femme portant un symbole nous faisant comprendre qu'elle soufre de dyspareunie

Dyspareunie de la femme : L’aide de l’ostéopathe – Ostéopathe Paris | Thierry Payet

La dyspareunie, bien que souvent méconnue, est une réalité qui affecte de nombreuses femmes, impactant leur vie intime et émotionnelle.
Nous analyserons ses causes et symptômes. Puis, nous mettrons en lumière le rôle de l’ostéopathe dans la prise en charge de la dyspareunie. L’ostéopathie est une thérapeutique holistique, personnalisée et naturelle pour restaurer le bien-être sexuel des femmes.

femme portant un symbole nous faisant comprendre qu'elle soufre de dyspareunie

Définition de la dyspareunie

La dyspareunie est définie par le Dictionnaire médical de l’Académie de Médecinecomme une sensation douloureuse vulvo-vaginale gênant/empêchant tout rapport sexuel. En d’autres termes, la dyspareunie correspond à des douleurs pendant et/ou après le rapport sexuel (pénétration sexuelle).

Causes possibles de la dyspareunie :

Elle peut être expliquée par une cause somatique (vaginite, maladie dermatologique, rétroversion utérine, endométriose, malformation…).

Une dyspareunie est retrouvée dans 44,9% des endométrioses, elle est souvent due à une lésion au niveau des ligaments utéro-sacrés. D’ailleurs, il est décrit qu’une endométriose profonde peut être prédite sur la base de deux symptômes douloureux. C’est deux symptômes sont la dyspareunie profonde sévère et la douleur à la défécation.

Une cause affective peut également expliquée la dyspareunie. En effet, elle peut faire suite à un traumatisme psychologique (deuil, accouchement, crainte d’une autre grossesse, viol…). C’est le cas du vaginisme. Ou aussi à un état dépressif, etc.

Anomalies aux examens cliniques :

En général aucune anomalie n’est retrouvée dans les examens cliniques (échographie pelvienne, IRM…).

Clinique de la dyspareunie

La dyspareunie peut être superficielle (douleur lors des préliminaires ou au début de la pénétration), ou profonde (lors de la pénétration profonde). La douleur peut également être présente après le rapport sexuel.

Rapports sexuels possibles ?

D’autre part, le retentissement de la dyspareunie lors du rapport sexuel est propre à chaque femme. Les douleurs peuvent ne pas trop gêner les rapports, les gêner sans nécessité leur interruption, nécessités parfois leur interruption, et enfin les rendre impossibles.

Répercussion de la dyspareunie :

La dyspareunie peut entrainer une baisse du désir sexuel et une absence de plaisir pendant le rapport. Enfin, dans les cas où la douleur est intense, la femme peut préférer ne peut avoir de rapport (abstinence sexuelle).

Prise en charge de la dyspareunie par une équipe pluridisciplinaire dont l’ostéopathe fait partie :

Rendez-vous avec un gynécologue indispensable :

En cas de dyspareunie, il est important de consulter votre gynécologue afin d’effectuer un examen pelvien et des examens complémentaires si nécessaire.

Prise en charge auprès d’une équipe pluridisciplinaire :

Ensuite, en fonction de la cause de votre dyspareunie, une prise en charge auprès d’une équipe pluridisciplinaire est conseillée, pouvant être composée de :

  • Sexologue
  • Kinésithérapeute (rééducation périnéale)
  • Psychologue, sophrologue
  • Entraîneur de yoga
  • Ostéopathe

Il est important de prendre en charge et de traiter la dyspareunie afin qu’elle ne se transforme pas en vaginisme. Le vaginisme est caractérisé par une contraction involontaire des muscles du plancher pelvien. Cette contraction involontaire est en effet plus complexe et plus longue à traiter.

Travail tissulaire et ligamentaire de l’ostéopathe pour soulager la dyspareunie

L’ostéopathie est une solution thérapeutique, manuelle et naturelle. Le travail de l’ostéopathe permet un soulagement non-invasif de la dyspareunie.
Elle s’inscrit dans une prise en charge globale et pluridisciplinaire du bien-être de la femme.

mains de l'ostéopathe sur le dos de la patiente souffrant de dyspareunie

Déroulement de la séance de l’ostéopathe en cas de dyspareunie :

Comme pour tout motif de consultation, la consultation de l’ostéopathe pour une dyspareunie est adaptée à chaque patiente.

La consultation débute par une anamnèse qui permet à la femme d’expliquer sa dyspareunie. Ainsi, l’ostéopathe s’intéresse aux douleurs, leur chronologie, leur intensité, les examens et traitements déjà effectués…
Ensuite, l’ostéopathe, par une série de tests, vérifie la mobilité globale du corps de la femme, puis spécifiquement celle du bassin. L’ostéopathe repère les différentes zones à travailler, l’intensité des tensions, et propose alors à la femme un plan de traitement sur une ou plusieurs séances.
Puis par des techniques douces et précises l’ostéopathe effectue son traitement.

Objectifs de l’ostéopathe lors du traitement de la dyspareunie :

Le traitement de l’ostéopathe vise à travailler sur les troubles :
1) musculo-squelettiques du bassin et des zones en rapport avec la dyspareunie (viscères et organes uro-gynécologiques, bassin, lombaires, abdomen, diaphragme, dos, axe crânio-sacré, zones cicatricielles…)
2) du système viscéral pour travailler sur les adhérences et la mobilité des organes
3) des systèmes circulatoires et nerveux pour potentialiser l’apport sanguin au niveau du vagin et améliorer les échanges

Nombres de séances nécessaires :

À titre informatif, plusieurs séances d’ostéopathie peuvent être nécessaires pour soulager les douleurs intimes de la femme.

Prendre rdv avec l’ostéopathe à Paris pour soulager la dyspareunie

Contacter Mathilde Locqueville, Ostéopathe à Paris, pour prendre RDV ou pour toutes questions au 07.69.03.41.41. Vous pouvez également la contacter par mail : mathildelocqueville.osteo@gmail.com.

Fromage au lait cru

Evaluer le risque de contamination des fromages au lait cru | Thierry Payet

Reblochon, Roquefort, Salers, Brie, Picodon, Pélardon, Camembert, Morbier, Mont d’Or, … tous ces fromages ont un point commun : ils sont confectionnés avec du lait cru. Cette spécificité leur donne un goût unique, mais peut exposer le consommateur au risque d’intoxications alimentaires. Pour mieux prévenir ce risque, plusieurs équipes de l’ANSES ont décidé de se lancer dans la fabrication de fromages au lait cru. Explications.

Fromage au lait cru

Fabriquer des fromages au lait cru dans un laboratoire de recherche

Le lait cru se définit comme un lait d’origine animale, qui n’a subi aucune des transformations suivantes : la pasteurisation, la stérilisation, la thermisation, la microfiltration ou encore l’ultrafiltration. Sans ces traitements, le lait cru, et les fromages qui sont fabriqués avec, peuvent parfois contenir des agents pathogènes, en particulier des bactéries, comme :

  • Listeria monocytogènesresponsable de la listériose ;
  • Brucella melitensisresponsable de la brucellose humaine ;
  • Escherichia coliresponsable d’infections alimentaires parfois graves.

La consommation de lait cru ou de fromages au lait cru est ainsi susceptible d’entraîner des intoxications alimentaires, en particulier chez certaines personnes fragiles : les nourrissons et les jeunes enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées. Pour mieux comprendre la transmission d’agents pathogènes à l’homme au travers de la consommation de fromages au lait cru, des chercheurs de l’ANSES ont décidé de fabriquer eux-mêmes des fromages au lait cru en laboratoire.

Deux projets de recherche sur la contamination des fromages au lait cru

Les chercheurs de l’ANSES travaillent sur deux projets visant à mieux comprendre comment les agents pathogènes passent de l’animal à l’être humain via le lait cru et les fromages au lait cru. Le premier projet se concentre sur un virus, le virus de l’encéphalite à tiques. En 2020, dans l’Ain, 43 personnes ont été contaminées par ce virus, suite à la consommation de fromage de chèvre au lait cru. Les chercheurs savent déjà que tous les animaux contaminés par ce virus peuvent l’excréter dans le lait. Mais alors pourquoi seuls les consommateurs de fromage au lait cru de chèvre sont touchés, et pas ceux qui consomment des fromages au lait cru de vache ? Les chercheurs ont émis plusieurs hypothèses, qu’ils vont pouvoir tester en fabriquant leurs propres fromages :

  • Des différences entre les procédés de fabrication : phase de chauffage, pH (mesure de l’acidité), humidité du fromage ou encore sa teneur en sel ;
  • Des différences dans la composition du lait : les teneurs en matières grasses, en protéines ou en vitamines ;
  • La présence dans certains laits de cellules particulières.

Le second projet a été lancé en octobre 2023 et s’intéresse au risque de contamination du reblochon par la bactérie Brucella melitensis. Jusqu’ici, la bactérie est toujours restée indétectable dans le reblochon, alors qu’une quantité minime de bactéries peut suffire à provoquer la brucellose humaine. Actuellement, si des Brucelle sont détectées dans un élevage, le lait et les reblochons produits sont immédiatement retirés du marché selon le principe de précaution. Les chercheurs voudraient précisément évaluer le risque de contamination du consommateur.

Les fromages au lait cru à éviter chez les personnes fragiles

La fabrication des fromages au lait cru par l’ANSES sera très éloignée des procédés artisanaux des fermes françaises. Pour évaluer précisément la transmission de chaque agent pathogène, les chercheurs doivent travailler dans des laboratoires confinés et utiliseront du lait artificiellement contaminé par la bactérie à étudier. Ces travaux devraient permettre dans les mois et les années à venir de mieux prévenir les risques de contamination des fromages au lait cru.

D’ici là, la consommation de lait cru ou de fromages au lait cru reste déconseillée aux personnes fragiles :

  • Les enfants de moins de 5 ans ;
  • Les femmes enceintes ;
  • Les personnes immunodéprimées ;
  • Les personnes âgées, malades ou hospitalisées.

Chez ces personnes, la présence de bactéries dans les produits consommés peut provoquer des symptômes importants, voire un décès. Pour ces personnes, privilégiez les fromages pressées à pâte cuite, comme le Comté, l’Abondance, le Beaufort, le Gruyère ou l’Emmental !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Consommation de fromages à base de lait cru : rappel des précautions à prendre. agriculture.gouv.fr. Consulté le 21 décembre 2023.
– Fabriquer des fromages pour étudier les risques sanitaires. www.anses.fr. Consulté le 21 décembre 2023.
Fluoroquinolones

Quinolones et fluoroquinolones – Santé sur le Net | Thierry Payet

Auparavant très utilisés dans le traitement de certaines infections bactériennes, notamment urinaires, les fluoroquinolones sont de moins en moins prescrite s. Les prescriptions en médecine de ville ont été réduites de près de 60 % en 10 ans. En cause, leurs effets secondaires parfois importants. Explications.Fluoroquinolones

Fluoroquinolones, des antibiotiques aux effets secondaires majeurs

Les fluoroquinolones constituent une classe d’antibiotiques très utiles pour le traitement de certaines infections bactériennes. Elles sont notamment utilisées pour traiter des infections urinaires, mais aussi des otites. Actuellement, sept fluoroquinolones sont disponibles en Francesous forme orale ou injectables :

  • La ciprofloxacine ;
  • La lévofloxacine ;
  • L’ofloxacine ;
  • Norfloxacine ;
  • La moxifloxacine ;
  • Loméfloxacine ;
  • La délafloxacine.

Si leur efficacité n’est plus à démontrer, ces antibiotiques présentent parallèlement des effets secondaires, parfois graves :

  • Une photosensibilisation (une sensibilité au soleil liée à la prise de l’antibiotique) ;
  • Des troubles neuropsychiatriques: insomnie, fatigue, dépression, troubles de la mémoire, troubles sensoriels (vue, ouïe, odorat, goût) ;
  • Des neuropathies périphériques (des atteintes des nerfs périphériques) : troubles sensitifs et/ou moteurs touchant surtout les extrémités des membres inférieurs) ;
  • Des troubles musculosquelettiques (douleurs et gonflements des articulations, inflammation voire rupture de tendon, comme le tendon d’Achille, douleurs et/ou faiblesse musculaires.

Des antibiotiques réservés à certaines infections

Ces dernières années, les données de pharmacovigilance ont montré que ces effets secondaires pouvaient perdurer dans le temps, devenir invalidants et parfois irréversibles. Ils peuvent apparaître au cours du traitement, mais aussi plusieurs mois après la prise d’une fluoroquinolone. Ils peuvent également être liés à des traitements antibiotiques successifs. Face à ces effets secondaires majeurs, l’agence européenne du médicament a réévalué le rapport bénéfice / risque des fluoroquinolones en 2018 et 2019. Suite à ces travaux, les autorités de santé publique ont restreint les indications thérapeutiques de ces antibiotiques et actualiser leur profil de sécurité d’emploi.

Parallèlement, des analyses complémentaires ont été effectuées suite à l’observation d’effets secondaires cardiaques très rares, mais graves. Compte-tenu de la gravité potentielle des effets secondaires, les fluoroquinolones ne doivent être prescrites que dans un nombre limité de contextes, et seulement lorsqu’il n’existe pas d’autre antibiotique efficace contre l’infection à traiter. A chaque fois, le médecin doit évaluer les bénéfices et les risques de la prescription d’une fluoroquinolone. Certains patients sont notamment plus exposés aux risques d’effets secondaires :

  • Les personnes âgées ;
  • Les sujets atteints d’insuffisance rénale ;
  • Les patients transplantés ;
  • Les patients suivant un traitement par des corticoïdes.

Informer les patients des risques et des signes à surveiller

Les patients doivent être informés précisément des risques liés à la prise d’une fluoroquinolone et des signes à surveiller tout au long du traitement : gonflement ou douleur articulaire, douleur musculaire, tendinite, troubles sensoriels, difficulté à respirer, etc. Au moindre signe suspect, les patients doivent demander sans délai l’avis d’un professionnel de santé. Dans certains cas, une prise en charge médicale en urgence est nécessaire.

Malgré ces effets secondaires majeurs, les fluoroquinolones restent des antibiotiques indispensables pour traiter certaines infections bactériennes, parfois graves voire mortelles. En revanche, ils ne doivent pas être prescrits dans les cas suivants :

  • Une infection bactérienne non sévère ou qui guérit spontanément ;
  • La prévention de la turista, la diarrhée du voyageur ;
  • La prévention des infections urinaires basses récidivantes ;
  • Les infections non bactériennes, comme la prostatite non bactérienne ;
  • Des infections modérées à sévères sauf lorsque les autres antibiotiques sont inadaptés : cystite non compliquée, exacerbation aiguë d’une BPCO (BronchoPneumopathie Chronique Obstructive), sinusite ou otite moyenne aiguë.

Les fluoroquinolones ne peuvent également pas être prescrites chez des patients ayant déjà présenté des effets secondaires lors d’une prise antérieure de ces antibiotiques.

Rédigé par Estelle B., Docteur en Pharmacie le 3 septembre 2028 et mis à jour le 29 décembre 2023.

Sources

– Fluoroquinolones. www.conseil-national.medecin.fr. Consulté le 15 décembre 2023
– Fluoroquinolones. ANSM. ansm.sante.fr. Consulté le 15 décembre 2023.
– Antibiotiques de la famille des fluoroquinolones administrés par voie systémique ou inhalée : rappel des restrictions d’utilisation. ansm.sante.fr. Consulté le 15 décembre 2023.
Préparez-vous à la déclaration 2035 : les 5 questions incontournables avant la fin de l’année

Préparez-vous à la déclaration 2035 : les 5 questions incontournables avant la fin de l’année | Thierry Payet

Mise à jour: 20 décembre 2023 La déclaration 2035 est un document crucial pour les infirmiers et infirmières exerçant en libéral en France. Elle sert à déclarer les revenus et accéder aux avantages fiscaux spécifiques à ce métier. Néanmoins, remplir ce formulaire peut être délicat et sujet à des erreurs. Dans cet article, Medicalib vous …

Préparez-vous à la déclaration 2035 : les 5 questions incontournables avant la fin de l’année Lire la suite »

L’article Préparez-vous à la déclaration 2035 : les 5 questions incontournables avant la fin de l’année est apparu en premier sur Blog Medicalib : Les soins à domicile.

Source

Mieux comprendre les patients souffrant de douleur • Ostéosanté • 14 décembre 2023

Mieux comprendre les patients souffrant de douleur • Ostéosanté • 14 décembre 2023 | Thierry Payet

En tant qu’ostéopathe à Hambourg, je rencontre chaque jour des personnes qui luttent contre la douleur. La douleur est une expérience complexe et profonde qui va bien au-delà du simple physique. Des concepts antérieurs tels que l’auto-efficacité, la peur liée à la douleur et la tentative dite catastrophique de capturer ces expériences, montrent souvent une image trop simplifiée de la réalité des patients souffrant de douleur.

Dans ma contribution d’aujourd’hui, je voudrais présenter une nouvelle approche développée par Fernandez et ses collègues : le concept de «doutes physiques liés à la douleur« . Ce concept complète les idées existantes et se concentre sur la manière dont la douleur peut modifier notre relation avec notre propre corps.

Sécurité physique vs doute physique

À la base se trouve l’idée de « sécurité physique » – un sentiment profondément enraciné que notre corps fonctionnera et s’adaptera aux défis du futur. Cependant, en cas de douleur, de blessure ou de diagnostic, ce sentiment peut se transformer en doute. Vous commencez à vous demander si et comment votre propre corps peut agir dans le monde.

Les trois dimensions du doute physique

Perte de continuité : la vie n’a plus l’impression de continuer comme d’habitude.
Perte de transparence du corps : Le corps, qui était auparavant au second plan de nos vies, devient soudain le centre de notre attention.
Perte de confiance dans le corps : La confiance dans la fiabilité et la performance de son propre corps diminue.

Ces dimensions ne sont souvent pas directement tangibles, mais ont plutôt un effet subliminal sur notre existence. Ils combinent des croyances implicites et explicites et peuvent être à la fois adaptatifs et inadaptés.

Une nouvelle façon de communiquer

Ce concept en est encore à ses balbutiements et nécessite davantage de recherche et de développement. Mais cela a le potentiel d’améliorer fondamentalement la façon dont nous communiquons entre nous et avec nos patients. Elle ouvre de nouvelles perspectives pour mieux comprendre et traiter le monde complexe des patients souffrant de douleur.

Dans mon cabinet à Hambourg, j’intègre déjà ces considérations dans mes traitements. C’est une étape passionnante et importante pour mieux comprendre la personne à l’origine de la douleur et la soutenir de manière holistique.

Fernandez, AV, J. Hartvigsen, S. Ravn, P. Stilwell et A. Kongsted. « Reconceptualiser le comportement lié à la douleur : introduction du concept de doute corporel ». Journal européen de la douleur8 mars 2023, ejp.2105. https://doi.org/10.1002/ejp.2105.

Kinésithérapie et l’activité physique adaptée dans les EHPAD

Kinésithérapie et l’activité physique adaptée dans les EHPAD | Thierry Payet

Nombre de vues sur l’article : 2

L’association Moselle Mouv’ pilote une initiative visant à intégrer l’activité physique adaptée dans les EHPAD. L’objectif est de maintenir et d’améliorer les capacités cognitives et physiques des résidents encore autonomes. Parallèlement, le projet de loi de financement de la sécurité sociale de 2024 envisage d’autoriser les kinésithérapeutes à prescrire cette activité physique adaptée. Il offre ainsi une solution à la fois fiable et bénéfique pour la santé publique et les patients.

Les études scientifiques soulignent l’importance de l’exercice physique adapté comme complément aux traitements pour les maladies chroniques. En France, ces affections de longue durée concernent plus de 12 millions d’individus. Seulement une minorité d’entre eux bénéficient de ce dispositif.

Les professionnels de santé, experts en sport et kinésithérapeutes sont pleinement qualifiés. Ils jouent un rôle clé dans la prescription et la mise en œuvre de l’exercice physique adapté.


JE- Qu’est-ce que l’activité physique adaptée ?

L’activité physique adaptée englobe toutes les activités physiques et sportives, ajustées selon les capacités individuelles. Ces activités sont proposées par des professionnels formés, adaptant techniques et approches pour personnes handicapées, âgées ou atteintes de maladies chroniques.

Ces dernières visent la prévention, la rééducation, la réadaptation, la réhabilitation, et/ou l’intégration socialeselon les objectifs définis par la Société française des professionnels en Activités Physique Adaptées (SFP APA).

Et médecin généraliste peut prescrire cette approche, qui constitue un traitement à part entière.

II- Quels avantages peut-on obtenir de la pratique d’une activité physique adaptée ?

Le principal avantage de l’APA en EHPAD est de conserver et de renforcer l’autonomie sociale, physique et fonctionnelle des résidents. Dans la pratique, les objectifs visés par les intervenants incluent :

  • Encourager la perception et stimuler les sensations pour améliorer la conscience du corps;
  • Améliorer ou rétablir les capacités cognitives des personnes âgées (syndromes psycho-comportementaux, orientation, mémoire corporelle, etc.);
  • Travailler sur l’équilibre pour prévenir et diminuer les risques de chutes;
  • Renforcer la confiance en soi et l’estime personnelle;
  • Encourager les habiletés sociales;
  • Enrichir le bien-être et la qualité de vie de la personne.

Considérer le temps alloué à l’APA comme une opportunité pour la convivialité et le plaisir partagé est essentiel. Cela favorise également la rencontre et les échanges entre les participants.


III- Comment l’activité physique adaptée transforme-t-elle la vie en EHPAD ?

L’APA en EHPAD se concrétise par la mise en œuvre de programmes d’exercices physiques spécialement conçus pour les personnes âgées résidentes. Ces programmes visent à améliorer l’autonomie, réduire les chutes et renforcer les capacités physiques et fonctionnelles. Les professionnels doivent adapter l’Activité Physique Adaptée (APA) aux divers degrés de mobilité et pathologies des résidents. Elle est ensuite intégrée dans un plan thérapeutique individualisé.

Des spécialistes en activités physiques adaptées travaillent avec des kinésithérapeutes, ergothérapeutes et psychomotriciens pour offrir des activités adaptées aux résidents d’EHPAD. L’APA joue un rôle clé dans la prise en charge de la santé des personnes âgées en maison de retraite médicalisée.


Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.

cheveux produits chimiques

Cheveux, reflet l’exposition aux produits chimiques-Santé sur le Net | Thierry Payet

Entre 120 000 et 150 000 cheveux sur la tête de chaque être humain ! Et si chacun de ces cheveux pouvait nous renseigner sur les substances chimiques auxquelles nous sommes exposés. Cette idée vient justement de faire l’objet d’une étude menée par l’ANSES, le Institut luxembourgeois de la santé (LIH) et l’Institut National de l’environnement industriel et des risques (Ineris). Explications.

cheveux produits chimiques

Polluants chimiques et impact sur la santé

Chaque jour, nous sommes exposés à une multitude de substances chimiquesprésentes dans l’environnement (atmosphère, air intérieur, vêtements, linge de lit, …) et dans l’alimentation. Ces substances, inhalées, ingérées ou simplement en contact avec la peau, peuvent parfois passer dans le sang, puis elles sont éliminées, le plus souvent dans les urines. Des prélèvements ponctuels de sang ou d’urines peuvent permettre de les rechercher à un instant donné, mais comment évaluer l’exposition sur le long termeen particulier pour les substances auxquelles nous sommes exposés quotidiennement ou très régulièrement ?

Pour déterminer leur impact sur la santé, il faut que les chercheurs puissent mesurer quantitativement et qualitativement l’exposition chronique à chacune de ces substances. Les analyses sanguines et urinaires ont montré leurs limites, par exemple dans le cas du bisphénol A. Plusieurs études avaient conclu à une absence d’effet du bisphénol A sur la santé, en étant basées uniquement sur des dosages urinaires. Pour pallier ce problème, les chercheurs se sont intéressés à d’autres prélèvements, en particulier les cheveux.

Des poils de rat aux cheveux humains

Les chercheurs ont mené une étude pour évaluer si les cheveux pouvaient refléter l’exposition réelle des individus à tel ou tel polluant. Dans le cas des urines, les quantités de polluants détectés se révélaient très variables dans le temps et selon les individus, impactant la validité des interprétations. Dans un premier temps, les chercheurs ont utilisé des poils de rats comme modèles. Ils ont exposé par ingestion des rats à un mélange de 17 substances chimiques considérées comme des polluants et potentiellement ingérées :

  • Des pesticidesprésents dans les aliments ;
  • Des phtalates et des bisphénols présents dans les plastiques et des produits d’hygiène ;
  • Un autre agent plastifiantle DINCH ou hexahydrophtalate de diisononyle, utilisé pour remplacer les phtalates dans l’industrie des plastiques.

Les chercheurs ont collecté des poils de rat et des échantillons d’urines pour déterminer les concentrations de ces polluants ou de leurs dérivés. Pour 14 des substances testées, ils ont observé une corrélation entre les niveaux d’exposition des rats et la concentration des polluants ou de leurs dérivés dans les poils. La concentration des substances dans les poils était également proportionnelle à celle dans les urines, signe que les substances chimiques se sont fixées dans les poils après être passées par la circulation sanguine et avant d’être éliminées dans les urines.

Les cheveux, reflet de l’exposition à la pollution

Cette première étude, menée sur les poils de rats, laisse penser que les cheveux seraient un meilleur reflet de l’exposition aux produits chimiques que le sang. En effet, les produits chimiques ne passent dans le sang que transitoirement et, pour être détectés, le prélèvement doit avoir lieu à un moment précis après l’exposition. Dans les poils ou les cheveux, les substances chimiques ou leurs dérivés sont conservés sur une plus longue période de temps, en restant fixés sur la kératine du cheveu.

L’utilisation des cheveux comme indicateur de l’exposition aux polluants permettrait pour les chercheurs d’accéder à l’exposition sur une période de temps plus longue, en s’affranchissant des variations à court terme. Désormais, les chercheurs ajustent leurs techniques pour utiliser les cheveux humains et non plus les poils de rat comme indicateurs de pollution. Faciles à prélever, les cheveux pourraient constituer un moyen simple et efficace d’évaluer l’exposition aux polluants chimiques et ainsi de déterminer leurs effets sur la santé.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Les cheveux, témoins de l’exposition à certaines substances chimiques. www.anses.fr. Consulté le 20 novembre 2023.
– L’incorporation de produits chimiques à élimination rapide dans les cheveux est régie par la pharmacocinétique – Implications pour l’évaluation de l’exposition, Faÿs François et al. 2023. hal.science. Consulté le 20 novembre 2023.
Tabac jeune

Jeunes : préfèrent dérivés tabac aux cigarettes ! | Thierry Payet

Si le tabagisme des adolescents a fortement diminué en France ces dernières années, les produits dérivés du tabac se multiplient et attirent de plus en plus de jeunes. Un phénomène qui inquiète les pouvoirs publics et les associations de lutte contre le tabac. Explications.

Tabac jeune

Cigarette ou produits dérivés du tabac

Depuis 2019, le tabagisme des adolescents a nettement chuté passant de 25 à 15 % en 2022. Mais parallèlement, les jeunes se sont tournés vers des produits dérivés du tabac. Initialement représentés par la cigarette électronique, les produits dérivés du tabac ont vu leur gamme s’élargir au fil des années et se destiner particulièrement aux jeunes :

  • Ils soufflentdes cigarettes électroniques jetables aromatisées ;
  • Les perles de nicotine;
  • Les sachets de nicotine;
  • Rire à priserun sachet contenant une poudre de tabac, à sucer ou à chiquer.

Ces produits dérivés du tabac sont souvent très appréciés des jeunes, mais ils constituent également une première étape vers le tabagisme. De plus, certains de ces dérivés se révèlent plus dangereux pour la santé que la cigarette. Face à cette situation, les associations de lutte contre le tabac s’inquiètent. D’après l’Alliance contre le tabac, 15 % des adolescents français ont déjà utilisé la puff. Dans les prochaines semaines, une proposition de loi doit être présentée à l’Assemblée Nationale pour interdire les puffs.

Un essor des produits dérivés du tabac chez les jeunes

Les chiffres démontrent que les produits dérivés du tabac constituent souvent une étape préliminaire au tabagisme des jeunes. Alors que le tabagisme des jeunes a reculé depuis quelques années, 47 % des adolescents effectuent leur première consommation de nicotine en utilisant une puff. Pour les associations, il est urgent d’interdire la puff pour protéger les jeunes des dangers du tabac. Parmi les jeunes qui ont déjà utilisé une puff, un sur 4 s’est déjà tourné vers la cigarette ou un autre produit dérivé du tabac.

L’accessibilité de ces produits constitue un enjeu pour les acteurs de la lutte contre le tabagisme. La majorité des jeunes déclare qu’il est facile de se procurer des puffs, en les achetant directement dans un bureau de tabac, en sollicitant un membre de son entourage, en utilisant les réseaux sociaux ou internet. Un tiers des adolescents pensent même que les puffs peuvent être vendues directement aux mineurs. Pourtant, ces produits dérivés du tabac sont soumis à la même législation que les cigarettes électroniques et les autres produits du vapotage et leur vente est donc interdite aux mineurs.

Vers des restrictions… ou même une interdiction !

Le côté ludique et les différents arômes proposés dans les puffs suscitent l’intérêt des jeunes. Et les autres produits dérivés du tabac ne sont pas en reste. 21 % des jeunes de 13 à 16 ans ont déjà entendu parler des perles de nicotine, 19 % des sachets de nicotine et 18 % du snus. Environ 1 jeune sur 10 a déjà expérimenté l’un de ces produits, y compris le snus, qui est pourtant interdit en France depuis 1992. En effet, le snus est trois fois plus dosé en nicotine qu’une cigarette et il est plus agressif, car il entre directement en contact avec les muqueuses buccales.

D’une manière générale, les chiffres révèlent que les adolescents les plus consommateurs de ces produits sont ceux dont au moins l’un des parents consomme ces produits. L’environnement familial est donc aussi déterminant que l’environnement amical. Pour les associations, il devient urgent de légiférer et d’interdire ces produits dérivés du tabac pour protéger la santé des jeunes. Au Danemark, le ministre de la santé a annoncé ces derniers jours de nouvelles mesures pour limiter l’accès des jeunes à ces produits, des restrictions de commercialisation des sachets de nicotine et un doublement des taxes sur les produits dérivés du tabac !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– 15 % DES ADOS ONT DÉJÀ UTILISÉ LA PUFF. L’URGENCE DE VOTER L’INTERDICTION DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE JETABLE.alliancecontreletabac.org. Consulté le 20 novembre 2023.
– Le Danemark interdit les arômes et double les taxes sur les sachets de nicotine. www.générationsanstabac.org. Consulté le 20 novembre 2023.
régénération neuronale

Moelle épinière et régénération neurones lésés | Thierry Payet

Indispensable à la transmission de l’information depuis le cerveau, la moelle épinière peut parfois subir une lésion traumatique sectionnant des prolongements de neurones. Et si la modification chimique d’une simple molécule permettait aux neurones de se régénérer au sein du système nerveux central ? C’est ce que suggèrent les récents travaux d’une équipe de chercheurs grenoblois. Zoom sur leurs conclusions.

régénération neuronale

La moelle épinière : acteur indispensable à la transmission de l’information

Située au sein de la colonne vertébrale, la moelle épinière désigne une structure du système nerveux central en charge de la transmission d’informations nerveuses entre le cerveau et le reste de l’organisme. Ces informations nerveuses peuvent être sensorielles ou motrices selon les neurones impliqués. C’est dire combien le rôle de la moelle épinière est essentiel !

À savoir ! Le système nerveux central comporte le cerveau, le cervelet, le tronc cérébral et la moelle épinière.

Cependant, certaines lésions traumatiques (comme un accident de la route, une chute brutale ou une agression violente) provoquent parfois une section de la moelle épinière. Cette atteinte de la moelle épinière endommageant les neurones a pour conséquence un arrêt de la transmission de l’information vers les membres et les organes. Survient alors une paralysie irréversible de l’individu (de type paraplégie ou tétraplégie).

Partant de ce constat, des chercheurs grenoblois de l’Institut des neurosciences ont tenté de découvrir comment régénérer les neurones du système nerveux central après une lésion traumatique de la moelle épinière.

RPS6 : une protéine essentielle pour régénérer les neurones lésés

Mais pour tenter de régénérer les neurones lésés, encore faut-il suffisamment connaître les  molécules impliquées dans ce processus. Parmi elles, une protéine du nom de « protéine ribosomales S6 » (RPS6). Jusqu’à présent, les scientifiques ont toujours pensé que la phosphorylation de cette protéine constituait simplement un marqueur témoignant de la régénération des neurones.
À savoir ! La phosphorylation désigne une modification chimique consistant en l’ajout d’un groupe phosphate sur la molécule.

C’était sans compter les résultats de ces nouveaux travaux qui ont démontré que la phosphorylation de RPS6 est en fait réellement essentielle à la régénération neuronale ! Pour l’auteur principal de cette étude, sans phosphorylation de RPS6, il ne peut tout simplement pas y avoir de régénération des neurones.

Vers la mise au point d’un médicament pour régénérer les neurones lésés ?

De ce fait, est-il envisageable d’utiliser la protéine RPS6 phosphorylée à des fins thérapeutiques suite à un traumatisme de la moelle épinière ? Pour les auteurs de l’étude, il convient pour l’instant de se montrer prudents au vu des risques encourus. Des recherches plus approfondies doivent en effet être menées pour comprendre précisément le mécanisme d’action de la protéine RPS6 phosphorylée au sein de la cellule.

En revanche, les chercheurs estiment qu’il pourrait s’avérer intéressant d’identifier l’ensemble des molécules qui interviennent les unes après les autres dans la régénération neuronale. L’objectif étant d’identifier de potentiels candidats médicaments avec les molécules capables de déclencher directement la régénération des neurones. Et l’auteur principal de l’étude de préciser : « Notre but est, à terme, de reconstruire ce circuit lorsqu’il est endommagé, quelle qu’en soit la cause. » De quoi susciter de l’espoir auprès d’autres patients souffrant de maladies neurodégénératives telles que le glaucome ou la maladie d’Alzheimer !

Déborah L., Dr en Pharmacie

Sources

– Régénération neuronale : La protéine ribosomale surprise. www.inserm.fr. Consulté le 15 octobre 2023.
– L’axe RSK2-RPS6 favorise la régénération axonale dans les systèmes nerveux périphérique et central journaux.plos.org. Consulté le 15 octobre 2023.
décrypter pleurs bébés

Pleurs de bébés : Comment les décrypter ? | Thierry Payet

Qui ne s’est jamais retrouvé démuni face aux pleurs d’un bébé inconsolable ? Il faut dire qu’il est bien souvent difficile de comprendre l’origine de la gêne d’un jeune enfant ne sachant pas encore parler. Le pleur reste en effet l’unique façon pour lui d’exprimer son mal-être. Serait-il néanmoins possible de décrypter les pleurs des bébés ? C’est ce qu’ont cherché à savoir deux équipes de scientifiques français dans une étude publiée dans la revue Psychologie de la communication.

décrypter pleurs bébés

Les pleurs de bébés : un signal vocal pour exprimer leur gêne

Face à un bébé en pleurs, il est bien souvent difficile de comprendre immédiatement ce qui peut le chagriner. Coliques, sommeil, fatigue ou encore poussées dentaires, nombreuses sont les raisons pouvant le pousser à donner de la voix. Seule façon pour lui d’exprimer son mal-être, les pleurs constituent ainsi un signal vocal grâce auquel le nourrisson parvient à communiquer avec son entourage.

Ceci étant, serait-il possible de comprendre les pleurs de bébé ? Si la croyance populaire veut que chaque pleur informe quant à sa cause, force est de constater que jusqu’à présent, les scientifiques ne sont pas parvenus à le prouver. Dans ce contexte, deux équipes de chercheurs français de l’Inserm et du CNRS ont entrepris de décrypter les pleurs des bébés.

La cause des pleurs de bébés : impossible à identifier à l’oreille !

Pour mener à bien leurs travaux, les chercheurs ont étudié près de 40 000 pleurs de 24 bébés (filles et garçons) enregistrés pendant les quatre premiers mois suivant leur naissance. L’objectif affiché ? Identifier d’éventuels liens entre les caractéristiques des pleurs et le motif de ces pleurs grâce à des algorithmes.

Il ressort de cette expérience que les pleurs de bébés motivés par la faim, l’isolement ou une gêne quelconque ne présentaient pas de caractéristiques différentes. Impossible donc pour les scientifiques d’identifier à l’oreille la cause de chaque pleur ni de distinguer s’il s’agissait de pleurs de bébés filles ou de bébés garçons.

Les chercheurs ont par ailleurs fait appel à plus de 200 personnes (hommes et femmes) pour écouter une partie des pleurs enregistrés et tenter d’en identifier la cause. Mais là encore, l’origine des pleurs est restée inconnue.

La sonorité des pleurs témoigne du niveau de détresse de l’enfant

Publiés dans la revue Psychologie de la communication, ces travaux communiquent par ailleurs des informations intéressantes. Ils démontrent en effet que les pleurs des bébés font l’objet d’une signature vocale individuelle constituée par un ensemble de caractéristiques acoustiques spécifiques. En clair, chaque nourrisson pleure à sa façon.

Les résultats de cette étude démontrent également qu’au niveau acoustique, les caractéristiques des pleurs d’un bébé sont reliées au niveau de détresse de l’enfant. Donnée capitale s’il en est vu qu’elle informe sur le degré d’urgence à réagir face à un bébé en pleurs.

Déborah L., Dr en Pharmacie

Sources

– Que disent les pleurs de bébé ? Inserm. presse.inserm.fr. Consulté le 9 octobre 2023