header-article-traitement-ménopause

Un nouveau médicament face aux effets de la ménopause | Thierry Payet

Bouffées de chaleur, fatigue, changement d’humeur, … entre 45 et 55 ans, ces premiers signes annoncent souvent l’arrivée de la ménopause. Même si cette étape de la vie des femmes n’est pas une pathologie, les symptômes associés peuvent être gênants au quotidien. Actuellement, quelques conseils d’hygiène de vie sont recommandés et parfois un traitement hormonal est instauré. Le développement d’un nouveau candidat médicament pourrait bouleverser cette prise en charge. Explications.

header-article-traitement-ménopause

La ménopause, des symptômes qui bouleversent le quotidien des femmes

Ménopause est un phénomène naturel, qui survient chez toutes les femmes, à partir d’un certain âge. Progressivement, les ovaires stoppent leur sécrétion d’hormones et l’ovulation s’arrête. Les menstruations disparaissent, avec les cycles menstruels. Cette étape de la vie des femmes n’est pas sans conséquences sur leur vie quotidienne. Nombreuses sont celles qui notent la survenue de signes plus ou moins gênants :

  • Des bouffées de chaleur et des bouffées vasomotrices (sensation de chaleur intense associée à une rougeur du cou et du visage) ;
  • Des sueurs nocturnes ;
  • Des troubles urinaires ;
  • Des maux de tête ;
  • Une fatigue ;
  • Une irritabilité ;
  • Des douleurs articulaires.

Pour soulager ces symptômes, des mesures hygiéno-diététiques sont conseillées à toutes les femmes :

  • Un arrêt du tabac et une réduction de la consommation d’alcool ;
  • Une alimentation saine, équilibrée et diversifiée ;
  • Une activité physique régulière ;
  • Un contrôle du poids corporel, en particulier chez les femmes touchées par le surpoids et l’obésité.

Du THS au premier médicament sans action hormonale ?

Parallèlement à ces mesures hygiéno-diététiques, des traitements médicamenteux existent. Il s’agit de traitements hormonaux de substitution, appelés les THS, composés de dérivés d’œstrogènes et/ou de progestatifs. Ces traitements ne sont pas prescrits à toutes les femmes, car ils exposent à des effets indésirables et des risques pour la santé (augmentation du risque de cancer du seinde cancer de l’endomètre ou de cancer de l’ovairerisque d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou de thrombose veineuse (phlébite ou embolie pulmonaire )). Leur prescription nécessite une évaluation médicale pour évaluer le bénéfice du traitement par rapport aux risques encourus.

En pratique, le THS est souvent réservé aux femmes ménopausées à un âge précoce, aux femmes présentant des signes de la ménopause très gênants au quotidien ou encore aux femmes ayant un risque élevé d’ostéoporose. Dernièrement, des chercheurs ont développé un nouveau candidat médicamentle premier sans mode d’action hormonal. Cette molécule, l’élinzanétant, agit sur les symptômes vasomoteurs modérés à graves de la ménopause, c’est-à-dire les bouffées de chaleur et les bouffées vasomotrices.

Des essais cliniques très prometteurs

Les essais cliniques menés sur ce nouveau candidat médicament, sur un échantillon de 796 femmes, ont abouti à des résultats très prometteurs. Les femmes ayant utilisé ce traitement souffraient moins de troubles vasomoteurs, avec une réduction de la sévérité des symptômes, et ce, dès la première semaine. Elles ont vu leur sommeil s’améliorer significativement, de même que leur qualité de vie. Administré par voie orale une fois par jour, l’élinzanétant pourrait permettre d’améliorer le quotidien de nombreuses femmes, dont la vie quotidienne est fortement impactée à la ménopause.

Le laboratoire qui développe ce candidat médicament devrait prochainement déposer des demandes de mise sur le marché auprès des autorités de santé américaines et européennes.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– L’élinzanétant de Bayer a atteint tous les critères d’évaluation principaux et secondaires clés des études de phase III OASIS 1 et 2. www.bayer.com. Consulté le 27 mars 2024.
– Efficacité et sécurité de l’élinzanétant, un antagoniste sélectif des récepteurs de la neurokinine-1,3 pour les symptômes vasomoteurs : un essai clinique de recherche de dose (SWITCH-1). journaux.lww.com. Consulté le 27 mars 2024.
– Ménopause et périménopause. www.ameli.fr. Consulté le 27 mars 2024.
Person macht Crunches auf einer Yogamatte in einem Raum mit modernem Dekor.

Renforcez votre noyau tout en travaillant en 2024 | Thierry Payet

À l’ère du numérique, où l’on passe de nombreuses heures assis, il est crucial de permettre à notre corps de faire suffisamment d’exercice. Nos vidéos d’exercices hebdomadaires vous offrent un moyen simple mais efficace de relancer votre circulation et de prévenir les plaintes typiques. Cette semaine, nous nous concentrons sur un exercice qui non seulement profite à votre dos, mais renforce également vos muscles abdominaux : les redressements assis.

Header-chat-grossesse

Le chat, un danger pendant la grossesse ? | Thierry Payet

Toxoplasmose, allergie, maladie, vivre sa grossesse avec un chat à la maison inquiète souvent les femmes enceintes. Est-ce à tort ou à raison ? Santé Sur le Net fait le point sur la question.

Header-chat-grossesse

Chat, grossesse et toxoplasmose

Avoir un chat à la maison quand on est enceinte fait souvent immédiatement penser au risque de toxoplasmose. La toxoplasmose est une maladie liée à un parasite, Toxoplasma gondii. La toxoplasmose est une pathologie bénigne qui passe généralement inaperçue, mais qui peut provoquer des complications, lorsqu’elle survient :

  • Au cours de la grossesse, car elle peut entraîner une toxoplasmose congénitale chez le fœtus ;
  • Chez les sujets immunodéprimés.

Dès la première consultation de suivi de la grossesse, le médecin ou la sage-femme prescrit une sérologie de la toxoplasmose aux femmes enceintes, afin de déterminer si elle est immunisée (la femme enceinte a déjà eu l’infection) ou non (la femme enceinte n’a jamais rencontré le parasite). Si elles sont immunisées contre l’infection, aucun problème si un chat vit à la maison. Si elles ne sont pas immunisées, quelques précautions s’imposent avec le chat pour prévenir le risque d’infection :

  • Laver le bac à litière tous les jours avec de l’eau à plus de 70 °C en utilisant des gants ;
  • Si possible demander à une autre personne de changer la litière ;
  • Ne pas utiliser d’eau de Javel.

À savoir ! Contrairement aux idées reçues, le fait de vivre avec un chat n’est pas une garantie d’être immunisée contre la toxoplasmose. Certaines femmes enceintes ont vécu depuis leur enfance avec un chart et ne sont pourtant pas immunisées.

A noter que ces précautions sont inutiles avec les chats qui vivent en appartement et qui sont nourris exclusivement avec des aliments pour les chats.

Enceinte et allergique, vais-je supporter mon chat ?

Pendant la grossesse, les allergies peuvent s’aggraver, s’améliorer ou rester identiques. Parfois, certaines femmes enceintes, qui n’étaient pas allergiques avant la grossesse, peuvent devenir sensibles à certains allergènes.

Le chat ne représente pas de risque allergique plus élevé qu’un autre animal. Si vous n’étiez pas allergique avant la grossesse, pas de raison que vous deveniez allergique en étant enceinte. Toutefois, si des symptômes allergiques apparaissent, comme des démangeaisons, des éternuements, un écoulement nasal, des yeux qui piquent, … pensez à en parler au médecin ou à la sage-femme et à leur indiquer que vous avez un chat à la maison. Si besoin, un traitement spécifique pourra vous être prescrit. Si vous étiez déjà allergique avant la grossesse, le médecin pourra adapter votre traitement si nécessaire. Dans tous les cas, ne commencez pas ou n’arrêtez pas un traitement médical sans l’avis du médecin.

Les maladies du chat, un risque chez la femme enceinte

Les chats sont exposés à différentes maladies, mais seulement certaines présentent un risque de transmission à l’être humain et donc à la femme enceinte. Parmi ces maladies figurent :

  • La maladie des griffes du chattransmise par les griffures. Elle guérit spontanément dans la majorité des cas ;
  • La pasteurellose est une infection bactérienne qui peut toucher le nourrisson et les personnes immunodéprimées. Même si elle est plus rare, elle peut représenter un danger au cours de la grossesse, mais aussi et surtout après l’arrivée du bébé ;
  • La teigne ;
  • La toxoplasmoseévoquée plus haut ;
  • La rage félineles chats devant être vaccinés à partir de 3 mois ;
  • L’échinococcose est une maladie grave, qui peut affecter le foie, les poumons et engager le pronostic vital. Pour prévenir ce risque, il faut absolument vermifuger régulièrement le chat.

La plupart des maladies du chat ne présentent pas de danger pour la femme enceinte, si le chat est vacciné, vermifugé et régulièrement suivi par un vétérinaire. Inutile donc de fuir son chat pendant 9 mois !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

Dent santé dos

Comment les dents influent sur la santé du dos ? | Thierry Payet

La santé bucco-dentaire permet d’assurer un bon maintien de la mâchoire et de garder une bonne posture. Prévenir et traiter la perte osseuse, notamment dentaire, peut jouer un rôle crucial dans le maintien d’une bonne posture et un dos sans douleur. Découvrez comment les dents influent sur la santé du dos.

Dent santé dos

L’ostéoporose et ses répercussions sur la santé dentaire

L’ostéoporose est une maladie caractérisée par une diminution de la densité osseuse et une fragilité accrue des os. Elle peut avoir des répercussions sur la santé buccodentaire. Les os de la mâchoire peuvent également être affectés par l’ostéoporose, entraînant une perte osseuse qui peut affaiblir l’os alvéolaire qui se situe autour de la racine dentaire. Par conséquent, les personnes atteintes d’ostéoporose sont plus susceptibles de souffrir de problèmes dentaires tels que la perte de dents, la résorption osseuse et des infections des gencives (gingivite) ou la parodontite. De plus, une réduction de la densité osseuse buccale peut rendre les interventions dentaires plus complexes, augmentant les risques de complications post-opératoires. Parallèlement, les problèmes dentaires liés à l’ostéoporose peuvent avoir un impact sur la qualité de vie, ce qui peut entrainer des douleurs dorsalesdes difficultés à manger et à parler. Ainsi, la prise en charge de l’ostéoporose ne devrait pas se limiter aux os du corps, mais également inclure une attention particulière à la santé buccodentaire pour maintenir une qualité de vie optimale.

À savoir ! Bernard Cortet, rhumatologue et spécialiste de l’ostéoporose au CHU de Lille, explique qu’il existe un lien entre le vieillissement de la mâchoire et l’ostéoporose.

La perte osseuse dentaire et ses implications sur le dos

La perte osseuse dentaire, souvent associée à la parodontite ou à l’ostéoporose, peut avoir des implications profondes sur la santé du dos. En effet, la mâchoire inférieure et les vertèbres sont intimement liées par le biais de la colonne vertébrale et d’un réseau nerveux complexe. Une réduction de la densité osseuse au niveau de la mâchoire, ou la perte de dents, peut causer une modification de la position de la mâchoire et altérer l’alignement de la colonne vertébrale. Car la mâchoire soutenue par ses 32 dents permet de maintenir une bonne posture. Un déséquilibre postural peut entraîner des tensions musculaires et par conséquent des douleurs dorsales. De plus, la perte osseuse dentaire peut également affecter la capacité de mastication, conduisant à des modifications dans les habitudes alimentaires et à des carences nutritionnelles qui peuvent affecter la santé globale, y compris la santé des os et celle du dos.

Le rôle du calcium dans la santé dentaire et osseuse

Le calcium est un élément important de la santé osseuse et dentairecar il est important pour la formation des os dès l’enfance et le maintien de la structure osseuse en vieillissant. Dans le contexte de la santé dentaire, le calcium est un élément clé pour renforcer l’émail dentaire, la couche protectrice externe des dents. Une alimentation riche en calcium contribue à maintenir l’émail en bon état et à prévenir les caries dentaires. De plus, le calcium est nécessaire pour maintenir la densité osseuse dans l’ensemble du corps, y compris la mâchoire, ce qui est crucial pour une bonne santé buccodentaire. En ce qui concerne la santé osseuse dans sa globalité, le calcium aide à prévenir l’ostéoporose. La consommation adéquate de calcium, associée à une exposition suffisante au soleil pour la synthèse de la vitamine D, est fondamentale pour assurer une santé dentaire et osseuse tout au long de la vie.

Donc la santé des dents est cruciale pour réduire les problèmes de dos et minimiser les douleurs. Cependant, des maladies comme l’ostéoporose, qu’elle soit hormonale ou génétique, peuvent affecter la santé bucco-dentaire et par conséquent provoquer des douleurs dorsales. De plus, le processus de vieillissement, totalement naturel, entraîne une réduction de la densité osseuse, une diminution de la fermeté des gencives et affaiblit l’adhérence des dents, ce qui diminue considérablement la stabilité dentaire. Ainsi, un apport adéquat en fluor et en calcium est indispensable pour maintenir des dents en bonne santé afin de limiter les problèmes posturaux et les douleurs dorsales.

Rédigé par Camille V.

Sources

– OMS : santé bucco-dentaire www.who.int. Consulté le 07 mars 2024.
Reflux gastro-œsophagien • Ostéosanté • 2024

Reflux gastro-œsophagien • Ostéosanté • 2024 | Thierry Payet

18h03

Aujourd’hui, à l’occasion de l’anniversaire du décès de mon professeur Viola M. Frymann DO, je vous propose un avant-propos inspirant qu’elle a écrit en 2008 comme avant-propos d’un livre sur l’ostéopathie infantile de Christoph Plothe et moi-même. Elle avait la compétence de réunir des experts interdisciplinaires. L’atelier était génial, Dr. Frank Willard, Dr. Peter Springall (neurologue), Dr. Claude Valenti (ophtalmologiste) et le Dr. Yuri Moskalenko a complété le contenu pédagogique pratique de Viola Frymann.

Elle était pleine d’inspiration et d’énergie. Je me souviens encore comment, en marchant avec elle, je devais m’efforcer de la suivre et en même temps de suivre sa conversation.

Ein Mann führt unter Einbeziehung einer Armbewegung eine Yoga-Übung in einem Wohnzimmer durch.

Des mouvements de bras pour plus d’énergie • Blogue santé • 14 mars 2024 | Thierry Payet

2 février 2024

22h47

Dans notre dernier article de blog, découvrez des exercices d’équilibre simples mais efficaces, spécialement conçus pour la vie quotidienne au bureau. Découvrez comment vous pouvez prévenir les problèmes de dos, stimuler votre métabolisme et améliorer votre concentration grâce à de courtes pauses sportives, sans avoir à quitter votre lieu de travail. Ces conseils pratiques vous aideront à rester actif et en bonne santé malgré un travail sédentaire.

Header-infection-respi-sujet-âgé

un vaccin bientôt remboursé ? | Thierry Payet

Le virus respiratoire syncitial (VRS) peut être responsable d’infections respiratoires parfois graves chez les personnes âgées. Parmi les vaccins développés pour lutter contre les infections à VRS figure le vaccin Arexvy, destiné à prévenir la maladie des voies respiratoires inférieures chez les personnes de 60 ans et plus. Seul bémol : le coût important de ce vaccin non pris en charge par l’Assurance maladie. Il pourrait néanmoins faire l’objet d’un remboursement à l’automne prochain. On fait le point.

Header-infection-respi-sujet-âgé

Un nouveau vaccin contre les infections respiratoires des seniors

S’il touche chaque année en France près d’un tiers des nourrissons de moins de 2 ans, le virus respiratoire syncitial (VRS) peut également être responsable d’infections respiratoires parfois graves chez les personnes âgées.

D’où l’intérêt de protéger au mieux cette population contre ce type d’infections très courantes et contagieuses. Depuis quelques années, la communauté scientifique déploie des efforts de recherche importants pour pouvoir développer des vaccins contre les infections à VRS.

Parmi les vaccins développés pour lutter contre les infections à VRS figure le vaccin Arexvy. Ayant obtenu une autorisation de mise sur le marché européenne en juin 2023, ce vaccin soumis à prescription médicale obligatoire est destiné à prévenir la maladie des voies respiratoires inférieures chez les personnes âgées de 60 ans et plus.

À savoir ! Le vaccin Arexvy se présente sous la forme d’une suspension injectable à reconstituer à partir du flacon de poudre et du flacon d’adjuvant fournis dans le conditionnement. L’administration du vaccin se fait par voie intramusculaire en une seule dose de 0,5mL de vaccin reconstitué.

Un vaccin à l’efficacité démontrée

La mise sur le marché de ce vaccin a pu se faire grâce à l’autorisation de l’Agence européenne du médicament (EMA). Pour donner son feu vert, l’instance s’est appuyée sur les résultats d’une étude clinique menée sur près de 25 000 patients âgés de 60 ans et plus. Cette étude a démontré une efficacité importante du vaccin Arexvy couplée d’une excellente tolérance. En effet le risque de développer une maladie des voies respiratoires inférieures due au VRS était réduit de 83% après l’injection d’une dose de vaccin en comparaison à la population ayant reçu une dose placebo. Quant aux effets indésirables, il se sont révélés pour la plupart d’intensité légère ou modérée et disparaissaient quelques jours après la vaccination.

Seul bémol, le coût de ce vaccin (près de 200 euros) qui n’est pas pris en charge par l’Assurance maladie. Et ce, même pour les patients fragiles, âgés, insuffisants respiratoires, ou immunodéprimés.

Vers un remboursement du vaccin Arexvy ?

Ce vaccin pourrait néanmoins faire l’objet d’un remboursement à l’automne prochain selon les récents propos de la ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités. Mais cette décision dépendra de l’avis de la Haute Autorité de santé.

La Direction Générale de la Santé a en effet missionné la Haute Autorité de santé pour définir une stratégie vaccinale de prévention des infections par VRS chez les personnes âgées de 60 ans et plus. La place du vaccin AREXVY sera ainsi précisée dans le cadre de la présentation de cette stratégie de prévention. Afin d’élaborer cette stratégie, la Haute Autorité de santé s’appuiera sur différents critères d’importance parmi lesquels les données épidémiologiques françaises ainsi que les données d’efficacité, de tolérance et de sécurité relatives aux vaccins autorisés.

Déborah L., Dr en Pharmacie

Sources

– Le vaccin Arexvy remboursé cet automne ?www.lequotidiendupharmacien.fr. Consulté le 29 février.
– AREXVY : vaccin contre le VRS pour les personnes de 60 ans et plus.www.vidal.fr. Consulté le 29 février 2024.
En-tête-campagne-vaccination

campagne de vaccination pour les populations à risque | Thierry Payet

Si l’épidémie de Covid-19 semble désormais un lointain souvenir, la vaccination des personnes les plus fragiles demeure néanmoins essentielle. C’est ce que suggère un récent avis de la Haute Autorité de santé dans lequel elle confirme l’intérêt de maintenir au printemps une campagne de vaccination contre le Covid-19 pour les populations à risque (personnes âgées de 80 ans et plus, résidents d’EHPAD/unités de soins de longue durée et personnes immunodéprimées, quel que soit leur âge). On fait le point.

En-tête-campagne-vaccination

La HAS valide les dates de la campagne printanière de vaccination anti-Covid-19

L’épidémie de Covid-19 semble désormais un lointain souvenir, mais la vaccination des personnes les plus fragiles demeure néanmoins essentielle. Après avoir été saisie sur la question par la Direction générale de la santé, la Haute Autorité de Santé livre son avis quant aux dates proposées pour la campagne de vaccination printanière contre la Covid-19 des populations à risque. Pour cela, l’agence a pris en considération plusieurs paramètres parmi lesquels :

  • L’impossibilité de prévoir les dates des vagues épidémiologiques de Covid-19.
  • La faible couverture (un tiers environ) début janvier chez les personnes de 80 ans et plus.

Cette faible couverture est d’autant plus difficile à expliquer que la campagne automnale  contre le Covid-19 est ouverte depuis le 18 septembre (un mois avant la campagne de vaccination anti-grippale) et qu’il est prévu qu’elle prenne fin février, soit un mois après la date initialement prévue.

Selon l’agence, le planning de campagne proposé du 15 avril au 16 juin 2024 semble ainsi adapté pour réduire la morbi-mortalité associée au Covid-19.

Une campagne de vaccination destinée aux populations à risque

Ces recommandations de vaccination de la Haute Autorité de santé concernent les populations à risqueà savoir :

  • Les personnes âgées de 80 ans et plus.
  • Les résidents d’EHPAD et d’unités de soins de longue durée.
  • Les personnes immunodéprimées quel que soit leur âge.

En effet, chez ces personnes fragiles, la protection immunitaire diminue plus rapidement. Il est donc nécessaire de les vacciner plus souvent que la population générale. D’après la Haute Autorité de santé, cette campagne devrait permettre de réduire le nombre de décès et de prévenir la survenue de formes graves liés au Covid-19.

À savoir ! L’année dernière, la Haute Autorité avait déjà recommandé une vaccination printanière pour les personnes âgées de 80 ans et plus et les personnes immunodéprimées.

A noter que le délai minimal à respecter entre deux rappels de vaccination est de trois mois pour les personnes de 80 ans et plus, les résidents en EHPAD ou en unités de soins de longue durée et les personnes immunodéprimées.

La possibilité d’une extension de la campagne de vaccination anti-Covid-19

A ce jour, il est impossible de prévoir à l’avance la survenue d’une nouvelle vague épidémique de Covid-19 ainsi que son intensité et sa dangerosité. L’impact qu’elle pourrait avoir sur les sujets fragiles et populations à risque reste également inconnu.

Face au risque de voir émerger de nouveaux variants plus virulents entraînant une baisse de l’immunité contre les formes graves et les décès, la Haute autorité de santé a élaboré une stratégie vaccinale pour protéger les personnes dont le risque d’hospitalisation et de décès est important. L’agence recommande donc de prévoir une extension de cette campagne de vaccination. Si la situation épidémiologique le justifie, elle pourrait donc se poursuivre jusqu’au 15 juillet 2024 ou démarrer plus précocement à l’automne.

Déborah L., Dr en Pharmacie

Sources

– Avis n° 2024.001/AC/SESPEV du 08 février 2024 du collège de la Haute Autorité de santé relatif à la date de lancement de la campagne de vaccination au printemps 2024 contre la Covid-19.www.has-sante.fr. Consulté le 21 février 2024.
– Covid : la HAS recommande une campagne de vaccination dès mi-avril pour les 80 ans et plus. https://www.lequotidiendumedecin.fr. Consulté le 21 février 2024.
header-cicatrices-acnés-soins-naturels

Solutions et soins naturels pour réduire les cicatrices d’acné | Thierry Payet

Les différentes marques et cicatrices d’acné peuvent avoir un impact significatif sur la texture et l’apparence de la peau. Elles sont principalement causées par une réaction inflammatoire qui détériore les éléments épidermiques comme le collagène et l’élastine. Voici les solutions et soins naturels pour réduire les cicatrices d’acné.

header-cicatrices-acnés-soins-naturels

Les différents types de cicatrices liées à d’acné

Parmi celles-ci, on peut retrouver :

  • les cicatrices atrophiques qui forment des creux dans le visage par l’absence plus ou moins marquée de derme.
  • les cicatrices hypertrophiques causées par une surproduction collagène en réponse à une inflammation. Elles ont un aspect boursouflé et rougeâtre.
  • les cicatrices chéloïdes ont le même aspect que les marques hypertrophiques, mais elles sont plus étendues.
  • jeacné kystique forme des kystes sur le visage, qui peuvent parfois être douloureux.

Enfin, les pores dilatés causés par l’accumulation de sébum, de cellules mortes de la peau et de bactéries peuvent provoquer une dilatation des follicules pileux. Ce qui peut entraîner l’apparition de comédons (points noirs).

À savoir ! l’acné est une affection qui touche tous les âges.

Soins naturels pour réduire les cicatrices d’acné

Comprendre ces différentes marques et cicatrices est essentielle pour choisir des approches adaptées pour réduire les cicatrices d’acné et améliorer l’aspect d’une peau acnéique. Voici quelques soins naturels pour améliorer la santé de la peau et réduire les marques provoquées par l’acné.

  • Les huiles essentielles telles que le tea tree (arbre à thé) et frankincense (encens) sont efficaces pour traiter les cicatrices d’acné. Le tea tree est utilisé pour combattre l’inflammation directement sur le bouton, car il possède des propriétés antiseptiques. Tandis que l’encens estompe les cicatrices. Il peut être appliqué au quotidien en association d’une crème ou d’une huile végétale non comédogène.
  • Les huiles végétales comme l’huile de sésame, l’huile de jojoba et l’huile de nigelle ont des propriétés cicatrisantes, régénérantes et anti-inflammatoires. Elles sont peu comédogènes et aident à estomper les cicatrices d’acné. Elles peuvent être utilisées pures en effectuant un massage circulaire sur la peau le soir. Il est conseillé d’utiliser des huiles végétales labellisées bio.
  • L’hydrolat de rose est apaisant et revitalise la peau. Il peut être utilisé comme tonique sur le visage pour atténuer les taches d’acné. L’hydrolat de tea tree quant à lui permet de réduire les impuretés et estomper les points noirs. Appliquez directement sur le visage au quotidien. Il est possible d’utiliser le tea tree le soir sur une peau propre et la rose le matin pour dynamiser la peau.
  • L’Aloe Vera est réputé pour ses propriétés apaisantes et cicatrisantes. Appliquez une cuillère à café de pulpe d’Aloe vera sur les cicatrices, laissez agir pendant 30 minutes, puis rincez à l’eau. Cette méthode aide à atténuer les rougeurs et cicatrices atrophiques. Elle hydrate et soulage l’inflammation.
  • La vitamine E est un antioxydant naturel qui tonifie et régénère la peau. Quelques gouttes en massage favorisent la diffusion des bienfaits sur les cicatrices, atténuant progressivement les marques d’acné pour redonner de l’éclat à la peau. Après avoir pulvérisé de l’hydrolat de rose, mélanger une goutte de vitamine E avec une huile végétale et une goutte d’encens, c’est une routine naturelle idéale.
  • Le miel de manuka possède des propriétés antibactériennes et hydratantes. Appliquez une fine couche sur les cicatrices d’acné. Utilisé en masque hebdomadaire, laissez agir 20 minutes. Il permet d’apaiser l’inflammation et d’hydrater la peau en profondeur.
  • Le massage gua sha stimule la production de collagène. Il permet d’empêcher l’apparition des cicatrices d’acné et à améliorer la souplesse de la peau. Il assure le renouvellement cellulaire et peut réduire les rides, ridules et l’acné kystique.

Les gestes à adopter pour éviter les cicatrices d’acné

Pour éviter les cicatrices d’acné, il est important d’avoir une bonne routine. Essayer d’utiliser des produits les plus naturels et faire preuve de régularité, c’est important. Avec l’utilisation des techniques et produits naturels, la fréquence est essentielle pour obtenir des résultats. Vous pouvez adopter ces gestes simples afin de limiter l’apparition des cicatrices.

  • Nettoyez votre visage en douceur et utilisez un nettoyant adapté aux peaux acnéiques, sans produits agressifs, matin et soir.
  • Évitez de toucher vos boutons, laissez-les guérir naturellement pour réduire les risques d’inflammation et de cicatrices. Ou ajouter un peu de tea tree localement.
  • Protégez votre peau du soleil et utilisez un écran solaire SPF 50 non comédogène pour éviter d’aggraver les cicatrices.
  • Optez pour des produits doux, bannir les produits agressifs contenant de l’alcool ou des ingrédients irritants.
  • Hydrater votre peau avec une crème hydratante légère et non comédogène pour favoriser la guérison de la peau. Vous pouvez associer la crème avec une huile végétale pour favoriser la cicatrisation.
  • Limiter le tabac, l’alcool et d’autres aliments qui augmentent l’acné comme la charcuterie, les produits laitiers, les aliments ultra-transformés.
  • Préférez une alimentation équilibrée et saine avec des fruits, des légumes, des protéines maigres et des farines entières.
  • Consommez des probiotiques pour rééquilibrer la flore intestinale.
  • Adopter une routine matin et soir.
  • Toujours se démaquiller pour la nuit.
  • Il est possible de suivre un traitement naturel homéopathique ou fleur de Bach pour limiter l’intensité de l’acné. Une consultation de naturopathie peut vous aider à trouver le bon traitement et établir un équilibre alimentaire adapté.

Rédigé par Camille V.

Sources

– Définition, symptômes et évolution de l’acné www.ameli.fr. Consulté le 9 février 2024.
Kinésithérapie et l’activité physique adaptée dans les EHPAD

Infirmières libérales de nuit : ce qu’il faut savoir | Thierry Payet

Mise à jour: 20 février 2024

Travailler de nuit en tant qu’infirmière libérale présente un ensemble unique de défis et d’opportunités. Cela diffère significativement de ceux rencontrés par les infirmières en milieu hospitalier.

Cet article explorer les nuances du travail de nuit pour les IDELsen se concentrant sur les aspects pratiques tels que la cotation de la majoration nuit, les conditions requises pour appliquer cette majoration. Il examine également les avantages et inconvénients de travailler à ces heures.


JE- Le travail de nuit en libéral : deux perspectives

Le travail de nuit pour une IDEL peut être vu sous deux angles :

En premier temps, selon la Sécurité Sociale, le travail de nuit se définit par toute intervention réalisée chez un patient. Cela concerne les interventions entre 20h et 8h

D’un point de vue pratique, la nuit pour une IDEL peut commencer avant 20h et s’étendre après 8h. Particulièrement en hiver, soulignant une divergence entre la définition administrative et la réalité du terrain.


II- La majoration nuit PUR

Les interventions nocturnes des IDELs sont généralement ponctuelles et ne représentent pas des nuits complètes de soins. Elles sont motivées par des prescriptions médicales spécifiques ou des nécessités urgentes.

UN- Quand et comment coter la majoration nuit ?

Par ailleurs, la NGAP permet la majoration des actes réalisés la nuit, avec des tarifs variant selon l’heure de l’intervention. Il existe deux contextes distincts pour appliquer cette majoration :

  • Urgence : L’acte est justifié par l’état du patient, prescrit par un médecin, et doit être réalisé entre 20h et 8h.
  • Acte répété : L’acte, prescrit par un médecin, doit être exécuté de manière quotidienne pendant la nuit, mentionnant explicitement cette nécessité.

B- Tarification applicable

  • De 20h à 23h et de 5h à 8h : Tarif conventionnel de 9,15 € en métropole comme en outre-mer.
  • De 23h à 5h : Majoration de 18,30 €valable tant pour la métropole que pour l’outre-mer.

III- Les Modalités d’accumulation de la majoration nuit pour IDEL

La majoration appliquée aux soins infirmiers réalisés durant les heures nocturnes est connue sous le nom de majoration nuit IDEL. Elle peut être combinée avec plusieurs autres types de majorations dans certaines conditions spécifique. Ces conditions permettent d’optimiser la rémunération des interventions effectuées en dehors des horaires conventionnels. Elles s’inscrivent dans le respect des directives établies par la nomenclature de soins.

A- Cumul autorisé :

  • Majoration d’Acte Unique (MAU) : elle peut s’ajouter à celle de nuit. Cela reconnaît ainsi la spécificité d’un acte infirmier unique réalisé pendant les heures nocturnes.
  • Majoration de Coordination Infirmière (MCI) : en cas de nécessité de coordination des soins entre différents professionnels, elle est cumulable avec la MCI. Cela valorise le rôle central de l’infirmière libérale dans la gestion du parcours de soins du patient.
  • Majoration Enfant de Moins de 7 Ans (MIE) : la prise en charge des jeunes patients bénéficie également de la possibilité de cumul entre la majoration pour soins à un enfant de moins de 7 ans et la majoration pour interventions nocturnes.

B- Cumul non autorisé :

  • Majoration de dimanche et jours fériés : les soins infirmiers réalisés pendant ces périodes spécifiques ne peuvent cumuler la majoration de nuit avec celle dédiée aux interventions en jours fériés ou le dimanche. Cette règle vise à respecter les directives de la nomenclature générale.
  • Majoration d’urgence : de même, la majoration pour les actes d’urgence ne se combine pas avec celle de nuit. Chaque type de majoration répondant à des critères et à des contextes d’intervention distincts.

Ces règles de cumul sont établies dans le but de clarifier les modalités de rémunération des infirmières libérales. Cela ainsi assure une juste compensation pour les services rendus en horaires atypiques, tout en respectant un cadre réglementaire précis.


IV- Avantages et inconvénients du travail nocturne

A- Inconvénients :

  • La solitude et la fatigue dues au travail nocturne.
  • Les difficultés logistiques, telles que le stationnement.
  • L’isolement professionnel et social.

B- Avantages :

  • La tranquillité et la concentration accrues.
  • Une compensation financière via la majoration.
  • Une proximité et une intimité renforcées avec les patients.

Le travail de nuit pour une IDEL offre une perspective unique sur la profession infirmière, avec ses défis et récompenses spécifiques. La compréhension des modalités de cotation et la prise en compte des avantages et inconvénients de ces horaires sont essentielles pour les infirmières envisageant de travailler de nuit. Ce cadre atypique contribue non seulement à la diversité des soins infirmiers mais renforce également le lien entre les patients et les professionnels de santé.


Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.

  • [1] Travail de nuit : comment prévenir le effets sur la santé ? – Anact – MAJ 27 janvier 2020
  • Pénibilité au travail – Mesures de prévention ou de compensationINRS – MAI 6 mars 2019
  • Travail de nuit: que prévoit la réglementation? – INRS – n°801 – janvier 2019
  • Travail en horaires atypiques – Effets sur la santé et accidentsINRS – MAJ 5 juillet 2021
  • Fiche prévention organisation du travail – Travail de nuit – CDG76