actualité covid-19

Array | Thierry Payet

Array ArrayArray

Array Array

Array


Array Array

Array Array Array

Array Array Array


Array

Array [1]Array Array

  • ArrayArrayArray
  • Array
  • Array
  • Array

Array Array Array Array Array ArrayArray [2]

Array Array Array

Array ArrayArray Array

Array Array Array


Array Array

ArrayArrayArray

Array Array Array Array Array ArrayArray


Array Array Array Array ArrayArray Array Array Array


Array

  • [1] Array
  • [2] Array

Array

Array | Thierry Payet

Array Array Array [1] Array

ArrayArray

ArrayArrayArray [2]

Array Array Array

Array Array

Array
Array


Array Array Array


Array Array

Array ArrayArray

Array ArrayArrayArrayArray

Array


Array Array

Array ArrayArray [3]

Array

Array

Array

Array

Array

Array Array [4]

Array Array

Array

Array Array
Array Array
Array Array
Array
Array
Array
Array
Array
Array
Array ArrayArray Array
Array Array

Array

Array Array
Array Array
Array Array
Array Array
Array
Array
Array Array
Array Array

Array Array

Array

Array [5]

  • ArrayArray Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array
  • Array Array
  • Array Array
  • Array Array
  • Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array

Array

  • Array Array
  • Array Array
  • ArrayArray Array
  • Array Array Array
  • Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array Array
  • Array Array
  • Array Array
  • Array Array Array
Array Array
Array [6]

Array Array

Array Array
Array
Array Array
Array Array
Array
Array Array

Array Array

Array Array
Array Array
Array
Array

Array Array

Array Array Array

  • Array
  • Array
  • Array
  • Array
  • Array

Array Array Array ArrayArray


Array Array Array Array ArrayArray Array Array Array


Array

  • [1] Array
  • [2] Array
  • [3] Array
  • [4] Array Array Array
  • [5] Array Array Array
  • [6] Array Array
  • Array Array
  • Array

Array

Array

Array | Thierry Payet

Array Array Array Array Array

Array

Array

Array Array Array

    1. Array
    2. Array
    3. Array
    4. Array
    5. Array
    6. Array
    7. Array
    8. Array
    9. Array
    10. Array

Array

Array

Array

Array

  • Array
  • Array
  • Array
  • Array

Array

Array ArrayArray Array Array

Array

Array

Array

Array

  • Array
  • Array
  • Array
  • Array

Array Array

Array

Array

  • Array
  • Array

Array

Array

Array

Array

Blog de la clinique Yarram par le Dr Kylie Sergentanis

Blog de la clinique Yarram par le Dr Kylie Sergentanis – East Gippsland Osteopathic Clinic | Thierry Payet

Blog de la clinique Yarram par le Dr Kylie Sergentanis

Blog de la clinique Yarram par le Dr Kylie Sergentanis

Le bureau de Yarram de la clinique d’ostéopathie East Gippsland se découvre en suivant le chemin sinueux et sinueux du jardin bordé de fleurs jusqu’à l’arrière des studios au toit rouge. Quelle façon de commencer une journée de travail – le trajet (qui comprend également un trajet de 2 minutes en voiture depuis la garderie) est un contraste si net avec la vie urbaine précédente que j’ai vécue à peu près depuis que j’ai quitté le collège secondaire de Yarram tous ceux il y a des années.

Mon histoire n’est pas unique – au début de la pandémie en 2020, au lieu de déménager à l’étranger comme notre plan initial l’avait été pour mars 2020, nous sommes retournés au Gippsland. Quel cadeau cela a été à bien des égards et nous nous sentons si chanceux d’avoir été accueillis à nouveau dans une merveilleuse communauté. Il y a tellement de raisons pour moi d’être reconnaissant de travailler à Yarram, cependant, je pense que la raison numéro un serait les gens incroyables que je rencontre quotidiennement.

Les studios au toit rouge ont fourni l’espace tranquille parfait. Étant à l’arrière du bâtiment, la bande sonore pendant les traitements est le chant des oiseaux et la brise dans les arbres, la rampe de mobilité est ornée d’une vigne feuillue et la perspective de la salle est des arbres fruitiers et des fleurs.

En plus d’une maîtrise en ostéopathie, j’ai des qualifications supplémentaires en Pilates clinique, en aiguilletage sec, en santé des femmes, y compris après le soutien du cancer du sein et en biodynamie.

Actuellement, j’ai une disponibilité de rendez-vous les mardis (y compris en fin d’après-midi) et les mercredis de la clinique Yarram.

Parallèlement au traitement d’ostéopathie (dont vous pouvez en savoir plus sur ce qu’est l’ostéopathie ici), nous vendons également des oreillers thérapeutiques, une gamme de suppléments, des aides topiques telles que la fisiocream et l’huile de magnésium et des outils d’exercice, notamment des boules à pointes, des theraband et des rouleaux en mousse.

Das Osteopathie-Selbsthilfe-Buch • Torsten Liem • 13. Januar 2022

Le livre d’auto-assistance de l’ostéopathie • Torsten Liem • 7 avril 2022 | Thierry Payet

Le dernier livre de Torsten Liem. L’auteur est connu et apprécié pour ses livres spécialisés bien fondés; il a également des guides d’ostéopathie / livres de non-fiction sur le marché depuis plus de 20 ans. De quoi parle ce travail ? Derrière chacune des 7 têtes de chapitre simples et concises, les cinq modèles ostéopathiques sont astucieusement présentés avec une richesse de contenu pratique. Déjà dans l’avant-propos, le lecteur est adressé de manière active et motivante à la coopération/l’entraide et est initié au travail des ostéopathes sur la base des quatre principes et des cinq modèles de l’ostéopathie. Dans les 5 chapitres suivants « Posture et mouvement », « Système respiratoire et cardiovasculaire », « Métabolisme, système immunitaire et hormonal », « Système nerveux » et « Ajustements biopsychosociaux » suivent des explications bien fondées des réseaux de notre organisme avec des conseils pour tout le monde Systèmes du corps, de la psyché et de nombreux symptômes – toujours spécifiquement structurés à l’aide des cinq modèles ostéopathiques – cela court comme un merveilleux fil rouge à travers tout le livre. Les processus et les interactions, qui sont décrits de manière très simple et compréhensible, créent la compréhension et la « perception » nécessaires pour que le lecteur devienne lui-même actif. Cela seul est un potentiel incommensurable pour la santé et le potentiel d’auto-guérison – chacun de nous, thérapeutes, sait que cela soutient considérablement notre travail.

En tant que livre d’auto-assistance, il est « strié » d’une multitude d’exercices bien illustrés pour l’endurance, l’entraînement par intervalles, les tests de force musculaire, les étirements et les techniques d’auto-assistance pour le drainage lymphatique. Personnellement, je trouve particulièrement précieuses les illustrations des sept postures assises naturelles, des quatre ouvertures respiratoires et des exercices de respiration vocalique.

Jusqu’ici tout va bien. Mais ce qui distingue aussi avec bienveillance ce livre de toutes les autres publications ostéopathiques, c’est que tout ce qui y est écrit est basé sur des études : Derrière un code QR discret à la page 289 se cache un travail immensément détaillé de l’auteur. L’ensemble des 871 publications auxquelles il fait référence dans le livre et la bibliographie complète sont accessibles sur son site internet comme ceci : 58 pages ! Le respect!

Alors que l’on suppose initialement un autre guide d’ostéopathie en raison de l’équipe d’auteurs et du titre du livre, le livre parvient à apporter un réel bénéfice non « seulement » aux profanes mais surtout à nous ostéopathes. En tant que livre de non-fiction, il a définitivement gagné le statut de livre spécialisé, car il nomme des interactions qui ne sont parfois pas toujours connues même des ostéopathes.

Kerstin Schmidt, gestionnaire de rubrique