenaires, dont l’OMS et l’UNICEF. L’occasion de sensibiliser les Français sur une maladie qu’ils ont souvent oubliée, mais qui pourrait se rappeler à leur mémoire, si les efforts de vaccination venaient à se relâcher.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Les dirigeants mondiaux s’engagent à hauteur de 2,54 milliards de dollars des États-unis pour mettre fin à la poliomyélite lors du Sommet mondial de la santé. qui.int. Consulté le 20 octobre 2022.
profils d’asthme chez l'enfant

Des profils d’asthme différents | Thierry Payet

Selon l’Assurance Maladie, l’asthme touche environ 4 millions de personnes en France, une maladie plus ou moins impactante sur la vie quotidienne des patients. Dans l’asthme, comme dans beaucoup d’autres maladies, les facteurs environnementaux semblent jouer un rôle important. Mais comment évaluer précisément l’influence de ces facteurs ? En fonction de l’exposition à ces facteurs, peut-on définir différents profils d’asthme ? C’est l’objet de l’étude récemment présentée par des chercheurs de l’INSERM. Résultats.

profils d’asthme chez l'enfant

L’asthme est-il déterminé par l’environnement ?

Dans l’asthme, une maladie qui se développe souvent au cours de la petite enfance et persiste jusqu’à l’adolescence voire l’âge adulte, les chercheurs ont depuis longtemps décrit des liens avec des facteurs environnementaux et les événements de la vie. Plusieurs paramètres sont connus pour influencer l’évolution naturelle de l’asthme :

  • Des facteurs environnementaux, par exemple l’exposition à des allergènes ou des polluants atmosphériques ;
  • La petite enfance, notamment l’alimentation ;
  • Des habitudes de vie ;
  • Le cadre social.

Mais si les études sont nombreuses pour décrire l’impact de chacun de ces facteurs, les chercheurs ne savent pas à ce jour comment ces facteurs peuvent interagir entre eux. L’exposition simultanée ou successive à plusieurs facteurs équivaut-elle à la somme des effets de chaque facteur pris séparément ?

Qu’est-ce que l’exposome ?

Pour répondre à une telle question, les chercheurs s’intéressent à l’approche de l’exposome. L’exposome rassemble toutes les expositions auxquelles un individu a été soumis depuis sa conception (dès la vie in utero) jusqu’à son décès. Les données sont analysées de manière statistique pour évaluer :

  • Les interférences entre certaines expositions ;
  • Les synergies ?
  • Les antagonismes.

Récemment, des chercheurs de l’INSERM ont utilisé l’approche de l’exposome dans le cas de l’asthme. Ils ont pris en compte 87 paramètres d’exposition, très divers, touchant tous les aspects de la vie (alimentation, environnement, mode de vie, …) évalués pour 21 000 sujets issus de la cohorte Nutrinet-Santé, asthmatiques ou non. L’analyse statistique a permis de définir quatre groupes d’individus caractérisés par :

  • Un profil d’exposition homogène ;
  • Une incidence plus élevée de l’asthme par rapport aux autres groupes.

Des profils d’exposition à risque majoré d’asthme, un nouvel outil de prévention ?

Sur les quatre groupes identifiés avec un surrisque d’asthme, les facteurs d’exposition concernaient principalement la vie pendant la petite enfance (allaitement maternel ou au biberon par exemple) et l’hygiène de vie (comme fumer ou non). Ces quatre groupes peuvent selon les chercheurs permettre de définir quatre profils d’exposition à risque accru d’asthme :

  • Trois groupes avec un risque précoce:
    • Le profil 1 avec des facteurs comme le tabagisme passif au cours de la petite enfance ou le fait d’avoir vécu enfant avec un chien ;
    • Le profil 2 avec une naissance prématurée et/ou par césarienne et le fait d’avoir fréquenté les crèches en milieu urbain ;
    • Le profil 3 avec une fratrie d’au moins trois enfants et un allaitement maternel ;
  • Un groupe avec un risque plus tardifmarqué par les facteurs d’alimentation déséquilibrée, de tabagisme important et surpoids à l’âge adulte.

La définition de tels profils constitue un outil de prévention de l’asthme pour réduire les facteurs de risque et surtout l’association de certains facteurs de risque. De plus, l’approche de l’exposome permet également de hiérarchiser les risques entre eux, en définissant le poids respectif de chaque risque dans le développement de l’asthme. Une telle approche pourrait être utilisée pour d’autres maladies, connues pour dépendre des expositions environnementales.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Asthme : Portraits-robots des personnes à risque. inserm.fr. Consulté le 12 octobre 2022.
Topiramate et grossesse

Topiramate et grossesse : attention | Thierry Payet

Selon les estimations, environ 100 000 femmes en âge de procréer en France sont épileptiques. En cas de grossesse, certains traitements antiépileptiques ne peuvent plus être prescrits, en raison du risque de malformations congénitales. Après le valproate de sodium, qui depuis juin 2018 ne peut plus être prescrit chez les femmes en âge de procréer, un autre antiépileptique fait l’objet d’une attention particulière des autorités de santé publique, le topiramate. Topiramate et grossesse quelques explications.

Topiramate et grossesse

Topiramate et grossesse

Les traitements prescrits contre les épilepsies présentent pour certains des risques de malformations congénitales, en cas de prise pendant la grossesse. Le cas du valproate de sodium a été fortement médiatisé il y a quelques années. Les autorités de santé publique on finit par l’interdire aux femmes en âge de procréer. Mais d’autres médicaments antiépileptiques pourraient présenter des risques, notamment le topiramate.

Le topiramate est indiqué dans le traitement des épilepsies, généralisées ou partielles, seul ou en association avec d’autres antiépileptiques. Il peut également être prescrit dans le traitement de fond de la migraine chez l’adulte. Plusieurs études ont mis en évidence que l’utilisation du topiramate pendant la grossesse exposait les enfants à plusieurs risques majeurs :
– Des malformations congénitales. (fentes des lèvres et du palais (fentes labio-palatines), atteintes des organes génitaux, diminution de la taille de la tête et du cerveau (microcéphalie)) ;
– Un petit poids de naissance ;
– Des troubles neuro-développementaux, comme des troubles du spectre de l’autisme (TSA) ou une déficience intellectuelle.

Une prescription plus encadrée chez les femmes en âge de procréer

Face à de telles données, l’ANSM a demandé aux autorités de santé européennes de se pencher sur l’ensemble des données disponibles concernant le topiramate utilisé pendant la grossesse. Cet examen des connaissances actuelles pourra permettre de réévaluer le rapport bénéfice/risque du topiramate chez la femme en âge de procréer, à la fois pour traiter l’épilepsie et la migraine.

Dans l’intervalle, l’ANSM a décidé de modifier les conditions de prescription et de délivrance du topiramate (et donc de toutes les spécialités médicamenteuses qui en contiennent) chez les femmes, de la puberté à la ménopause. A compter du 2 novembre 2022, le topiramate ne pourra être prescrit la première fois à une jeune fille ou une femme en âge de procréer que par un neurologue ou un pédiatre. Cette initiation de traitement ne pourra avoir lieu qu’après la signature d’un accord de soins, attestant que la femme a bien reçu l’ensemble des informations concernant les risques encourus par le fœtus en cas d’exposition pendant la grossesse.

Anticiper le projet de grossesse avec le neurologue

Puis à compter du 2 mai 2023, cette restriction de prescription s’étendra aux femmes déjà sous traitement par le topiramate. Chaque année, les femmes devront signer un nouvel accord de soins au moment de la prescription par le médecin spécialiste. L’ANSM rappelle par ailleurs que le topiramate est déjà contre-indiqué chez les femmes enceintes ou les femmes en âge de procréer n’ayant pas de méthode de contraception efficace. Seules les femmes enceintes épileptiques dont l’épilepsie ne peut être traitée par un autre médicament peuvent se voir prescrire du topiramate, en l’absence d’alternative thérapeutique.

Pour obtenir le médicament à base de topiramate en pharmacie, les femmes en âge de procréer devront présenter la prescription annuelle du neurologue ou du pédiatre, ainsi que l’accord de soin signé. En cas de projet de grossesse, il est conseillé aux femmes de s’adresser à leur neurologue pour faire le point sur leur traitement et évaluer les alternatives thérapeutiques possibles. Aucun traitement antiépileptique ne doit être arrêté sans avis médical.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Topiramate et risques chez les enfants exposés pendant la grossesse. Modification des conditions de prescription et de délivrance aux femmes concernées. ansm.sante.fr. Consulté le 10 octobre 2022.
– Épilepsie et grossesse. epibretagne.org. Consulté le 10 octobre 2022.
Drainage : indication et surveillance

Drainage : définition, indication et surveillance | Thierry Payet

Technique permettant l’évacuation provisoire de substances liquidiennes vers l’extérieur de l’organisme, le mode de drainage et le type de drain utilisé varient en fonction de la cavité à drainer.

Quels sont les différents types de drainage ? Leurs indications ? Quelle surveillance est nécessaire ? Quand retirer un drain ?

Médicalib vous en dit plus à ce sujet.

Créez et renouvelez votre patientèle grâce aux demandes de soins Medicalib. Recevez directement sur votre téléphone des demandes de soins situées dans votre zone de tournée

JE – Drainage : de quoi parle-t-on ?

UN – Définition

Le drainage d’une plaie chirurgicale consiste à faciliter temporairement l’évacuation de substances liquidiennes septiques ou aseptiques (sang, lymphe, pus, sérosités…)  vers l’extérieur de l’organisme ou à éviter la reconstitution d’une collection anormale.

Placé dans un orifice naturel (vessie, plèvre…) ou dans une cavité néoforméeinfectieuse ou traumatique (abcès, plaie…) le drain va permettre une aspiration continue du liquide en vue de limiter le risque de surinfection et de favoriser la cicatrisation. Le mode de drainage et le type de drain choisi (lame de caoutchouc,  mèche…) dépendront de la cavité à drainer.

B- Les indications

Le drainage est notamment indiqué dans les cas suivants :

  • prévention contre les hématomes et les surinfections secondaires
  • revascularisation des plans superficiels
  • évacuation d’une collection (sang, pus, …)
  • aide à la cicatrisation
  • réduction de l’inconfort et de la douleur
  • prévention d’une accumulation d’air dans une cavité virtuelle

C- Différents types de drainage

DRAINAGE PASSIF

Le drainage passif “se contente d’utiliser les différences de pression existant entre la cavité concernée et l’extérieur.[1]”

L’écoulement de la collection se fait sans aspirationgrâce à la différence de pression existant entre l’intérieur et l’extérieur du corps.

  • Drainage passif par déclive ou gravité : pesanteur et pression interne des viscères favorisent l’évacuation des sécrétions. La pression étant plus importante dans la cavité corporelle, le liquide s’évacue donc vers l’extérieur du corps. [2]
  • Drainage par capillarité : l’utilisation d’un textile absorbant facilite l’évacuation des sérosités et favorise la cicatrisation (rôle hémostatique).

DRAINAGE ACTIF

Le drainage actif est réalisé à l’aide d’un système d’aspiration externe (pompe) dont la dépression est contrôlée afin de ne pas générer de lésion tissulaire.

Bon à savoir Le système de drainage doit être :
Perméable, jerréversible (l’écoulement ne doit pas remonter), C’ESTréservoir, dans éclive (plus bas que le patient) et Stérile

II- Quels dispositifs médicaux pour le drainage ?

Il existe différents dispositifs : lames, drains tubulaires, drains aspiratifs, mèches, …

Nous avons retenu pour vous quelques exemples :

UN – Drainage passif

LAMES

LES INDICATIONS *abcès parties molles, myosites, ulcère
*chirurgie du colon et du rectum (au choix du chirurgien)
*chirurgie biliaire
PARTICULARITÉS Deux types de lames :
*Lame en caoutchouc ondulée Facile
*Boiteux multitubulaire siliconée

L’ablation totale est souvent envisagée entre J4-J8.

MÈCHE D’ALGINATE [3]

LES INDICATIONS Type de plaies :
*plaie exsudative et/ou hémorragique
*plaie ulcéreuse
CONTRE INDICATIONS JAMAIS sur des plaies sèches
PARTICULARITÉS *drainage passif par capillarité
*se transforme en gel humide au contact des sécrétions
*permet la détersion et active la coagulation
PRÉCONISATIONS *humidification du pansement au sérum physiologique pour faciliter le retrait de compresse, et l’introduction d’une mèche
*changement quotidien de pansement si plaie très exsudative

MÈCHE D’HYDRO FIBRE

LES INDICATIONS plaie très exsudative : escarre, ulcère
CONTRE INDICATIONS JAMAIS sur plaie sèche, plaie infectée, ou plaie diabétique
PARTICULARITÉS *Mèche constituée de carboxyméthylcellulose
*Très forte capacité d’absorption

CRINS DE FLORENCE® [4]

LES INDICATIONS *plaie avec décollement des parties molles (cuir chevelu par exemple)
*drainage filiforme :  faisceau de fibres de crin agissant par capillarité. Il sert à drainer les sutures cutanées
PARTICULARITÉS *faisceaux de fils de nylon
*très peu utilisé à ce jour

B- Drainage actif

DRAIN DE JOST-REDON® [5]

LES INDICATIONS *Après intervention chirurgicale : prévention de complications postopératoires (drainage des sécrétions : transfert des substances résiduelles à l’extérieur du corps)
*Utilisé en cas de décollement important
*Détection et prévention des risques d’infections
*En cas d’occlusion pour donner une nouvelle issue aux écoulements naturels.
PARTICULARITÉS *Tuyau souple percé à divers endroits et relié à un flacon permettant le stockage du liquide.
*Aspiration douce et permanente des sécrétions
*S’utilise autant pour le drainage actif (système aspiratif) que pour le drainage passif (système en déclivité).
*Accélère la cicatrisation
*En général, 24 heures suffisent comme délai avant d’envisager l’ablation du drain de Redon.
PRÉCONISATIONS *l’aspiration diminue au fur et à mesure que le flacon se remplit.
*attention au siphonnage : vérifier à chaque passage le maintien de l’aspiration selon les consignes du chirurgien
*ablation : reste à la décision du médecin. Soumis à une prescription médicale, la réalisation de cet acte va dépendre notamment du protocole défini ainsi que de de la diminution ou disparition de l’écoulement.
Vidéo : Ablation d’un redon

MANOVAC® ou JACKSON PRATT® [6]

LES INDICATIONS Eviter la formation d’une collection de liquide (sang, lymphe) :
*dans les tissus sous-cutanés
*dans l’espace épidural
PARTICULARITÉS *système de drainage stérile réutilisable pour un même patient, après vidange du récipient lorsqu’il est plein ou lorsque le vide d’air n’est plus suffisant.
*permet une aspiration continue dans les tissus sous-cutanés.

Complétez votre activité grâce à Medicalib. Recevez directement sur votre téléphone des demandes de soins concernant de nouveaux patients, situés dans votre secteur d’intervention.

Cliquez ici pour recevoir des demandes de soins

III- Surveillance

Une surveillance s’impose. Cette surveillance est basée notamment sur :

  • l’aspect des collections et état de l’orifice : risque infectieux
  • la quantité des sécrétions : risque hémorragique
  • le contrôle régulier du système d’aspiration : débit des sécrétions, efficacité et perméabilité du drainage, installation du patient
  • l’évaluation de la douleur ressentie par le patient : tolérance du drainage, …

Art R.4311-5 : « Dans le cadre de son rôle propre , l’infirmier(e) accomplit les actes ou dispense les soins suivants, visant à identifier les risques et assurer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement et comprenant son information et celle de son entourage […] Alinéa 36 : surveillance des cathéters, sondes ou drains »

Art R.4311-7 : «l ’ infirmier(e) est habilité à pratiquer les actes suivants, soit en application d’une prescription médicale qui sauf urgence, est écrite, quantitative, datée et signée, soit en application d’un protocole écrit, quantitatif, qualitatif préalablement établit, daté et signé par un médecin. Alinéa 13 : renouvellement et ablation des pansements médicamenteux, des systèmes de tamponnement et de drainage, à l’exception des drains pleuraux et médiastinaux»

IV- Drainage : cotation applicable par l’IDEL

Désignation Cotation
Surveillance de drain de Redon et/ ou retrait postopératoire de drain
Cotation dans la limite de deux séances à partir du retour à
domicile.

NB : Les séances de surveillance postopératoire et de surveillance de cathéter périnerveux ne sont pas cumulables entre elles.

AMI 2.8

Medicalib travaille jour après jour afin de vous offrir un service de qualité.

Notre mission : faciliter votre quotidien d’infirmier ou d’infirmière libéral(e) en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Notre site internet permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière libérale disponible près de leurs domiciles.

Notre plateforme nous permet de vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.

Pour plus d’informations sur Medicalib, rendez-vous sur notre site!

Sources :

  • [1] Le drainage – Université Médicale Virtuelle Francophone – Support de cours 2008-2009
  • [2] Les différents drains rencontrés en chirurgie – Réussir infirmière – MAJ 7 octobre 2019
  • [3] Prise en charge d’une plaie chronique aux urgences – Protocole R.E.N.A.U. plaies chroniques – Centre hospitalier Annecy-Genevois – MAJ février 2020
  • [4] Crins de Florence aseptiques TUTO Gros – Lille, Association du Musée Hospitalier
  • [5] Drain de Redon : présentation, rôle et usages – Information hospitalière – MAJ 22 avril 2021
  • [6] Système de drainage des plaies et pansements spécifiques – Hôpitaux universitaires Genève – MAJ juin 2015
  • Drainages et processus traumatiques – IFSI Dijon CHU – octobre 2019
grossesse et allaitement

De nouveaux repères alimentaires pour les femmes enceintes et allaitantes | Thierry Payet

La grossesse représente une période particulière durant laquelle la future mère doit veiller à sa santé et à son alimentation. Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a récemment actualisé les repères alimentaires du Programme national nutrition santé pour les femmes enceintes et allaitantes. Zoom sur ces nouvelles recommandations.

grossesse et allaitement

De l’importance d’une alimentation saine pendant la grossesse

La grossesse représente une période de la vie où la « prise de conscience nutritionnelle » de nombreuses femmes s’accroît. Souhaitant le meilleur pour leur bébé, les futures mères vont veiller à leur alimentation. Cette attention est portée pendant près de neuf mois, et au-delà, si elles choisissent d’allaiter. Ainsi, la grossesse est propice à l’adoption d’un mode de vie sain et pérenne. Elle induit une modification des habitudes alimentaires et plus globalement du mode de vie.

C’est dire combien la qualité de l’alimentation s’avère importante durant cette tranche de vie courte et longue à la fois. Le HCSP vient d’actualiser les repères alimentaires du Programme national nutrition santé destinés aux femmes enceintes et allaitantes.

À savoir ! Ces nouveaux repères alimentaires s’adressent aux femmes enceintes en l’absence de régime alimentaire particulier (régimes pour raisons de santé ou régimes d’exclusion), de pathologies préexistantes (obésitéchirurgie bariatrique) ou de pathologies propres à la grossesse (comme le diabète gestationnel).

Des repères alimentaires actualisés pour les femmes enceintes et allaitantes

Dans ce nouvel avis de l’HCSP, les conseils nutritionnels généraux et spécifiques ont été mis à jour. Les repères nutritionnels généraux pour la femme enceinte et allaitante sont très similaires à ceux de la population générale adulte. Ils comptent la consommation de 5 fruits et légumes par jour, réduction de la consommation de viande rouge, de produits sucrés et salés etc. Le HSCP délivre également des recommandations nutritionnelles spécifiques.

C’est ainsi que la femme enceinte devra particulièrement surveiller sa prise de poids afin d’éviter d’éventuelles complications ultérieures. Mais attention, les régimes amaigrissants sont à proscrire durant la grossesse ! Il faut également stopper la consommation d’alcool en raison de son caractère tératogène. En effet, elle est susceptible de provoquer des malformations chez les enfants exposés in utero. Quant à l’information sur la contamination par certains agents microbiens durant la grossesse, elle devra être renforcée auprès de toute femme en âge de procréer. Par ailleurs, la grossesse s’accompagne d’une hausse des besoins en nutriments. Ainsi, la femme enceinte se trouve parfois exposée à des carences en vitamines et minéraux. Ces éléments devront faire l’objet d’un suivi médical spécifique voire de prescriptions individualisées.

Si les repères nutritionnels présentés dans cet avis s’adressent spécifiquement aux femmes enceintes et allaitantes, le HSCP tient néanmoins à souligner l’importance de la continuité entre la période pré-conceptionnelle, la grossesse et l’allaitement. Dès lors, il délivre un message fondamental en préconisant «une alimentation équilibrée dès avant la grossesse pour prévenir un certain nombre de pathologies fœtales et maternelles, dont certaines peuvent se développer en début de grossesse, et avant même la connaissance de la grossesse ». L’instance recommande ainsi de débuter une supplémentation en folates avant même la conception de l’enfant et de la prolonger pendant 3 mois après la conception (à raison de 0,4 mg/jour et jusqu’à 5 mg/jour en cas d’antécédent de déficit en vitamine B9 et B12).

Des informations dosées et vérifiées

Ces nouveaux repères alimentaires du HSCP serviront de support à l’élaboration de messages de communication destinés au grand public. L’objectif étant de délivrer aux femmes une information claire et lisible.

Mais dans le contexte épidémique actuel, il faut doser les informations et recommandations délivrées aux femmes enceintes et allaitantes. Le but étant de ne pas les angoisser outre mesure.  De même, la fiabilité et la cohérence de ces messages s’avèrent essentielles. Pour avoir accès à des informations vérifiées, les femmes enceintes et allaitantes pourront s’adresser aux différents professionnels de santé qui les accompagnent ou consulter des sites de référence officiels mis en place par Santé publique France tels que https://www.1000-premiers-jours.fr/fr et https://www.mangerbouger.fr/.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

PMA et qualité de vie

Comment la conception par PMA influe sur la qualité de vie à l’âge adulte ? | Thierry Payet

Fin 2019, 400 000 enfants avaient vu la jour grâce à une technique d’Assistance Médicale à la Procréation (PMA). On estime qu’une naissance sur 30 est aujourd’hui issue d’une PMA. Si la santé physique et mentale des enfants nés par PMA a été largement étudiée dans la littérature, il manquait des connaissances sur le devenir de ces enfants à l’âge adulte. Une étude, publiée dans la revue Fertilité humainerévèle que les adultes nés par PMA ont une qualité de vie similaire, voire meilleure sur certains points par rapport aux adultes nés de conception naturelle.

PMA et qualité de vie

La PMA en France

La première naissance d’un bébé conçu par PMA a eu lieu en 1982 en France. Dans le monde, depuis 40 ans, plus de 8 millions d’enfants sont nés par Fécondation In vitro. En France aujourd’hui, un bébé sur 30 nait d’une PMA. De plus, toutes les femmes en France peuvent bénéficier d’une PMAdepuis 2021. En effet, la PMA est un ensemble de techniques permettant à un couple hétérosexuel, à un couple constitué de deux femmes ou à une femme seule d’avoir un enfant. Les techniques de PMA regroupent :

  • L’insémination artificielle durant laquelle la fécondation a lieu dans l’utérus de la femme. Les spermatozoïdes sont directement déposés dans l’utérus afin de faciliter leur rencontre avec l’ovule ;
  • La Fécondation In vitro (FIV) consiste en une fécondation en laboratoire. Les spermatozoïdes sont directement mis au contact d’un ovule pour former un embryon. Celui-ci est ensuite transféré dans l’utérus de la femme-mère. Il s’agit de la méthode la plus courante ;
  • L’accueil d’un embryon repose sur un principe de don d’un embryon d’un couple ou d’une femme à un couple ou une femme receveurs.

L’Assurance maladie rembourse à 100% l’ensemble de ces techniques jusqu’au 43ème anniversaire de la mère. Le remboursement concerne 6 inséminations artificielles et 4 FIV.

De nombreuses études scientifiques se sont intéressées à la santé physique et mentale des enfants issus de PMA. Jusqu’à lors, peu d’études portaient sur le devenir de ces enfants à l’âge adulte. Il faut dire que l’essor de ces techniques s’est largement amplifié durant les 40 dernières années. Nous avons, à présent, suffisamment de recul pour pouvoir investiguer la qualité de vie des adultes nés par PMA.

Quelle est la qualité de vie des adultes nés par PMA ?

Une étude australienne publiée récemment porte sur la qualité de vie à l’âge adulte des personnes nés par PMA. Pour cela, les chercheurs ont proposé des questionnaires mesurant la qualité de vie à deux groupes de jeunes adultes. Certains sont nés par PMA et d’autres par conception naturelle. Les participants ont rempli les questionnaires à deux moments.  Lorsqu’ils avaient entre 18 et 28 ans puis lorsqu’ils ont atteint l’âge de 22 à 35 ans.

Développés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour mesurer la qualité de vie, les questionnaires couvrent 4 domaines :

  • La santé physique faisant référence à la douleur, le sommeil, les niveaux d’énergie, la mobilité, les activités quotidiennes, la dépendance à des substances médicales et la capacité à travailler ;
  • La santé psychologique c’est-à-dire la balance entre émotions négatives et positives, les capacités de concentration, apprentissage et raisonnement, l’estime de soi, le rapport à son corps, la spiritualité ;
  • Les relations sociales faisant référence aux relations personnelles, soutiens sociaux et l’activité sexuelle ;
  • L’environnement incluant la sécurité physique, l’environnement de vie, les ressources financières et l’accès aux aides sanitaires et sociales.

Au total, 193 adultes nés par PMA et 86 nés de conception naturelle ont répondu aux deux questionnaires.

À savoir ! Selon l’OMS en 1993 :”La qualité de vie est définie comme la perception qu’un individu a de sa place dans la vie, dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lequel il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes. C’est donc un concept très large qui peut être influencé de manière complexe par la santé physique du sujet, son état psychologique et son niveau d’indépendance, ses relations sociales et sa relation au éléments essentiels de son environnement.”

Des avantages pour les adultes nés par PMA

Que révèlent les résultats de cette étude ? Les données rapportent que la conception par PMA confèrerait un avantage. En effet, les adultes de 22 à 35 ans ont de meilleurs scores dans les domaines des relations sociales et de l’environnement. Par ailleurs, ils font moins preuve de détresse psychologique. Ils ont aussi une meilleure relation avec leurs parents et une situation financière plus confortable. Également, ces adultes ont une meilleure relation avec leur corps.

À savoir ! Par détresse psychologique, les auteurs de l’étude font référence au nombre d’épisodes d’anxiété ou de dépression, aux périodes de nervosité, d’agitation ou de fatigue psychologique rencontrés dans les 4 semaines précédant le test.

De plus, les chercheurs démontrent que les jeunes adultes qui entretiennent de bonnes relations avec les parents et une santé mentale préservée ont une meilleure qualité de vie une fois la trentaine atteinte. Une meilleure situation financière familiale en étant jeune adulte est également associée à de meilleurs scores de qualité de vie adulte.

Ainsi, en plus d’une santé physique similaire aux personnes nées de conception naturelle, les adultes nés par PMA présentent une meilleure qualité de vie sur certains points.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources

– Hammarberg K. et al. (2022) Est-ce que le fait d’être conçu par une technologie de procréation assistée influence la qualité de vie des adultes ? tandfonline.com. Consulté le 31 mars 2022.
– Procréation médicalement assistée (PMA). service-public.fr. Consulté le 31 mars 2022.
Runner's Knee, à quoi sert toute cette douleur ?

Runner’s Knee, à quoi sert toute cette douleur ? | Thierry Payet

Qu’est-ce que c’est?

Le genou des coureurs, plus scientifiquement connu sous le nom de syndrome de douleur fémoro-patellaire (PFPS), est une affection qui affecte le cartilage sous la rotule (patella) et les structures qui le soutiennent, lorsqu’il se déplace de haut en bas et au-dessus de la rainure sur le fémur (os de la cuisse) lorsque vous pliez et redressez votre genou. La blessure survient à la fois chez les amateurs et les coureurs professionnels, certaines statistiques montrant qu’elle représente 50% de toutes les blessures de course.

Quels sont les symptômes?

  • Douleur autour ou sous la rotule
  • Douleur qui s’aggrave principalement lors de la descente d’une colline
  • Douleur sourde lors de la course sur un terrain accidenté.
  • Douleur lorsque vous poussez sur votre rotule

Quelles sont les causes?

Une blessure survient lorsqu’il y a un « mal suivi » de la rotule dans la rainure fémorale et une stimulation chronique des nerfs de la douleur dans la zone environnante. Le “Mal-Tracking” peut être dû à un certain nombre de facteurs tels que ; l’alignement de votre jambe et des forces musculaires anormales. Il a été démontré que le manque de force et de flexibilité des hanches, des ischio-jambiers et des quadriceps contribue à ce problème. Cependant, les erreurs de formation sont le principal coupable. Cela peut inclure une accumulation accélérée de kilométrage, ainsi que des courses à haute intensité excessives ou des travaux en côte. Des chaussures usées et inappropriées sont également citées comme cause possible.

Comment je le répare?

La première chose à faire est de se reposer, ainsi que l’utilisation de glace et d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), cela aidera à réduire la douleur et l’enflure à court terme. Le bandage kinésiologique peut également aider à améliorer le mouvement de la rotule et à réduire la douleur. Encore une fois, ce n’est qu’un effet à court terme, mais il vous aidera à poursuivre votre rééducation.

La recherche montre que le renforcement des muscles de la hanche/fessier, en particulier les adducteurs de la hanche et les fessiers, peut réduire la douleur dans le syndrome fémoro-patellaire douloureux. Les exercices pour cela peuvent inclure; squats, promenades en crabe et ponts. Améliorer la souplesse de la jambe, en particulier les fléchisseurs de la hanche, est essentiel. Consulter un professionnel tel qu’un ostéopathe ou un physio est également un élément important pour réduire la douleur autour du genou et mobiliser les articulations et les structures des tissus mous. N’oubliez pas qu’il est important de réduire le kilométrage ou même de faire une pause complète dans la course. Une progression progressive vers la formation peut être discutée avec votre ostéopathe au fur et à mesure que vous progressez dans votre programme de réadaptation. Certains coureurs trouvent que courir en montée ou simuler des collines sur des tapis roulants est moins douloureux. La course en montée a la valeur ajoutée de travailler vos fessiers. Des muscles fessiers forts aident à contrôler le mouvement de la hanche et de la cuisse, empêchant le genou de se tourner vers l’intérieur. Le cyclisme et la natation sont d’autres activités «Knee Friendly» pour l’entraînement croisé.

Comment puis-je l’empêcher?

Il est également important d’être proactif avec les mesures de prévention, surtout si vous avez déjà souffert du genou du coureur. La mise en œuvre d’une routine régulière de force et de flexibilité, elle sera au centre de l’attention. Le renforcement des hanches, des fessiers, des quadriceps et des ischio-jambiers améliore la stabilité globale et aide la chaîne cinétique à mieux fonctionner – réduisant la charge sur l’articulation du genou et facilitant le soutien de l’articulation. Écoutez votre corps et réagissez au premier signe d’inconfort. Le genou du coureur est une blessure qui s’aggrave si vous continuez à courir dessus. Construire lentement du kilométrage vous aidera à rester en bonne santé. N’augmentez pas votre kilométrage de plus de 5 à 10 % d’une semaine à l’autre. Éviter les descentes excessives est également une bonne chose à faire si vous espérez éviter les blessures.

#Running #RunnersKnee #Pain #KneePain #Sport #SportsInjury #Activity #Rehab #Prehab #KinesiologyTape

Maladie de Creutzfeldt-Jakob

Maladie de Creutzfeldt-Jakob : facteurs de risque, diagnostic | Thierry Payet

Affection neurodégénérativela maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) est une pathologie rare et fatale du système nerveux central qui se caractérise par une démence associée à divers troubles neurologiques.

Fils évolution est rapidement et systématiquement fatale. [1]

Quels sont les facteurs de risque liés à cette maladie ? Comment diagnostiquer cette pathologie ? Quels sont les traitements possibles ?

Médicalib vous en dit plus à ce sujet.

Cet article, destiné au grand public, s’appuie sur les données scientifiques disponibles sur le sujet traité, à sa date de mise à jour.
Il n’a pas vocation à se substituer aux recommandations et préconisations de votre médecin.


JE – Maladie de Creutzfeldt-Jakob : de quoi parle-t-on ?

La maladie de Creutzfeldt-Jakob est la plus fréquente et la plus connue des maladies à prionségalement référencées sous le nom d’“encéphalopathies subaiguës spongiformes transmissibles (ESST)”.

La maladie de Creutzfeldt-Jakob se développe chez l’adulte à la suite de l’accumulation dans le cerveau d’une protéine infectieuse  : la protéine prion (PrPC). Mal conformée, cette dernière s’accumule dans les neurones et les conduit à leur mort.

On se distingue trois formes de maladie de Creutzfeldt-Jakob (MJC) [2] :

MCJ SPORADIQUE (85% des cas)

Cette forme est la plus courante et touche chaque année 1 personne sur 1 million dans le monde.

MCJ FAMILIALE (5 à 15% des cas)

Cette forme est souvent héréditaire et débute généralement à un âge plus précoce que la MCJ sporadique. Elle est due à une mutation du gène de la protéine prion PrPC.

Bon à savoir “La forme familiale de la MCJ est héritée sous forme d’une maladie dominante autosomique. Cela signifie que la mutation ne se trouve pas sur les chromosomes sexuels (X ou Y) et qu’un seul gène de la maladie, provenant d’un des parents, est requis pour que la maladie se développe.” [3]

MCJ ACQUISE (moins de 1% des cas)

Cette troisième forme peut être due :

  • à la consommation de bœuf contaminé (variante de la MCJ)
  • à une contamination via un matériel ou un instrument médical non stérile (MCJ iatrogène)
Bon à savoir A ce jour aucun cas de MCJ n’a été signalé dans lequel elle aurait été transmise par des contacts occasionnels ou prolongés avec des sujets malades.

II- Maladie de Creutzfeldt-Jakob : facteurs de risque

PARMI LES FACTEURS FAVORISANTS LA SURVENUE DE CETTE PATHOLOGIE, ON RECENSE :

MCJ SPORADIQUE Etiologie inconnue
Touche généralement des personnes de plus de 40 ans, surtout autour de 65 ans.
MCJ FAMILIALE Mutation du gène de la protéine prion, la mutation E200K
MCJ ACQUISE Exposition à un matériel contaminé générant une infection.


III- Maladie de Creutzfeldt-Jakob: symptômes

PARMI LES SYMPTOMES, ON RECENSE :

  • symptômes dépressifs ou anxieux, irritabilité, manque d’hygiène, fatigue, troubles du sommeil…
  • détérioration progressive des fonctions cognitives : confusion, trouble de la mémoire, trouble de l’orientation, trouble du langage
  • spasmes involontaires des muscles (myoclonie) qui surviennent en général 6 mois après le début des symptômes
  • troubles de la vue : baisse de l’acuité visuelle
  • troubles de l’équilibre : démarche ébrieuse
  • tremblements
  • perte de coordination musculaire (ataxie)
  • crises épileptiques
Bon à savoir Selon les individus, les symptômes peuvent se développer progressivement ou de façon soudaine.
Certaines personnes peuvent ne présenter aucun symptôme pendant 10 à 20 années après avoir contracté la vMCJ. [4]On observe en règle générale une atteinte progressive des muscles respiratoires pouvant augmenter le risque de déclaration d’une pneumonie.


IV- Maladie de Creutzfeldt-Jakob: diagnostic

Le diagnostic de la maladie de Creutzfeldt-Jakob n’est pas toujours évident dans la mesure où d’autres affections peuvent entraîner des symptômes similaires.

EXAMEN CLINIQUE ET INTERROGATOIRE SUJET JEUNE
Interrogatoire : consommation de viande bovine transformée dans des pays où la maladie de la vache folle a été observée?
SUJET ÂGÉ
*évaluation des fonctions cognitives
*évaluation motrice : présence de saccades involontaires ? instabilité de la marche ?
MII permet de détecter des changements caractéristiques du cerveau y compris certains qui se produisent uniquement chez les personnes atteintes de la vMCJ
PONCTION LOMBAIRE prélèvement et analyse du liquide céphalorachidien afin de détecter la présence éventuelle de prions
ÉLECTROENCÉPHALOGRAPHIE (VOIR) recherche des anomalies caractéristiques de l’activité électrique du cerveau, qui se produisent chez 70 % des personnes atteintes de la MCJ.
NB : des changements sont observables à la fin de la maladie
ANALYSE D’URINE permet de détecter la présence éventuelle de prions dans le cas d’une vMCJ
BIOPSIE APRÈS LA MORT une autopsie est essentielle pour confirmer le diagnostic et le type de maladie à prions.


V- Maladie de Creutzfeldt-Jakob : traitement

A ce jour, aucun traitement ne permet de traiter cette maladie mais des médicaments peuvent être prescrits afin de soulager certains symptômes.

NOUS – Maladie de Creutzfeldt-Jakob : pronostic

“La plupart des personnes souffrant de MCJ meurent dans les 6 à 12 mois après l’apparition des symptômes. La survie des patients à 2 ans est d’environ 10 à 20 %. Les personnes atteintes de la vMCJ survivent généralement pendant environ 18 mois. La cause de décès est souvent une pneumonie.”[5]


Sachez que vous pouvez prendre rendez-vous en ligne avec un professionnel de santé libéral pour pour vos soins à domicile. Pour cela, n’hésitez pas à nous contacter via notre plateforme. Nous vous mettrons en relation avec un professionnel de santé à proximité de votre domicile en moins d’une heure !


Sources :

  • [1] Maladie de Creutzfeldt-Jakob – Santé publique France
  • [2] Maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) Manuel MSD – juin 2020
  • [3] Maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) Manuel MSD – juin 2020
  • [4] Maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) – Manuel MSD – juin 2020
  • [5] Maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) – Manuel MSD – juin 2020
  • Maladies à prions / Maladie de Creutzfeldt-Jakob – Inserm – MAJ 3 mai 2021
  • Les maladies à prions : causes, mécanismes biologiques, symptômes, diagnostics et traitements – ICM