Cours d'exercices cliniques à EGOC Traralgon

Cours d’exercices cliniques à EGOC Traralgon – East Gippsland Osteopathic Clinic | Thierry Payet

Cours d'exercices cliniques à EGOC Traralgon

Cours d’exercices cliniques à EGOC Traralgon

EGOC est ravi d’ajouter à ses services à Traralgon avec l’inclusion de cours d’exercices cliniques dispensés par le Dr Michelle Derrick.

Ce cours est une combinaison d’exercices de force, de mobilité et de pilates sur tapis avec une variété d’équipements fournis. Ce sera la première série de cours proposés, avec d’autres en préparation !

Ces cours en petits groupes auront un maximum de 4 personnes par classe, donc si vous et un groupe de vos amis souhaitez passer du temps ensemble et travailler sur votre santé, veuillez nous contacter. Nous proposons également des cours particuliers.

Studio d'exercices cliniques à la clinique ostéopathique traralgon east gippsland

Quels sont les avantages des cours d’exercices cliniques ?

  • Des exercices adaptés à vos besoins
  • Capacité accrue à effectuer vos activités quotidiennes
  • Améliorer la résistance du noyau et l’intégrité des tissus
  • Augmenter la mobilité articulaire

Quand les cours d’exercices cliniques ont-ils lieu ?

Actuellement, nous organisons des cours :

  • Lundi : 17h30-18h30
  • Mercredi : 12h-13h

Nous cherchons à ouvrir plus de fois dans un proche avenir, donc si vous êtes intéressé et avez un moment précis en tête, veuillez en informer votre ostéopathe ou l’un de nos sympathiques réceptionnistes !

Quel est le coût?

Le coût par classe individuelle est de 25 $ par patient.

Nous offrons également un ensemble de lève-tôt de 6 cours pour 130 $ pour les patients qui paient d’avance pour les six semaines.

Qu’en est-il des cours de spécialité?

Nous nous efforçons de vous proposer une gamme de cours adaptés à tous les besoins et de vous mettre sur la voie d’une meilleure santé. Cela inclut la possibilité future de cours Mums & Bubs, de cours de grossesse et de nombreuses autres options sur mesure. Si vous êtes intéressé par l’un de ces éléments ou si vous avez d’autres demandes spécifiques, faites-le nous savoir !

Si vous avez des questions ou souhaitez enregistrer votre intérêt pour rejoindre nos cours d’exercices cliniques avec le Dr Michelle Derrick, n’hésitez pas à nous contacter par e-mail à info@egosteo.com.au, ou appelez-nous au (03) 5144 7750.

Rencontrez le Dr Stéphanie Rohde

Rencontrez le Dr Stephanie Rohde – Clinique d’ostéopathie East Gippsland | Thierry Payet

Rencontrez le Dr Stéphanie Rohde

Rencontrez le Dr Stéphanie Rohde

Bonjour, je suis le Dr Stephanie Rohde (Ostéopathe). Pendant toute la durée de mes études pour devenir ostéopathe, je me suis toujours imaginé travailler dans une grande ville. Ayant grandi à Canberra, puis déménagé à Melbourne, c’était tout ce que je savais vraiment. Cependant, lorsque je suis tombé sur l’opportunité de terminer mon placement final grâce à un stage à la East Gippsland Osteopathic Clinic, quelque chose dans mon esprit m’a dit d’y aller.

Je ne savais pas à quel point je tomberais facilement amoureux des communautés du Gippsland et du mode de vie. J’étais heureux de voyager à 2 heures de chez moi dans la banlieue de Melbourne pour avoir la chance d’avoir une si merveilleuse opportunité d’apprendre de la fantastique équipe d’ostéopathes que nous avons ici à EGOC.

Lorsque j’ai commencé à entrer en contact avec mes propres patients, j’ai vraiment embrassé la beauté de travailler dans les zones rurales. Melbourne n’offrirait jamais la belle promenade au bord du lac en plein milieu de la ville qui permet un véritable lien avec la nature pendant une pause déjeuner, comme je l’ai trouvé à Sale. Alors, naturellement, quand on m’a demandé de déménager après l’obtention de mon diplôme, j’ai rapidement mis au point la logistique et convaincu mon partenaire qu’il aimerait ça aussi ici !

J’avais un peu peur que l’agitation de la vie dans une grande ville me manque. En particulier, j’avais appris à jouer au roller derby avec l’une des nombreuses ligues de Melbourne – Heureusement pour moi, j’ai découvert qu’il y avait en fait une ligue de roller derby ici même à Sale ! Depuis que j’ai déménagé, je suis retourné à Melbourne pour un concert – et j’avais hâte de rentrer chez moi et loin de la circulation trépidante et des travaux routiers sans fin qui englobent la majeure partie de Melbourne ces jours-ci !

Alors que je commence à peine à m’installer (et enfin à finir de déballer !), J’ai hâte d’explorer tous les joyaux cachés que je sais que Gippsland a à offrir. Des week-ends à travers la belle campagne à la recherche de tous les meilleurs endroits pour manger – je suis vraiment chanceux d’avoir eu l’opportunité de déménager ici et de m’installer dans un style de vie beaucoup plus calme et paisible.

Chaque personne que j’ai rencontrée jusqu’à présent a été absolument adorable – j’ai hâte de continuer à rencontrer et à aider plus de gens grâce à mon travail dans nos cliniques de Sale, Bairnsdale et Traralgon. Si vous souhaitez prendre rendez-vous avec moi, le Dr Stephanie Rohde, ou toute autre personne de notre incroyable équipe, vous pouvez réserver en ligne ICI. J’ai hâte d’entendre toutes vos suggestions d’aventures de week-end !

comment gérer sa comptabilité ?

comment gérer sa comptabilité ? | Thierry Payet

En plus d’assurer les actes de soins, l’infirmier libéral, qu’il soit titulaire ou collaborateur, se doit de gérer la comptabilité de son activité professionnelle.

Il est en effet absolument nécessaire d’être en conformité avec les obligations comptables, fiscales, juridiques et socialesselon le régime d’imposition choisi.

Quelles sont les obligations comptables inerrantes à la gestion d’un cabinet infirmier ? Comment gérer sa comptabilité ?

En lien avec son partenaire Keobiz (cabinet d’expertise comptable), Medicalib vous en dit plus à ce sujet.


JE – Obligations comptables de l’IDEL

Différentes formes juridiques existent pour les IDEL. Il est possible de les classer selon la forme juridique de l’entreprise : entreprise individuelle ou société.


UNEn entreprise individuelle

Cette forme juridique souvent privilégiée par les IDEL, pratiquant individuellement, peut être soumise à deux régimes d’imposition différents : le régime micro-BNC ou celui de la déclaration contrôlée.

un – Le régime micro-BNC :

Ce régime simplifié, réservé aux professionnels dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 72 600€ par an, offre à l’infirmière libérale la possibilité de bénéficier d’obligations comptables et fiscales moins lourdes. Il lui suffira dans ce cas de :

  • tenir un livre des recettes
  • indiquer votre chiffre d’affaires sur votre déclaration de revenus (annexe 2042-C-Pro)
Bon à savoir Contrairement à la société, l’entreprise individuelle engage généralement le patrimoine personnel du professionnel. Et l’abattement sur l’impôt sur le revenu concernant le Chiffre d’affaires est de 34%

b- Le régime de la déclaration contrôlée :

Ce régime s’adresse aux « sociétés » dont les revenus sont plus forts importants ou ayant fait ce choix (charge supérieur à 34% du chiffre d’affaires par exemple). C’est sous ce régime que vous pourrez déduire vos dépenses réelles en charge, ce qui viendra réduire votre bénéfice imposable.

Vous devrez ainsi établir deux livres extra-comptables que sont le livre-journal ainsi que le registre des immobilisations.

Vous devrez transmettre chaque année une liasse fiscale 2035 et ses annexes, et remplir également la 2042-C-PRO.

Les IDEL en déclaration contrôlée (EI/BNC) bénéficient du régime de faveur de la comptabilité de trésorerie.



B En société/entreprise

Les IDEL exerçants en société sont tenus à une comptabilité d’engagement, c’est-à-dire qu’outre les entrées et sorties d’argent sur leur compte, ils doivent enregistrer leurs créances ainsi que leurs dettes.

Sous ce régime, ils ont l’obligation de :

  • tenir un livre journal et un grand livre
  • disposer d’un bilan, ainsi que d’un compte de résultat avec ses annexes. Ceux-ci devront être déposés au greffe de leur tribunal de commerce.

Pour avoir plus de renseignements sur les différentes obligations comptables, fiscales, juridiques et sociales qui s’appliquent aux IDEL en SEL (société d’exercice libéral), n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec les experts de notre partenaire Keobiz.


II- Infirmier libéral : gestion de sa comptabilité

UNConservation des pièces justificatives

Il est indispensable de conserver toutes vos factures, actes d’acquisition, relevés de banque, documents URSSAF et Carpimko. En effet, en cas de contrôle fiscal, le centre des impôts peut les demander.

Gardez-les à la fois en version papier et numérique !


BAccompagnement par un expert comptable

Le cœur du métier des infirmières libérales est avant tout d’être auprès de sa patientèle pour assurer les soins dont elle a besoin. C’est pourquoi il est souvent recommandé d’engager un expert-comptable expérimenté dans le secteur médical pour la gestion de sa comptabilité.

En effet, un expert-comptable peut notamment vous aider à :

  • libérer du temps pour vous permettre de vous consacrer 100% à votre activité de soins
  • limiter le risque d’erreurs qui pourraient vous coûter cher
  • prendre les bonnes décisions sur le choix de la forme juridique et le régime fiscal adaptés à votre situation
  • réfléchir et mettre en place des optimisations (déduire certains frais de restauration et de repas de vos revenus professionnels, déduire le forfait blanchissage…).

Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.

journée mondiale de la ménopause

prendre soin de sa santé | Thierry Payet

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, en 2030, 1,2 milliards de femmes dans le monde seront âgées d’au moins 50 ans, un âge aux alentours duquel survient la ménopause. La ménopause est un état physiologique, qui fait partie de la vie des femmes. Mais cette étape marque un tournant dans leur vie, avec un rôle majeur sur leur santé, au cours de la seconde partie de leur vie. Le 18 octobre est la journée mondiale de la ménopause, l’occasion d’informer et de sensibiliser les femmes, leur entourage et les professionnels.

journée mondiale de la ménopause

Journée mondiale de la ménopause

Avec l’augmentation de l’espérance de vie, les femmes vivent plus longtemps après la ménopause et donc sans l’influence des hormones œstrogènes. Si la ménopause est une étape naturelle dans la vie des femmes, elle est associée à une augmentation du risque de certaines pathologiesen particulier :

Parallèlement, il n’est pas simple pour les femmes de vivre ce changement important qu’est la ménopause et un accompagnement adapté par des professionnels constitue un appui important. Chaque 18 octobre est la journée mondiale de la ménopause, organisée au niveau mondial par l’International Société de la ménopause (IMS). Une occasion d’informer et de sensibiliser les femmes sur la ménopause et les conséquences qu’elle peut avoir sur leur santé.

Qu’est-ce que la ménopause ?

La ménopause correspond à la période de la vie des femmes, en général aux alentours de la cinquantaine, où les règles disparaissent. Cet arrêt des règles est le résultat de la fin de la sécrétion d’hormones par les ovaires. En pratique, les femmes sont dites ménopausées, lorsqu’elles n’ont plus de règles depuis une année. Et cette étape de leur vie est marquée par l’apparition de symptômes souvent peu agréables :

  • Des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes ;
  • Des troubles du sommeil ;
  • Des changements d’humeur, avec une irritabilité.

Parallèlement, la fin de l’imprégnation œstrogénique est associée à une augmentation du risque de certaines pathologies. Selon les situations, un traitement hormonal de substitution peut être prescrit aux femmes, pour soulager les symptômes ressentis ou prévenir les maladies associées.

À savoir ! Certaines femmes peuvent être tentées de se tourner vers les phytoœstrogènes (substances végétales proches des œstrogènes que l’on retrouve par exemple dans le soja) pour compenser la fin de la sécrétion d’hormones ovariennes. A ce jour, ces substances ne sont pas recommandées par la Haute Autorité de Santé et sont même déconseillées chez les femmes ayant un antécédent de cancer du sein.

Si la ménopause n’est pas une maladie, il est néanmoins capital d’accompagner les femmes dans ce cap important de leur vie, à la fois sur le plan de la santé physique et mentale.

Prendre soin de sa santé après la ménopause

Avec la ménopause, une bonne hygiène de vie devient plus que jamais capitale pour les femmes, à la fois pour limiter les symptômes liés à la ménopause, mais aussi pour prévenir les maladies associées. Une bonne hygiène de vie repose sur :

  • Une alimentation saine, diversifiée et équilibrée ;
  • Une activité physique régulière et adaptée ;
  • Un stress réduit au minimum en chassant les sources de stress et en se tournant vers les techniques de relaxation ;
  • Une consommation d’alcool aussi basse que possible ;
  • Un arrêt du tabac si besoin.

Aujourd’hui, les femmes vivent plus longtemps après la ménopause et doivent donc mieux aborder cette nouvelle étape de leur vie. Avec quelques bons réflexes et un accompagnement adapté, elles peuvent continuer à prendre soin de leur santé et ainsi préserver leur qualité de vie.

Lire aussi – Un risque accru de maladie cardiaque à la ménopause – https://www.sante-sur-le-net.com/un-risque-accru-de-maladie-cardiaque-a-la-menopause/

Publié le 18 octobre 2018 par Alexana. A, Journaliste Scientifique. Mis à jour par Estelle B., Docteur en Pharmacie, le 18 octobre 2022.

Sources

– Ménopause : définition, symptômes et diagnostic. ameli.fr. Consulté le 17 octobre 2022.
Thérapie par manipulation ostéopathique (OMT) en soins palliatifs• Liem Health Blog

Thérapie par manipulation ostéopathique (OMT) en soins palliatifs• Liem Health Blog | Thierry Payet

Une étude en cours de 2022 portait sur la perception des patients de la thérapie par manipulation ostéopathique (OMT) et de son effet en tant qu’intervention supplémentaire sur le traitement standard palliatif, qui tente de maintenir la qualité de vie des patients touchés aussi élevée que possible en améliorant la gestion des symptômes. OMT offre une approche non pharmacologique du soulagement des symptômes.

Le critère de jugement principal était l’identification des perceptions des patients sur l’efficacité de la TMO en tant que complément complémentaire aux soins palliatifs standard. L’évolution des résultats de l’OMT par rapport au symptôme d’Edmonton était secondaire

système d’évaluation considéré.

Qui est intéressé par les dates exactes :

Les résultats du traitement palliatif standard (= groupe témoin) ont été comparés à ceux qui ont également reçu la TMO (= groupe d’intervention). L’évaluation des sondages avant et après les traitements respectifs a été effectuée à l’aide du système d’évaluation des symptômes d’Edmonton (ESAS).

En outre, les perceptions des patients sur l’efficacité de l’OMT supplémentaire ont été examinées.

Résultats:

Au total, 38 patients ont reçu une intervention palliative standard et 9 patients ont également reçu une OMT. Dans le groupe témoin, le fardeau des symptômes, en particulier la fatigue et la dépression, a diminué de manière significative. En raison de la petite taille de l’échantillon dans le groupe d’intervention, aucun résultat statistiquement significatif n’a été obtenu. Cependant, il y avait une tendance claire dans tous les symptômes décrits, à l’exception de l’anxiété, après le traitement par OMT. En ce qui concerne les perceptions des patients sur la TMO, 71 % ont estimé que la TMO avait un impact positif sur les soins globaux, 57 % estimaient que la TMO améliorait la douleur et 71 % ont signalé une amélioration des symptômes non douloureux.

conclusion:

Bien que la signification statistique n’ait pas été atteinte, les résultats suggèrent fortement le potentiel de la TMO en soins palliatifs. Cela pourrait être confirmé par d’autres études plus importantes dans ce domaine (Terra et al. 2022).

deux mains d'enfants qui forment un poing

un risque accru par les traumatismes de l’enfance ? | Thierry Payet

Environ 100 000 personnes sont atteintes de sclérose en plaques en France. Il s’agit d’une maladie auto-immune dont les causes précises restent aujourd’hui inconnues. Des chercheurs norvégiens ont étudié l’impact d’expériences négatives vécues dans l’enfance sur la survenue ultérieure d’une sclérose en plaques.

deux mains d'enfants qui forment un poing

La sclérose en plaque : une maladie aux origines mystérieuses

Touchant environ 100 000 personnes en France, et majoritairement des femmes, la sclérose en plaques désigne une maladie auto-immune affectant le système nerveux central. Des lésions sont créées par erreur et dispersées au sein du système nerveux central. Ainsi, les cellules immunitaires provoquent une inflammation et l’apparition de plaques de « démyélinisation ». Ce processus peut entraîner des douleurs chroniques, des spasmes musculaires, des engourdissements voire une perte de la vision.

À savoir ! Les plaques de « démyélinisation » signent la destruction de la myéline, substance protectrice qui recouvre les prolongements des nerfs.

A l’heure actuelle, la communauté scientifique n’a toujours pas identifié les causes précises de cette maladie. Certes, des études ont suggéré un lien entre l’exposition à certains virus (virus de la rubéole, de la rage, de la rougeole, de l’herpès) et le développement de la sclérose en plaques. Certains facteurs de risque ont également été mis en avant, comme la pollution, une carence importante en vitamine D ou le tabagisme. Cependant, aucune hypothèse n’a pu encore être prouvée.

Par ailleurs, les évènements traumatiques de l’enfance constituent des stress extrêmes, connus pour altérer le système immunitaire. Ils augmentent ainsi le risque de maladies cardiovasculaires, cancéreuses et auto-immunes. Pourtant, aucune étude avait exploré le lien entre des expériences traumatiques de l’enfance et la survenue de la sclérose en plaques. Dans ce contexte, des chercheurs ont mené une étude inédite pour explorer cette relation.

Un risque accru de sclérose en plaques par des traumatismes vécus dans l’enfance ?

L’objectif affiché ? Vérifier si l’exposition à la violence émotionnelle, physique ou sexuelle pendant l’enfance est associée au développement de la sclérose en plaques chez l’adulte. Pour cela, les chercheurs ont collecté des données recueillies chez plus de 78 000 femmes enceintes de 1999 à 2018. Ils les ont croisées avec les dossiers hospitaliers et le registre national norvégien des diagnostics de sclérose en plaques. Ils ont également identifié les familles où des abus avaient pu avoir lieu sur des mineurs, à l’aide de questionnaires remplis par les participantes.

Après analyse des données, les scientifiques ont obtenu les résultats suivants :

  • Développement d’une sclérose en plaques chez 300 participantes durant la période de suivi. Elle est précédée d’antécédents de violence dans l’enfance dans 24% des cas.
  • Risque accru de 65% de développer la maladie en cas d’abus sexuels et d’abus émotionnels dans l’enfance.
  • Risque accru de 66 à 93 % en cas d’exposition à deux ou aux trois catégories d’abus.

Ainsi, ces résultats suggèrent que les femmes exposées à des abus émotionnels et sexuels avant 18 ans présenteraient un risque accru de développer une sclérose en plaques plus tard dans la vie.

De la nécessité d’études plus poussées sur le sujet

Ceci étant, cette étude comporte certaines limites. L’impact réel des traumatismes infantiles dans le développement de la sclérose en plaques reste en effet difficile à évaluer vu les nombreuses autres causes possibles de la maladie. De plus, les femmes avec antécédents de traumatismes se sont révélées plus souvent fumeuses ou en surpoids que les autres. Or, tabac et surpoids sont reconnus comme des facteurs de risque de la maladie.

Pour les chercheurs ayant conduit cette étude, les traumatismes de l’enfance et le stress associé pourraient en fait exacerber le risque de sclérose en plaques chez les personnes présentant une susceptibilité sous-jacente à la maladie. Le système immunitaire davantage perturbé, plongerait le corps dans un état accru d’inflammation apte à favoriser l’apparition de la maladie.

L’équipe de scientifiques reconnaît néanmoins que cette étude observationnelle ne permet par d’établir de lien de cause à effet direct. Si des études plus approfondies demeurent nécessaires pour identifier les mécanismes sous-jacents impliquésces premières observations pourront certainement constituer une aide précieuse dans la prévention et le diagnostic de cette maladie aux origines si mystérieuses.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources

– Association d’expériences négatives de l’enfance avec le développement de la sclérose en plaques. Journal de neurologie, neurochirurgie et psychiatrie. jamnetwork.com. Consulté le 12 avril 2022.
L'ostéopathie peut-elle aider à soulager les douleurs aux hanches et aux genoux?

L’ostéopathie peut-elle aider à soulager les douleurs aux hanches et aux genoux? | Thierry Payet

L’ostéopathie peut aider à beaucoup de choses. De la douleur au bas du dos à l’épaule gelée et l’arthrite aux blessures sportives.

Mais, l’ostéopathie peut-elle aider à soulager les douleurs de la hanche et du genou ? En un mot : oui, l’ostéopathie peut plus que probablement aider à soulager la douleur ressentie dans cette région, car elle adopte une approche holistique lorsqu’il s’agit de traiter les troubles musculo-squelettiques et le système squelettique général.

Cependant, comme nous en avons déjà parlé, la douleur ressentie n’importe où dans votre corps – y compris dans la hanche ou le genou – pourrait être un cas de douleur projetée.

Qu’est-ce que la douleur projetée ?

La douleur référée est une douleur ressentie dans une zone, qui est causée par une douleur ou une blessure dans une autre partie de votre corps.

Avec le corps humain composé de 206 os, 600 muscles, 900 ligaments et plus de 80 milliards de cellules nerveuses, plus les 12 organes principaux, il n’est peut-être pas surprenant que le symptôme que vous présentez ne soit pas nécessairement la cause du problème.

Adopter une approche holistique

L’ostéopathe et naturopathe Robin Kiashek, qui possède plus de 25 ans d’expérience dans le secteur, adopte une approche holistique lorsqu’il traite avec ses clients.

“Je crois qu’il faut traiter la personne et pas seulement le problème qu’elle présente”, explique Robin. “Cela m’aide à trouver la cause première du problème.”

Pour ce faire, Robin prend un historique complet pour se faire une idée des routines et des habitudes de son patient afin de découvrir où les choses pourraient mal tourner.

“Prenez quelqu’un qui souffre de maux de tête ou de migraines”, explique Robin. « J’examinerais d’abord toutes les investigations médicales précédemment entreprises et envisagerais d’éventuels « signaux d’alarme » et, si nécessaire, j’orienterais les patients vers des investigations appropriées. Après un examen physique complet, je les interrogeais sur leur rythme de sommeil, la fréquence à laquelle ils faisaient de l’exercice, leur charge de stress et leur alimentation. Tout ce qui précède joue un rôle dans le fonctionnement du corps.

Et ce n’est pas différent des douleurs au genou ou à la hanche.

Qu’est-ce qui cause la douleur à la hanche et au genou?

Les causes des douleurs à la hanche et au genou sont vastes et variées. Comme indiqué par le NHS, la douleur à la hanche peut être causée par une blessure soudaine, une fracture de la hanche, une bursite, le «syndrome de la hanche qui claque» – pour n’en nommer que quelques-uns ou un problème de longue durée, comme l’arthrite. Tandis que douleur au genou peut être le résultat d’une tendinite, d’une bursite, d’un ligament ou d’un fascia déchiré/stressé, d’arthrose ou d’une affection rhumatologique.

La hanche, le genou et les pieds sont considérés comme une «chaîne fermée» – ce qui affecte l’un affectera l’autre. L’ostéopathie peut aider à évaluer dans quelle mesure une douleur au genou et/ou une douleur à la hanche sont interdépendantes.

Comment l’ostéopathie peut aider à soulager les douleurs de la hanche et du genou

Comme le confirme la science, l’ostéopathie peut aider à améliorer la fonction et à soulager la douleur au genou. Cela a été vu dans un revue 2018où les chercheurs ont conclu qu’une approche ostéopathique peut être utilisée pour “compléter le traitement conventionnel” de la douleur au genou.

Le traitement des douleurs de la hanche et du genou implique généralement des techniques ostéopathiques douces, l’acupuncture, la thérapie au laser à faible intensité ou une combinaison des trois.

Robin explique : « Les techniques ostéopathiques douces peuvent aider à augmenter la mobilité des articulations et à soulager les tensions musculaires. Alors que la thérapie au laser à faible intensité stimule vos cellules pour réparer les tissus et réduire l’inflammation et la douleur.

L’acupuncture peut aider à améliorer l’apport sanguin aux tissus, ce qui à son tour favorise le processus de guérison naturel du corps.

De plus, Robin peut vous donner une liste d’exercices doux pour aider la mécanique de votre hanche et renforcer et étirer les muscles de la région, tout en vous donnant des conseils sur ce qu’il faut éviter et des choses positives pour faciliter la récupération.

Si vous souffrez vraiment de douleurs au genou et à la hanche, prendre rendez-vous avec l’ostéopathe Robin Kiashek pour voir si nous pouvons trouver la cause de votre inconfort et vous remettre sur la voie de la guérison.

Assurance professionnelle pour les infirmières libérales (IDEL)

Assurance professionnelle pour les infirmières libérales (IDEL) | Thierry Payet

La loi Kouchner 2002-303 du 4 mars 2002, relative aux droits des malades et à la qualité du système de soins, précise que les infirmières et infirmiers libéraux sont tenus de souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle (RCP).

Dans le cadre de l’exercice de sa pratique, l’infirmier peut être mis en cause et voir sa responsabilité engagée.

Quelles responsabilités lui incombent ? Quelle protection offre la RCP ? A quel prix ?

Médicalib vous en dit plus à ce sujet.

Développez votre patientèle grâce à Medicalib. Recevez directement sur votre téléphone des demandes de soins, de patients situés dans votre zone de tournée.


JE – Les responsabilités de l’IDEL

L’infirmier est personnellement responsable des décisions et des actes de soins qu’il effectue dans le cadre de son rôle propre.

Il est donc susceptible d’engager sa responsabilité civile, administrative, pénale ou disciplinaire.

Bon à savoir Si le déplacement n’est pas mentionné sur l’ordonnance, vous pouvez le facturer « avec tact et mesure ». Il ne sera alors pas pris en charge par l’Assurance Maladie et, il reviendra au patient de vous verser le montant de cette indemnité.
Pensez à bien l’avertir!

II- La RCP : une obligation légale

L’article L.1142-2 du code de santé publique (CSP) indique que :

Les professionnels de santé exerçant à titre libéral, […] sont tenus de souscrire une assurance destinée à les garantir pour leur responsabilité civile ou administrative susceptible d’être engagée en raison de dommages subis par des tiers et résultant d’atteintes à la personne, survenant dans le cadre de l’ensemble de cette activité.”

Bon à savoir Avant toute souscription il importe de bien lire les différentes clauses d’exonération de responsabilité notamment en cas de force majeure, d’intervention d’un tiers, etc…

III- RCP : quelle couverture pour les IDEL ?


UN – Risques

La responsabilité civile professionnelle couvre les risques (faute professionnelle, négligence, …) liés à la pratique de l’activité professionnelle ainsi que les éventuels dommages causés à un tiers (patient ou collègue).

Parmi les risques potentiels on recense :

  • une erreur de dosage lors de l’administration des traitements
  • une erreur de manipulation lors de l’auscultation d’un patient
  • un accident causé par le matériel médical
  • un accident dû à une négligence ou une omission
  • un accident lié à un mauvais conseil ou une mauvaise appréciation

B- Prise en charge

  • prise en charge des frais liés à la procédure de défense du professionnel de santé (honoraires d’avocat, frais d’expertise, etc.).une erreur de manipulation lors de l’auscultation d’un patient
  • indemnisation financière du préjudice subi par un patient, ses proches, ou un tiers payeurs (organismes sociaux …).
Bon à savoir pour pouvoir prétendre à une indemnisation, le patient, ses proches …  doivent être en mesure de prouver :
*LA FAUTE : volontaire ou involontaire, grave ou non, la preuve de l’existence d’une faute permet d’attester que l’infirmier n’a pas prodigué des soins « consciencieux, attentifs et conformes »
*L’ATTEINTE A L’INTÉGRITÉ physique ou psychique du patient, une aggravation de son état ou son décès.
*LE RAPPORT DIRECT entre la faute et le dommage subi.

IV- Non souscription à une RCP : quel(s) risque(s) ?

“Le manquement à l’obligation d’assurance prévue à l’article L. 1142-2 est puni de 45 000 euros d’amende.

Les personnes physiques coupables de l’infraction […] encourent également la peine complémentaire d’interdiction […] d’exercer l’activité professionnelle ou sociale dans l’exercice de laquelle ou à l’occasion de l’exercice de laquelle l’infraction a été commise. Cette interdiction est portée à la connaissance du directeur général de l’agence régionale de santé qui en informe les organismes d’assurance maladie. » [1]


V- RCP : quel coût ?

Le coût de souscription à une responsabilité civile professionnelle varie en fonction des options choisies par le professionnel de santé, de son expérience professionnelle…

En moyenne, le prix d’une assurance responsabilité civile infirmier est de 59€ par an.


Complétez votre activité grâce à Medicalib. Recevez directement sur votre téléphone des demandes de soins concernant de nouveaux patients, situés dans votre secteur d’intervention.


Medicalib travaille jour après jour afin de vous offrir un service de qualité.

Notre mission : faciliter votre quotidien d’infirmier ou d’infirmière libéral(e) en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Notre site internet permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière libérale disponible près de son domicile.

Notre plateforme nous permet de vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.


Sources :

  • [1] Code de la santé publique – Légifrance – Article L1142-25
  • Les 3 responsabilités professionnelles de l’infirmière – MACSF – 11 MAI Mars 2022
  • Le rôle propre de l’infirmier – MACSF – MAJ 8 mars 2021
une fille avec sa mère et sa grand-mère en train de jouer du piano

Apprendre à jouer du piano, un bon moyen de préserver sa mémoire | Thierry Payet

La musique adoucit les mœurs… mais pas seulement ! En effet, apprendre à jouer du piano protègerait de la perte de mémoire liée à l’âge. C’est ce que démontre une étude publiée dans la revue Frontières Vieillissement Neurosciences. Après un entrainement de 6 mois, les participants qui ont appris à jouer du piano présentent une stabilisation d’une structure cérébrale impliquée dans la mémoire et ainsi une préservation de leur mémoire. Explications.

une fille avec sa mère et sa grand-mère en train de jouer du piano

La musique comme thérapie

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la prochaine décennie doit être dédiée au mieux vieillir. Avec une population vieillissante, un enjeu de plus en plus important réside dans l’accompagnement au vieillissement. Dans ce cadre, la musique a sa partition à jouer. En se basant sur des études antérieures montrant que la pratique musicale pouvait induire des modifications cérébrales, des chercheurs se sont demandé comment la pratique musicale pouvait modifier la structure du cerveau de personnes âgées.

Pour cela, les scientifiques ont recruté 155 personnes, âgées de 60 à 70 ans, sans maladie et n’ayant jamais joué de la musique. Ils leur ont proposé deux types de musicothérapie, pendant 6 mois :

  • Une reposant sur de la pratique musicale. Les participants ont appris à jouer du piano. Concrètement, les sujets apprenaient à jouer du piano avec les deux mains, à lire des partitions et à jouer différents styles musicaux. Ils pouvaient également chanter en même temps. Les cours duraient 1h par semaine. De plus, les participants devaient s’entraîner 30 minutes par jour ;
  • Une se basant sur l’écoute et l’apprentissage de la culture musicale. Les séances duraient également 1h par semaine. Elles étaient organisées en groupe de 4 ou 6 personnes. Pendant les séances, les participants écoutaient de la musique et apprenaient des informations sur différents instruments et sur les différents styles musicaux. Aucun mouvement lié à la musique était initié.

En parallèle, les chercheurs ont observé les modifications de la matière blanche composant une structure particulière du cerveau, appelée fornix. La matière blanche, aussi appelée substance blanche, est composée des fibres nerveuses. Elle assure la transmission des messages nerveux entre les différentes régions du cerveau. Ainsi, elle occupe un rôle primordial dans le bon fonctionnement du cerveau. Parmi les structures de matière blanche composant le cerveau, le fornix occupe un rôle particulier. Situé en profondeur, il assure la liaison entre l’hippocampe et d’autre régions cérébrales. Ainsi, le fornix contribue au bon fonctionnement de la mémoire, entre autres. A savoir que la densité du fornix décline naturellement avec l’âge, entraînant un déclin cognitif.

Apprendre à jouer du piano préserverait la mémoire des personnes âgées

Ainsi, pour étudier les modifications du fornix en lien avec les entraînements, les participants ont bénéficié de deux IRM : une avant les séances, une après 6 mois d’entrainement. Les personnes entraînées effectuaient également des tests visant à évaluer leurs capacités en mémoire épisodique.

A savoir : Il existe différents types de mémoire. Parmi eux, la mémoire épisodique correspond à la mémoire des moments personnellement vécus. Elle nous permet de nous repérer dans le temps et l’espace et de nous projeter dans le futur. La plupart des souvenirs épisodiques se transforment, avec le temps, en connaissances générales.

Les résultats de l’étude montrent une diminution significative de la densité des fibres nerveuses du fornix dans le groupe qui a suivi la thérapie d’écoute et de culture musicale. Cette réduction n’était pas retrouvée chez les participants qui ont joué du piano pendant 6 mois. Les chercheurs ont également établi une corrélation entre les changements de densité du fornix et les performances dans les tâches de mémoire des participants. En effet, les participants qui ont préservé la densité en matière blanche du fornix présentaient de meilleurs résultats dans les tests de mémoire. De plus, l’intensité de l’entraînement au piano est corrélée à la taille des effets observés. En clair, plus il y a de séances, plus les performances sont préservées.

Ainsi, apprendre à jouer du piano a stabilisé la matière blanche du fornix et préservé les capacités mnésiques des participants. Il s’agit d’une piste intéressante à mettre en place auprès de nos aînés. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, apprendre à jouer d’un instrument, même à 60 ans, peut présenter un réel avantage pour notre cerveau.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources

– Six mois d’entraînement au piano chez des personnes âgées en bonne santé stabilisent la microstructure de la substance blanche dans le fornix, par rapport à un groupe témoin actif. frontiersin.org. Consulté le 11 avril 2022.