journée internationale des personnes handicapées

Journée internationale des personnes handicapées | Thierry Payet

En France, 12 millions de personnes sont en situation de handicap, dont 9 millions avec un handicap invisible. Depuis 1992, le 3 décembre est consacré à la journée internationale des personnes handicapées. L’occasion de sensibiliser le plus grand nombre aux questions sur le handicap, mais aussi de mobiliser les acteurs sur les droits des personnes handicapées.

journée internationale des personnes handicapées

Journée internationale des personnes handicapées : du handicap visible à l’handicap invisible

Le handicap ne se limite pas aux personnes en fauteuil roulant ou souffrant d’un déficit intellectuel. Le handicap regroupe une multitude de situations, dont la majorité font partie du handicap invisible. Les personnes atteintes d’un handicap invisible sont notamment celles :

La journée internationale des personnes handicapées est l’occasion de sensibiliser le grand public à toutes les formes de handicapcar tous les handicaps ont des conséquences importantes sur la vie quotidienne et donc sur la qualité de vie.

De l’intégration à l’inclusion du handicap

Pour l’édition 2022 de cette journée, le ministère de l’éducation nationale se mobilise pour organiser des actions dans les établissements scolaires autour du handicap des plus jeunes Français. En effet, le thème choisi cette année par l’UNESCO est l’innovation et des solutions transformatrices pour un développement inclusif. Car aujourd’hui, l’heure n’est pas à l’intégration des personnes handicapées, mais à l’inclusion du handicap dans la société. Et cette inclusion commence par celle des enfants en situation de handicap au sein des établissements scolaires.

Des actions de sensibilisation sur le thème de l’école inclusive sont donc programmées partout en France pour permettre aux équipes éducatives de réfléchir et d’échanger sur plusieurs thèmes :

  • Les différentes formes de handicap ;
  • L’acceptation des différences ;
  • Les règles du bien vivre ensemble.

Vers une école inclusive

A cette fin, des débats, des échanges, des rencontres, des activités sportives, artistiques ou culturelles, pourront être proposés dans les différents établissements scolaires. Les associations et les partenaires sont mobilisés pour l’organisation de ces moments de sensibilisation sur le handicap. Parallèlement, des ressources pédagogiques et audiovisuelles sont disponibles pour les enseignants sur la plateforme numérique « Cap école inclusive ». L’ONISEP propose par ailleurs la collection « Histoires d’avenir », une série de témoignages de jeunes en situation de handicap et de leurs proches.

Tout enfant en situation de handicap est considéré de droit comme un élève et en France l’éducation est un droit pour tous les enfants. Chaque enfant, en fonction de sa situation, doit pouvoir bénéficier d’un parcours scolaire personnalisé et adapté, pour lui permettre d’effectuer sa scolarité dans les meilleures conditions, soit en milieu ordinaire (à l’école classique), soit en milieu adapté (dans des structures scolaires spécifiques). L’école inclusive doit ainsi permettre à tous les enfants, handicapés ou non, et quel que soit leur handicap, d’être autant que possible scolarisés ensemble.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Journée internationale des personnes handicapées. education.gouv.fr. Consulté le 1er décembre 2022.
– Journée internationale des personnes handicapées. un.org. Consulté le 1er décembre 2022.
neurones et axones

Sclérose en plaques (SEP) : causes, symptômes et traitements | Thierry Payet

La sclérose en plaques (ou SEP) est une maladie auto-immune [1] du système nerveux central qui s’attaque au cerveau et à la moelle épinière. Cette pathologie inflammatoire chronique touche près de 110 000 français. Son évolution varie d’un individu à l’autre et peut être responsable de l’installation d’un handicap sévère.

Quelles en sont les causes ? Quels sont les traitements possibles ?

Médicalib vous en dit plus à ce sujet.

Cet article, destiné au grand public, s’appuie sur les données scientifiques disponibles sur le sujet traité, à sa date de mise à jour.
Il n’a pas vocation à se substituer aux recommandations et préconisations de votre médecin.


JE – Sclérose en plaques : de quoi parle-t-on ?

UN- Rappel

Le système nerveux central est constitué du cerveau et de la moelle épinière. Son rôle “est d’organiser, de contrôler et de réguler des fonctions essentielles de l’organisme comme la motricité, l’équilibre, la perception (sensibilité, vision, audition, odorat…), les fonctions intellectuelles, les émotions, le comportement, ainsi que le fonctionnement de certains organes comme l’intestin ou la vessie…” [2]

neurones et axones

L’axone est un prolongement du neurone qui conduit l’influx nerveux.

“La myéline est une membrane biologique qui s’enroule autour des axones pour constituer une gaine. […] La gaine de myéline sert à isoler et à protéger les fibres nerveuses […]. Elle joue aussi un rôle d’accélérateur de la vitesse de propagation de l’influx nerveux transportant l’information le long de l’axone.” [3]


B- Définition

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire auto-immune qui affecte le système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Cette pathologie chronique se caractérise par le développement d’une réaction inflammatoire contre la myéline qui ralentit alors la transmission des influx nerveux.

En effet, “la disparition de la myéline […] entraîne une impossibilité pour le signal nerveux d’atteindre les organes périphériques et en particulier les muscles” [4]. Un handicap plus ou moins sévère peut alors progressivement s’installer.

La maladie évolue par poussées plus ou moins longues et plus ou moins espacées dans le temps. Son évolution est très variable d’un patient à l’autre.

Dans la majeure partie des cas (85%), des symptômes apparaissent au cours de poussées (forme récurrente-rémittente). Ces derniers disparaissent ensuite partiellement ou totalement dans les semaines qui suivent (notamment dans les premières années de la maladie).

En revanche, 10 ou 20 ans après l’apparition des premières poussées et des premiers symptômes, une aggravation lente et continue du handicap (forme secondairement progressive) peut s’observer chez certains patients (50%).

Par ailleurs, chez certains patients (principalement âgés de plus de 40 ans), la maladie peut directement se manifester sans épisodes de poussées (forme primaire progressive) et directement évoluer vers l’installation définitive d’un handicap plus ou moins sévère.


II- Sclérose en plaques : facteurs de risque

SEXE affection 3 fois plus fréquente chez les femmes
ÂGE le plus souvent entre 25 et 35 ans
ANTÉCÉDENTS *facteurs génétiques : risque supérieur d’être atteint si un parent en est atteint.
*obésité
*infection par le virus Epstein-Barr (mononucléose)
HABITUDES DE VIE *tabagisme actif ou passif au cours de l’enfance
*polluants respiratoires
FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX *climat : “une exposition régulière au soleil pendant l’enfance pourrait protéger contre le développement de la SEP.” [5]

III- Sclérose en plaques : symptômes

Les symptômes de la sclérose en plaques sont variés. Parmi les principaux symptômes on recense :

  • des troubles moteurs et oculomoteurs
  • une fatigue intense
  • une perte de la coordination musculaire
  • des troubles de l’équilibre
  • des vertiges
  • une altération de la vision : vision double ou baisse d’acuité visuelle au niveau d’un œil
  • des troubles de la sensibilité : sensations d’engourdissement ou fourmillements dans les bras ou les jambes…
  • des troubles cognitifs : altération de la mémoire, troubles de l’attention…
  • des troubles de l’élocution
  • une incontinence urinaire et fécale


IV- Sclérose en plaques : diagnostic

INTERROGATOIRE ET EXAMEN CLINIQUE Évaluation des symptômes, de leur durée, de leur apparition…
IMAGERIE IRM : examen de référence qui permet l’observation des lésions (plaques au niveau du cerveau, du tronc cérébral et de la moelle épinière) et l’étude de leur évolution dans le temps
L’IRM est un outil indispensable tant pour le diagnostic que pour le suivi de l’efficacité du traitement.
PONCTION LOMBAIRE Etude du liquide céphalo-rachidien qui permet de confirmer la présence d’une inflammation.
FOND D’OEIL Permet de confirmer une baisse d’acuité visuelle en l’absence d’une cause ophtalmologique (glaucome, cataracte…).


V- Sclérose en plaques : traitement

Aucun traitement curatif n’existe à ce jour mais des traitements de fond (immunomodulateurs et immunosuppresseurs) permettent de “prévenir la survenue de nouvelles poussées et de réduire le risque de séquelles”. [6]


UN – Les traitements de fond

Les traitements de fond permettent d’agir directement sur le système immunitaire, de diminuer l’inflammation et de réduire d’environ 30% la fréquence des poussées.

Cependant le choix de la mise en place d’un tel traitement va reposer sur différents paramètres comme le profil de la maladie, les traitements antérieurs, l’efficacité de ces derniers, le profil de tolérance du patient…


B- Le traitement des poussées

Le traitement des poussées repose sur la corticothérapie (administration de corticoïdes) nécessitant en règle générale une courte hospitalisation.

Bon à savoir “Le traitement des poussées repose sur la corticothérapie (administration de corticoïdes) nécessitant en règle générale une courte hospitalisation .” [7]

C- Les traitements symptomatiques

En dehors des poussées, il est indispensable de soulager les symptômes de la sclérose en plaques et d’améliorer la qualité de vie des patients.

FATIGUE *prise en charge des troubles du sommeil éventuels
*aménagement de l’activité professionnelle.
*…
DOULEURS prescription d’un traitement adapté pour les soulager
TROUBLES MOTEURS mise en place d’une rééducation adaptée aux besoins de la personne : kinésithérapie, ergothérapie, cryothérapie (traitement par le froid), préconisation d’aides techniques (attelles, cannes…).
SPASTICITÉ *séances de kinésithérapie
*traitement médicamenteux destiné à favoriser le relâchement musculaire
Bon à savoir De nombreux médicaments sont disponibles pour améliorer les symptômes résiduels comme les douleurs, la spasticité, les troubles urinaires, la fatigue, les troubles de la marche, les troubles sexuels, les troubles anxiodépressifs, ou les troubles de la sensibilité.

Sachez que vous pouvez prendre rendez-vous en ligne avec une infirmière ou un kinésithérapeute à domicile. Pour cela, n’hésitez pas à nous contacter via notre plateforme. Nous vous mettrons en relation avec un professionnel de santé à proximité de votre domicile en moins d’une heure !


Sources :

  • [1] Agression de l’organisme par son propre système immunitaire.
  • [2] Mieux comprendre le système nerveux central – SeP ensemble – Sanofi – MAJ 18 avril 2019
  • [3] Sclérose en plaques (SEP) – Une recherche active pour améliorer la prise en charge des patientsInserm – MAI 17 Septembre 2020
  • [4] La sclérose en plaques (SEP) : causes, mécanismes, symptômes et traitements – ICM – Institut du Cerveau – MAJ mai 2022
  • [5] Les causes de la sclérose en plaques – Vidal – MAJ 15 avril 2021
  • [6] Evolution de la sclérose en plaques- Ligue française contre la sclérose en plaques (LFSEP)
  • [7] Les traitements – Teva – Mieux vivre avec la SEP
Homme malvoyant atteint de DMLA. Lisant les recommandations de la HAS

DMLA recommandations en 2022 | Thierry Payet

Principale cause de malvoyance après 50 ans dans les pays industrialisés, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie particulièrement invalidante. Elle peut mener à la cécité (perte de la vue). D’où la nécessité d’un suivi régulier sur le long terme comme le stipule la Haute Autorité de Santé dans ses nouvelles recommandations. On fait le point sur les recommandations de la DMLA en 2022.

Homme malvoyant atteint de DMLA. Lisant les recommandations de la HAS

Recommandation DMLA et handicap visuel

Principale cause de handicap visuel chez les personnes de plus de 50 ans, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) se caractérise par une dégradation progressive de la zone centrale de la rétine. Constituée de cellules sensibles à la lumière, la rétine a pour rôle de transformer les signaux lumineux reçus par l’œil en signaux électriques destinés au cerveau. Au stade initial, la DMLA ne provoque pas de déficience visuelle. Malheureusement, son évolution peut conduire à une altération sévère de la vue voire à une perte de la vision.

À savoir ! Touchant près de 8% de la population française, la DMLA voit sa fréquence augmenter avec l’âge pour toucher 25 à 30 % des personnes de plus de 75 ans.

La Haute Autorité de Santé (HAS) rappelle pourtant qu’un repérage précoce de la DMLA  peut limiter le handicap visuel et les conséquences sur le quotidien du patient. D’où la nécessité d’un suivi régulier sur le long terme comme le stipule l’instance à travers ses nouvelles recommandations.

Vision : une surveillance régulière nécessaire

Pour pouvoir repérer précocement une DMLA, encore faut-il en connaître les facteurs de risque. Obésité, tabagisme, antécédents familiaux ou régime alimentaire (pauvre en oméga 3 ou riche en graisses saturées) constituent ainsi autant de paramètres à prendre en compte dans le repérage de la maladie. La HAS conseille donc aux personnes de plus de 50 ans et présentant un ou plusieurs de ces facteurs de risque de procéder à une surveillance régulière de leur vision.

En pratique, chacun peut procéder à une auto-surveillance régulière de sa vision à l’aide d’un outil appelé « la grille d’Amsler ». Disponible sur internet, ce système d’auto-évaluation permet au patient de détecter une éventuelle déformation des lignes ou une tache sombre au centre de la vision. Qui dit auto-surveillance implique également une vigilance quotidienne de la part du patient face à la survenue d’éventuels troubles de la vision comme :

  • Une déformation des objets observés
  • Une modification de la vision des couleurs
  • Une moindre perception des contrastes
  • Des difficultés à lire malgré une correction adaptée
  • Une gêne en vision nocturne

À savoir ! Si l’un de ces signes apparaît, il est recommandé de consulter rapidement un ophtalmologiste.

Cette auto-surveillance de la vision doit être complétée par une visite chez un ophtalmologiste. A réaliser tous les ans ou tous les deux ans.

Une stratégie thérapeutique adaptée au type de DMLA

Les nouvelles recommandations pour la DMLA de la HAS sont également l’occasion de faire le point sur les méthodes diagnostiques et des traitements existants. Face à des symptômes évoquant une DMLA, l’ophtalmologiste devra procéder à un examen clinique complet.

Des examens complémentaires sont également essentiels comme :

  • Un examen approfondi du fond d’œil
  • Une tomographie par cohérence optique (OCT)
  • Voire une angiographie

L’objectif de ces examens ? Confirmer le diagnostic de DMLA et identifier sa forme (sèche ou humide). Car la stratégie thérapeutique adoptée différera en fonction de la forme de DMLA du patient.

À savoir ! Il existe deux types de DMLA : la DMLA sèche (ou atrophique) et la DMLA humide (ou exsudative). La DMLA sèche correspond à un amincissement anormal de la zone centrale de la rétine. Entrainant une disparition progressive des cellules spécialisée équipées de photorécepteurs. Elle provoque une altération lente et progressive de la vision centrale (en 5 à 10 ans). Quant à la DMLA humide (ou exsudative), elle se caractérise par le développement anormal de vaisseaux sanguins dans la zone centrale de la rétine. D’évolution rapide, elle peut conduire à une perte de la vision centrale en quelques semaines ou même quelques jours.

Pour une DMLA humide par exemple, le traitement de première intention consistera en l’injection dans l’œil d’un inhibiteur du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire. Quant aux formes sèches de DMLA, elles devront faire l’objet d’une rééducation personnalisée afin de favoriser l’autonomie du patient et l’aider à développer des stratégies compensatrices de la perte de vision. Dans tous les cas, le patient se verra conseiller d’arrêter de fumer.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources

– Dégénérescence maculaire liée à l’âge.Haute Autorité de Santé. . Consulté le 15 novembre 2022.
– Comprendre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Amélie. . Consulté le 16 novembre 2022.
quels professionnels de santé peuvent y prétendre ?

quels professionnels de santé peuvent y prétendre ? | Thierry Payet

Le régime de l’auto-entreprise (ou micro-entreprise) permet de pratiquer une activité professionnelle indépendante.

Quelles sont les conditions à respecter ? Qui peut prétendre au statu d’auto-entrepreneur ?

Médicalib vous en dit plus à ce sujet.

Développez votre patientèle grâce à Medicalib. Recevez directement sur votre téléphone des demandes de soins, de patients situés dans votre zone de tournée.



Cet article, destiné au grand public, s’appuie sur les données disponibles sur le sujet traité, à sa date de mise à jour.


JE – Auto-entreprise : précisions concernant ce type de régime

“Le statut auto-entrepreneur (ou micro entrepreneur) est un régime simplifié de l’entreprise individuelle. Il permet de créer plus facilement une entreprise à but lucratif, en profitant de démarches administratives et de procédures fiscales et sociales simplifiées.”[1]

Par ailleurs, l’un des atouts de ce statut est que le montant des cotisations sociales  est proportionnel à votre chiffre d’affaires. Le versement des cotisations pourra se faire mensuellement ou de manière trimestrielle (à vous de le définir!).

Bon à savoir “Le statut d’auto-entrepreneur offre plusieurs avantages dont l’exonération de TVA, une gestion simplifiée, une absence des délais de carence et une organisation propre de votre calendrier et de votre clientèle.”


II- Auto-entreprise : un régime ouvert sous conditions

UNConditions générales d’accès

Ce régime est ouvert à tous, que ce soit dans le cadre d’une activité principale, ou en vue de développer une activité complémentaire.

Certains critères doivent cependant être respectés :

  • être majeur ou mineur émancipé
  • ne pas être déjà travailleur non salarié
  • avoir une adresse en France
  • Pour les ressortissants hors Union européenne, être titulaire d’une carte de séjour temporaire autorisant l’ouverture d’une auto-entreprise en France (se renseigner auprès de votre préfecture)

BConditions spécifiques aux professionnels de santé

Au sein du secteur de la santé, le statut d’auto-entrepreneur est très restreint.

En effet, la plupart des professions médicales et paramédicales sont réglementées et, leur exercice est encadré par des caisses de cotisations et des statuts dédiés.

Seules 4  professions du secteur de la santé peuvent prétendre à l’auto-entreprenariat : les ergothérapeutes, les psychomotriciens, les diététiciens et les psychologues.

Il est en revanche interdit aux infirmiers, médecins, chirurgiens, psychiatres, sages-femmes, vétérinaires, pédicures, orthophonistes, orthopédistes, pharmaciens et masseurs kinésithérapeutes d’exercer sous le statut d’auto-entrepreneur.


Bon à savoir “Un professionnel souhaitant devenir auto-entrepreneur doit être affilié au régime de retraite de la CIPAV (Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse) ou du RSI Régime social des indépendants).” [2] Or les infirmiers comme les masseurs kinésithérapeutes ont par exemple l’obligation de cotiser à la Carpimko.
D’autres formes juridiques d’exercice sont possibles. Pour en savoir plus, cliquez ici


III- Auto-entreprise : procédure d’enregistrement

Afin de vous enregistrer il vous suffira de vous inscrire sur le site de l’Urssaf.

Un numéro SIRET vous sera ensuite attribué et communiqué pour pouvoir exercer..

Le statut d’auto-entrepreneur offre plusieurs avantages dont l’exonération de TVA, une gestion simplifiée, une absence des délais de carence et une organisation propre de votre calendrier et de votre clientèle.



Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.


Sources :

  • [1] Le statut auto-entrepreneur : tout comprendre – Portail Auto-Entrepreneur
  • [2] Le professionnel de santé auto-entrepreneur – MACSF – MAJ 7 octobre 2020
  • Devenir infirmier auto-entrepreneur est-ce possible ? – Pole-autoentrepreneur.com
FODMAP, des sucres qui altèrent la barrière intestinale

Des aliments qui altérent la barrière intestinale | Thierry Payet

Les FODMAP, pour Fermentable Oligosaccharides Disaccharides Monosaccharides And Polyols, sont régulièrement pointés du doigt dans le syndrome du côlon irritable, qui touche de nombreux Français. Mais quels sont les mécanismes reliant ces sucres présents dans l’alimentation et la survenue des symptômes du côlon irritable ? Une récente étude publiée par des chercheurs français apporte des éléments de réponse. Explications.

FODMAP, des sucres qui altèrent la barrière intestinale

Que sont les FODMAP ?

Les FODMAP sont présents partout dans l’alimentation, puisqu’ils regroupent les glucides de petite tailletels que :

  • Le lactose (le sucre du lait) ;
  • Le saccharose (le sucre de table) ;
  • Le fructose (le sucre des fruits) ;
  • Les galactanes ;
  • Etc…

Depuis plusieurs années, l’omniprésence de ces sucres dans l’alimentation a été associée à l’augmentation de l’incidence du syndrome du côlon irritable. Certaines personnes auraient des difficultés à absorber ces sucres, qui seraient responsables :

  • D’un inconfort digestif ;
  • De ballonnements ;
  • De douleurs intestinales ;
  • De troubles du transit.

Des sucres à l’origine d’une fermentation inconfortable

L’illustration la plus connue est sans doute l’intolérance au lactosequi conduit chaque année de nombreux Français à supprimer le lait et les produits laitiers ou à se tourner vers des produits laitiers spécifiquement formulés sans lactose. Pour expliquer le lien entre les FODMAP et les troubles digestifs, les scientifiques avancent des problèmes de fermentation de ces sucres par la flore intestinale. Un régime pauvre en FODMAP, c’est-à-dire supprimant ou réduisant les aliments les plus riches, pourrait ainsi améliorer le confort intestinal de ces personnes.

Mais les problèmes de fermentation ne permettent pas d’expliquer totalement l’impact des FODMAP sur le fonctionnement intestinal. Pour aller plus loin dans la compréhension des mécanismes, des chercheurs français ont mené une étude sur des souris, auxquelles ont été administrés deux types de FODMAP, du lactose et des fructo-oligosaccharides. Puis, les chercheurs ont étudié la barrière intestinale des souris, pour la comparer à celle de souris témoins.

La barrière intestinale altérée par les produits de la fermentation des FODMAP

Grâce à ce modèle, ils ont pu mettre en évidence que la fermentation des FODMAP entraînait la production d’AGE (Produit final de glycation avancéec’est-à-dire des produits terminaux de glycation), des produits incriminés dans les symptômes du côlon irritable. La production d’AGE au niveau de l’intestin entraînerait le recrutement d’une catégorie de globules blancs, les mastocytes, qui interagissent avec des cellules intestinales productrices de mucus. Chez les souris exposées aux FODMAP, les chercheurs ont observé une accumulation locale de mastocytes et des irrégularités dans l’épaisseur de la couche de mucus recouvrant la paroi intestinale.

Chez des souris exposées à la fois à des FODMAP et à de fortes doses d’un dérivé de la vitamine B6 (qui bloque la production d’AGE), la couche de mucus se montrait régulière. D’après les chercheurs, ces nouvelles données suggèrent que la production d’AGE suite à la fermentation des FODMAP pourrait altérer la couche de mucus et donc fragiliser la barrière intestinale. Ce phénomène expliquerait la survenue des troubles digestifs chez les sujets atteints du syndrome du côlon irritable. Trouver le moyen de bloquer la production d’AGE pourrait représenter une alternative au régime pauvre en FODMAP auquel doivent s’astreindre de nombreuses personnes.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Les FODMAPs, des sucres qui altèrent la barrière intestinale. inserm.fr. Consulté le 31 octobre 2022.
– Un Comprendre les FODMAP Que sont les FODMAP ? cdhf.ca/fr. Consulté le 31 octobre 2022.
campagne de vaccination contre la grippe

Lancement de la campagne de vaccination contre la grippe | Thierry Payet

Selon les autorités de santé publique, la grippe saisonnière serait responsable chaque année en moyenne de 9 000 décès supplémentaires. Pour mieux protéger les plus fragiles face à cette infection, une campagne de vaccination est organisée chaque année entre l’automne et l’hiver. Et cette année, le rappel contre la Covid-19 peut être effectué au même moment. Explications sur le lancement de la campagne de vaccination de la grippe.

campagne de vaccination contre la grippe

Grippe saisonnière et campagne de vaccination

La grippe saisonnière occasionne chaque année plusieurs milliers de décès en France, en particulier chez les personnes âgées. Selon les autorités de santé publique, une couverture vaccinale de 75 % chez les personnes de plus de 65 ans pourrait permettre de sauver la vie de 3 000 personnes chaque année, soit un tiers de la surmortalité annuelle estimée pour cette infection virale.

Ce 18 octobre 2022, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a été officiellement lancée pour l’automne et l’hiver 2022-2023. L’occasion de rappeler la nécessité de se faire vacciner pour les plus fragiles, en particulier les personnes fragiles et les femmes enceintes, mais aussi pour les professionnels de santé. Après la pandémie de la Covid-19, les professionnels de la vaccination ressentent une certaine lassitude de la population, qui hésite à se faire vacciner encore une fois.

Une campagne de vaccination en deux étapes

Jusqu’au 15 novembre, seuls les publics prioritaires pourront retirer leur vaccin en pharmaciegrâce au courrier qu’ils ont reçu de l’Assurance Maladie :

  • Les personnes âgées d’au moins 65 ans ;
  • Les adultes et les enfants atteints de maladies chroniques (insuffisance respiratoire ou cardiaque, diabète, insuffisance rénale, asthme, BPCO, …) ;
  • Les femmes enceintes ;
  • Les personnes obèses avec un IMC (Indice de Masse Corporelle) supérieur à 40 ;
  • Les proches de nourrissons de moins de 6 mois à risque de forme grave de grippe ;
  • L’entourage des patients immunodéprimées.

Les professionnels de santé sont également appelés à se faire vacciner durant cette première étape.

Puis à partir du 15 novembre, toutes celles et tous ceux qui le souhaitent pourront se procurer un vaccin contre la grippe saisonnière en pharmacie. Pour inciter le plus grand nombre à se faire vacciner, une campagne de communication est diffusée du 23 octobre au 20 novembre.

Se vacciner en même temps contre la grippe et la Covid-19

Autre point important de cette campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, la possibilité de se faire vacciner en même temps contre la Covid-19. Même s’il n’existe pas de vaccin combinant la grippe saisonnière et la Covid-19, il est possible d’être vacciné contre les deux infections le même jour par le même professionnel de santé. Aucun délai n’est recommandé entre les deux vaccinations, qu’il s’agisse d’une primovaccination ou du rappel contre la Covid-19.

En pratique, la vaccination contre la grippe saisonnière et la Covid-19 est possible dans tous les lieux de vaccination contre la Covid-19. Il suffit simplement de se procurer le vaccin contre la grippe saisonnière en pharmacie avant de se rendre au rendez-vous de vaccination contre la Covid-19. Avec cette co-vaccination, il est possible de se protéger simultanément contre deux maladies qui pourraient se propager parallèlement ou en décalage cet hiver. Pour un hiver plus serein !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

– Vaccination contre la grippe saisonnière : la campagne démarre le 18 octobre ! . service-public.fr. Consulté le 20 octobre 2022.
– La vaccination contre la grippe saisonnière. ameli.fr. Consulté le 20 octobre 2022.
Forfait annuel d’aide à la modernisation et à l'informatisation du cabinet infirmier (FAMI)

Forfait annuel d’aide à la modernisation et à l’informatisation du cabinet infirmier (FAMI) | Thierry Payet

Prévu par les avenants 6 et 7 de la convention nationale des infirmiersle forfait d’aide à la modernisation et à l’informatisation (FAMI) du cabinet professionnel a été mis en place par l’Assurance Maladie.

Cette aide forfaitaire offre aux professionnels de santé libéraux conventionnés la possibilité de mieux s’équiper afin de mieux pouvoir accompagner leurs patients (prise en charge coordonnée…).

Quelles sont les conditions à remplir ? Comment bénéficier de ce forfait ?

Médicalib vous en dit plus à ce sujet.

Développez votre patientèle grâce à Medicalib. Recevez directement sur votre téléphone des demandes de soins, de patients situés dans votre zone de tournée.



Cet article, destiné au grand public, s’appuie sur les données disponibles sur le sujet traité, à sa date de mise à jour.


JE – Avenants 6 et 7 à la convention nationale des infirmiers : rappel

UNAvenant 6 : valorisation des nouveaux modes d’organisation et usage des nouveaux outils numériques

Destiné à « soutenir les investissements faits par les infirmiers pour moderniser et informatiser leur cabinet, [le] forfait d’aide à la modernisation et à l’informatisation […] regroupe les aides à la télétransmission […]valorise l’exercice coordonné des infirmiers, les investissements en matériel réalisés par l’infirmier au titre de la participation aux actes de téléconsultation ainsi que leur implication dans le déploiement du Dossier Médical Partagé (DPM). » [1]


BAvenant 7

« Cet accord a pour objet de déterminer, pour les infirmiers en pratique avancée (IPA) exerçant à titre libéral sous le régime conventionnelles modalités de leur exercice professionnel ainsi que les modalités de valorisation associées.

Les mesures arrêtées par cet accord portent sur les thèmes suivants :

  • adaptation du dispositif démographique (article 2 de l’avenant 7),
  • valorisation de la prise en charge des patients (article 3 de l’avenant 7),
  • valorisation de l’activité dans le cadre du forfait d’aide à la modernisation et à l’informatisation (article 4 de l’avenant 7). » [2]


II- Indicateurs nécessaires pour l’octroi du forfait annuel [3]

En juillet 2022, une évolution du forfait a été actée. Le montant de l’aide est ainsi passé de 490€ à 590€. L’octroi de cette aide est conditionné au remplissage de certains prérequis, à savoir :

MONTANT CONDITIONS D’OCTROI ET JUSTIFICATIFS DEMANDÉS
6 INDICATEURS OBLIGATOIRES 590€ 1️⃣ Disposer d’un logiciel métier compatible avec le  Dossier Médical Partagé (DMP)
Justificatif : Facture ou attestation de l’éditeur

2️⃣ Posséder une version du cahier des charges SESAM -Vitale (doit d’être conforme à la dernière version du cahier des charges publié par le GIE  SESAM-Vitale au 31/12 de l’année N-1 par rapport à l’année de référence).
– Équipement permettant la télétransmission de vos feuilles de soins.
Outil de facturation efficace
Pas de justificatif nécessaire

3️⃣ Utiliser la solution SCOR (scannérisation des ordonnances) pour la transmission électronique à l’Assurance Maladie des pièces justificatives numérisées.
Pas de justificatif nécessaire

4️⃣ Atteindre un taux de feuilles de soins électroniques (FSE) supérieur ou égal à 70 %
Pas de justificatif nécessaire

5️⃣ Détenir une messagerie sécurisée de santé
Justificatif : Attestation sur l’honneur ou pré-alimentation avec annuaire MSS.

6️⃣ S’engager à une prise en charge coordonnée des patients : participation à une équipe de soins primaires (ESP) ou à une communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) ou à une maison de santé pluriprofessionnelle (MSP)
Justificatif :

2 INDICATEURS OPTIONNELS 525 € *350 € pour l’équipement en vidéotransmission
*175 € pour l’équipement en appareils médicaux connectés (cf la liste des 12 équipements pris en compte par l’Assurance Maladie).


Bon à savoir Afin de pouvoir bénéficier de la rémunération de 590 euros, les infirmiers doivent atteindre tous les indicateurs obligatoires et réaliser une déclaration annuelle sur le portail amelipro.
Les indicateurs optionnels sont indépendants du socle d’indicateurs obligatoires.

III- Majoration exercice coordonné

Une majoration de l’aide forfaitaire est possible pour les infirmiers en pratique avancée libéraux (IPAL) si et seulement si les 6 indicateurs obligatoires précédemment cités sont remplis.

Le montant de l’aide dépendra alors de votre zone d’activité :

  • 1020€ si vous exercez dans un zone sous dense en médecins
  • 300 € si vous exercez hors zone sous dense en médecins


Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.


Sources :

  • [1] Les avenants à la convention nationale des infirmières et infirmiers libéraux – Ameli – MAI 5 octobre
  • [2] Les avenants à la convention nationale des infirmières et infirmiers libéraux – Ameli – MAI 5 octobre
  • [3] Le forfait d’aide à la modernisation et informatisation du cabinet professionnel – Amélia – MAJ 26 juillet 2022
Le système lymphatique — Full Circle Osteopathy

Le système lymphatique — Full Circle Osteopathy | Thierry Payet

Une partie de celui-ci est une collection de petits tubes trouvés dans tout le corps, et vous pouvez considérer ces tubes comme faisant partie du système circulatoire du corps. Dites « circulatoire » et tout le monde pense au sang, aux artères et aux veines, mais la responsabilité ne s’arrête pas là. Les tubes lymphatiques sont bel et bien aussi importants que les tubes qui transportent le sang dans le corps. L’autre partie du système lymphatique est une collection de tissus plus grands trouvés dans diverses zones du corps et vous pouvez les considérer comme faisant partie du système de défense du corps. Alors tout de suite, vous pouvez voir que c’est vachement important !

Examinons ces zones un peu plus en détail… Petit récapitulatif pour vous sur la circulation : les artères amènent le sang du cœur vers le corps, et les veines ramènent le sang vers le cœur depuis le corps. Quelle est la place du système lymphatique dans tout cela ? Eh bien, les tubes (ou vaisseaux) du système lymphatique suivent à peu près le trajet des veines du corps (donc en remontant vers le cœur). La pompe du cœur crée une pression qui entraîne le sang dans les artères où il est distribué dans tout le corps, fournissant une nourriture vitale à tous les différents tissus du corps (c’est-à-dire notre peau, nos muscles, nos os et nos organes). Cependant, la pression exercée par les artères provoque la fuite d’une partie du liquide et des nutriments contenus dans le sang dans les zones environnantes. Et c’est là que les tubes lymphatiques entrent en jeu. Ils récupèrent l’excès de liquide et de nutriments (principalement des protéines) et le renvoient vers le cœur pour être réutilisé par l’organisme. Cela garantit que chaque élément précieux de liquide et de nutrition dans le corps n’est pas gaspillé. Très efficace non ?! Le liquide qui circule dans les vaisseaux lymphatiques est simplement appelé « lymphe ».

La lymphe se déplace à travers les vaisseaux lymphatiques par une combinaison de contractions musculaires dans les parois des vaisseaux, et nous bougeons notre corps (une autre raison pour laquelle bouger est si bon pour vous !). Sur le chemin du retour vers le cœur, le liquide passe à travers une station de filtrage appelée ganglion lymphatique. Ici, toutes les mauvaises bactéries, virus ou même cellules cancéreuses qui se trouvent dans la lymphe sont traitées rapidement par nos cellules de défense. La lymphe fraîchement nettoyée est ensuite envoyée plus loin le long de la chaîne jusqu’à ce qu’elle atteigne une veine proche du cœur. C’est ici que la lymphe rentre dans le sang et que le cycle continue.

Avant d’oublier (je plaisante, nous n’oublions jamais !), dans l’intestin grêle se trouvent des vaisseaux lymphatiques très spécialisés qui aident le corps à absorber les graisses des aliments que nous mangeons. C’est une autre fonction importante du système lymphatique !

Défense, défense, défense !

Sur le front défensif, il existe divers tissus situés autour du corps (appelés tissus lymphoïdes) où se produit la production de nos cellules de défense. Les principaux tissus comprennent le « thymus » – qui se trouve dans la région supérieure de la poitrine, et la « rate » – qui se trouve dans l’abdomen. Sans ces organes pratiques, nous serions beaucoup plus sensibles aux infections et aux maladies (et à la mort). Ce sont donc ces organes qui aident à peupler notre corps avec les cellules de défense vitales. Nous avons beaucoup de raisons d’être reconnaissants avec ce système !

Les ostéos aiment leur système lymphatique

Alors pourquoi sommes-nous si intéressés par ce système ? Au cœur de l’ostéopathie se trouve le principe du maintien de l’équilibre et de l’équilibre des fluides dans tout le corps. Nous sommes tous soucieux de maintenir le flux. Mais parfois, le flux de liquide dans le corps peut être compromis, peut-être en raison d’une blessure ou d’une maladie, puis une congestion dans les tissus se produit et les choses commencent à stagner. Cela peut entraîner toute une série de problèmes, notamment la réduction des mouvements, la douleur et le déséquilibre dans tout le corps. Quel que soit votre problème, notre traitement visera à éliminer tous les obstacles à un système fonctionnel pour rétablir la circulation des fluides dans le corps. Parfois, un système lymphatique dysfonctionnel peut entraîner un type de gonflement appelé lymphœdème, qui est essentiellement un arriéré de liquide lymphatique. Cela se produit souvent dans les mains, les bras, les pieds et les jambes. Selon la cause, c’est quelque chose que votre fidèle Osteo est habile à gérer, alors demandez toujours de l’aide si vous remarquez un gonflement.

Nous espérons que cela a été intéressant et instructif, et nous espérons que vous avez maintenant un nouveau respect pour les subtilités du corps humain. Après tout, c’est ce qui vous maintient en vie, alors prenez-en soin. Voici à la santé !!

Les références:

1. Chila, A. 2011. Fondements de la médecine ostéopathique. 3e éd. Philadelphie : Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins

2. Association Australasienne de Lymphologie. 2019. Qu’est-ce que le lymphoedème ? [Online]. Disponible depuis: https://www.lymphoedema.org.au/about-lymphoedema/what-is-lymphoedema/ [Accessed 05 Aug 2019]

plan stratégique OMS contre la Covid-19

l’OMS met à jour son plan stratégique | Thierry Payet

La pandémie n’est pas finie. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la semaine dernière, plus de 10 millions de personnes ont été infectées par le SARS-CoV-2 dans le monde et 45 000 en sont décédées. Dans ce contexte, l’OMS publie une mise à jour de son plan stratégique de préparation et de réponse à la pandémie de Covid-19. L’accès équitable à la vaccination y occupe une place importante.

plan stratégique OMS contre la Covid-19

Les trois scénarios proposés par l’OMS

La semaine dernière, dans le monde, 10 millions de personnes ont été infectées par le SARS-CoV-2 et 45 000 en sont décédées. Et ces chiffres de l’OMS sont sous-estimés. En effet, de nombreux pays ayant stoppé les restrictions sanitaires ont également réduit l’accès aux tests de dépistage. En France, le nombre de nouveaux cas ne cesse d’augmenter depuis le début du mois de mars. La semaine dernière, 136 927 cas quotidiens ont été comptabilisés en moyenne. Le nombre d’hospitalisation quant à lui reste élevé mais stagne.

Dans ce contexte, l’OMS a récemment publié une mise à jour de son plan stratégique face à la pandémie de Covid-19. Il est basé sur 3 scenarii possibles de l’évolution de la pandémie durant l’année 2022. Dans l’état actuel des connaissances, l’OMS propose que le scenario le plus probable est celui d’un virus qui continuerait de muter. Mais, la sévérité de la maladie diminuerait avec le temps et avec l’immunité acquise par la vaccination ou les infections. Ainsi, des pics périodiques de nouveaux cas et de décès peuvent survenir à mesure que l’immunité de la population diminue. Un renforcement périodique de l’immunité des personnes les plus vulnérables serait préconisé.

Selon l’OMS, dans le meilleur des cas, les variations du SARS-CoV-2 deviendraient de moins en moins graves et ne nécessiteraient pas de rappels ou de reformulation des vaccins déjà disponibles.

Le pire des cas serait l’émergence d’un variant plus virulent et hautement contagieux. Cette menace mettrait rapidement en péril la protection conférée par une vaccination ou une infection antérieure. Ainsi, pour remédier à cette situation, il faudrait modifier considérablement les vaccins actuels et s’assurer de leur bonne distribution auprès des personnes les plus à risque de forme grave de la maladie.

Le plan stratégique de l’OMS contre la Covid-19

Quelles sont les recommandations de l’OMS pour avancer et mettre fin à la phase aiguë de la pandémie de Covid-19 ? Dans un communiqué, l’OMS décline ses recommandations en 5 points. Pour elle, les pays doivent investir dans :

  • La surveillanceles laboratoires et les renseignements sur la santé publique ;
  • La vaccinationla santé publique et les mesures sociales ;
  • Les soins cliniques spécifiques de la Covid-19 et les systèmes de santé ;
  • La recherche et le développement et l’accès équitable aux dépistages, aux traitements et aux vaccins ;
  • La coordination pour un passage d’une réponse urgente à une gestion à long terme de la pathologie.

Un tiers de la population mondiale pas encore vaccinée

Les gestes barrières couplés à l’accès pour tous aux dépistages, aux traitements et aux vaccins permettront de maîtriser l’épidémie. L’OMS souligne également que la vaccination équitable est l’outil le plus puissant disponible. Ainsi, la vaccination de 70% de la population de chaque pays reste essentielle pour maîtriser la pandémie. La priorité doit être donnée aux professionnels de santé, aux personnes âgées et aux populations à risque.

Tandis que les pays à revenu élevé déploient la 4ème dose de vaccin, l’OMS déplore qu’un tiers de la population n’ait toujours pas eu une seule dose. C’est le cas de 83% de la population en Afrique.

Il faut préparer l’avenir. Dans ce sens, l’OMS met en place de nouvelles mesures pour aider à prévenir les futures épidémies. Cela repose sur le lancement d’une stratégie pour intensifier la surveillance génomique à l’échelle mondiale des agents pathogènes à potentiel épidémique et pandémique.

Alexia F., Docteure en Neurosciences

Sources

– Allocution d’ouverture du Directeur général de l’OMS lors de la conférence de presse de l’OMS. qui.int. Consulté le 1er avril 2022.