Sclérose Latérale Amyotrophique SLA ou Maladie de Charcot

Array | Thierry Payet

Array Array Array Array [1]Array

Array Array Array Array Array [Elle n’affecte en revanche pas les fonctions intellectuelles et sensorielles]Array [2]

Array

Array Array

Array
Array


Array Array


Array Array

ArrayArrayArray

Array

Array

Array ArrayArray

Array

Array ArrayArray


Array Array

Array

  • Array ArrayArray
  • Array Array Array [4]
Array Array

Array Array

Array

Array Array
Array Array
Array Array
Array

Array Array

Array

Array

  • Array Array Array
  • Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array
  • Array ArrayArray
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array
  • Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array
  • Array Array
Array Array [5]

Array Array

Array Array
Array
Array
Array Array
Array Array
Array Array
Array
Array Array
Array Array

Array Array

Array Array

Array Array
Array
Array
Array
Array Array
Array Array

Array Array Array Array ArrayArray Array Array Array


Array

  • [1] Array
  • [2] Array
  • [3] Array
  • [4] Array Array Array Array
  • [5] Array
  • Array Array
  • Array Array

Array

Array

Array | Thierry Payet

Array ArrayArray [1]

ArrayArray

Array

Array Array

ArrayArray


Array
Array

Array Array

Array Array

Array Array Array

ArrayArrayArray [2]

ArrayArray

Array Array Array

Array


Array Array [3]

Array Array Array

Array

  • Array
  • Array
  • Array
  • Array
  • Array
  • Array
  • Array

Array Array [4]

Array

  • Array Array
  • Array Array
  • Array Array

Array Array

ArrayArray Array Array [doit établir] Array Array [sa] Array [son] Array [sa] ArrayArrayArray

Array Array Array

  • Array Array
  • Array Array

Array Array […]Array […]Array […]Array

Array Array

Array Array

Array Array [6] [7]

Array Array Array

Array Array Array

Array


Array Array

ArrayArray Array

Array Array Array […] Array

Array Array

Array [8]

  • Array Array
  • Array Array
Array Array ArrayArray

Array Array ArrayArrayArray



Array Array Array Array Array

Array

Array Array ArrayArray Array


Array

  • [1] Array
  • [2] Array
  • [3] Array
  • [4] Array
  • [5] Array
  • [6] Array
  • [7] Array
  • [8] Array
  • [9] Array
  • Array

Array

dame âgée qui a mal à l'épaule

un lien avec le syndrome de Parsonage-Turner ? | Thierry Payet

Les vaccins contre la Covid-19 font l’objet d’une surveillance très rapprochée de leurs effets secondaires. Parmi les effets néfastes les plus étudiés ces derniers mois, figure le syndrome de Parsonage-Turner, une névralgie amyotrophiante de l’épaule. Un récent rapport publié par plusieurs centres régionaux de pharmacovigilance conclut que les données actuelles ne permettent pas d’exclure un lien entre un vaccin contre la Covid-19 et la survenue de le syndrome de Parsonage-Turner.

dame âgée qui a mal à l'épaule

Qu’est-ce que le syndrome de Parsonage-Turner ?

Le syndrome de Parsonage-Turner, également appelé la névralgie amyotrophiante de l’épaulese manifeste par des signes cliniques caractéristiques :

  • Douleur violente et brutale à l’épaule ;
  • Une paralysie de l’épaule ;
  • Une perte musculaire au niveau de l’épaule et du bras.

Les symptômes peuvent persister pendant plusieurs mois, malgré la prise en charge médicale basée sur un traitement antalgique et une rééducation adaptée. Chez certains patients, des séquelles motrices peuvent persister ou le syndrome récidiver. La cause de ce syndrome reste encore imprécise. Un trouble immun semble impliqué, parfois après l’injection d’un vaccin. Il existe également des formes familiales, liées à une mutation génétique.

Syndrome de Parsonage-Turner et vaccination Covid

Depuis leur mise sur le marché, les vaccins contre la Covid-19, parmi lesquels le vaccin produit par le laboratoire Pfizer, font l’objet d’une surveillance renforcée de leurs éventuels effets indésirables. Les rapports de pharmacovigilance se multiplient depuis le début de la campagne de vaccination. La plus récente publication est le vingtième rapport concernant le vaccin distribué par Pfizer. Les données épidémiologiques prises en compte concernent la période du 27 décembre 2020 au 10 février 2022. Durant cette période, les centres régionaux de pharmacovigilance ont recensé 89 176 effets indésirables potentiellement liés au vaccin.

Au total, 43 cas de syndrome de Parsonage-Turner ont été identifiéssachant que l’infection par le SARS-CoV2 peut également provoquer ce syndrome. Parmi ces 43 cas, 18 n’ont pas été reliés à la vaccination contre la Covid-19. Ce nombre de cas, bien que faible, attire l’attention des épidémiologistes. Il fait ainsi l’objet d’un suivi spécifique.

Un lien qui reste à démontrer

D’après les dernières données de pharmacovigilance, le lien entre le syndrome de Parsonage-Turner et le vaccin contre la Covid-19 est possible. Trois arguments plaident en faveur d’un lien potentiel :

  • Le syndrome de Parsonage-Turner a déjà été décrit à la suite de schémas vaccinaux contre d’autres maladies. En effet, entre 10 et 15 % des cas seraient liés à une vaccination ;
  • Le nombre de cas observé dans les enquêtes de pharmacovigilance constitue un signal potentiel. La fréquence des cas est supérieure à celle observée dans la population générale, car le syndrome de Parsonage-Turner est une pathologie rare ;
  • Des cas similaires ont été observés avec les autres vaccins contre la Covid-19.

La vaccination contre la Covid-19 pourrait avoir pour effet secondaire la survenue de syndrome de Parsonage-Turner. Néanmoins, le lien de causalité reste à démontrer formellement. Ce risque, une fois démontré, serait faible, mais nécessiterait une vigilance particulière de la part des professionnels de santé, dans les jours suivants la vaccination.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Syndrome de Parsonage et Turner (névralgie amyotrophiante). em-consulte.com. Consulté le 11 avril 2022.
barrière hémato-encéphalique et science

Traverser la barrière hémato-encéphalique pour délivrer des médicaments | Thierry Payet

L’intégrité de la barrière hémato-encéphalique est critique pour le bon fonctionnement du cerveau. Cependant, son rôle de protection empêche le passage de médicaments qui pourraient contribuer à soigner un grand nombre de pathologies neurologiques. Publiée dans Communication Natureune étude, menée chez la souris, démontre qu’il est possible d’ouvrir temporairement la barrière hémato-encéphalique et de délivrer directement des traitements médicamenteux dans le cerveau. Explications.

barrière hémato-encéphalique et science

Le rôle de la barrière hémato-encéphalique

La barrière hémato-encéphalique (BHE) joue un rôle primordial dans la protection du système nerveux central. Elle isole et sépare le système nerveux central de la circulation sanguine générale. Elle forme une barrière chimique et physique très sélective. En effet, la BHE contrôle strictement les échanges entre la circulation sanguine et le cerveau. Elle bloque ainsi le passage de molécules potentiellement toxiques pour le cerveau tels que des agents pathogènes, par exemple. La BHE se compose essentiellement des cellules endothéliales qui tapissent les vaisseaux sanguins se situant du côté de la circulation sanguine générale.

À savoir ! Les cellules endothéliales jouent un rôle actif dans le contrôle du tonus des vaisseaux sanguins. Ainsi, elles influencent la vitesse du débit sanguin. En effet, elles sécrètent certaines substances qui vont avoir un effet dit « vasoconstricteur ». En réduisant le diamètre du vaisseau sanguin, elles diminuent aussi le débit sanguin. Les cellules endothéliales sécrètent également des molécules « vasodilatatrices » qui vont augmenter le volume des vaisseaux et le débit sanguin.

Cependant, la fonction protectrice de la BHE empêche le passage d’un très grand nombre de molécules actives de médicaments. Cela complique le traitement médicamenteux de nombreuses pathologies neurologiques.

Ouvrir temporairement la BHE pour faire passer des médicaments

Des chercheurs américains et français ont voulu déterminer s’il était possible d’ouvrir, temporairement, la BHE. Pour cela, ils ont travaillé avec des modèles murins adultes. Le développement et le maintien de la BHE dépend de la voie de signalisation nommée Wnt, qui régule de nombreux processus cellulaires cruciaux. Ainsi, les scientifiques se sont focalisés sur le contrôle de cette voie de signalisation.

Dans la voie Wnt, un acteur joue un rôle important. Il s’agit de la molécule Unc5B, récepteur positionné à la surface des cellules endothéliales des vaisseaux sanguins. Tous les récepteurs fonctionnent grâce à la présence d’un ligand spécifique. C’est le même principe qu’une clef et une serrure. Une clef est spécifique d’une serrure. Elle peut l’ouvrir ou la fermer. Ainsi, si le ligand, nommé nétrine-1, est absent, le récepteur Unc5B ne peut pas s’activer.

Dans leur étude, les chercheurs ont développé un anticorps empêchant nétrine-1 de se fixer sur son récepteur. Cela a pour effet d’affaiblir la barrière sanguine. Ainsi, en injectant cet anticorps aux souris, les scientifiques ont observé que la BHE laissait passer des molécules jusqu’à ce que l’anticorps soit éliminé par l’organisme. Il a donc une fonction d’ouverture transitoire de la BHE. Pendant ce laps de temps, les chercheurs ont pu délivrer des médicaments qui ont atteint directement le cerveau.

Ces résultats encore très préliminaires offrent des perspectives intéressantes. En effet, ils pourraient marquer le départ de nouvelles stratégies thérapeutiques pour des maladies neurologiques incurables telles que la maladie d’Alzheimer, de Parkinson ou certains cancers cérébraux.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources

– Endothélial Unc5B contrôle l’intégrité de la barrière hémato-encéphalique. nature.com. Consulté le 5 avril 2022.