Blog : Ostéopathie pour femmes enceintes et post-partum.

Blog : Ostéopathie pour femmes enceintes et post-partum. | Thierry Payet

Pendant et après la grossesse, le corps d’une mère subit des changements importants.

Les changements peuvent être à la fois hormonaux et posturaux – ainsi qu’une nouvelle charge de travail physique lors des soins à un nouveau-né.

Changements hormonaux

Les changements hormonaux pendant la grossesse ont des effets importants sur le corps. Pendant la grossesse, les ligaments autour du bassin deviennent plus mobiles et sont sensibles aux tensions.

Certaines plaintes courantes associées à cela que le traitement ostéopathique peut être en mesure d’aider comprennent:

  • douleurs articulaires sacro-iliaques
  • diastasis pelvien
  • douleur symphasique pubienne
  • sciatique
  • maux de tête
  • gonflement des articulations

Changements posturaux

Pendant la grossesse, votre corps doit s’adapter à de nombreux changements posturaux. Au fur et à mesure que votre corps grandit avec la grossesse, votre centre de gravité se déplace et, de manière plus spectaculaire, il reculera après la naissance. Des malaises, notamment des courbatures, des douleurs et des gonflements, peuvent survenir.

Vous devrez également porter et nourrir votre bébé, ce qui exercera une pression différente sur vos muscles et vos articulations.

Certaines tensions musculaires courantes que l’ostéopathie peut être en mesure de détendre comprennent :

  • souche fessière
  • tension musculaire dans le bas et le milieu du dos
  • tension du cou et des épaules
  • maux de tête

Tenir et nourrir votre bébé

Être assis et tenir un bébé pendant une longue période de temps peut causer des maux et des douleurs que l’ostéopathie peut être en mesure d’aider, notamment :

  • douleur dans le haut et le bas du dos
  • maux de tête et douleurs au cou
  • mauvais drainage lymphatique associé à la mammite

Nous avons des ostéopathes très expérimentés qui sauront diagnostiquer et traiter vos douleurs.

Rebecca Baxter est disponible les lundi, mercredi, jeudi et vendredi.

Si vous souhaitez en savoir plus sur moi, consultez ma page de profil de praticienne – Rebecca Baxter

Trent Sigley est disponible les lundi, mardi, jeudi et vendredi

. 9h15-17h.

Pour plus d’informations sur ce que les ostéopathes peuvent traiter d’autre, cliquez ICI

Et si vous souhaitez en savoir plus sur moi, consultez ma page de profil de praticien – Trent Sigley

C'est quoi le crack ?  La manipulation expliquée

C’est quoi le crack ? La manipulation expliquée | Thierry Payet

Connaissez-vous les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux montrant quelqu’un qui « craque » les articulations ou la colonne vertébrale ? Mais qu’est-ce qui rend ce son satisfaisant et à quoi sert-il ? Dans ce blog, j’expliquerai ce qu’est la manipulation, comment et pourquoi elle est faite et j’explorerai brièvement les autres causes possibles de la fissuration du dos. Contrairement au conte de vieilles femmes, il n’y a aucune preuve suggérant que cette technique peut causer de l’arthrite. Une autre croyance dépassée est que le clic est produit par le frottement de l’os sur l’os. Encore une fois, ce n’est pas correct.

Les ostéopathes, les kinésithérapeutes et aussi les chiropraticiens peuvent utiliser cette technique pour traiter les douleurs au cou et au dos. La manipulation est également souvent associée à un « craquement » ou à un « clic » audible (ce qui est souvent très satisfaisant) et peut être appliquée à diverses articulations du corps. En tant qu’ostéopathe moi-même, j’utilise la manipulation articulaire dans le cadre de mes traitements, mais je ne les pratique que sur des personnes qui en bénéficieraient réellement (car tout le monde n’a pas besoin de manipulation) et deux – uniquement avec d’autres techniques pour maximiser l’efficacité de la traitement.

Articulations à facettes

Afin de comprendre le fonctionnement d’une manipulation, une compréhension de base de l’anatomie de la colonne vertébrale est nécessaire. La colonne vertébrale est constituée de blocs appelés vertèbres qui sont empilés les uns sur les autres comme une haute tour. Chaque vertèbre est séparée les unes des autres par un disque vertébral qui se trouve entre chacune. Chaque vertèbre a deux articulations à facettes qui lui sont attachées, une à gauche et une à droite. Les facettes articulaires d’une vertèbre se connectent avec les facettes articulaires sur les vertèbres ci-dessus et avec les facettes articulaires sur les vertèbres ci-dessous afin que chaque vertèbre soit en contact avec chaque o

là. Ces articulations facettaires sont renforcées par des ligaments et des muscles et sont entourées d’une petite capsule articulaire. Le liquide connu sous le nom de liquide synovial se trouve dans la capsule articulaire et son rôle est de lubrifier l’articulation afin que les articulations des facettes puissent se déplacer en douceur sans se coincer les unes sur les autres. Lors d’une manipulation ostéopathique, c’est le mouvement de ces articulations facettaires qui provoque le « pop » ou le « crack » audible que vous pouvez entendre.

Lors de la manipulation

Lors de la manipulation, l’ostéopathe va concentrer une petite pression sur l’articulation facettaire appropriée. La manipulation peut impliquer un petit mouvement de torsion ou de poussée. Pendant la poussée, la pression d’air dans l’articulation facettaire est soudainement modifiée. Lorsque cela se produit, du gaz s’échappe du joint et produit un son de « pop » ou de « crack ». Cela ne devrait pas être douloureux. Lorsque la pression d’air a changé dans l’articulation, il faut environ 20 minutes pour que l’articulation retrouve à nouveau une pression d’air normale. Pendant cette période, vous ne pourrez plus manipuler l’articulation. (C’est pourquoi lorsque vous faites craquer vos jointures, vous devez attendre un peu avant de pouvoir recommencer).

Que peut faire la manipulation ?

  • Arrêter le gonflement d’une capsule articulaire.

  • Réduire les tensions musculaires.

  • Libérer des endorphines (moduler les processus inflammatoires, favoriser l’analgésie).

  • Augmentez l’amplitude de mouvement.

  • Soulager les maux de dos.


Autres causes de fissuration des articulations de la colonne vertébrale

Il est possible de ressentir une fissure involontaire de temps en temps. Si la cause n’est pas attribuée à une manipulation directe, les autres causes probables sont :

Cassement des ligaments ou des tendons – ceci est tout à fait normal et implique que les ligaments et les tendons environnants se balancent les uns sur les autres ou sur d’autres morceaux d’os lorsqu’ils se déplacent. (Ceci est également très fréquent dans les hanches et les genoux).

Broyage des os – à mesure que nous vieillissons, la colonne vertébrale peut commencer à montrer des signes d’usure. C’est une partie normale du vieillissement. Au fur et à mesure que le cartilage de la colonne vertébrale commence à se décomposer, il offre moins de protection et d’amortissement pour les os de la colonne vertébrale et, par conséquent, ils peuvent commencer à se frotter les uns contre les autres, ce qui peut créer un son de « fissure », « pop » ou « grincement ». .

La manipulation est-elle sans danger ?

Bien que les avantages à long terme de la fissuration du dos ne soient pas connus, il a été démontré qu’il procure un soulagement temporaire à court terme pour certains types de douleurs au dos et au cou. Cela dit, tous les types de douleurs au dos et au cou ne conviennent pas à la manipulation. D’autres facteurs tels que l’âge, certaines conditions ou habitudes de vie peuvent également signifier que la manipulation n’est pas appropriée. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour bien comprendre les implications à long terme. C’est aussi une autre raison pour laquelle il ne faut se faire craquer le dos ou le cou que lorsque cela est nécessaire. D’autres techniques ostéopathiques doivent être utilisées parallèlement à la manipulation et des conseils sur certains exercices et étirements doivent également être utilisés dans le cadre du plan de traitement.

Si vous êtes préoccupé par votre dos ou votre cou, ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter !

#Mal au dos #La douleur du cou #Santé des articulations

Santé sur le net

tous unis pour la santé ! | Thierry Payet

La santé est plus que jamais au cœur des préoccupations des Français, après deux années marquées par la pandémie de la Covid-19. France Assos Santé a récemment décidé de s’inviter dans le débat public sur les questions de santé, en formulant vingt propositions pour une santé plus solidaire et équitable. Détails.

France Assos Santé

France Assos Santé représente les usagers du système de santé

L’épidémie de la Covid-19 a soulevé plusieurs problèmes majeurs dans le système de santé français et placé la santé au centre des préoccupations des Français. Dans ce contexte, et à quelques mois de l’élection présidentielle, France Assos Santé souhaite contribuer au débat public sur les questions de santé et mieux faire entendre la voix des Français, les usagers du système de santé.

France Assos Santé correspond à l’Union nationale des associations agréées d’usagers du système de santé. Elle a donc pour vocation principale de représenter les patients et les usagers du système de santé, afin de défendre au mieux leurs intérêts. Créée en 2017, elle regroupe à ce jour 72 associations nationales et entend promouvoir les valeurs démocratiques de liberté, d’égalité et de fraternité dans le domaine de la santé.

Liberté, égalité et fraternité en santé

A l’heure où les stratégies nationales de santé publique tendent à remettre les patients au cœur de leur prise en charge, en les considérant comme de véritables acteurs de santé, France Assos Santé considère qu’il est également capital de mieux faire entendre la voix des usagers de la santé dans la conception et la mise en œuvre des politiques de santé.

Faire prévaloir les valeurs démocratiques et permettre un accès plus solidaire à la santé, passe pour France Assos Santé par trois principes fondamentaux qui reprennent les bases de la démocratie française :

  • La liberté en santé basée sur l’éducation à la santé offrant la possibilité à chacun de prendre en main sa propre santé ;
  • L’égalité en santé permise par un accès équitable et juste partout et pour tous à l’offre de soins ;
  • La fraternité en santé facilitée par un système de santé plus humaniste et solidaire.

Pour atteindre cet objectif, France Assos Santé a lancé l’événement, #tousunispournotresanté.

20 propositions pour placer l’usager au cœur de la politique de santé

« Tous unis pour notre santé » regroupe l’ensemble des idées citoyennes visant à améliorer le système de santé pour le rendre plus juste, plus équitable et plus solidaire. Au total, vingt propositions ont été formulées pour renforcer le rôle des usagers du système de santé dans les décisions relatives à la santé en France.

Ces vingt propositions, destinées aux décideurs politiques et institutionnels à l’aube d’une élection majeure, concernent notamment :

  • La liberté par l’éducation en santé ;
  • La possibilité de faire des choix éclairés sur sa santé ;
  • L’égalité des droits au travers du régime de sécurité sociale ;
  • La fraternité dans les parcours de soins, notamment grâce aux patients partenaires ;
  • L’égalité des territoires, avec une lutte contre les déserts médicaux ;
  • La liberté de participer à l’évolution des pratiques et du système de soins ;

A l’image du patient considéré de plus en plus comme un acteur de sa santé, FranceAssos Santé appelle à ce que l’usager du système de santé devienne aussi un décideur de l’avenir du système de santé.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– #tousunispournotresanté. france-assos-sante.org. Consulté le 19 janvier 2022.
– « Tous unis pour notre santé » : France Assos Santé présente ses 20 propositions pour améliorer le système de santé et permettre à chacun d’être acteur de sa santé !. france-assos-sante.org. Consulté le 19 janvier 2022.
Estelle B.

Pharmacienne
Spécialiste de l’information médicale et de l’éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l’environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Move Better With Osteopathy

Bougez mieux avec l’ostéopathie – East Gippsland Osteopathic Clinic | Thierry Payet

Plus tôt cette année, la communauté ostéopathique a célébré la Semaine internationale de la santé ostéopathique sur le thème « mieux bouger avec l’ostéopathie ». Le but de cette notion est d’encourager les Australiens, vieux et jeunes, à bouger davantage pour atteindre une vie longue et active sans douleur et si nécessaire ou voulu avec l’aide de leur ostéopathe. Il a été développé en raison de l’augmentation des niveaux de sédentarité dans la population, évoluant principalement autour de l’âge, du niveau d’éducation, du statut socio-économique, mais aussi massivement par une mauvaise santé ou des blessures. Alors, plongeons un peu plus dans le mouvement, ses bienfaits et comment votre ostéopathe peut vous remettre sur la bonne voie si vous êtes limité par votre santé…

Qu’est-ce que le mouvement ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’activité physique est décrite « comme tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques qui nécessite une dépense énergétique ». Cela peut inclure non seulement les sports, mais aussi la marche, la randonnée, la course, la natation, le cyclisme, la gymnastique, la danse, les jeux de ballon, la gym, les arts martiaux et la liste pourrait s’allonger.
Aujourd’hui, la majorité des directives internationales recommandent qu’environ 150 minutes par semaine d’activité physique ou de mouvement d’intensité modérée à vigoureuse soient réalisées. Cela peut varier légèrement en fonction de votre âge et de votre état de santé général.

Les bienfaits du mouvement :

Le mouvement est excellent pour améliorer votre santé physique et mentale générale et votre bien-être et réduire votre risque de décès. Parmi les autres avantages importants du mouvement, mentionnons :

  • Réduire votre risque de cancer, de diabète, d’accident vasculaire cérébral et de maladie cardiaque
  • Améliorer votre humeur
  • Réduire votre stress
  • Améliorer votre fonction cérébrale
  • Améliorer votre fonction motrice
  • Aider votre respiration et votre fonction cardiaque
  • Renforcer votre corps, y compris la force musculaire et osseuse
  • Améliorer votre équilibre

Comment votre ostéopathe peut-il vous aider à bouger plus ?

Eh bien, les troubles musculo-squelettiques continuent d’être l’une des principales causes d’invalidité dans le monde et un contributeur majeur au manque d’activité physique des Australiens, car ils ne savent pas comment faire de l’exercice en toute sécurité pour leur état. C’est là que votre ostéopathe peut être utile. Votre ostéopathe évaluera votre plainte et les zones du corps qui peuvent influencer la fonction biomécanique optimale et causer de la douleur. Ensuite, grâce à la thérapie manuelle, à l’éducation et à la rééducation, ils peuvent soulager la douleur et améliorer votre fonction, ce qui vous permet de bouger davantage.

Référence:

Bureau australien des statistiques. (2014). Australian Idle : Activité physique et comportement sédentaire des Australiens adultes. Bureau australien des statistiques. https://www.abs.gov.au/ausstats/abs@.nsf/Lookup/4156.0.55.001main+features4Nov 2013

Exercice et sciences du sport Australie. (2021). Un nouveau rapport du gouvernement s’attaque aux obstacles à l’inactivité physique en Australie. Exercice et sciences du sport Australie. https://www.essa.org.au/Public/News_Room/Media_Releases1/2018/New_Government_report_tackles_physical_inactivity_barriers_in_Australia.aspx

Fryer, G. (2017). Intégrer des approches ostéopathiques basées sur des mécanismes thérapeutiques biopsychosociaux, Partie 1 : Les mécanismes. Journal international de médecine ostéopathique. 25. 30-41. https://doi.org/10.1016/j.ijosm.2017.05.002

Posadzki, P., Pieper, D., Bajpai, R., Makaruk, H., Konsgen, N., Neuhaus, AL et Semwal, M. (2020). Exercices/activité physique et résultats pour la santé : un aperçu des revues systématiques Cochrane. Santé publique BMC. 20. https://doi.org/10.1186/s12889-020-09855-3

Vaughan, B., Morrison, T., Buttigieg, D., Macfarlane, C. et Fryer, G. (2014). Approche de la lombalgie – ostéopathie. Médecin de famille australien. 43(4). https://www.racgp.org.au/afp/2014/april/osteopathy/

Activation du nerf vague et réponse au stress d'un point de vue ostéopathique

Les ostéopathes, finalement reconnus comme professionnels de la santé au Québec? – Antoine Del Bello – Ostéopathe et kinésiologue au coeur de Shawinigan, en Mauricie | Thierry Payet

Les astres semblent finalement alignés : les ostéopathes du Québec font face à ce qui s’avère être le dernier sprint vers la professionnalisation de leur métier. Comme mon patient m’a déclaré en bon vivant la semaine dernière, lorsque je lui ai parlé de l’annonce gouvernementale :

« Y’était temps en taba*****! »

J’ai acquiescé, sourire aux lèvres.

En effet, tel une clavicule sorti d’un chapeau, la communauté ostéopathique apprenait le 21 octobre dernier que la ministre de l’Enseignement supérieur et ministre responsable de l’application des lois professionnelles, Mme Danielle McCann, annonçait le lancement d’une consultation publique portant sur l’encadrement de la pratique de l’ostéopathie au Québec.

Cette consultation publique semble vraisemblablement être la dernière étape du long, pour ne pas dire très long, processus de professionnalisation de l’ostéopathie au Québec. Une avancée majeure pour cette approche manuelle, naturelle et humaine qui aide des milliers de québécois par année, et ce, depuis près de 40 ans au Québec.

An osteopath is taught that Nature is to be trusted to the end.  – A.T. Still MD, DO, Autobiography

Malgré son « non-statut » actuel, l’ostéopathie est enracinée en terre québécoise. Il suffit de « zyeuter » les plus grandes bannières de cliniques multidisciplinaires au Québec : vous trouverez assurément, au sein de leur équipe, un sinon plusieurs ostéopathes.

De Sept-Îles à Montréal, de Québec à Rouyn-Noranda, de Gatineau à New Richmond et de Shawinigan au Îles-de-la-Madeleines, vous trouverez un ostéopathe, soyez-en rassuré.

Un ordre, pourquoi c’est important?

Mais pourquoi est-ce donc si important que votre ostéopathe devienne officiellement un professionnel de la santé? Pourquoi était-il, pour reprendre les mots de mon patient;

« temps en tabar**** »?

Ce changement permettra d’uniformiser et de standardiser la formation. En effet, à l’heure actuelle au Québec, les formations pour devenir ostéopathe, données par des écoles privées, sont variables en terme d’heures théoriques et pratiques. Conséquemment, les ostéopathes formés possèdent un bagage variable en terme de connaissances, et une compétence techniquepratique elle aussi, variable. L’émergence d’un Ordre des ostéopathes mènera à la protection du consommateur par l’uniformisation de la formation, qui assurera rigueur, sérieux et conformité aux standards internationaux. Les instances de réglementation lié à l’apparition d’une telle structure légale est elle aussi, en sois, un élément de protection pour la population québécoise.

La création d’un ordre permettra de donner confiance aux individus qui ne connaissent pas l’ostéopathie, puisque soudainement nous aurons le « sceau d’approbation » gouvernemental. Le « OK » que nous sommes des professionnels sérieux et aptes à prendre en charge des problèmes de santé, et ce, de manière sécuritaire. L’ordre permettra de mieux faire connaître cette profession qui fait du bien, qui est humaine, entière , parfois subtile, mais tellement bénéfique pour toutes les dimensions formant corps et existence humaine.

Cette reconnaissance permettra une plus grande collaboration interprofessionnelle. En effet, actuellement, si les professionnels de la santé du Québec respectaient leurs codes déontologiques à la lettre, ils ne seraient pas autorisés à référer un patient en ostéopathie puisque nous ne sommes pas encore une profession de la santé réglementée. Cela n’empêche pas le fait que toutes les semaines, je reçois dans mon bureau des patients référés par un médecin ou d’autres professionnels de la santé. Quand le bien du patient est mis au centre de la prise en charge, c’est ce qui arrive. Donc BRAVO à vous, professionnels de la santé hors-la-loi, fringants et rebelles. Vous serez bientôt dans la légalité déontologique : un poids de moins sur vos épaules!

Un ordre facilitera également le processus d’exonération des taxes, récemment imposé partout au pays. Ce rajout de taxes menace directement l’accessibilité aux soins, source d’une grande frustration pour plusieurs puisque nous faisons ce métier pour aider les gens dans le besoin. Si nous ne pouvons plus aider certains individus puisque nos services coûtent trop cher, il y a dilemme et incohérence. Ici, une pétition, qui aidera notre cause! Merci de signer, et de partager avant le 22 novembre 2020.

Les autres bienfait d’un ordre, en blitz :

L’accès au métier à un coût raisonnable, comme la formation sera inévitablement offerte dans le système universitaire public. Possiblement à l’université de Sherbrooke?

De meilleurs opportunités de recherche permettant de faire avancer le domaine.

Éliminer le climat de peurcrainteincertitude qui règne par moment dans la communauté ostéopathique depuis les poursuites du collège des médecins.

Aider à « désengorger » le système de santé en ouvrant une nouvelle piste de solution et option de prise en charge « officielle » à la population québécoise.

Life is that calm force sent forth by Deity to vivify all of nature  – A. T. Still MD DO

 

« With great power comes great responsibility »

Être « assujetti » à une entité législative telle qu’un ordre n’est pas toujours rose. En effet, il serait utopique de croire que les ostéopathes pourront maintenant s’exclamer, du haut de leurs toit, grange ou gratte ciel, «  je suis un professionnel de la santé », sans devoir se soumettre à des exigences qui seront plus rigoureuses, potentiellement plus restrictives, et assurément plus intrusives qu’elles ne l’ont jamais été. Et non mon cowboy, tu ne peux pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

Nous devons nous responsabiliser face à notre propre démarche de professionnalisation, et accepter de nous soumettre à de nouvelles règles du jeu. Soyons donc professionnels, fiers, et responsables de ce destin qui fut finalement et heureusement tricoté par nul-autre que… nous-mêmes.

Votre ostéopathe, un professionnel de la santé

We look at the body in health as meaning perfection and harmony, not in one part, but in the whole.                                          -A. T. Still MD, DO

Avec un ordre, l’ostéopathie au Québec fera un bond de géant en terme de reconnaissance. Je souhaite de tout cœur que cette transition servira de « jurisprudence » pour les autres provinces canadienne, et pour les autres pays où la reconnaissance de l’ostéopathie n’est pas encore acquise.

Je nous souhaite une ostéopathie entière, pure, noble
et surtout humaine puisque nos corps, cœurs et esprits en ont besoin.

Antoine Del Bello, Shawinigan, Québec.

vous accompagner — Full Circle Osteopathy

vous accompagner — Full Circle Osteopathy | Thierry Payet

La manière ou le modèle dans lequel nous marchons ou courons est appelé «démarche». Ce mot se prononce exactement de la même manière que le mot ‘porte’. Bien que cela semble être une chose très simple à faire, et que la plupart d’entre nous soient capables de réaliser cette tâche avec une facilité incroyable, cela n’est possible que grâce à une combinaison de mouvements corporels extrêmement complexes. C’est quelque chose que beaucoup d’entre nous tiennent pour acquis, à moins que vous ne soyez pas capable de marcher correctement, ou pas du tout. Vous pouvez considérer la démarche comme une chute répétitive et contrôlée avec un mouvement vers l’avant en ligne droite.

Étapes

Il est utile de considérer la marche comme un cycle de mouvements. Le cycle de la marche humaine commence lorsque le talon d’un pied touche le sol et se termine lorsque le même talon touche à nouveau le sol. L’ensemble du cycle peut être décomposé en deux phases principales :

Phase d’appui ou d’appui: Cela commence par le talon d’un pied qui touche le sol, se déplace sur tout le pied (car il reste en contact avec le sol) et se termine par le talon qui se soulève avant de se déplacer dans le…

Phase oscillante: Cela commence lorsque les orteils du même pied décollent du sol, balançant la jambe vers l’avant avant que le talon ne touche à nouveau le sol pour commencer un nouveau cycle.

Pendant qu’une jambe traverse la phase d’appui, l’autre jambe traverse la phase de balancement. L’ensemble du cycle prend environ une seconde chez l’adulte moyen et se traduit par le mouvement vers l’avant du corps. Il vous emmène de votre lit aux toilettes dès le matin, puis à la cuisine, à votre lieu de travail et enfin au lit.

Fonctions de la marche

Cela peut sembler idiot, car la fonction principale de la marche est de nous permettre de bouger notre corps. Mais, lorsqu’elle est décomposée, la démarche présente de nombreux avantages :

1. Il fournit un soutien à la tête, au tronc et aux bras lorsque nous nous déplaçons

2. Cela nous aide à garder une posture droite et équilibrée

3. Il nous permet de contrôler les mouvements du pied, afin que nous puissions esquiver les obstacles sur notre chemin

4. Il crée de l’énergie grâce à la contraction musculaire pour commencer, maintenir et accélérer le mouvement

5. L’action des muscles impliqués fournit une absorption des chocs aux nombreuses forces agissant sur le corps lorsque nous nous déplaçons

Qu’est-ce qui peut mal tourner ?

Notre démarche peut être affectée de plusieurs façons. Certains effets peuvent être graves et dévastateurs, entraînant un changement permanent de la façon dont vous vous déplacez. Une personne victime d’un accident vasculaire cérébral peut finir par perdre la fonction des muscles qui contrôlent le mouvement de la cheville, ce qui entraîne un « pied tombant ». Cela fait que les orteils attrapent le sol lorsqu’ils balancent leur jambe, ce qui peut facilement entraîner la chute d’une personne. La maladie neurodégénérative, la maladie de Parkinson, peut entraîner chez une personne une «démarche traînante», où les pieds restent essentiellement en contact permanent avec le sol et la personne se déplace en traînant ou en traînant ses pieds sur le sol. Ce problème, comme de nombreux autres problèmes qui peuvent entraîner des changements importants dans les mouvements du cycle de marche, est un facteur de risque énorme pour une personne qui tombe et qui subit potentiellement une blessure qui changera sa vie (c’est-à-dire un coup grave à la tête ou une fracture de la hanche).

D’autres effets peuvent être moins graves et réversibles après une bonne réhabilitation du problème. Une simple blessure au genou en est un bon exemple. Vous vous tordez le genou en jouant au basket et ce genou devient douloureux. La douleur vous amène à déplacer votre poids vers l’autre jambe et à la favoriser, ce qui entraîne une tension excessive de ce côté du corps. Le corps compensera bien pour vous permettre de bouger, même si ce n’est pas de la manière habituelle. Finalement, la blessure au genou guérit, mais il est tout à fait possible que vous vous retrouviez avec des tensions et des tensions non résolues qui courent sur les côtés blessés et non blessés du corps. Et c’est pourquoi vous devriez toujours nous embarquer dès le départ !

Nous pouvons aider

Les ostéopathes sont des experts du mouvement humain. Nous savons comment vous devrait mouvement. Nous sommes formés pour reconnaître quand les choses ne fonctionnent pas correctement. Et nous savons comment vous ramener à votre vrai moi. Ne prenez pas de risque avec ça. Une blessure simple qui n’est pas traitée correctement dès le début peut entraîner de plus gros problèmes par la suite. Soyez intelligent, demandez l’aide de professionnels (c’est-à-dire nous !) et profitez du fait que vous pouvez marcher sans aide ou sans entrave pendant des années vers votre avenir.

Avez-vous une blessure ou une condition affectant votre capacité à marcher normalement ? Appelez-nous dès aujourd’hui au 0452 249 379 pour prendre rendez-vous.

Les références

1. Chila, AG. 2011. Fondements de la médecine ostéopathique. 3e éd.. Philadelphie : Lippincott Williams & Wilkins

2. Magee, DJ. 2008. Évaluation physique orthopédique. 5e éd. Edmonton, Canada : Saunders Elsevier

3. Solberg, G. 2008. Troubles posturaux et dysfonction musculo-squelettique. 2e éd. Édimbourg : Churchill Livingstone

L'ostéopathie, une thérapie de choix pour les cruralgies

Canal lacrymal bouchée – Comment l’ostéopathie peut aider ? | Thierry Payet

Un peu moins d’un nouveau-né sur dix est concerné par cette affection qui touche l’appareil lacrymal. L’obstruction du canal lacrymo-nasal est un trouble congénital qui se déclare très rapidement après la naissance, provoquant un écoulement mucopurulent de l’œil concerné.

Vous remarquerez alors que:

Votre bébé a souvent les yeux collés
On a l’impression qu’il pleure en permanence
Ses yeux sont rouges et plein de larmes
Il a le nez pris comme s’il était enrhumé
De petites croûtes se forment aux coins des yeux

En temps normal, le canal lacrymal sert à évacuer les larmes après qu’elles aient nettoyé les yeux, puis elles s’écoulent vers les fosses nasales. Mais si le canal lacrymal est obstrué ou trop étroit, les larmes stagnent au niveau des yeux, ne pouvant pas s’évacuer correctement.

Cette affection n’est pas grave et ne doit pas vous faire paniquer, mais il est nécessaire d’adopter de bons gestes d’hygiène pour prévenir toute surinfection ou conjonctivite.

Cette petite malformation appelée dacryosténose se résorbe généralement d’elle-même avant le premier anniversaire du nourrisson, mais il est préférable de régler le problème dès que possible, notamment grâce à l’ostéopathie.

Votre bébé sera alors soulagé de tous ces troubles désagréables autour des yeux qui l’énervent et le fatiguent, et vous serez rassuré en tant que parent.

N’hésitez pas si vous avez des doutes ou des questions à consulter votre pédiatre et votre ostéopathe, afin d’établir un diagnostic et un traitement adapté.

Feuille de route vers la reprise - une mise à jour Covid 19

Feuille de route vers la reprise – une mise à jour Covid 19 | Thierry Payet

À partir du vendredi 22 octobre, notre clinique reprendra les soins de routine pour tous ceux qui en ont besoin. Voici à quoi vous attendre lors de votre prochain rendez-vous :

Vérifiez les sites d’exposition avant l’arrivée : Voici la liste des sites d’exposition actuels nous vous serions reconnaissants d’y jeter un coup d’œil avant de vous présenter à votre rendez-vous.

Remplissez le COVID-Screen : envoyé dans votre SMS/e-mail de rappel.

Attendre à l’extérieur jusqu’à l’heure de votre rendez-vous: Veuillez rester à l’extérieur du cabinet (dans votre voiture, etc.) jusqu’à l’heure de votre rendez-vous. Il n’est pas nécessaire de nous appeler avant d’entrer dans le cabinet si vous avez un rendez-vous.

1927816.jpg

Enregistrement par code QR : veuillez scanner le code QR sur votre appareil et enregistrer vos coordonnées, comme requis par le Département de la santé et des services sociaux de Victoria et pour aider à la recherche des contacts.

Divulgation volontaire du statut vaccinal : il vous sera demandé de déclarer volontairement votre statut vaccinal et de consentir à ce que notre équipe d’accueil ou votre médecin l’enregistre dans votre dossier médical, mais vous n’avez pas besoin de le divulguer si vous ne vous sentez pas à l’aise de le faire.

Masques faciaux: Les masques sont obligatoires à l’intérieur, alors assurez-vous d’en avoir un avec vous lors de votre prochaine visite car vous devrez le porter à l’intérieur et lors de votre rendez-vous. Veuillez discuter de toute préoccupation avec votre praticien.

Merci de vous familiariser avec les informations sur cette page afin que vous sachiez à quoi vous attendre de votre visite.

Si vous présentez des signes de maladie, d’infection, appelez-nous au 0452 249 379 pour reprogrammer

Nevralgie - Urgence Ostéopathes

Torticolis – Urgence Osteopathes | Thierry Payet

Le torticolis, ou cervicalgie aigue hyperalgique, est souvent d’apparition brutale, et la plupart du temps présent au reveil. Dans de nombreux cas il se caractérise par la contracture d’un muscle du cou, le SCOM, bien que l’on puisse retrouver des réactions vives sur les autres muscles de la région, en particulier le trapeze. L’origine de ce trouble est souvent méconnue, néanmoins il est fréquemment associé à des efforts inhabituels la veille, une activité physique, ou des facteurs de stress importants. (1)

Qui souffre du cou ?
Tout le monde, bien que les femmes sont plus touchées que les hommes
souvent à un âge adulte moyen (1)

Quels facteurs sont associés à l’apparition de douleurs cervicales ?
pathologies articulaires / rhumatismales connues
facteurs pshycho-pathologiques (anxiété, fatigue nerveuse, tendance à la somatisation)
troubles du sommeil
mode de vie sédentaire
traumatismes, chocs, chutes
traumatisants sportifs
métiers manuels ou à forte manutention (port de charge, port de personne)
le travail de bureau assis à l’ordinateur peut aussi favoriser l’apparition de douleurs cervicales. Néanmoins, il a été démontré que les douleurs dans ce contextes sont davantage liées à la faible satisfaction du travail en lui même, et la perception de l’environnement de travail comme désagréable. Elle seraient alors plutôt psychosomatique, et dans une moindre proportion liées à la position assise et son ergonomie, bien qu’elle demeure importante. (1)

Les différents types de cervicalgies
Mécaniques. Ce sont les cervicalgies les plus fréquentes, celles-ci répondent très bien à la prise en charge ostéopathiques. Elles regroupent les douleurs d’origine vertébrale, ligamentaire, musculaire, ou quelconque structure musculo-squelettique entrant dans la constitution du cou.
Neuropathiques. Dans certains cas, elles sont associées à des troubles neurologiques qui sont déjà connus par le patients. Dans d’autres cas, elles résultent d’un conflit ou d’une inflammation impliquant un disque intervertébral et une racine nerveuse. Les douleurs prennent alors des caractéristiques différentes et évocatrices, facilement détectable par le praticien. L’approche est un peu plus délicate et nécessite en parallèle un suivi médical. En tout état de cause, l’ostéopathie ou les thérapies manuelles en général sont préconisées afin de réduire la douleur.
Secondaires. Elles sont généralement causées par des troubles organiques nécessitant un contrôle médical. Dans ce cas l’ostéopathie n’est pas préconisée. Les ostéopathes sont formés et habilités à orienter les individus présentant ces signes, vers une prise en charge médicale classique. (1)

Que peut apporter l’ostéopathie en cas de torticolis ou de cervicalgie aiguë non spécifique ? Voici ce que nous avons pu trouver :

L’utilisation de manipulations vertébrales ostéopathiques semble plus efficace que les mobilisations pour diminuer la douleur de manière immédiate, l’effet sur la mobilité étant néanmoins similaire.(2)

Concernant les douleurs cervicales chroniques et sub-aiguës, c’est à dire des douleurs fluctuantes depuis un minimum de 3 mois, plusieurs études ont démontré l’ostéopathie (énergie musculaire, manipulations vertébrales thoraciques, mobilisation articulaire, points d’inhibition) comme significativement efficace pour diminuer la douleur et augmenter la mobilité globale du cou. Les périodes de traitement ont été de 3 à 4 semaines, pour un nombre de séances allant de 4 à 6 séances, ce qui peut alors faire office de préconisation générale. (3,4,5) L’usage exclusif des manipulations vertébrales (comme c’est le cas en chiropraxie, certains ostéopathes, ou certains thérapeutes manuels) n’est pas conseillé car décrit comme moins efficace, bien qu’améliorée dans le cas ou la région dorsale est aussi traitée. Une prise en charge exclusivement manipulative semble tout de même nécessiter plus de séance, de l’ordre de 10. (5, 6) Les exercices de renforcement musculaire et d’endurance fonctionnent bien pour réduire la douleur et augmenter la mobilité, néanmoins le stretching passif (étirements) a été démontré comme sans effet. (7) Les meilleurs résultats sont obtenus lorsque l’ostéopathie (manipulation + mobilisation) est combinée à de l’exercice ou de la kinésithérapie (force + endurance), que ce soit par le recours à la kinésithérapie si vous avez une prescription, ou à divers exercices autonomes que nous aurions pu vous conseiller.(8)

RÉFÉRENCES

1. Hoy, DG, Protani, M., De, R. et Buchbinder, R. (2010). L’épidémiologie des cervicalgies. Meilleures pratiques et recherche Rhumatologie clinique, 24(6), 783-792.
2. Cassidy, JD, Lopes, AA et Yong-Hing, K. (1992). L’effet immédiat de la manipulation par rapport à la mobilisation sur la douleur et l’amplitude des mouvements dans la colonne cervicale : un essai contrôlé randomisé. Journal de thérapeutique manipulatrice et physiologique, 15(9), 570-575.
3. Fryer, G., Alvizatos, J. et Lamaro, J. (2005). L’effet du traitement ostéopathique sur les personnes souffrant de cervicalgie chronique et subchronique : une étude pilote. Journal international de médecine ostéopathique, 8(2), 41–48. doi:10.1016/j.ijosm.2005.03.001
4. Garson M. (2013). Les effets du traitement ostéopathique sur les cervicalgies chroniques non spécifiques et le handicap
5. Franke, H., Franke, J.-D., & Fryer, G. (2015). Traitement manuel ostéopathique des cervicalgies chroniques non spécifiques : revue systématique et méta-analyse. Journal international de médecine ostéopathique, 18(4), 255–267. doi:10.1016/j.ijosm.2015.05.003
6. Gregoletto, Diana, & Martínez, Cruz Miguel Cendán. (2014). Effets de la manipulation vertébrale chez les patients souffrant de douleurs cervicales mécaniques. Coluna/Columna, 13(4), 269-274. https://dx.doi.org/10.1590/S1808-18512014130400415
7. Gross, A., Kay, TM, Paquin, JP, Blanchette, S., Lalonde, P., Christie, T., … & Goldsmith, CH (2015). Exercices pour les troubles mécaniques du cou. Base de données Cochrane des revues systématiques.
8. Gross, A., Hoving, JL, Haines, T., Goldsmith, CH, Kay, TM, … Aker, P. (2004). Manipulation et mobilisation pour les troubles mécaniques du cou. Base de données Cochrane des revues systématiques. doi:10.1002/14651858.cd004249.pub2

RGO, reflux chez bébé : et si c’était dû à trop d’air absorbé ?

RGO, reflux chez bébé : et si c’était dû à trop d’air absorbé ? | Thierry Payet

Un bébé RGO c’est beaucoup de souffrance pour lui, et pour vous parents.
Les reflux peuvent entraîner beaucoup de difficultés : douleurs, nuits agitées, impossibilité de poser bébé sur le dos -même pour simplement le changer-, trajet en voiture très difficile, etc.

Beaucoup de facteurs peuvent avoir une influence sur l’apparition de reflux et l’augmentation de ceux-ci.

Ici, nous faisons un focus sur l’un d’entre eux seulement : l’air avalé par bébé durant la tétée ou la prise du biberon.

Chez certains bébés, de l’air passe et favorise les régurgitations, mais aussi les coliques.
Quels sont les facteurs qui entraînent cette absorption d’air ?
Position d’allaitement, biberon inadapté, tensions dues à la grossesse ou l’accouchement, frein restrictif buccal, nous allons tous les passer en revue.

Qu’est-ce-qu’un RGO ?

RGO est l’acronyme pour Reflux Gastro Oesophagien, et signifie que du liquide de l’estomac remonte dans l’oesophage.
Le reflux peut être interne ou externe :
externe : il y a des régurgitations associées au reflux.
interne : il n’y a pas de régurgitations, le liquide retourne vers l’estomac. Les parents témoignent de grandes difficultés à diagnostiquer ce type de reflux chez leur bébé. L’absence de régurgitations complique le diagnostic, on parle de reflux silencieux.

Cet événement est dit physiologique pour le bébé et l’adulte dans la plupart des cas lorsque le liquide est évacué de façon passive.
Vers 4-5 mois, le clapet entre l’œsophage et l’estomac devient plus mature. C’est ce clapet qui permet d’éviter les reflux. C’est pourquoi vous entendrez souvent que les reflux passent naturellement vers ⅚ mois et qu’il n’y a rien à faire.

45 à 65% des nourrissons auraient des régurgitations dites physiologiques. (1)

Seulement tous les reflux ne sont pas physiologiques et certains facteurs peuvent les exacerber.
Chez certains bébés, aucune amélioration n’apparaît vers ces fameux ⅚ mois. Peu importe qu’il se tienne assis, marche, soit diversifié ou autre, le RGO lui est toujours là.
A la moindre poussée dentaire, rhume, le RGO flambe de plus belle.
Les différents traitements (inexium, gaviscon, polysilane, mopral, etc.) ne fonctionnent pas toujours. Plusieurs études pointent d’ailleurs leur inefficacité, et le fait que ces traitements sont largement prescrits sans justification médicale. Jusqu’à 82% des prescriptions seraient injustifiées.(2)
Ici, plusieurs pistes devront être explorées. Y compris celle d’une trop grande absorption d’air, mais pas que.
Allergie, seipa, intestin poreux, enzyme, etc.

Bébé RGO et dépression post-partum

Privation de sommeil, stress, culpabilité, tous les facteurs sont réunis pour favoriser l’apparition d’une dépression post-partum.
Beaucoup de mamans témoignent a posteriori avoir eu des difficultés à s’attacher à leur bébé, jusqu’à ce que les symptômes du RGO s’atténuent.
Ce que vous traversez est difficile, ce que vous ressentez est normal. Il est primordial de vous faire accompagner. Tant pour bébé que pour vous.
Consultez pour bébé, mais également pour vous.

Les différents types de RGO

Il faut différencier les types de reflux car la prise en charge, bien sûr, diffère.

La régurgitation simple n’a comme symptôme que celui-ci.
Elle est plutôt bien tolérée, et intervient après les repas, parfois quelques heures après, mais sans effort ni contraction des muscles abdominaux du bébé, contrairement aux vomissements. Cela n’influence ni le poids ni l’appétit du bébé.
Il peut être lié à un trop plein, à un lait trop liquide et/ou à l’immaturité provisoire du système digestif et n’est donc pas inquiétant.
Cela s’observe chez beaucoup de nourrissons, et s’arrête généralement au passage à la position assise, à la diversification alimentaire et à l’acquisition de la marche (3).
Attention néanmoins au lait épaissi et à la diversification alimentaire précoce proposée comme solution au RGO.
Beaucoup de parents témoignent d’une dégradation des symptômes et d’une flambée du RGO. Très probablement car il ne s’agissait pas d’un RGO physiologique. Et que les vraies causes n’ont pas été trouvées, ni traitées.

Régurgitations associées à d’autres symptômes

Elles peuvent être associées à :

  • Des pleurs incessants parfois à distance des repas
  • Bébé se tortille, ne semble pas à l’aise pendant et après les repas
  • Refus de repas
  • Coliques du nourrisson : pleurs, gazs, constipation, difficulté à évacuer les selles ou les gazs, semble faire mal

RGO interne et oesophagite

Parfois, il y a tous ces signes sans régurgitation, c’est-à-dire sans que le liquide n’arrive à la bouche le fameux RGO interne.
Dans ces cas-là, selon l’âge, vous pouvez observer des résidus sur la langue, comme des paillettes ou des tâches sur les dents. C’est le signe de l’acidité de l’estomac qui remonte.
Il est important de traiter l’inflammation que ces RGO peuvent causer, afin d’éviter l’oesophagite.
Parlez-en à votre pédiatre, il n’y a que lui qui peut poser le diagnostic, et qui peut vous indiquer s’il lui semble justifier la prise de médicament.
Néanmoins il existe de plus en plus de réticence à donner des inhibiteurs de la pompe à protons (inexium etc.). Cela peut aggraver l’inflammation. De plus, on constate souvent un effet rebond lors du sevrage : l’inflammation peut réapparaître. De nombreux effets secondaires sont aussi régulièrement signalés par les parents : irritabilité, perturbation du sommeil, etc.

RGO et équilibre acido-basique

Dans l’idée d’une prise en charge complémentaire, vous pouvez aussi en parler à votre naturopathe, diététicienne, ou nutritionniste.
Vous pourrez ainsi avoir des renseignements concrets et applicables sur l’équilibre acido-basique du corps et l’impact de l’alimentation (qui passe par vous si vous allaitez).
Ou encore des produits naturels qui peuvent aider à réduire l’inflammation.

RGO et sténose du pylore

Il y a des signes où il faut être vigilant afin de déceler une sténose du pylore, qui nécessite une opération chirurgicale :

  • vomissement en jet persistant
  • demande continuelle de s’alimenter
  • fatigue associée
  • perte de poids
  • selles plus petites et moins fréquentes
  • déshydratation : observable si bébé pleurs sans larmes (4)

Incidence de l’ingurgitation d’air sur les RGO

La taille de l’estomac d’un bébé est limitée dans les premiers mois de vie. Entre 100 et 150 ml (1).
S’il avale beaucoup d’air pendant les repas, cela limite donc la quantité de lait qu’il peut ingérer.
Ce qui explique pourquoi parfois vous avez l’impression qu’il a peu tété, ou pris peu de lait dans son biberon et pourtant il régurgite, semble avoir un trop plein et être inconfortable.

Mais pourquoi l’air passe ?

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles l’air peut passer pendant le repas :

  • positions de bébé et du parent qui donne à manger
  • tensions liées à la grossesse ou l’accouchement qui influent sur la succion
  • accessoires, biberons peu adaptés
  • freins restrictifs buccaux

L’importance des positions pour le repas

Il y a donc deux positions : la vôtre parent et celle de votre bébé.

Les bébés RGO ne s’apaisent pas nécessairement au sein, et ne savent pas toujours téter jusqu’à satiété.Ils peuvent se cambrer et se détourner du sein lors de la tétée.
En cas de forme sévère bébé associe la tétée à la douleur.
A contrario un bébé dont l’œsophage est irrité peut vouloir téter très fréquemment : le passage du lait soulage momentanément l’irritation. Malheureusement ce soulagement est passager et va entraîner de nouveaux reflux.

Trouver la bonne position

Pour l’allaitement, privilégiez la position BN.
Mettez-vous en position semi assise, contre un mur par exemple avec un coussin dans le bas du dos. Bébé vient se poser aligné verticalement contre vous, ventre contre ventre, les mains libres.
Nous parlons de “position BN” mais il s’agit en réalité bien de bien plus qu’une position.
Le biological nurturing, ou l’allaitement instinctif, est en réalité une approche intégrant notamment une position d’allaitement physiologique.
Nous vous recommandons cette position en cas de RGO car la bouche n’est pas en dessous du mamelon, ce qui est plus confortable pour bébé pour recevoir le lait. Et qui lui permet de contrôler lui-même le flux de lait.

En cas de RGO, nous vous recommandons fortement de rencontrer une consultante en lactation IBCLC. Qui pourra vous accompagner bien au-delà d’une simple position d’allaitement.

Lorsqu’il y a des reflux, il faut limiter les positions où bébé se retrouve en complètement à l’horizontale.
A l’inverse, la position verticale complète, n’est pas non plus recommandée car pour prendre le biberon, bébé devra être en hyper extension.

Ainsi, vous devez trouver une position entre les deux, où vous sentez que bébé et vous êtes confortables.
Les lèvres de bébé doivent être retroussées et sa bouche ouverte en grand pour favoriser une bonne prise du biberon.
La taille de la tétine et son débit doivent également être adaptés.

Les alternatives au biberon

Il existe d’autres contenants que le biberon. Selon l’âge de votre bébé vous pouvez utiliser des contenants du type verre, tasse 360, softcup, etc.
En plus de limiter l’absorption d’air, cela a pour utilité de faire fonctionner différents muscles et fonctions du système psychomoteur de votre bébé.

Là encore nous vous conseillons de vous faire accompagner d’une consultante en lactation IBCLC. Si elle est effectivement experte sur le sujet de l’allaitement, elle accompagne également les bébés qui prennent le biberon.
En effet, l’approche doit rester la même que pour l’allaitement, c’est-à-dire physiologique.
Quantité, rythme, contenant, tout ça peut être adapté à la physiologie de votre bébé, pour notamment limiter ses reflux.

Grossesse et accouchement : quel lien avec la succion chez bébé ?

Parfois, les tensions provoquées par l’accouchement ou accumulées pendant la grossesse peuvent être responsables d’une succion inefficace. Qui peut quant à elle amener à l’absorption d’air pendant la tétée ou les biberons.
Chaque grossesse et chaque accouchement est différent, c’est pourquoi nous aurions du mal à vous donner une explication qui serait applicable pour toutes et tous.
Néanmoins voici quelques facteurs qui expliquent l’apparition de troubles de la succion chez le bébé.

Grossesse et place in-utero

Consulter durant votre grossesse permet d’éviter que vous ne vous sentiez à l’étroit dans votre propre corps. Difficultés à respirer, diaphragme comprimé, trouble du transit tel que la constipation, douleurs insupportables au niveau du dos, etc.

Il est important de travailler sur toutes les tensions qui peuvent restreindre l’espace et la place tant pour vous que pour bébé. Cela va souvent de pair avec la sensation que bébé est un peu à l’étroit et qu’il se retrouve toujours dans la même position.
Celle-ci devient alors sa position de confort qu’il peut tenir parfois pendant 4-5 mois. A l’image d’un gâteau qui prend la forme du moule, le bébé se positionne aussi par rapport à l’espace et à la place qu’il peut prendre et s’adapte donc aux tensions présentes s’il y en a. En sortant de son cocon, il garde toujours en tête cette même position, un peu comme une mémoire, une empreinte. C’est pourquoi on observe généralement un côté préférentiel dans les rotations de tête, sans pour autant qu’il soit systématiquement bloqué.
Si ces positions ont vraiment été contraignantes on observe alors une attitude en banane, en virgule ou en C.
Cela dépend de plusieurs facteurs, néanmoins, si vous observez ces choses chez votre bébé, parlez-en à votre pédiatre, et à votre ostéopathe.

Ces tensions peuvent avoir une incidence directe sur la succion de bébé, et donc sur la quantité d’air qu’il avale.

Contraintes lors de l’accouchement

En ce qui concerne l’accouchement, il existe également plusieurs raisons pour lesquelles des tensions peuvent apparaître.
Si l’accouchement a été long, difficile pour vous, que bébé s’est retrouvé coincé au niveau de la tête dans votre bassin, qu’il y a eu utilisation d’instruments, cela peut provoquer des tensions perturbant diverses fonctions dont la succion.

Que fait l’ostéopathe ?

Son travail manuel permet aux différentes structures de retrouver une mobilité optimale
afin, entre autres, d’assurer un bon fonctionnement de la succion.
C’est notamment le cas de la langue, la mâchoire, les cervicales, le bassin, et les thoraciques.
Le but est aussi de “déprogrammer” chez le bébé à la fois la ou les positions gardée(s) pendant la grossesse (si elles ont été contraignantes) et celle pendant l’accouchement en lui proposant des points d’appui. Ces points d’appuis lui permettent de prendre conscience que d’autres positions sont possibles, et bien acceptées également.
Ces techniques sont douces, et respectent la physiologie de votre bébé. Elles ne sont pas invasives et c’est réellement bébé qui avec les points d’appuis va chercher d’autres positions et libérer ses tensions.
Ce n’est jamais nous ostéopathe qui lui imposons.

Hyperextension et RGO : le cercle vicieux

Si l’hyperextension peut entraîner l’apparition de reflux, le reflux peut quant à lui augmenter cette hyperextension. Pour casser ce cercle sans fin, il est important de consulter et de vous faire accompagner.

La problématique des freins restrictifs buccaux

Un frein restrictif buccal peut entraîner des problèmes de succion, et donc de reflux.

Qu’est-ce qu’un frein restrictif buccal ?

Il existe des membranes de tissu conjonctif ou fascia appelées frenulum, qui sont présentes sous la langue, au niveau des joues et des lèvres.
Ces fascias sont supposés être souples, élastiques, mobiles et permettent ainsi une bonne fonction de la langue, des lèvres et des muscles des joues.
Une fonction optimale de ces structures permet à bébé d’avoir une succion efficace, et limite, entre autres, le passage de l’air pendant le repas.
Cependant, il arrive que ces fascia soient rigides, et limitent alors grandement la mobilité : la succion perd en efficacité.
Nous parlons alors de frein restrictif.

Frein de langue, lèvre ou joue et RGO

Ces freins restrictifs buccaux peuvent amener à une succion inefficace, favorisant le passage de l’air pendant le repas, ce qui augmente le risque de RGO.

Si votre bébé présente des freins restrictifs buccaux, une prise en charge pluridisciplinaire sera alors nécessaire. D’une part pour poser le diagnostic, préparer à une éventuelle frénotomie, et en post-op.

Entourez-vous d’une équipe experte du sujet, qu’il s’agisse d’un ORL ou dentiste pour le diagnostic, d’un thérapeute manuel (ostéopathe ou chiropracteur) pour libérer toutes les tensions, d’une consultante en lactation IBCLC, d’un orthophoniste, etc.

1 https://www.pediatre-online.fr/nourrissons/le-reflux-gastro-oesophagien-rgo-du-bebe-et-du-nourrisson-quest-ce-que-cest/

2 https://www.lllfrance.org/vous-informer/fonds-documentaire/dossiers-de-l-allaitement/2031-da-131-le-point-sur-le-reflux

3 https://www.ameli.fr/haute-garonne/assure/sante/themes/rgo-nourrisson/definition-causes

4 https://www.aboutkidshealth.ca/fr/Article?contentid=2&language=French