Pourquoi l’ostéopathie n’est-elle pas remboursée ?

En premier lieu, l’ostéopathie, bien que réglementé, n’est pas une profession de santé.

En effet, Les « professions de santé » sont décrites du code de la santé publique (CSP) et séparées en plusieurs catégories :

  • Les professions médicales sont décrites dans le livre 1 du CSP
  • Dedans on y retrouve notamment les médecins, chirurgiens-dentistes et sages femmes)
  • Les auxiliaires médicaux dans le livre 3 du CSP
  • Dedans on y retrouve les infirmiers, les masseurs kinésithérapeutes, les pédicures-podologues, ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes, orthoptistes, manipulateur d’électroradiologie médicale, audioprothésiste, opticien-lunetier, de prothésiste, orthoprothésiste pour l’appareillage des personnes en situation de handicap et la profession de diététicien (liste à laquelle on peut rajouter la profession de conseiller en génétique).

De ce fait, on décrit souvent l’ostéopathie comme une profession de LA santé.

Nuance certes mais qui a son importance au niveau législatif…

Dans un second point on peut noter une étude réalisée en 2019 par le Registre des Ostéopathes Français en partenariat avec le cabinet Asteres études & conseil et CBF assurances.

Cette étude se concentre sur les lombalgies (douleurs lombaires) et cervicalgies (douleurs cervicales) et évalue l’impact économique des soins ostéopathiques en complément de la médecine pour les entreprises, l’assurance maladie, les patients et les complémentaire santé.

On note qu’en France 2,57 millions de personnes souffrent de lombalgie et 847 000 personne souffrant de cervicalgie.

Parmi cette population 6% des personnes se rendent chez un.e ostéopathe en complément de la médecine.

Le rapport conclue que le non-remboursement de l’ostéopathie par l’assurance maladie fait :

  • Economiser aux entreprises 51 millions d’euros par an (moins d’arrêts de travail)
  • Economiser 29 millions à l’assurance maladie
  • Entraine un déficit pour les patient.es et les complémentaire santé de 13 millions d’euros

Et si l’ostéopathie était remboursée ?

Partons ensemble dans un monde hypothétique où l’ostéopathie serait remboursée par l’assurance maladie !

Si on utilise les chiffres du rapport ci-dessus on peut estimer que pour l’assurance maladie, le remboursement entrainerait un coût non négligeable (au minimum 13 millions d’euros)

Pour que l’ostéopathie soit remboursée il est a supposé que cette dernière doivent rentrer dans le livre I ou 3 (ou la création d’un nouveau) du code de la santé publique.

Une entrée dans le livre 3 entrainerais un changement dans le fonctionnement des consultations car ces dernières pourraient devenir soumise à prescription médicale.

Une entrée dans le livre 1 positionnerais les ostéopathes aux côtés des médecins, chirurgiens-dentistes et sage-femme ce qui paraît peu réalisable étant donné la différence du niveau d’étude.

Il semble donc qu’un changement des études ostéopathiques sembles une piste pour s’intégrer dans ce processus (universitarisation ou niveau supérieur d’étude par exemple)

D’un autre côté, il est probable que le montant du remboursement des séances ostéopathiques ne soit pas identique au prix actuel (généralement aux alentours de 55-60€).

Supposons que ce montant soit de 30€ (comme cela est le cas des psychologues conventionnés) il est évidement que de nombreux praticiens auront une baisse importante de revenus avec probablement une stratégie d’adaptation :

  • Des séances plus courtes
  • Des praticiens moins disponibles (mentalement et physiquement) pour leurs patient.es
  • Une qualité de soin diminuée

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Faudrait-il que l’ostéopathie soit remboursée par l’assurance maladie ?

Donnez nous votre avis et vos arguments en commentaire !

Belle journée :D,

Marc de cyclostéo