sensibilisation sur le cancer du poumon

Novembre, mois de sensibilisation sur le cancer du poumon | Thierry Payet

Près de 50 000 nouveaux cas de cancer du poumon sont diagnostiqués chaque année en France. Un cancer encore marqué par une mortalité élevée, avec plus de 30 000 décès rien que pour l’année 2018. En miroir de l’opération « Mois sans Tabac », une opération « Novembre Perle » est lancée pour le mois de novembre. Son objectif est de sensibiliser le plus grand nombre, grand public et professionnels, sur cet enjeu majeur de santé publique. Focus sur la sensibilisation sur le cancer du poumon.

sensibilisation sur le cancer du poumon

Un cancer fréquent, avec une mortalité élevée

Le cancer du poumon représente actuellement la première cause de décès par cancer chez l’homme et la seconde chez la femme. La prévention et la sensibilisation sur les enjeux liés à ce cancer sont donc fondamentaux pour la santé publique en France. Alors que l’opération « Mois sans tabac » connaît un franc succès depuis son lancement en France en 2016, peu nombreux sont ceux qui connaissent l’opération « Novembre perle », le mois de sensibilisation sur le cancer du poumon.

Pourtant, différentes initiatives s’articulent autour de ce mois, consacré à l’un des cancers les plus mortels en France. Le premier objectif des acteurs est de sensibiliser le grand public pour améliorer le dépistage. Actuellement, plus des deux tiers des patients sont diagnostiqués au stade métastatique, et donc avec un pronostic plus défavorable que pour un patient diagnostiqué à un stade précoce. Améliorer le dépistage repose sur deux axes complémentaires :

  • Informer la population sur les premiers signes d’alerte (toux sèche persistante sans cause identifiée, fièvre inexpliquée, crachats sanglants, troubles respiratoires, enrouement persistant, douleurs thoraciques permanentes, douleurs osseuses) qui doivent amener à consulter un médecin ;
  • Dépister les personnes à risque, en particulier les fumeurs.

Le cancer du poumon n’est pas réservé aux fumeurs

Mais contrairement aux idées reçues, le cancer du poumon n’est pas une maladie réservée exclusivement aux fumeurs. Selon les chiffres, entre 15 et 20 % des cas surviennent chez des personnes n’ayant jamais fumé. Si le tabac représente le principal facteur de risque, le dépistage doit avoir lieu à une large échelle. Récemment, un nouveau collectif, constitué d’acteurs de la prise en charge du cancer du poumon, a été créé :  « Ensemble nous poumons ». Son objectif est d’informer et de sensibiliser le grand public sur le cancer du poumon.

La lutte contre le cancer du poumon est indissociable de la lutte contre le tabagisme. L’opération « Novembre Perle » a d’ailleurs lieu le même mois que l’opération « Mois sans tabac » destinée à inciter le plus grand nombre de fumeurs à arrêter le tabac. Pour prévenir le cancer du poumon, il est essentiel :

  • De prévenir le tabagisme chez les jeunes ;
  • D’aider et d’accompagner le maximum de fumeurs à arrêter de fumer. Les aides au sevrage tabagique se sont beaucoup développées ces dernières années, facilitant l’accès aux substituts nicotiniques et à un accompagnement personnalisé par des tabacologues.

Sensibilisation sur le cancer du poumon : un patient mieux accompagné, avec un parcours de soin coordonné

Au-delà de la prévention, la lutte contre le cancer du poumon passe aussi par des progrès diagnostiques et thérapeutiques. Parallèlement aux chimiothérapies anticancéreuses, se développent depuis plusieurs années des immunothérapies et des thérapies cibléesplus efficaces et avec moins d’effets secondaires pour les patients. Il est capital que ces nouvelles thérapies soient accessibles à tous les patients diagnostiqués.

L’accompagnement du patient, au travers d’un parcours de soin coordonné et adapté, est un autre aspect primordial pour améliorer le pronostic du cancer du poumon et la qualité de vie des patients. Des programmes spécifiques sont développés dans certains établissements de santé et pourraient être progressivement ouverts à tous les patients français. Des solutions de suivi à distance grâce aux nouvelles technologies ou encore le soutien des associations de patients jouent également un rôle clé dans la vie quotidienne des patients et de leurs proches.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

Sources

Leave A Comment

4 × 1 =