L'émergence de la forme • Liem Health Blog • 6 janvier 2023

L’émergence de la forme • Liem Health Blog • 6 janvier 2023 | Thierry Payet

Le mathématicien contemporain L. Edwards a étudié le développement de la forme principalement en association avec des modèles de vortex, étendant ses recherches sur le développement de la forme embryologique.

Il voit l’émergence de la forme embryologique comme la création parfaite d’un univers spirituel, qui prend forme selon les lois des mathématiques. Il a abordé entre autres la question de savoir quelle forme les calculs géométriques pourraient produire si l’axe du vortex aéré était asymétrique par rapport à l’axe de la transformation du bourgeon d’un bourgeon végétal. Pour ce calcul, il a sélectionné six tourbillons aérés dans un champ commun. Leur axe commun était placé parallèlement à l’axe de transformation du bourgeon, mais décalé d’un côté. La représentation graphique de ces calculs et l’évaluation de diverses coupes transversales ont produit une ressemblance claire avec le processus d’invagination qui se déroule pendant le développement du mésoderme au cours de la troisième semaine de gestation. Même lorsque les paramètres étaient variés, par exemple en déplaçant le vortex ou l’orientation des axes les uns par rapport aux autres, le résultat ressemblait toujours à une forme embryonnaire. Ces formes, vues en séquence, rappellent les différentes étapes du développement embryonnaire. En utilisant un simple mouvement d’un vortex, transformé par “transformation de l’œuf” (un certain ensemble de calculs mathématiques), il est devenu possible, par exemple, de décrire la forme générale d’un embryon en développement. Un certain positionnement du vortex (et des transformations qui en résultent) a produit une similitude remarquable avec la forme générale d’un embryon en développement. Si ces modèles de calcul sont appliqués à l’utérus – qui, comme l’ovule et le bouton floral, présente une bonne forme de courbe de trajectoire dans les premières semaines de grossesse – une relation ou une similitude claire est trouvée entre la réalité biologique (la forme de la stade de développement de l’embryon) et les sections géométriques obtenues à partir de certains processus de calcul (Fig. 1). Edwards postule que le développement des graines et des embryons aviaires peut être attribué à la forme du bourgeon et de l’œuf (au sens d’une force de mise en forme opérative et active). La forme pourrait alors être mise en évidence comme force agissante du développement (initial ou ultérieur) par l’enchaînement général des gestes formateurs dans le développement embryonnaire, au moyen de ces processus de transformation géométrique. Conformément à cette pensée, Edwards essaie de représenter la formation du tube neural en termes géométriques. Une augmentation constante de la largeur du vortex, comme dans les représentations graphiques de la formation du tube neural, produit une croissance des deux côtés l’un vers l’autre jusqu’à ce qu’ils se rencontrent et fusionnent (Fig. 2). Le vortex le plus large produit une forme qui réalise la fermeture du tube. Pour produire géométriquement cette transformation remarquable, il suffit qu’un vortex aéré (transformé par la transformation de l’utérus, c’est-à-dire la courbure accrue de l’utérus au début de la grossesse) augmente son rayon. Une autre façon possible d’obtenir ce résultat (avec des écarts mineurs) serait de conserver le même rayon et de déplacer le vortex, de haut en bas, de bas en haut, ou vers l’intérieur des deux côtés. Afin de convertir le processus de fermeture du tube neural (commençant au milieu et se poursuivant crânialement et caudalement) en termes géométriques, nous devons penser à deux tourbillons se rapprochant de directions opposées : de haut en bas et de bas en haut, ou vers l’intérieur de droite et de gauche. Le processus de fermeture du tube neural selon Edwards pourrait être interprété métaphoriquement comme suit : le premier vortex du passé, le second du futur ; soit, le premier vortex communiquant l’élément inconscient de notre être et le second, le conscient.

Leave A Comment

sept − cinq =