Kinésithérapie et l’activité physique adaptée dans les EHPAD

comprendre, prévenir et soutenir les professionnels à risque | Thierry Payet

Nombre de vues sur l’article : 0

Nombre de professionnels de santé sont régulièrement confrontés à des situations complexes. Riches en émotions, ces situations peuvent être à l’origine de cicatrices invisibles. Dans ce contexte, le traumatisme vicariant ou la fatigue compassionnelle émerge donc comme une réalité souvent méconnue mais profondément impactante.

Qu’entend-on par traumatisme vicariant ou fatigue compassionnelle ? Quels sont les signaux d’alerte ? Quels sont les symptômes physiques et psychiques qui peuvent en découler ? Comment prévenir ce traumatisme ?

Medicalib vous en dit plus à ce sujet.

I- Traumatisme vicariant ou fatigue compassionnelle : de quoi parle-t-on?

Le traumatisme vicariant est un traumatisme indirect, un « traumatisme par procuration » subit par des professionnels exposés quotidiennement à des situations émotionnellement chargées. Il est une conséquence de l’écoute et de l’empathie nécessaire au travail de la relation d’aide. Il se distingue du traumatisme direct par le fait qu’il n’est pas vécu directement, mais découle d’une réaction empathique et émotionnelle profonde du professionnel face au traumatisme vécu par un tiers.


II- Traumatisme vicariant : professions à risque

Les professions les plus exposées au traumatisme vicariant sont des professions confrontées à la souffrance humaine. On retrouve donc ce phénomène dans des secteurs comme la santé (premiers secours, aidants et soignants, …) ou dans les services sociaux.

Soignants, travailleurs sociaux, personnes participant à des interventions d’urgence… : tous ces métiers impliquent un contact direct avec des situations traumatisantes, faisant des professionnels des témoins empathiques des expériences difficiles vécues par autrui.

Reconnaître ces facteurs de risque spécifiques à chaque profession est crucial pour anticiper et prévenir les effets du traumatisme vicariant.


III- Traumatisme vicariant : symptômes

Les professionnels exposés au traumatisme vicariant sont susceptibles de développer des symptômes physiques, émotionnels et comportementaux qui peuvent avoir un impact sur leur bien-être, leur quotidien et leur activité professionnelle.


jeV- Fatigue compassionnelle : les 4 phases1

UN – Phase du zèle

« Le soignant ou le professionnel des soins est engagé et totalement investi ; il travaille de longues heures et se porte volontaire pour donner son soutien. »

B- Phase d’irritabilité

« Le soignant ou le professionnel des soins devient moins consciencieux ou évite le contact avec la personne malade. Il peut sembler distrait, préoccupé ou distant. »

C- Phase de retrait

« Le soignant ou le professionnel des soins ressent un manque d’enthousiasme ; il « s’endurcit » et peut se plaindre de stress ou de fatigue. Le soignant et la personne atteinte semblent désormais évoluer en parallèle. »

D – Phase « zombi »

« Le désespoir se transforme en rage et la personne perçoit les autres comme des « incompétents ». Elle manifeste du dédain envers la personne atteinte et les proches. La personne devient distante et impatiente. Elle ne prend plus plaisir aux activités qu’elle appréciait auparavant.


V- Comment préserver la santé mentale des professionnels ?

UN – Sensibiliser les professionnels

Préserver la santé mentale des professionnels pouvant être confrontés à une fatigue compassionnelle passe notamment par des actions de sensibilisation. Il est important d’informer les soignants de ce type de tourment qui nécessite d’être rapidement pris en charge.

Les institutions et les employeurs doivent intégrer des programmes éducatifs sur les risques associés à ces professions afin d’armer les professionnels contre les impacts émotionnels de leur travail. Des ateliers de sensibilisation et des sessions de formation peuvent aider les professionnels à reconnaître et à comprendre les signes du traumatisme vicariant ou de la fatigue compassionnelle.

B- Accompagner les professionnels dans la gestion de leur stress

Et environnement de travail propicedisposant d’espaces de détente contribue à prévenir le traumatisme vicariant. Par ailleurs, proposer une pratique de gestion du stress comme la méditation ou le yoga peut aider les professionnels exposés à des situations traumatiques. Par ailleurs,

C- Proposer un soutien psychologique

Il apparaît important que les professionnels puissent avoir accès à des psychologues, des conseillers ou des thérapeutes spécialisés dans le traumatisme vicariant.

D – Promouvoir un équilibre de vie

Il est fondamental que les professionnels parviennent à trouver un juste équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Les professionnels doivent pouvoir se reposer et se ressourcer pour être à même d’affronter les situations complexes auquel leur activité professionnelle les soumet.

Certaines mesures simples peuvent permettre de soulager la fatigue qui s’installe, comme par exemple :

  • se changer les idées en pratiquant des activités ludiques ou sportives permettant de se détacher des situations complexes vécues dans le cadre professionnel
  • se reposer et prendre soin de soi
  • passer du temps avec ses amis et sa famille
  • veiller à avoir une alimentation équilibrée et une bonne hygiène de vie, …

Notre mission : faciliter votre quotidien de professionnel de santé libéral en vous proposant des solutions adaptées et des articles utiles à l’exercice de votre pratique professionnelle.

Le site internet de Medicalib permet aux patients de prendre facilement rendez-vous avec une infirmière à domicile.

Grace à notre plateforme nous pouvons vous accompagner dans le développement de votre patientèle et dans l’optimisation de votre tournée.

Leave A Comment