Array

Où trouver mon numéro RPPS ? | Thierry Payet

Votre numéro RPPS est votre identifiant en tant que professionnel intervenant dans le système de santé. C’est un numéro à 11 chiffres (commençant par « 1 ») que vous pouvez retrouver sur votre carte de professionnel de santé (CPS) ou sur l’annuaire santé.


I – La Carte Professionnel de Santé (CPS)

A – Ancienne carte CPS avec ADELI


B – Nouvelle carte CPS avec RPPS

ATTENTION :

Il ne faut pas prendre en compte le chiffre “8”

Le numéro RPPS est le suivant “10123456789”


NE CONFONDEZ PAS

  • numéro RPPS (11 chiffres) et
  • numéro ADELI (9 caractères)

II- L’annuaire de santé : un outil à garder sous la main !

Retrouvez votre numéro RPPS en consultant la page suivante : 👇

Bon à savoir C’est très simple et rapide et vous y trouverez aussi d’autres informations intéressantes !
Array

Une étude RCT montre une corrélation entre l’articulation temporo-mandibulaire et la posture orthostatique | Thierry Payet

Une étude récente a examiné l’effet du traitement de manipulation ostéopathique (OMT) sur l’articulation temporo-mandibulaire sur la posture orthostatique et a trouvé une relation statistique. Si vous êtes intéressé par les données exactes : Méthodes : L’étalon-or, une étude randomisée, contrôlée et en double aveugle, a été choisi comme modèle d’étude. Le facteur d’ajustement postural a été mesuré à l’aide d’une cale molaire (MS). Vingt personnes diagnostiquées avec une maladie de l’articulation temporo-mandibulaire […]

sensibilisation sur le cancer du poumon

Novembre, mois de sensibilisation sur le cancer du poumon | Thierry Payet

Près de 50 000 nouveaux cas de cancer du poumon sont diagnostiqués chaque année en France. Un cancer encore marqué par une mortalité élevée, avec plus de 30 000 décès rien que pour l’année 2018. En miroir de l’opération « Mois sans Tabac », une opération « Novembre Perle » est lancée pour le mois de novembre. Son objectif est de sensibiliser le plus grand nombre, grand public et professionnels, sur cet enjeu majeur de santé publique. Focus sur la sensibilisation sur le cancer du poumon.

sensibilisation sur le cancer du poumon

Un cancer fréquent, avec une mortalité élevée

Le cancer du poumon représente actuellement la première cause de décès par cancer chez l’homme et la seconde chez la femme. La prévention et la sensibilisation sur les enjeux liés à ce cancer sont donc fondamentaux pour la santé publique en France. Alors que l’opération « Mois sans tabac » connaît un franc succès depuis son lancement en France en 2016, peu nombreux sont ceux qui connaissent l’opération « Novembre perle », le mois de sensibilisation sur le cancer du poumon.

Pourtant, différentes initiatives s’articulent autour de ce mois, consacré à l’un des cancers les plus mortels en France. Le premier objectif des acteurs est de sensibiliser le grand public pour améliorer le dépistage. Actuellement, plus des deux tiers des patients sont diagnostiqués au stade métastatique, et donc avec un pronostic plus défavorable que pour un patient diagnostiqué à un stade précoce. Améliorer le dépistage repose sur deux axes complémentaires :

  • Informer la population sur les premiers signes d’alerte (toux sèche persistante sans cause identifiée, fièvre inexpliquée, crachats sanglants, troubles respiratoires, enrouement persistant, douleurs thoraciques permanentes, douleurs osseuses) qui doivent amener à consulter un médecin ;
  • Dépister les personnes à risque, en particulier les fumeurs.

Le cancer du poumon n’est pas réservé aux fumeurs

Mais contrairement aux idées reçues, le cancer du poumon n’est pas une maladie réservée exclusivement aux fumeurs. Selon les chiffres, entre 15 et 20 % des cas surviennent chez des personnes n’ayant jamais fumé. Si le tabac représente le principal facteur de risque, le dépistage doit avoir lieu à une large échelle. Récemment, un nouveau collectif, constitué d’acteurs de la prise en charge du cancer du poumon, a été créé :  « Ensemble nous poumons ». Son objectif est d’informer et de sensibiliser le grand public sur le cancer du poumon.

La lutte contre le cancer du poumon est indissociable de la lutte contre le tabagisme. L’opération « Novembre Perle » a d’ailleurs lieu le même mois que l’opération « Mois sans tabac » destinée à inciter le plus grand nombre de fumeurs à arrêter le tabac. Pour prévenir le cancer du poumon, il est essentiel :

  • De prévenir le tabagisme chez les jeunes ;
  • D’aider et d’accompagner le maximum de fumeurs à arrêter de fumer. Les aides au sevrage tabagique se sont beaucoup développées ces dernières années, facilitant l’accès aux substituts nicotiniques et à un accompagnement personnalisé par des tabacologues.

Sensibilisation sur le cancer du poumon : un patient mieux accompagné, avec un parcours de soin coordonné

Au-delà de la prévention, la lutte contre le cancer du poumon passe aussi par des progrès diagnostiques et thérapeutiques. Parallèlement aux chimiothérapies anticancéreuses, se développent depuis plusieurs années des immunothérapies et des thérapies cibléesplus efficaces et avec moins d’effets secondaires pour les patients. Il est capital que ces nouvelles thérapies soient accessibles à tous les patients diagnostiqués.

L’accompagnement du patient, au travers d’un parcours de soin coordonné et adapté, est un autre aspect primordial pour améliorer le pronostic du cancer du poumon et la qualité de vie des patients. Des programmes spécifiques sont développés dans certains établissements de santé et pourraient être progressivement ouverts à tous les patients français. Des solutions de suivi à distance grâce aux nouvelles technologies ou encore le soutien des associations de patients jouent également un rôle clé dans la vie quotidienne des patients et de leurs proches.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

une fille avec sa mère et sa grand-mère en train de jouer du piano

Apprendre à jouer du piano, un bon moyen de préserver sa mémoire | Thierry Payet

La musique adoucit les mœurs… mais pas seulement ! En effet, apprendre à jouer du piano protègerait de la perte de mémoire liée à l’âge. C’est ce que démontre une étude publiée dans la revue Frontières Vieillissement Neurosciences. Après un entrainement de 6 mois, les participants qui ont appris à jouer du piano présentent une stabilisation d’une structure cérébrale impliquée dans la mémoire et ainsi une préservation de leur mémoire. Explications.

une fille avec sa mère et sa grand-mère en train de jouer du piano

La musique comme thérapie

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la prochaine décennie doit être dédiée au mieux vieillir. Avec une population vieillissante, un enjeu de plus en plus important réside dans l’accompagnement au vieillissement. Dans ce cadre, la musique a sa partition à jouer. En se basant sur des études antérieures montrant que la pratique musicale pouvait induire des modifications cérébrales, des chercheurs se sont demandé comment la pratique musicale pouvait modifier la structure du cerveau de personnes âgées.

Pour cela, les scientifiques ont recruté 155 personnes, âgées de 60 à 70 ans, sans maladie et n’ayant jamais joué de la musique. Ils leur ont proposé deux types de musicothérapie, pendant 6 mois :

  • Une reposant sur de la pratique musicale. Les participants ont appris à jouer du piano. Concrètement, les sujets apprenaient à jouer du piano avec les deux mains, à lire des partitions et à jouer différents styles musicaux. Ils pouvaient également chanter en même temps. Les cours duraient 1h par semaine. De plus, les participants devaient s’entraîner 30 minutes par jour ;
  • Une se basant sur l’écoute et l’apprentissage de la culture musicale. Les séances duraient également 1h par semaine. Elles étaient organisées en groupe de 4 ou 6 personnes. Pendant les séances, les participants écoutaient de la musique et apprenaient des informations sur différents instruments et sur les différents styles musicaux. Aucun mouvement lié à la musique était initié.

En parallèle, les chercheurs ont observé les modifications de la matière blanche composant une structure particulière du cerveau, appelée fornix. La matière blanche, aussi appelée substance blanche, est composée des fibres nerveuses. Elle assure la transmission des messages nerveux entre les différentes régions du cerveau. Ainsi, elle occupe un rôle primordial dans le bon fonctionnement du cerveau. Parmi les structures de matière blanche composant le cerveau, le fornix occupe un rôle particulier. Situé en profondeur, il assure la liaison entre l’hippocampe et d’autre régions cérébrales. Ainsi, le fornix contribue au bon fonctionnement de la mémoire, entre autres. A savoir que la densité du fornix décline naturellement avec l’âge, entraînant un déclin cognitif.

Apprendre à jouer du piano préserverait la mémoire des personnes âgées

Ainsi, pour étudier les modifications du fornix en lien avec les entraînements, les participants ont bénéficié de deux IRM : une avant les séances, une après 6 mois d’entrainement. Les personnes entraînées effectuaient également des tests visant à évaluer leurs capacités en mémoire épisodique.

A savoir : Il existe différents types de mémoire. Parmi eux, la mémoire épisodique correspond à la mémoire des moments personnellement vécus. Elle nous permet de nous repérer dans le temps et l’espace et de nous projeter dans le futur. La plupart des souvenirs épisodiques se transforment, avec le temps, en connaissances générales.

Les résultats de l’étude montrent une diminution significative de la densité des fibres nerveuses du fornix dans le groupe qui a suivi la thérapie d’écoute et de culture musicale. Cette réduction n’était pas retrouvée chez les participants qui ont joué du piano pendant 6 mois. Les chercheurs ont également établi une corrélation entre les changements de densité du fornix et les performances dans les tâches de mémoire des participants. En effet, les participants qui ont préservé la densité en matière blanche du fornix présentaient de meilleurs résultats dans les tests de mémoire. De plus, l’intensité de l’entraînement au piano est corrélée à la taille des effets observés. En clair, plus il y a de séances, plus les performances sont préservées.

Ainsi, apprendre à jouer du piano a stabilisé la matière blanche du fornix et préservé les capacités mnésiques des participants. Il s’agit d’une piste intéressante à mettre en place auprès de nos aînés. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, apprendre à jouer d’un instrument, même à 60 ans, peut présenter un réel avantage pour notre cerveau.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources

– Six mois d’entraînement au piano chez des personnes âgées en bonne santé stabilisent la microstructure de la substance blanche dans le fornix, par rapport à un groupe témoin actif. frontiersin.org. Consulté le 11 avril 2022.
Symptômes et traitement — Full Circle Osteopathy

Symptômes et traitement — Full Circle Osteopathy | Thierry Payet

Les causes courantes de prolapsus discal comprennent les traumatismes et la dégénérescence du tissu discal résultant d’une mauvaise posture (par exemple, beaucoup d’affaissement ou d’affaissement) et de mouvements de flexion répétitifs. Lorsque nous nous penchons vers l’avant, en particulier lorsque nous nous penchons vers l’avant sous charge (comme avec notre déménageur ci-dessus qui avait ramassé et déposé de manière répétitive de lourdes boîtes), les forces agissant sur les disques, et en particulier sur le noyau interne, augmentent considérablement. Au fil du temps, ces mouvements répétitifs peuvent provoquer de petites micro-déchirures dans les couches de l’anneau externe, ce qui affaiblit la structure globale du disque. Lentement, le noyau est expulsé et un petit renflement peut apparaître (il n’y a souvent aucune douleur à ce stade). Si ces mouvements continuent, ou si vous allez chercher cette boîte qui est juste aussi lourd pour vous, la force est trop importante et le renflement peut évoluer vers une saillie plus grande. Comme pour toute blessure, la réponse initiale du corps est une inflammation. La seule présence de produits chimiques inflammatoires peut provoquer une irritation du tissu nerveux environnant lorsqu’il sort de la colonne vertébrale, ou vous pouvez obtenir un contact réel du disque sur le nerf lui-même, provoquant un conflit. C’est à ce moment que vous ressentez de la douleur et que vous savez que tout ne va pas bien.

« Que dois-je m’attendre à ressentir lorsque cela se produit ?

Les signes et les symptômes d’un prolapsus discal peuvent varier considérablement en fonction du type et de la gravité du prolapsus et de l’endroit où la colonne vertébrale est affectée. Un prolapsus peut se produire légèrement d’un côté du disque affectant uniquement les nerfs de ce côté du corps (c’est le plus courant). Ou cela peut se produire dans le sens inverse, affectant potentiellement les nerfs des deux côtés du corps. Un petit renflement ne peut produire que des symptômes bénins, tandis qu’un gros prolapsus peut provoquer des symptômes plus graves. Fait intéressant, ce n’est pas toujours le cas.

Certains des symptômes que vous pouvez rencontrer incluent :

• Douleur dans le bas du dos

• Douleur descendant à l’avant, sur le côté ou à l’arrière de la jambe

• Épingles et aiguilles ou picotements dans la jambe

• Engourdissement dans la jambe

• Faiblesse musculaire (cela peut se manifester par la perte de la capacité de lever le pied)

Le prolapsus discal le plus courant affecte le disque L5/S1 (le disque le plus bas de la colonne vertébrale) et provoque des symptômes sur le côté et à l’arrière de la jambe. Votre praticien vous posera beaucoup de questions et fera de nombreux tests pour déterminer exactement quelle zone est touchée.

Comment traite-t-on les prolapsus discaux ?

Au début, vous pouvez ressentir beaucoup de douleur et des mouvements simples peuvent être très difficiles à effectuer, comme se tenir droit, par exemple. C’est parce que le corps essaie de vous protéger contre d’autres dommages. Une fois que l’inflammation se produit, le corps a besoin de quelques jours pour faire face à ce qui s’est passé. Donc, si vous venez voir votre Ostéo tout de suite, ne vous attendez pas à vous sentir mieux après une seule visite. En fait, il est tout à fait possible que vous vous sentiez moins bien dans les jours à venir avant de commencer à vous sentir mieux. L’avantage de voir votre Osteo dès le début est qu’il peut vous renseigner sur les choses à faire et à ne pas faire, vous dire ce qu’il faut surveiller et vous informer à quoi vous attendre à l’avenir. Souvent l’inconnu fait peur, mais votre Ostéo saura apaiser votre esprit, même s’il ne soulage pas immédiatement la douleur. Nous Osteos comme l’inflammation. C’est la façon dont le corps protège la blessure et s’organise pour la réparation. Alors, même si cela peut être douloureux, il est bon d’aller jusqu’au bout sans trop intervenir.

Dès le début, nous vous aiderons à mieux bouger. Nous vous donnerons également des exercices de respiration, de relaxation et d’activation du tronc pour aider le corps à mieux faire face à la douleur. Un disque prolapsus souvent en raison d’une mauvaise stabilité du noyau, il est donc bon de vous mettre sur la voie de la réhabilitation de votre noyau dès le début. Lorsque cela est possible, nous allons détendre les muscles tendus et rétablir le mouvement des articulations qui peuvent s’être grippées et se restreindre suite à la blessure. Notre objectif est de nous assurer que les fluides corporels (c’est-à-dire le sang, le liquide articulaire et le liquide lymphatique) se déplacent librement dans le corps. En cas de blessure, ces fluides peuvent devenir congestionnés et un peu coincés autour de la zone, et ont parfois besoin d’un peu d’aide pour se remettre en mouvement. Cela garantira une récupération plus rapide. Le site de la blessure aura besoin de beaucoup de sang frais dans la région, tandis que le système lymphatique devra être rincé – débarrassant la région de toutes les mauvaises choses. Selon la gravité, les disques prennent généralement environ 3 à 6 mois pour récupérer complètement.

Votre Osteo est formé pour vous aider tout au long du processus de blessure, vous pouvez donc être assuré que vous êtes entre de bonnes mains. Nous savons quand et comment traiter et savons ce qu’il faut rechercher pour nous assurer que vous êtes vu par les bonnes personnes si nécessaire (cela peut inclure votre médecin généraliste ou un spécialiste si nécessaire). Si vous pensez avoir un prolapsus discal ou si vous en avez déjà reçu un et que vous avez besoin d’aide pour le gérer, ne cherchez pas plus loin. Appelez-nous dès aujourd’hui pour réserver votre rendez-vous, ou réservez en ligne ci-dessous.

TSA, autisme, TED

Trouble de l’autisme chez l’enfant, facteurs de risque et diagnostic | Thierry Payet

“L’autisme est un trouble du neurodéveloppementd’origine multifactorielle avec une composante génétique.” [1]

Ce trouble neurologique touche actuellement, en France, près de 700 000 personnes dont 100 000 enfants.

Comment diagnostiquer un trouble du spectre de l’autisme (TSA) ? Quels sont les traitements possibles ?

Médicalib vous en dit plus à ce sujet.

Cet article, destiné au grand public, s’appuie sur les données scientifiques disponibles sur le sujet traité, à sa date de mise à jour.
Il n’a pas vocation à se substituer aux recommandations et préconisations de votre médecin.


JE – autisme : de quoi parle-t-on ?

Si hier on parlait d’autisme, du syndrome d’Asperger, ou de troubles envahissants du développement (TED) aujourd’hui le terme privilégié est celui de trouble du spectre de l’autisme (TSA). Cette nouvelle formulation fait référence à la multiplicité et à la diversité des symptômes qui impactent plus ou moins la bonne réalisation des activités de la vie quotidienne.

Les troubles du spectre de l’autisme (TSA) relèvent des troubles du neurodéveloppement (TND). Généralement observables dès le plus jeune âge,  ils sont “4 fois plus courants chez les garçons que chez les filles et surviennent chez environ 1 personne sur 59.” [2] :

Le DSM-5, manuel de référence proposant une classification des troubles mentaux, répertorie l’autisme au sein de deux catégories de comportements atypiques à savoir :

  • l’altération de la communication et des interactions sociales
  • les aspects restreints et répétitifs des comportements : intérêts limités.
Bon à savoir “Certains enfants et adultes autistes sont pleinement capables d’effectuer toutes les activités de la vie quotidienne tandis que d’autres ont besoin d’un soutien substantiel pour effectuer les activités de base.”[3]

II- autisme : facteurs de risque


Les causes spécifiques des troubles du spectre autistique n’ont à ce jour pas été identifiées de manière précise mais sont souvent liées à des facteurs génétiques.

On recense cependant les facteurs de risques suivants :

FACTEURS GÉNÉTIQUES

“Certains marqueurs génétiques augmentent le risque d’un enfant de développer un trouble du spectre de l’autisme.” [4]

Ainsi, des anomalies génétiques comme le syndrome de l’X fragile, la sclérose tubéreuse de Bourneville et le syndrome de Down, peuvent être associées au TSA.

Par ailleurs, “pour les parents d’un enfant atteint de TSA, les risques d’avoir un autre enfant atteint de TSA sont 50 à 100 fois plus importants.” [5]

FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX

Certains facteurs environnementaux et polluants peuvent favoriser le risque d’apparition de l’autisme chez les enfants génétiquement prédisposées.

Par ailleurs, certaines infections virales (rubéole, cytomégalovirus) ou l’exposition à certaines molécules, ou in utero et pendant les premiers moments de la vie, pourraient influencer le développement du cerveau.

PISTE NEUROBIOLOGIQUE

“L’autisme serait dû à une surabondance de synapses dans le cerveau causé par un ralentissement d’un processus normal d’élimination au cours du développement”. […] Cet excédent pourrait avoir des effets profonds sur les fonctions du cerveau.” [6]

Bon à savoir “Les dernières recherches suggèrent que le trouble du spectre de l’autisme – TSA se développe à partir d’une combinaison de facteurs génétiques et non génétiques ou environnementaux.” [7]


III- autisme : symptômes

Les symptômes du trouble du spectre de l’autisme apparaissent petit à petit, le plus souvent, avant ou au moment de la scolarisation de l’enfant.

Parmi les principales manifestations des troubles du spectre de l’autisme, on recense :

1 – Relations sociales et communication

TROUBLES DU LANGAGE ET DE LA COMMUNICATION

  • difficulté d’expression : absence ou inadaptation du langage oral
  • communication non verbale perturbée :  difficultés pour pointer du doigt ou avoir recours à des réactions adaptées à certaines situations (sourire, regarder, imiter, utiliser et comprendre la gestuelle sociale, etc.)
  • troubles de la compréhension verbale ou gestuelle (expressions du visage, langage corporel)

DIFFICULTÉS RELATIONNELLES

  • difficultés à établir un contact et à construire des relations avec les autres. (difficulté à regarder dans les yeux, …)
  • difficulté à interagir, à partager des sentiments et à jouer avec des camarades. Incompréhension et passivité face aux sollicitations et aux émotions de l’entourage. Cette situation crée donc souvent un isolement et engendre des difficultés de socialisation.
  • troubles de la compréhension verbale ou gestuelle (expressions du visage, langage corporel)

2 – Comportement et intérêts

COMPORTEMENT ET GESTES RÉPÉTITIFS

  • forte tendance à la répétition dans les gestes et la parole : mouvements répétitifs, aussi appelés stéréotypies (tourner sur soi-même, battre des mains, se balancer,…) ou écholalies .
  • besoin de routines et résistance au changement : mise en place de rituels rassurants(alignement de jouets, classement par couleur, toujours prendre le même chemin, …). Le moindre changement peut devenir une vraie source d’angoisse et de confusion
  • réactions fortes et inattendues aux sons, à la luminosité, aux goûts, aux textures et aux odeurs (atypies sensorielles).
  • intérêts spécifiques : présence d’une certaine rigidité comportementale, focalisation intense sur un sujet (passion pour une chose ou un sujet particulier), intérêts atypiques (lumière, objets tournants…)
Bon à savoir Chaque personne autiste est unique et sa manière de réagir différente. Les manifestations varient donc considérablement d’un individu à l’autre dans leur forme et leur gravité.


IV- autisme : diagnostic

Le diagnostic repose essentiellement sur l’observation des parents, de l’entourage proche, des professionnels médicaux et paramédicaux, ainsi que sur des tests de dépistage normalisés spécifiques à l’autisme.

EXAMEN CLINIQUE ET INTERROGATOIRE *observation de l’enfant dans un contexte de jeu
*évaluation du dialogue et des interactions avec des personnes de son entourage
EXAMENS BIOLOGIQUES *analyses sanguines
*analyses génétiques
recherche de troubles médicaux sous-jacents ou héréditaires
Bon à savoir “Il n’est pas nécessaire d’observer tous les signes pour établir un diagnostic de trouble du spectre autistique, mais les enfants doivent présenter à la fois des difficultés de communication et d’interaction sociales ET des schémas comportementaux, centres d’intérêt et/ou activités répétitifs et limités . La gravité des signes peut être variable, mais ceux-ci doivent affecter les fonctions de l’enfant.” [8] .


V- autisme : traitement

“L’autisme n’est pas une maladie, mais une condition neurodéveloppementale ce qui veut dire qu’on ne peut le guérir.” [9]

Cependant une prise en charge pluridisciplinaire, individualisée et précoce, permet d’améliorer et d’adapter les capacités d’interaction avec le monde extérieur.

Différentes prises en charge sont possibles, à savoir :

1 – Accompagnement personnalisé

Accompagnement de la personne présentant un TSA et de sa famille par des intervenants multidisciplinaires : médecin, orthophoniste, psychomotricien, psychologue, infirmier, enseignant, aidants, éducateur…)

2 – Application d’une méthode cognitive et comportementale & mise en place d’outils pour favoriser l’autonomie

ABA ou « analyse du comportement appliquée »

Apprentissage au sein d’un cadre structuré. Technique dont le but est de favoriser la gestion des comportements perturbateurs afin de permettre à la personne atteinte d’un TSA de pouvoir s’adapter et mieux s’intégrer. Cette méthode favorise l’indépendance, l’autonomie, et la liberté d’action.

TEACCH ou « éducation structurée »

Programme basé sur la communication. Cette méthode permet de structurer et d’adapter l’environnement physique et social de la personne présentant un TSA. L’entourage s’adapte à l’enfant et à ses difficultés en s’appuyant sur ses forces.

PECS, un « programme d’éducation par l’image »

Communication facilitée grâce à l’utilisation de pictogrammes, adaptés au niveau de compréhension de la personne atteinte de TSA. Ce programme est utilisable à l’école comme à la maison et complète souvent les méthodes TEACCH et ABA.

3 – Prescription de traitements médicamenteux

La prescription de traitements médicamenteux est uniquement préconisée dans le cas de complications associées (épilepsie, anxiété, troubles du sommeil…)

Bon à savoir “Le Gouvernement lance une cohorte nationale pour améliorer la recherche sur la survenue des troubles du spectre de l’autisme et du neurodéveloppement (TSA-TND). Baptisée MARIANNE, celle-ci s’inscrit dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir.” [10] . Pour en savoir plus, cliquez-ici

Sachez que vous pouvez prendre rendez-vous en ligne avec une infirmière libérale disponible pour pour vos soins à domicile. Pour cela, n’hésitez pas à nous contacter via notre plateforme. Nous vous mettrons en relation avec un professionnel de santé à proximité de votre domicile en moins d’une heure !


Sources :

  • [1] Comprendre l’autisme – Ameli – MAJ 22 novembre 2021
  • [2] Troubles du spectre autistique Manuel MSD – Mai 2020
  • [3] Qu’est-ce que le trouble du spectre de l’autisme (TSA)? – spectredelautisme.com
  • [4] Qu’est-ce que le trouble du spectre de l’autisme (TSA)? – spectredelautisme.com
  • [5] Troubles du spectre autistique Manuel MSD – Mai 2020
  • [6] Qu’est-ce que le trouble du spectre de l’autisme (TSA)? – spectredelautisme.com
  • [7] Qu’est-ce que le trouble du spectre de l’autisme (TSA)? – spectredelautisme.com
  • [8] Troubles du spectre autistique – Manuel MSD – mai 2020
  • [9] Qu’est-ce que le trouble du spectre de l’autisme (TSA)? – spectredelautisme.com
  • [10] Recherche sur l’autisme : Lancement de la cohorte nationale MARIANNE – Handirect – 18 mars 2022
Stress d'examen !!!  Comment l'ostéopathie peut-elle vous aider ?

Stress d’examen !!! Comment l’ostéopathie peut-elle vous aider ? | Thierry Payet

Stress d’examen !!! Comment l’ostéopathie peut-elle vous aider ?

Lorsque nous entendons le mot stress, nous pensons au stress quotidien des adultes, en tant qu’adultes, nous savons comment nous pouvons être affectés par le stress et l’inquiétude – nous pouvons ne pas dormir, nous pouvons ne pas avoir d’appétit ou nous tourner vers la nourriture pour nous réconforter, nous pouvons nous endormir mais réveillez-vous avec des pensées qui se bousculent dans votre tête à 3 heures du matin – et il convient de rappeler que certains enfants peuvent également être affectés de la même manière, en particulier à ce moment de l’année scolaire. Oui, c’est la saison des examens !

Nous sommes tous conscients du stress émotionnel, mais qu’en est-il des effets physiques de ce stress ?

Le stress affecte le mécanisme de réponse « combat/fuite » du corps et oblige notre corps à produire certaines hormones qui nous aident à faire face au « danger ». Il s’agit d’une réponse normale à des choses qui nous font nous sentir menacés ou qui perturbent notre équilibre d’une manière ou d’une autre, cela déclenche la libération d’adrénaline et de cortisol dans les glandes surrénales. Ces hormones nous aident à nous concentrer sur le danger possible, détournent l’énergie vers le cœur, le cerveau et les muscles, et nous aident à rester vigilants jusqu’à ce que le danger soit passé.

Nous voyons souvent des adolescents et des enfants avec des problèmes de type « tension » sur la ceinture scapulaire, le haut du dos et le cou à cette période de l’année. Certains de nos patients se présenteront avec des maux de tête et des migraines, qui ont souvent été exacerbés en étudiant pendant de longues périodes devant un ordinateur, ou pire, affalés sur leur lit avec un ordinateur portable sur les genoux.

Le transport de sacs d’école remplis de livres lourds peut entraîner des problèmes de dos et d’épaules, et en plus des niveaux d’anxiété générale, les patients se sentent souvent angoissés et mal à l’aise au moment même où ils doivent bien fonctionner. Tout cela, en conjonction avec des poussées de croissance et des hormones. C’est beaucoup pour n’importe quel jeune à gérer !

Comment l’ostéopathie peut-elle vous aider ?

Chez Health First Osteopathy, nous sommes heureux de traiter des étudiants de tous âges. Nous sommes conscients que les adolescents ne sont pas souvent ouverts lorsqu’ils ne se sentent pas au top de leur forme et qu’ils ont souvent du mal à expliquer qu’ils sont un peu “tendus”, à la fois émotionnellement et physiquement. Un traitement ostéopathique doux peut souvent aider à soulager certaines des contraintes mécaniques et des contraintes associées aux longues heures d’étude, et nous sommes également en mesure d’offrir des conseils sur les meilleures façons de positionner les ordinateurs et les ordinateurs portables pour réduire les contraintes posturales.

Nous prendrons toujours une anamnèse complète et entreprendrons une évaluation biomécanique approfondie de tous les patients, pour nous assurer qu’il n’y a rien d’autre qui contribue aux symptômes présentés avant de commencer le traitement.

Que pouvez-vous faire pour aider ?

  • Assurez-vous que vos enfants prennent des pauses régulières.

  • Assurez-vous qu’ils restent hydratés.

  • Essayez de les faire bouger (même s’il ne s’agit que de monter et descendre les escaliers pour prendre un verre).

#StressExamen #Mal au dos #Posture #Stress #Ostéopathie #Enfants

Conseils de Noël

Conseils de Noël – Clinique d’ostéopathie East Gippsland | Thierry Payet

Conseils de Noël

Conseils de Noël

Noël approche à grands pas ! Ce qui peut signifier des niveaux de stress supplémentaires, en particulier le week-end lorsque nous essayons de nous entasser dans les achats de Noël et que nous nous soumettons à porter ces sacs de courses chargés de cadeaux à travers la foule. Ajoutez à cela la pression supplémentaire du nettoyage de la maison, de la préparation des aliments et de la cuisine pour vos amis et votre famille lorsqu’ils viennent vous rendre visite. De plus, il y a toujours ce voyage dans le grenier pour descendre les décorations de Noël et le sapin ! Bien que les préparatifs soient amusants, il y a toujours tant de choses à faire sur la liste de Noël alors que vous vous préparez pour le grand jour ! Mais attention, cela peut ajouter des torsions et des tensions supplémentaires sur votre dos, alors voici mes conseils pour passer un Noël sans douleur !

Lorsque vous voyagez en voiture pour rendre visite à votre famille et à vos amis, cela peut signifier rester assis dans la même position pendant de longues périodes, alors assurez-vous lorsque vous vous arrêtez pour une pause que vous essayez de vous promener, même si vous faites des tours autour de votre voiture.

Lorsque vous mettez des bagages ou des cadeaux dans la voiture, évitez de soulever avec une torsion et soulevez droit avec les genoux pliés. Essayez de vous donner le plus d’espace possible tout en étant près de la voiture, cela évitera d’atteindre lorsque vous soulevez vos bagages dans et hors de la voiture et peut aider à prévenir toute torsion ou tension sur le bas du dos.

L’utilisation de l’aspirateur est une tâche quotidienne pendant la période de Noël, car vous voulez vous assurer que votre maison est étincelante et extra propre, cependant, pour le rendre aussi facile que possible pour le bas de votre dos, essayez d’éviter toute torsion ainsi que de vous pencher et de pousser avec Obliger. Tenez-vous aussi droit que possible pour éviter de vous pencher, ce qui contribuera à réduire les tensions dans le bas du dos.

Et nous ne pouvons pas oublier le plus gros travail de sortir le sapin de Noël de l’entrepôt, ce qui peut signifier de trop tendre la main, ainsi que d’essayer d’équilibrer l’arbre lorsque vous descendez des échelles ou par la trappe du grenier. Lorsque vous sortez les décorations de la remise, essayez d’éviter de trop tendre et de cambrer votre dos, ce qui aidera à minimiser les tensions sur le bas du dos. Il s’agit souvent d’un travail de deux personnes, une personne pour obtenir les décorations et une autre pour maintenir ces échelles stables et vous pouvez donc passer les décorations à ce qui aide à réduire tout stress/tension sur le bas du dos et à empêcher cette échelle de vaciller.

Les achats de Noël sont souvent une journée complète avec des sacs de plus en plus gros et lourds, combinés à de nombreuses marches dans les rues animées – à la fin de la journée, vos bras vous font mal, ainsi que vos pieds et le bas du dos. Il est préférable d’essayer de garder un poids égal des sacs des deux côtés et d’essayer d’utiliser des sacs plus petits qui sont plus faciles à transporter. Si vous êtes à proximité d’une voiture garée, un détour pour déposer vos bagages peut vous aider. Si vous ne pouvez pas décharger vos courses, assurez-vous de faire des pauses régulières, une chance de vous asseoir, de vous détendre et de vous ressourcer avec une boisson fraîche et un morceau de sablé !

explications apparition des tendinopathies

Tendinite et ostéopathie, une belle histoire racontée par nos ostéopathes ! | Thierry Payet

Prenez place confortablement, vous allez enfin comprendre un petit peu mieux ce qu’est une tendinite, et comment l’ostéopathie peut vous aider à la traiter.

Lumière sur la tendinite

 

Elle se définit par l’inflammation d’un tendon ; elle rentre donc dans la famille des tendinopathies, qui sont toutes les pathologies touchant le tendon, (dont font parti également la dégénérescence, la ténosynovite, etc).

Le tendon, constitué de fibres de collagène, s’apparente à une corde qui prolonge le muscle et assure son insertion sur l’os. Lorsqu’il est inflammé, pour une raison X ou Y, cela provoque des douleurs, des rougeurs et parfois un œdème.

Comme toute pathologie, les causes des tendinites sont multiples. Il y a bien sûr la sur sollicitation d’un muscle et de son tendon qui les abîme, que ce soit par la répétition d’un même geste, de microtraumatismes, d’une activité sportive unilatérale comme le golf ou le tennis. Mais cela peut également faire suite à une ancienne entorse ou fracture, un accident,

explications apparition des tendinopathies

qui auront fragilisés la posture et qui auront rendu inégales les zones de pression au sein d’une articulation, faisant ainsi travailler davantage un muscle plutôt qu’un autre.

Mais également la posture générale, qui aura une incidence sur l’équilibre globale du corps humain, et donc la répartition des forces et du travail.

Et pour finir, il y a également l’intestin grêle qui peut jouer un rôle important dans l’apparition des tendinopathies. Dans le cas d’une alimentation déséquilibrée, souvent liée à une mauvaise hygiène de vie, la barrière intestinale pourra se comparer à un filtre encrassé. Les nutriments seront donc moins bien acheminés vers les muscles, les toxines se drainent mal. Les tendons seront plus sensibles à l’apparition d’une tendinite.

Mais comment se séparer de ce calvaire alors ? Patience, et lisez la suite

L’ostéopathie pour traiter une tendinite

 

ostéopathie au secours de la tendinite

Vous l’aurez compris, c’est par sa compréhension globale du fonctionnement de votre corps que l’Ostéopathie révèle toute son efficience.

L’ostéopathe ira donc chercher les zones qui « posent problèmes », celles qui seront en cause dans l’apparition de votre tendinite.

Sachez que de par la posturologie, un déséquilibre au niveau du coude, ayant provoqué une tendinite sur le long terme, peut s’avérer être une cause secondaire d’une dysfontion bien plus ancrée sur une autre partie du corps. Sans traitement de la cause, vous pourrez essayer tous les remèdes cités ci-dessous, rien n’y fera, votre tendinite refera toujours et encore surface ; quitte à vous gâcher la vie.

Notre rôle principal sera donc d’aller éliminer toutes causes pouvant entraver le soin de cette tendinite.

 

Les bons conseils à appliquer

 

Le repos :

S’il ne sera pas miraculeux, il permettra l’arrêt de l’évolution de la tendinite. La récupération implique le repos musculaire. Si ce n’est pas respecté, la douleur se prolonge et s’installe, elle devient chronique. Le corps s’adapte en sur-sollicitant les muscles sains qui, à la longue s’épuisent. Cela modifie les contraintes structurelles du corps. D’autres douleurs apparaissent alors, surtout si cela touche un membre porteur.

Le froid :

Il suffit de prendre l’image d’un feu (qui serait la tendinite), si vous jetez de l’essence dessus, je ne vous apprends rien, il va s’enflammer et prendre de l’ampleur ; en revanche si vous le couvrez avec une couverture humide, il s’arrêtera rapidement.

Et bien, nous faisons face au même principe sur une tendinite, si vous la brutalisez, que vous lui mettez du chaud, cela contribuera à son aggravation ; tandis que si vous appliquer un froid uniforme régulièrement sur la zone, celui ci calmera l’inflammation .

De plus, l’utilisation du froid, ainsi que du retour à la température ambiante lorsque vous l’enlevez, agira sur la circulation sanguine, provoquant une constriction puis dilatation des vaisseaux. Ceci dynamisera la circulation sanguine, et donc le drainage de la zone (toxines, œdème, etc).

Une alimentation basique :

Privilégier une alimentation dite alcalinisante : légumes, légumineuse, fruit, viande maigre.

Eviter d’acidifier l’organisme par la dégradation digestive de certains aliments : viande rouge, soda, café, alcool, tomate, sel, farine blanche, etc.

Tous ces aliments contribueront à l’acidité de l’organisme, qui devra donc lutter contre cette dernière en puisant dans ses ressources. Qui dit lutte, dit moins d’énergie pour agir contre la tendinite.

Optez plutôt pour le jus de citron dans de l’eau chaude le matin à jeun ! Contrairement aux idées reçues, le citron est bien basique une fois dans l’organisme, il aura donc un effet antiacide et anti-inflammatoire, en plus de son apport vitaminique.

Et pour finir, une hydratation (en eau, la tendinite n’aime pas l’heure de l’apéro), régulière et abondante.

Voilà les 3 conseils de base à appliquer en cas de tendinite. Pour les plus motivés, en voici deux de plus, totalement naturels et efficaces contre les inflammations :

Les huiles essentielles :

Il existe une recette « miracle » que vous pourrez utiliser en cas d’inflammation, d’entorses ou autres, à base de 4 huiles essentielles :

– gaulthérie couchée (eucalyptus citroné si vous êtes sous anti-coagulant)

– helichryse italienne (genévrier si vous êtes sous anti-coagulant)

– lavande aspic

– épinette noire

huiles essentielles pour soigner la tendinte

Vous retrouverez toutes ces huiles essentielles à l’achat sur ce cite que nous avons pu tester.

Il faut mélanger dans du liniment oléo calcaire (que vous trouver n’importe où (sorte de crème hydratante)) : pour 500 ml : 25 ml d’huile essentielle, soit 625 gouttes. On divise par le nombre d’huiles essentielles utilisées ce qui nous donne 150 gouttes par huile.

On mélange en shakant vigoureusement. Vous le conservez au sec, au frais dans le noir et vous pouvez l’utiliser tout de suite !! Vous retrouverez le mélange sur cette vidéo.

L’argile verte en cataplasme :

Riche en minéraux et en oligo-éléments, pratiquez des pauses régulières de masques sur la zone inflammée. Ceci aura pour effet l’absorption de toxine présente dans les tissus, permettant ainsi l’amélioration de la qualité de ceux ci ; et donc la réduction de l’inflammation.

 

Article rédigé par Pierre-Louis Billant – Ostéopathe D.O. – Cycl’ostéo Nice

 

How to Manage your Migraines: Part 1

Part 1 – East Gippsland Osteopathic Clinic | Thierry Payet

How to Manage your Migraines: Part 1

How to Manage your Migraines: Part 1

Migraines are a very common and distressing disorder that’s affecting over 3 million Australians. Whilst it is most commonly noted in woman, those aged in their 20’s and 30’s, it can be experienced by anyone, regardless of age or gender. Migraine symptoms typically present as a one-sided headache lasting between 4-72 hours, accompanied by a throbbing or pulsating sensation. The intensity of migraines is another debilitating factor, as the pain typically sits between moderate to severe, and is often aggravated by physical activity. Migraines are also quite commonly associated with nausea, vomiting, aura/vision disturbances, and increased sensitivity to light sound and smell. So now that we know what happens when we get one, let’s learn a little more about the symptoms and how osteopathy can help!

Whilst the exact cause of migraines is still being researched, there are treatments available that can help reduce the symptoms, frequency or intensity of migraines. Osteopathy has been shown in some cases to be quite effective as poor posture, muscle tightness and restrictions through the spine and cranium are all predisposing and maintaining factors for migraines. 

For those of you currently experiencing migraines, or know someone who does, please keep in mind that there are some RED FLAGS associated with migraines that require immediate assistance/advice:

  • Systemic symptoms and signs (ie. If you have a fever, a drop in level of consciousness, confusion, seizures)
  • Neurological symptoms and signs (ie. numbness and/or tingling, loss of coordination, paralysis, progressive limb or fascial weakness)
  • Sudden onset (if sudden <1min, otherwise known as ‘Thunderclap’ migraines)
  • Older age group (ie. over 50 years old)
  • Previous headache history change (if it’s a ‘new’ type of migraine for you/change of typical symptoms)
  • Postural/positional – (if your migraine is triggered by a clear change in your posture)
  • Progressive – if you’re symptoms are progressively worsening over time
  • Papilloedema (GP can detect this through ophthalmoscope)

If you have any further questions or concerns regarding migraines, please come in and book an appointment at one of our East Gippsland Osteopathic Clinics and we will do our utmost to assist you in treating and managing this debilitating disorder. Click here to book your appointment today.